djibnet.com: nabiha - Affichage d'un profil

Aller au contenu

nabiha : Profil Note du membre : -----

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
7 (0 par jour)
Plus actif dans :
Forum Général (6 messages)
Inscrit :
29-mars 05
Vus :
1 527
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne juil. 22 2005 12:27
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   nabiha n'a pas encore défini son statut

Messages que j'ai posté

  1. Dans le sujet : La Femme Et Le Mariage

    Posté 15 mai 2005

    ANGE FELIX, le Thursday 12 May 2005, 17:40, dit :

    JEPENSE, le Thursday 12 May 2005, 16:42, dit :

    La Femme et le mariage

    Pour une fois je suis entièrement d'accord avec Ange FELIX;
    Pourquoi la femme n'aurait pas droit à la polygamie? Pourquoi la femme n'aurait pas droit de battre sans trop de "blessures" comme vous dites son mari? Et pourquoi l'homme serait permis de faire des choses que la femme n'aurait pas droit de le faire. Autant de questions qui méritent réponse.






    La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
    La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
    Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
    C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

    Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

    Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
    L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.
    En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).
    Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
    La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

    3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

    4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

    5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
    Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
    L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

    a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

    B) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
    L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


    CONCLUSION

    L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
    Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
    Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
    En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
    Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

    “Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

    Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
    Voir le message


    je une question a vous poser.

    quel serait le chatiement d´apres la Charia, si une femme musulmane a le droit d´avoir 4,ou 5 mari a la fois?question bingo?????
    alors pourquoi vous tolerer a un homme musulman d´avoir plusieur femmes?je connais deja ta reponse a l´avance :angry: tintin si lui il a le droit d´avoir plusieurs femmes, ALORS LES FEMMES VOUS AUSSI VOUS AVEZ BIEN LE DROIT D´ EN MEME 12 MARI A LA FOIS B)
    Voir le message
  2. Dans le sujet : Pourriez Vous M'aider Svp?

    Posté 14 avril 2005

    Merci beaucoup pour ton aide mujahida tu m'a était d'un grand secours.
    Merci encore! :)

    mujahida, le Thursday 14 April 2005, 9:56, dit :

    nabiha, le Thursday 14 April 2005, 8:57, dit :

    Bonjour,
    Moi c'est des prénoms de filles somalis que je recherche.
    Si quelqu'un a une idée merci de me les communiquer. Pour la traduction il n'y a pas de soucis.
    Merci d'avance

    ISLINO, le Wednesday 13 April 2005, 19:09, dit :

    Intéressant com prénoms...

    :)
    Il y aussi : Gaarad, Kennedid,Iftin,Waberi,Iltireh,
    Douksieh, Farxan, Liban, Sahardid, Wiiilsann, et j'en passe ...


    Peace...
    Voir le message

    Voir le message


    salam alaikum wr wb, voici c est celui de ma niece voila
    warsan
    deksan
    hodan
    hibaq
    hibo
    hamda
    hali
    sagal
    simane
    saredo
    arksan
    filsan
    idil
    sakiine
    raho
    rahma
    raisso
    hawo
    noura
    choukri
    zahra
    zainab
    saidiyo
    zam-zam
    nasra
    faiza
    fathiya
    nafissa
    kafia
    kadra
    amina
    amran
    oubah
    deka
    habibo
    faduma
    kaltum
    mariam
    anab
    marwo
    aicha
    roda
    neima
    magaan
    mouhoubo
    mounissa
    loula
    soundous
    masna
    sado
    ayan
    yasmin
    souleikha
    sureya
    maleiko
    mako
    madina
    mirane
    soubane
    kadija
    amira
    mouna
    istarline
    yurub
    idmane
    assia
    guello
    imane
    ifrah
    rahima
    isir
    dholi
    duniya
    loubna
    mahado
    madhiba
    hinda
    sudi
    nadira
    nadia
    dayibo
    fardoussa
    roukiya
    farhiya
    fowsiya
    fahima
    Voir le message
  3. Dans le sujet : Pourriez Vous M'aider Svp?

    Posté 14 avril 2005

    Bonjour,
    Moi c'est des prénoms de filles somalis que je recherche.
    Si quelqu'un a une idée merci de me les communiquer. Pour la traduction il n'y a pas de soucis.
    Merci d'avance

    ISLINO, le Wednesday 13 April 2005, 19:09, dit :

    Intéressant com prénoms...

    :)
    Il y aussi : Gaarad, Kennedid,Iftin,Waberi,Iltireh,
    Douksieh, Farxan, Liban, Sahardid, Wiiilsann, et j'en passe ...


    Peace...
    Voir le message
  4. Dans le sujet : Safia Otokoré

    Posté 3 avril 2005

    Ne vous éloigner pas du sujet abordé.
    La question que je me pose tjrs qui un djiboutien peut-il aimer?
  5. Dans le sujet : Safia Otokoré

    Posté 3 avril 2005

    Desaxee, le Saturday 2 April 2005, 19:02, dit :

    Tout est relatif domi2 (t'es le vrai domi ou pas?)
    Eh bien dis donc je vois qu'on s'éloigne du sujet.
    Arrêter d'avoir la haine à votre âge.
    Au fond je me demande qui un djiboutien peut-il aimer?

    En france, les filles musulmanes ne peuvent pas porter le voile au lycee
    A djib, le culte israelite est interdit
    en israel, les musulmans vivent un cauchemar et leurs droits ne sont pas respectes

    C'est ca la vie domi, rien n'est absolue. Chaque pays a ses raisons.
    les francais vivent bien a djib ya des cathedrales, personne ne les oblige a porter le voile, je trouve  ca tolerant  (la tolerance est relative je disais donc) , et tu sais ya pas des juifs a djib  donc interdire le culte juif a djib c'est comme interdire les cultes paiennes dans la cité du Vatican (ca sert pas grand chose car personne qui veut suivre ce culte). :)

    J'espere que je t'es renseigné et puis donc comme je disais question tolerance persone ne peut faire la morale a une autre personne (c'est pas les djiboutiens qui ont organise les rafles des juifs en France dans les annees 40)
    Voir le message

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Privé