Home » News » Djibouti : le régime face à la plus sérieuse menace élec...

Djibouti : le régime face à la plus sérieuse menace électorale depuis dix ans

Législatives 2013 - Afrique Expansion Magazine - 20 February 2013

DJIBOUTI, Djibouti - Le régime du président Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999 à Djibouti, est confronté à sa plus sérieuse menace depuis dix ans, face à une opposition pour une fois unie, lors des élections législatives vendredi.

Ce petit pays de moins d'un million d'habitants bénéficie d'une position stratégique hors pair, à l'entrée de la mer Rouge, qui lui vaut d'accueillir les plus importantes bases militaires française et américaine en Afrique.

Les législatives de vendredi représentent le premier scrutin auquel les mouvements d'opposition ont décidé de participer, unis sous la bannière d'une "Union pour le salut national" (USN), depuis les législatives de 2003.

Depuis ce scrutin au cours duquel elle avait mis en difficulté le pouvoir, l'opposition avait refusé de participer aux élections, ou alors en ordre très dispersé, estimant les conditions d'équité non réunies.

Le président Guelleh -- le deuxième seulement de l'histoire du pays depuis son indépendance en 1977 -- a été réélu pour cinq ans en avril 2011, pour un troisième mandat obtenu au prix d'une révision de la Constitution par un Parlement entièrement acquis à sa cause. Il a promis que ce troisième mandat -- obtenu avec 80% des voix face à 20% pour un candidat indépendant, lors d'un scrutin boycotté par l'opposition -- serait son dernier.

Le chef d'Etat de 65 ans a néanmoins jeté son poids personnel derrière son mouvement, "l'Union pour la majorité présidentielle" (UMP), pour la bataille des législatives. Estimant avoir présidé à un développement sans précédent des infrastructures de ce pays aride et parmi les plus chauds de la planète, M. Guelleh a fait valoir "qu'un président, pour exécuter son programme, avait besoin d'une majorité significative" au Parlement.

L'UMP dispose aujourd'hui de la totalité des 65 sièges du Parlement, qui doivent être renouvelés lors du scrutin de vendredi, auquel sont appelés à participer 173.900 électeurs.

Mais le parti majoritaire a vécu comme un coup de semonce sa défaite inattendue aux municipales de janvier 2012 à Djibouti-ville -- de loin la principale des six circonscriptions du pays -- face à une liste indépendante, celle du RADD (Rassemblement pour l'action de développement et la démocratie), et en dépit du boycott, à nouveau, de ce scrutin par l'opposition.

Programme législatif commun de l'opposition

Les différents partis de l'opposition ont pour leur part fait taire leurs divergences pour se retrouver autour d'un programme législatif commun qui promet notamment de "restaurer les droits de l'Homme et les libertés individuelles et collectives", de "développer les médias indépendants" et de "promouvoir la démocratie en combattant le tribalisme, la corruption et le népotisme ambiants en République de Djibouti".

Cette opposition demeure cependant disparate. Elle est menée par un vétéran de la scène politique, Omar Ahmed Youssouf, 77 ans.

Sa liste sur Djibouti-ville est emmenée par Ismail Guedi Hared, 73 ans, ancien directeur de cabinet du premier président de Djibouti indépendant, Hassan Gouled Aptidon. Ce dernier avait finalement adoubé comme successeur un autre de ses proches collaborateurs, son chef de cabinet Ismaël Omar Guelleh, issu du même sous clan des Mamassan, au sein de l'ethnie majoritaire des Issa (60% de la population environ, contre 40% pour la minorité Afar).

L'USN, également rejointe par un opposant récemment revenu d'exil, Daher Ahmed Farah, est par ailleurs soutenue, selon des indications concordantes, par la branche locale du mouvement des Frères musulmans.

L'élection de vendredi introduit pour la première fois une dose de 20% de proportionnelle, dans un scrutin par ailleurs majoritaire.

Djibouti a échappé au mouvement de contestation populaire qui a balayé plusieurs régimes des pays arabes. Le pays avait toutefois vécu une journée de manifestations sans précédent contre le régime en place, qui avait dégénéré en de violents affrontements ayant fait officiellement deux morts, le 18 février 2011.

Djibouti, qui dispose d'un PIB de 1 milliard de dollars, tire l'essentiel de ses revenus de son port, de la location de bases militaires, ainsi que de l'élevage et du secteur bancaire.

Retrouvez notre page spéciale consacrée aux élections législatives à Djibouti.

Add a Comment

Latest News

Free Classified Ads

Vente disque dur interne 500GB
Je vend mon disque dur interne de mémoire 500GB tout neuf.
HP Eliite Desk 800 G5 SFF NEUF
Je vends un PC tout neuf complets de la marque HP Elite Desk800 g5 sff: - Ecran...
Bajaj Tata
Vente d'un véhicule bajaj Tata à 4 roues, Véhicule d'occasion neuf pour...
Voiture à louer
je loue ma voiture automatique en très bon état avec climatiseur et même confortable...
Samsung galaxy note 8 64gb
Je mets en vente mon smartphone phone toute neuf utiliser que 1 semaine un bon prix...

Djibouti Photos