djibnet.com: [-_-] - Affichage d'un profil

Aller au contenu

[-_-] : Profil Note du membre : -----

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
45 (0,01 par jour)
Plus actif dans :
Forum Général (35 messages)
Inscrit :
15-mai 03
Vus :
1 461
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne juin 03 2004 01:00
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   [-_-] n'a pas encore défini son statut

Messages que j'ai posté

  1. Dans le sujet : Jardin Secret

    Posté 5 févr. 2004

    " Nagtu waa beertadi markaas sidaad doontid ayaad u qodan kareysa"
    this a nice and concise quotation that embodies the very nature relationship of a man and his woman.
    After reading all of your replies, which are utterly ill-motivated with a perverse tendency.

    The quotation expresses the responsibilities, the duties a man has towards his woman. In other words, a gardener represented here by the man, cultivates his garden represented here by the woman. The fact that a gardener cultivates his garden or a man "cultivates" his woman does not in its general sense assert your vicious and wicked definition of the quotation. And how dare you implicate the faith which so graciously and righteously condemn such vile perversion.

    Furthermore, this quotation ISN'T an "Utter rubish" as Somali-psycho claimed; this quotation exemplies how a man should treat his woman. for instance a man should treat a woman respectfuly, with dignity, with care, attention, devotion, compassion if he deserves the fruits which are the affection, the respect, the dazzling beauty, the pride and loyalty of his woman. If the man fails to do so, or the gardener fails to adequately cultivate and take care of its garden,then the garden or the woman in this instance becomes barren, sadden, wasteful, and finaly quits to your demise. And this symbolism of a gardener cultivating its garden to represent the relationship between a man and a woman is as exact and truthful as it gets.

    To cut the long story short, this quotation wasn't about your sexually ill-minded perversion or unsatisfied sexual craving but rather your responsibility as a man to
    cultivate well with tender, affection and vigor your garden or your woman in order to enjoy her fruits.

    And that's my word,


    Yodha has spoken
  2. Dans le sujet : Sommes Nous Materialistes!?

    Posté 3 déc. 2003

    Au nom du Dollar, meurt ma fille !
    " Que tout se mélange comme la vie mélange tout ". Sony labou Tansi
    Suite et FIn

    Cela fait maintenant deux mois que amou (tonton) Naguib purge sa peine à Gabode. Après 25 jours passés en réanimation, Ahmed se rétablit petit à petit. Toujours aucun dollar de notre Canadien. Même son malheureux oncle Ahmed a perdu tout contact téléphonique avec lui. Du Canada, c'est le silence total. Mais à Djibouti, ça bouge. Bien que Warda fut mariée, à son insu, à ce Canadien dont elle connaît même pas encore le visage, entre elle et Anis, son premier amour, la passion reprend feu. Mais peu importe que le Canadien cesse tout signe de vie. Elle reste : une femme mariée. Et devant Dieu et Tout Djibouti, leur amour est aussi profane que celui de Phèdre. Ne point pouvoir dormir dans les bras de la personne que vous aimez, parce qu'un soir on vous appris que dorénavant vous êtes mariée à un inconnu résidant à l'autre bout du monde.

    Souffrance sans voix ! se retrouver secrètement. Causer seulement. Rêver seulement. Se regarder et pleurer ensemble seulement. Pitoyable destinée ! Mais jour après jour, leurs cœurs meurtris ont trouvé du mal à retenir toute la force de ces flammes qui les dévorent. Les tuent. Et les font survivre. Et petit à petit, aux murmures de leurs corps, Warda et Anis s'évadent dans des rêves lointains, où seule la loi du cœur est souveraine. Peut-être que Pascal avait raison: " le cœur a sa raison que la raison ignore ".

    Le temps passe. Plus que 15 jours pour la libération d’ amou Naguib. Et Warda et Anis n'ont peuvent plus. Warda prend son courage à deux mains et se confesse devant sa mère. Cette dernière qui n'était pas d'accord déjà à ce mariage intercontinental mais sans voix devant l'autorité violente de son mari, devient la première personne qui s'engage sur le sentier de cet amour interdit :

    "Comme cet homme du Canada a disparu, la seule solution ma fille est que ton amoureux vient demander ta main. Et avec cette pression , ton père sera obligé d'exiger le divorce et te remarier avec l'homme de ton choix. Si vraiment il t'aime il convaincra ses parents sur la situation. Puisque que tu es mariée seulement que sur le papier ".

    Warda ne tarde pas. Et le soir même elle expose la solution à Anis qui accepte aussitôt. Sans savoir vraiment ce qui l'attend.

    En effet, Anis est le fils cadet de Cheikh Ibrahim, l'Imam du quartier. Et entre lui et son père, l'entente fut toujours mauvaise. Et d'ailleurs si Anis est toujours à la maison,c'est grâce à sa mère. Parce qu'Anis, bien qu'il a le cœur gros, est le seul enfant de la famille qui a interrompu ses études à la dernière année du collège. Anis est un peintre. Avec le pinceau, c'est un génie. Et c'est l'une des raisons majeures de la mésentente entre son père et lui. Et cette mésentente, Anis en est conscient. Et du contexte de sa demande aussi. Mais son amour est beaucoup plus fort. Faut-il être artiste pour comprendre que l'amour est aveugle.

    Et c'est parti : assisté par sa mère, sa protectrice de toujours, il expose sa demande à son père. Scandale. Le père n'en croit pas ses oreilles. Et en plus sa femme en est d'accord :

    " Tu viens me dire que tu veux que je te marie avec une femme déjà mariée ! et ta mère en est d'accord ! "

    Jamais cheikh Ibrahim n'a été aussi furieux de sa vie. Il chasse le pauvre Anis et le bannie. Et bat sa femme toute la nuit.

    Pour Anis, c'est la catastrophe totale. Logé par un ami, il apprend le résultat à sa Warda. Nuit de pleurs. Désespoirs. Nuit de souffrances inhumaines.

    Plus que trois jours de la sortie d’amou Naguib de la prison. La mère de Warda se surpasse. Elle ne veut pas que sa fille souffre comme elle a souffert sous l'autorité violente de son mari. Pour sa fille elle est prête à tout. Elle met sur table sa dernière carte :

    " Ma fille, moi je serai à tes côtés quoi qu'il arrive. Mais si tu veux vraiment, ta liberté et te marier avec Anis, on n’a plus le choix. Je dirai à ton père que tu es enceinte. Es-tu capable de tenir ? "

    La réponse de Warda est affirmative.

    Amou Naguib est libéré. La mère de Warda ne perd pas de temps. La nuit même, elle lui balance la nouvelle avec beaucoup de naturel.

    Nuit d'enfer pour la mère. Battue atrocement, avec l'avant-bras cassé et le crâne fracturé, la pauvre mère sera divorcée le lendemain même. Pour amou Naguib, elle est la seul coupable. Coupable de n'avoir pas su garder sa fille. Coupable d'avoir négligé " la seule solution ". Parce que pour amou Naguib, l'histoire du Canadien n'est pas finie encore. Il est sûr qu'il va envoyer des dollars. Et qu'il sera riche ainsi. Mais maintenant, c'est trop tard. Tout Djibouti est au courant de la grossesse imaginaire de Warda. Pour Ahmed l'oncle du Canadien c'est l'occasion ou jamais : il jette devant amou Naguib le certificat de divorce de sa fille. Tonton Naguib est à présent conscient que les dollars, c'est fini pour toujours. Mais il se sent humilié au plus profond de lui. Et trahi par sa femme. Qui, devient " Somalienne " quand il apprend que la grossesse n'a jamais existé Et voilà que amou Naguib, devenu raciste aussi, marie Warda à son neveu de deuxième degré, un certain Samir âgé de 35 ans et réputé pour sa passion de l'alcool. Découragé à jamais, Anis quitte le pays pour la Belgique, aux frais de sa mère.

    Un an. Juste un an. Et Samir, l'alcoolique, divorce de Warda enceinte cette fois pour de vrai. Et ce n'est pas fini : le Canadien téléphone à son oncle Ahmed : " tonton pardonne-moi je suis maintenant en Australie, j'ai épousé une riche Australienne, veuve âgée de 45 ans. La polygamie est ici interdite. Je t'envoie 5 milles dollars pour régler le divorce avec la petite fille et 5 autres pour toi.Pardonne-moi. C'est la vie. "

    Par Nassib
  3. Dans le sujet : Sommes Nous Materialistes!?

    Posté 3 déc. 2003

    Au nom du Dollar, meurt ma fille !
    " Que tout se mélange comme la vie mélange tout !" Sony Labou Tansi

    Ma question du jour, la voici : Malheureusement, depuis très longtemps, la raison, souillée par l'ivresse matérielle, a décidé de crucifier le cœur pour n'écouter que le murmure de la poche. Et tout s'est basculé. La vertu devient matérielle. Le bonheur et l'espoir aussi. Même la dignité doit être bâtie de fer et de feuille. Résultat, cette mentalité sociale " marie " (plutôt vend) ses filles à des inconnus résidant en Occident. Parce que monsieur a les poches en métal. Parce que monsieur est Canadien ou Européen. On calcule en dollars ou en euros. Mais de grâce, où va-t-on ? De grâce, que reste-il de nous- même ? Cette nouvelle forme de traite a tourné au drame avant sa finalisation. Si " les coupables " ne seront jamais punis, voici l'histoire. De grâce, retenez-la au plus profond de vos cœurs : un jour vous en aurez besoin. Seigneur, béni mon pays et protège les Djiboutois !


    Marché conclu !

    Naguib. Amou Naguib. Voilà un homme que la nature a fort négligé dans sa création. Si le temps s'en est fait de son corps, Amou Naguib a cessé de grandir depuis son adolescence. Grandir. Qu'est-ce que cela veut dire ? Pour lui, en tout cas, pas grand chose. Sa vie n'est faite que de trois points. Trois, pas un de plus : d'Argent. De Violence. De Khat. Voilà son cœur ! Voilà sa foi ! Voilà ses valeurs ! Il se marie à 20 ans pour divorcer 6 mois plus tard.

    Un an après jour pour jour, le voici licencié de son premier emploi. Deux ans de galère. Puis l'armée française l'embauche comme électricien. Et juste un an après, devant Dieu et les hommes, Naguib Hizam Salih prend pour femme Hasna Farah Assoweh.

    Père de trois filles et trois garçons, Amou Naguib, âgé aujourd'hui de 54 ans, tisse sa nouvelle vie de retraité aux mêmes fibres que la précédente : oui, si l'argent est son seul amour, le khat reste son grand réconfort quand la violence devient toute sa passion. Amou Naguib, c'est " gib " (donne en arabe) !

    Ce soir, il est content. Très content. Après 15 jours de rudes négociations, il vient enfin de conclure l'affaire. Cette affaire, ô qu'il a tant méditée depuis des années et des années ! Cette affaire, il la voulait bonne. Grande. Grande par ce qu'elle doit rapporter ! Ce qu'il doit en tirer ! en gagner ! et il doit en gagner beaucoup et beaucoup ! parce que c'est son droit le plus absolu ! parce que l'affaire, la bonne affaire, la grande affaire, c'est tout simplement : le mariage de sa fille Warda.

    Au fond de sa chambre, bien calé entre ses coussins et caressant les deux dernières branches de khat, il appelle sa femme qui vient aussitôt et prend place à ses côtés.

    Amou Naguib a parlé

    - j'ai une bonne nouvelle…

    - Dis-la moi

    - Tu peux crier de joie déjà, jeudi prochain, je marie ta fille.

    - Warda ?

    - Oui

    - A qui ?

    - Comment il s'appelait déjà …

    - Où est-ce qu'il a connu Warda ?

    - Mais il n'a pas le droit de la connaître. Qu'est-ce que tu racontes ?

    - Et toi, tu l'as rencontré quand ? et comment tu le trouves ? Il est jeune ou assez âgé ?

    - Je l'ai jamais vu moi, je…

    - Tu l'as jamais vu ? et tu sais même pas son nom ?

    - M... ! comment il s'appelait…

    - Tu sais au moins qu'est-ce qu'il fait comme travail ?

    - Ca je me rappelle parfaitement : il est propriétaire d'un grand magasin.

    - Du centre ville ?

    - Quel centre ville ! c'est au Ca-na-da!

    - Mais c'est à l'étranger. Et puis, on ne connaît même pas l'homme !

    - Comment tu ne le connais pas. Je te dis que c'est un Djiboutien devenu Canadien. Il est propriétaire d'un très très grand magasin qui fait 3 fois la superficie de la mosquée de notre quartier. Il y a des Blancs qui travaillent pour lui, des Chinois, des Indiens, des Cow-boys. Il a plusieurs voitures, plusieurs gardes du corps, plusieurs chauffeurs. Il gagne en dollars. Il parle en dollars. Il mange en dollars. Il dort en dollars. Tu imagines ça ! Ta fille sera Canadienne. Ses enfants Canadiens. On sera riche. Très riche. Mercredi, il envoie 5000 dollars pour la dote et jeudi on fait le mariage. Pas de fête, faut pas gaspiller l'argent. Six mois plus tard on lui envoie la fille. C'est lui qui va tout payer, bien sur. Et tout cela, je l'ai arrangé via Ahmed, un nouveau ami du mabraze qui n'est autre que son propre oncle. Ça te suffit madame ?

    - Non.

    - Tu as toujours été une diablesse. Va te coucher ! De toute façon, cela ne te regarde pas. C'est ma fille ! je la marie comme je veux. Et si tu n'es pas contente je vais même me remarier après, si je veux!

    Au soupir du cœur

    Incroyable. Allongée au centre de la petite chambre qu'elle partage avec ses petites sœurs, Warda n'en revient pas. Voici qu'elle apprend il y a deux heures par sa mère, avec le plus grand naturel, qu'elle n'est plus une fille. Que son père l’a donnée en mariage à un Djiboutien habitant au Canada et dont elle ignore encore le nom. La mère n'avait pas le droit de le lui annoncer auparavant. Et Warda n'avait rien remarqué. Normal, ici, on ne badine pas avec Amou Naguib. Apprendre tout d’un coup, qu’on vient d'être mariée à un inconnu résidant à des milliers de kilomètres et dont on ignore le nom et le visage…

    Pas maintenant. Warda a été sacrifiée depuis son plus jeune âge comme ses autres frères et sœurs sous la peur, la violence, la terreur et l'humiliation infligées par son père.

    Mais elle reste la plus traumatisée. Impossible de se défendre, elle doute même de sa propre personne. Elle quitte l'école à la deuxième année du cours moyen.

    Agée aujourd'hui de 18 ans, si son origine “métissale” traduit aisément toute la beauté et l'élégance de Warda, néanmoins cette voix si douce, si faible, qui semble souvent incertaine rappelle de temps en temps qu'au plus profond de cette sublime créature, quelque chose a été brisée pour toujours. Et ce soir, c'est le chaos.

    Hélas ! depuis 6 mois, Warda, " travaillée profondément par une amie ", vivait son premier amour.

    Pour la première fois, Anis lui avait appris à aimer. A relever la tête, à regarder l'horizon. A rêver pour la première fois. A espérer. Il a su allumer en elle une petite flamme qui, chaque jour, prenait force et vie.

    " C'est ainsi. Je t'ai pas trahi. Ne m'abandonne pas. J’ai besoin de toi pour tenir. Je t'en supplie, restons amis au moins ".

    Chez une amie, Anis et Warda se voient 3 fois par semaine. De son côté, notre canadien, envoie une pension mensuelle de 300 dollars à Warda que les poches de Amou Naguib ne libéreront pour personne. 9 mois après, cette dernière situation n'est plus. 1. 2. 3 mois. Que le Canadien n'a envoyé aucun dollar. Amou Naguib est fou de rage. Complètement aux abois. Et là, il est dangereux.

    Très dangereux. Armé de son couteau, cette arme qui avait tracé autrefois sa légende, il met à terre Ahmed l'oncle du canadien.

    " Ce voleur se croit intelligent, depuis 3 mois il détourne la pension que mon beau fils envoyait de Canada, à son nom. "

    Celui-ci serait même mort si les amis du mabraze n'était pas intervenu à temps. Ahmed reste en réanimation. Amou Naguib purge 3 mois à Gabode. Mais Amou Naguib n'a pas dit son dernier mot. Ce n'est pas un type qui s'est fait prendre comme ça.

    Pour connaître la fin de l'histoire rendez-vous restez en ligne. Votre serviteur.

    Par Nassib (article tire de la Nation)
  4. Dans le sujet : 54 Or 8 ?

    Posté 2 déc. 2003

    the article was from the San francisco chronicle
  5. Dans le sujet : Taux De Divorce Incroyable!!!!!!!!

    Posté 25 juil. 2003

    Somali_psycho, le vendredi 25 juillet 2003, 15:49, dit :

    The very fact that so many are getting divorces is one factor that encourages so many divorces. In years past divorce was frowned upon by nearly everyone in our society. Getting a divorce was an admission of failure and was a shameful thing. I am sorry to say that such is no longer the case. The attitude of "everyone is doing it" seems to prevail. Getting a divorce is now the "in thing" and nothing for which one needs to be ashamed. This should not be the case.

    Other elements are also the cause of divorse in our sociaty.

    1) Money
    2)domestic abuse
    3)sexual incompatibility (this should be N01)
    4)temptation ( I resiste everything except temptation) O.Wild
    etc etc....

    Greetings,

    Well, It's true that in the past divorce was viewed as a failure or even some cases as a curse. But your perspective of the new trend isn't totally correct either S-P. I 'm curious to know on what grounds are you asserting your comments? any study? any facts or figures to support your claim, S-P? I guess not. It would be unfair to mislead the crowd and reinforce this misconception about marriage and divorce which I call Another-silly-Urban-Myth. Let's pretend you didn't mean to S-P, Shall we?

    Couple marry for all sort of reasons, and they do divorce for all sort of reasons as well depending on the situation at hand. However, divorce isn't a new trend and has been around and we should be careful enough to support our claim concerning where society is leading to and what people's actions.


    Peace,

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu
Location:
Amerique Du Nord/North America

Informations de contact

Courriel :
Privé
Website URL
Website URL  http://