djibnet.com: hamza - Affichage d'un profil

Aller au contenu

hamza : Profil Note du membre : -----

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
3 (0 par jour)
Plus actif dans :
Politique et développement (3 messages)
Inscrit :
25-juillet 06
Vus :
881
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne août 27 2006 01:35
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   hamza n'a pas encore défini son statut

Messages que j'ai posté

  1. Dans le sujet : Etat Islamique De Djibouti: Le Seul Systeme Fonctionel

    Posté 9 août 2006

    :angry: Cher ami !!
    Remplace une dictature par une autre. je suis un democrate et je le resterai. Je serais totalement contre l instauration d un regime islamique, calque sur le modele saoudien , dans ma chere patrie Djibouti. la charia est d un autre age et il est pratiquement impossible qu elle soit applicable de nos jours.
    Les plus hypocrites des hypocrites sont les "barbus" qui ne revent que de "tapper " sur les plus faibles: les femmes. Charia = Dictature :angry: :angry: :angry:
  2. Dans le sujet : Invasion De La Somalie Et Hegemonie Ethiopienne Sur La Corne:

    Posté 25 juil. 2006

    Voir le message hamza, le Tuesday 25 July 2006, 13:39, dit :

    Voir le message Real Tuam, le Monday 24 July 2006, 14:39, dit :

    Etant donne que Meles Zenawi vient d'officialiser l'occupation de la Somalie par sa milice Tigreenne, il vient naturellement a l'esprit d'etudier les consequences de l'imperialisme Tigreenne sur notre petit pays.

    Tout d'abord, une rapide perspective historique:

    L'Ethiopie, environ 70 millions d'ames, est une mosaique de peuples avec des tribus nilo-saharique peuplant l'Ouest du pays, les Tigres et Amharas d'origine Semitique (respectivement environ 13 et 25% des Ethiopiens) occupant les hautes terres interieures et enfin les peuples d'ascendance Couchitique telles que les Oromos (environ 40%, majoritairement Musulaman), Sidamo et Afars se repartissant dans le Sud et l'Est.

    Tandis que les autres nationalites non-semites ont historiquement ete marginalises, les Amharas, habitues a dominer la scene politique, le furent a leur tour lorsque le TPLF (Tigre people Liberation Front) chassa le dictateur communiste Mengistu en 1991.

    Encore trop faible pour lutter sur plusieurs fronts, le TPLF inscrivit le droit a l'autodermination des diverses nationalites dans la nouvelle constitution, pavant ainsi la voie a la secession Erythreenne suite a un referendum en 1993.

    Tres vite, la tension monta lorsque le nouvel Etat Erythreen decida d'assumer une independance totale et frappa monnaie; il devint ainsi clair que l'Ethiopie etait condamne a rester une puissance certe demographique mais totalement enclave et dependant des Etats frontaliers pour son acces maritime.

    Saisisant le pretexte d'une frontiere mal defini aux alentours du petit village de Badme, les deux pays entrent en guerre ouverte en 1998; l'Ethiopie perd ainsi son acces au port d'Assab et devient totalement dependant sur le port de Djibouti (lequel acces suscita la fureur Erythreenne et une menace de guerre concomitante vis-a-vis de notre pays).

    L'Eryhtree, quant a elle, est un petit Etat de pres de 4 millions d'habitants egalement partage entre Christiannisme et Islam mais domine par une junte autoritaire Tigreene a l'instar de l'Ethiopie.

    L'EPLF (Eritrean people liberation Front) fut soutenu par Mogadiscio dans sa longue guerre avec les pouvoirs successifs de l'empereur Haile Selasse et du dictateur sanguinaire Mengistu, forts de l'aide militaire Americano-Israelienne puis Sovietique avec la declaration d'une republique communiste par le Dergue (comite politique militaire aynt dechu l'empereur).

    Occupant encore l'Ogaden sinistre et litteralement traite comme une terre sous-occupation (les autorites locales furent jetes en prison en 1993, le budget gele et les ONG decourages), l'oligarchie Tigreenne a decide d'intervenir maintenant ouvertement au profit d'un gouvernement fantoche et de son allie A. Yusuf.

    Pourtant, les tribunaux Islamiques ont des le depart annonce leur volonte de dialogue tous-azimuts, se concentrant sur la rehabilitation des infrastructures de la capitale apres avoir chasse les chefs de guerre longtemps consideres comme "invincibles".

    Ces memes chefs de guerre, apres s'etre "elus" aux plus hauts postes de l'"Etat", semblent desesperes maintenant au point de collaborer ouvertement avec l'occupant.

    Devons-nous assister a ce drame en temoins




    Cher ami
    J ai trouve votre analyse tres objective et c est parce que c est la mienne aussi.
    Je suis tres inquiet de la tournure que prennent les evenements en Somalie. Je suis indigne et offusque par le silence de la communaute internationale sur le drame que vit le peuple somalien. A croire que les ethiopiens ont l aval de la communaute interanationale et surtout des Etats-unis pour envahir la Somalie.
    Les gouvernements ethiopiens a surement profite de la crise au Proche Orient pour mener une telle operation. aux lieux d apporter une reponse politique a la crise, ils optent pour une solution basee sur la force. Mais ils devraient savoir que ceci n aboutira a rien et ne semera que la haine et la destabilisation de toute la region. Il est grand temps que les nations "dites civilisees" trouvent une reponse au drame et a la souffrance du peuple somalien.
  3. Dans le sujet : Invasion De La Somalie Et Hegemonie Ethiopienne Sur La Corne:

    Posté 25 juil. 2006

    Voir le message Real Tuam, le Monday 24 July 2006, 14:39, dit :

    Etant donne que Meles Zenawi vient d'officialiser l'occupation de la Somalie par sa milice Tigreenne, il vient naturellement a l'esprit d'etudier les consequences de l'imperialisme Tigreenne sur notre petit pays.

    Tout d'abord, une rapide perspective historique:

    L'Ethiopie, environ 70 millions d'ames, est une mosaique de peuples avec des tribus nilo-saharique peuplant l'Ouest du pays, les Tigres et Amharas d'origine Semitique (respectivement environ 13 et 25% des Ethiopiens) occupant les hautes terres interieures et enfin les peuples d'ascendance Couchitique telles que les Oromos (environ 40%, majoritairement Musulaman), Sidamo et Afars se repartissant dans le Sud et l'Est.

    Tandis que les autres nationalites non-semites ont historiquement ete marginalises, les Amharas, habitues a dominer la scene politique, le furent a leur tour lorsque le TPLF (Tigre people Liberation Front) chassa le dictateur communiste Mengistu en 1991.

    Encore trop faible pour lutter sur plusieurs fronts, le TPLF inscrivit le droit a l'autodermination des diverses nationalites dans la nouvelle constitution, pavant ainsi la voie a la secession Erythreenne suite a un referendum en 1993.

    Tres vite, la tension monta lorsque le nouvel Etat Erythreen decida d'assumer une independance totale et frappa monnaie; il devint ainsi clair que l'Ethiopie etait condamne a rester une puissance certe demographique mais totalement enclave et dependant des Etats frontaliers pour son acces maritime.

    Saisisant le pretexte d'une frontiere mal defini aux alentours du petit village de Badme, les deux pays entrent en guerre ouverte en 1998; l'Ethiopie perd ainsi son acces au port d'Assab et devient totalement dependant sur le port de Djibouti (lequel acces suscita la fureur Erythreenne et une menace de guerre concomitante vis-a-vis de notre pays).

    L'Eryhtree, quant a elle, est un petit Etat de pres de 4 millions d'habitants egalement partage entre Christiannisme et Islam mais domine par une junte autoritaire Tigreene a l'instar de l'Ethiopie.

    L'EPLF (Eritrean people liberation Front) fut soutenu par Mogadiscio dans sa longue guerre avec les pouvoirs successifs de l'empereur Haile Selasse et du dictateur sanguinaire Mengistu, forts de l'aide militaire Americano-Israelienne puis Sovietique avec la declaration d'une republique communiste par le Dergue (comite politique militaire aynt dechu l'empereur).

    Occupant encore l'Ogaden sinistre et litteralement traite comme une terre sous-occupation (les autorites locales furent jetes en prison en 1993, le budget gele et les ONG decourages), l'oligarchie Tigreenne a decide d'intervenir maintenant ouvertement au profit d'un gouvernement fantoche et de son allie A. Yusuf.

    Pourtant, les tribunaux Islamiques ont des le depart annonce leur volonte de dialogue tous-azimuts, se concentrant sur la rehabilitation des infrastructures de la capitale apres avoir chasse les chefs de guerre longtemps consideres comme "invincibles".

    Ces memes chefs de guerre, apres s'etre "elus" aux plus hauts postes de l'"Etat", semblent desesperes maintenant au point de collaborer ouvertement avec l'occupant.

    Devons-nous assister a ce drame en temoins

Mes informations

Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Privé