Accueil » Actualités » Candidature de Djibouti à l’UNESCO - Les dix engagements ...

Candidature de Djibouti à l’UNESCO - Les dix engagements de Rachad Farah

La Nation - 20 février 2013

Rachad Farah, candidat à l'UNESCO

L’ambassadeur de Djibouti à Paris, Rachad Farah, est désormais le candidat de l’Afrique et du monde arabo-musulman pour le poste de directeur général de l’UNESCO qu’il brigue. Durant sa campagne de lobbying qui l’a mené sous divers cieux, le diplomate djiboutien a pris devant les grands de notre monde d’aujourd’hui une dizaine d’engagements en faveur de l’émergence de sociétés africaines du savoir sur le moyen et le long terme. 

Brûlante actualité : l’intolérance continue d’être une menace et alimente la haine et les conflits à l’échelle mondiale. 

Une réalité incontournable qui encourage ceux qui prêchent le choc des civilisations, des religions et des cultures. 

En ce sens, la négation d’autrui et de ses différences culturelles et religieuses constitue un danger pour la paix et la sécurité internationale et va à l’encontre des fondamentaux de l’Acte constitutif de l’UNESCO. 

C’est la conviction affichée du chef de notre représentation diplomatique à Paris en France, qui brigue le poste de directeur général de l’UNESCO. 

Dans l’optique de son élection à la tête de l’agence onusienne, l’ambassadeur Rachad Farah érige l’enseignement de la tolérance et du dialogue entre les civilisations au travers des programmes spécifiques au rang de sa première priorité. 

Il réitère partout sa volonté de convoquer une conférence de Hauts Dignitaires afin de rédiger une " Charte de l’UNESCO pour la Tolérance" qui sera traduite dans toutes les langues.

Durant sa campagne qui l’a mené sous divers cieux, le diplomate djiboutien a pris devant les grands de ce monde l’engagement de créer un programme spécifique autour de l’éducation post-conflit qui prenne en compte des besoins spécifiques et puisse assurer l’insertion sociale des personnes déplacées, notamment des réfugiés sur le continent africain. 

Argument à l’appui, les pays en situation de post-conflits n’arrivent pas, dit-il, à retrouver le cycle vertueux de la paix et de la croissance dans la mesure où, selon lui, les dispositions nécessaires n’ont pas été mises en place pour rétablir la confiance et relancer l’école.

Aussi, ce connaisseur des arcanes de la scène internationale ne fait guère mystère de son ambition d’encourager l’apprentissage de nos valeurs africaines de solidarité, de partage et de dialogue non seulement sur le continent africain mais aussi dans le reste du monde. 

Car l’Afrique constitue à ses yeux un modèle de dialogue et d’équilibre de par la diversité de ses cultures, de ses langues et de ses traditions.

L’ambassadeur Rachad Farah envisage par ailleurs d’organiser un panel d’experts pour mettre à jour l’Histoire de l’Afrique, notamment celle des dernières décennies, tout en accélérant le développement des moyens pédagogiques pour l’enseigner à notre jeunesse.

S’il est élu au poste de directeur général de l’UNESCO, le candidat de l’Afrique et du monde arabo-musulman prévoit de lancer la mise en place d’un vaste réseau d’universités africaines, capables de maîtriser les outils innovants du numérique pour mieux accompagner le développement du continent. 

"Ce réseau sera le Laboratoire Virtuel Africain pour la Recherche s’appuyant sur nos partenaires des pays arabes, ceux du Sud et ceux du Nord. 

Cette synergie doit être traduite sur le terrain et s’intégrer dans le développement économique. 

Il n’y aura plus de raison de continuer à exporter nos cerveaux ; ce qui élargit le fossé de la fracture scientifique", indique-t-il en substance dans sa profession de foi. 

Toujours dans le registre de l’enseignement supérieur, Rachad Farah entend relever le triple défi de la valorisation des centres d’excellence existants, du renforcement de capacités des universités déjà fonctionnelles et de la création de nouvelles universités destinées à favoriser l’atteinte d’un développement économique et humain durable en Afrique.

D’égale importance est, souligne-t-il, la mise en œuvre d’un programme décentralisé de développement des compétences sur le continent. 

Ce projet ambitieux sera porteur d’un savoir-faire en sciences appliquées pour les pays africains par le biais du nouveau « Global Campus » de l’UNESCO reposant sur un effort de partenariat entre les programmes de formation de l’Université des Nations Unies et ceux des universités en Afrique.

A l’évidence, son rêve est de jeter les jalons grâce auxquels les pays africains disposeraient en leur sein de sociétés du savoir à l’avenir. 

Son plan “Universités Africaines 2020" en est un de taille qui nécessite l’adoption d’un nouveau pacte africain en faveur de l’accès généralisé des jeunes générations aux offres d’enseignement supérieur de qualité.

Plus terre à terre, l’ambassadeur Rachad Farah projette d’annuler les dépenses inutiles de l’UNESCO en écho aux multiples réclamations des Etats membres et de réduire les salaires des grands administrateurs et le sien s’il est élu au poste de directeur général de l’UNESCO. 

Et ce, faut-il préciser, en vue d’équilibrer la situation financière.

Enfin, le candidat de l’Afrique et du monde arabo-musulman s’engage à s’entourer de professionnels dotés d’une grande expérience du terrain et prêts à être déployés dans l’urgence et recourir au futur corps de paix de l’UNESCO, composé de jeunes volontaires dans le cadre des missions plus flexibles à travers le monde.

Laisser un commentaire

Dernières news

Petites Annonces gratuites

Ford
Veuillez nous contacter pour plus d'informations sur cette numéro merci
a vendre mitsubishi nativa 2008 diesel
Mitsubishi Nativa 2008 Diesel Il a une Camera arrière, Stéréo en très bonne...
BUS MITSUBISHI ROSA
a vendre Bus Mitsubishi Rosa model 2008 tout neuve
jolie bijoux
je vends des jolies colliers et ses bracelets à des prix convenable. tout personne...
Boutique à louer près de l'aéroport Roundpoint
boutique à louer près de l'aéroport Roundpoint pour plus de détails s&#...

Photos Djibouti