djibnet.com: jetaime - Affichage d'un profil

Aller au contenu

jetaime : Profil Note du membre : -----

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
81 (0,01 par jour)
Plus actif dans :
Forum Général (47 messages)
Inscrit :
07-juin 06
Vus :
1 633
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne Privé
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   jetaime n'a pas encore défini son statut

Sujets que j'ai initié

  1. Le Malheur De Djibouti:les Vieux Militaires Djiboutiens

    Posté 10 juin 2011

    Tous des voleurs, des ivrognes et des peureux.toufooooooooooo, gudaafa.
  2. Lache Nous Les Baskets!

    Posté 13 févr. 2007

    Muj, degages!!!
    Ici, on parle pas de dogme!!!
    On est bk, ll faut pas nous mettre ces conneries!
  3. Djibnet Est Une Ordure

    Posté 13 févr. 2007

    C"est qui ki gère ce fouttu forum, il a enlenvé mon topic.
  4. Www.djiboutien.com

    Posté 8 févr. 2007

    Un petit tchat pour se defouler de temps en temps.
  5. Imbéciles, Ces Juges Français!

    Posté 6 déc. 2006

    Ceci est un article de RFI.

    Le juge Bruguière démenti par l'un de ses témoins-clés

    Le feuilleton politico-judiciaire entre Paris et Kigali rebondit. Emmanuel Ruzigana, l’un des témoins-clés du juge Jean-Louis Bruguière, l’accuse d’avoir «déformé son témoignage». Il y a dix jours, le juge français a lancé neuf mandats d’arrêt internationaux contre des proches du président rwandais, Paul Kagame, entraînant la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays.

    Le dossier du juge Bruguière se fissure. Un de ses témoins rwandais, cité dans les pages 23 à 25 de l’ordonnance qu’il a transmise au parquet au mois de novembre, l’accuse d’avoir «déformé son témoignage». Emmanuel Ruzigana, 35 ans, exilé en Norvège, a été entendu par le juge anti-terroriste le 29 mars 2004 dans le cadre de son enquête sur l’attentat contre le président rwandais Juvenal Habyarimana, le 6 avril 1994, qui s'était ensuivi du génocide. Dans l’ordonnance, Emmanuel Ruzigana est présenté comme «membre d’un ‘Network commando’, chargé de la protection du site de tir de missiles depuis la colline de Masaka» et «témoin visuel de l’attentat».

    Dans une lettre adressée au magistrat et que s’est procurée le journal Libération, Ruzigana explique aujourd’hui «ignorer l’existence» d’un «Network commando» (présenté par Jean-Louis Bruguière comme celui qui a abattu l’avion présidentiel) et «n’avoir aucune connaissance sur la personne qui aurait tiré sur l’avion». Il affirme en outre qu'il n'était pas présent à Kigali le 6 avril, se trouvant dans le nord-est du pays et n’étant revenu dans la capitale qu’à la fin du génocide, deux mois plus tard. Emmanuel Ruzigana précise que, lors de son audition, la greffière lisait un texte, lui demandant de confirmer ou d’infirmer. «Parfois, je ne comprenais pas la question, il fallait s’y reprendre à plusieurs fois. Le juge n’aimait pas mes réponses. A la fin, il m’a dit, énervé : ‘C’est fini, sortez, il n’y aura pas d’asile !’», rapporte Libération.

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Privé