djibnet.com: Kabula - Affichage d'un profil

Aller au contenu

Kabula : Profil Note du membre : -----

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
46 (0,01 par jour)
Plus actif dans :
Politique et développement (28 messages)
Inscrit :
14-janvier 05
Vus :
1 622
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne juil. 03 2014 07:34
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   Kabula n'a pas encore défini son statut

Messages que j'ai posté

  1. Dans le sujet : Saisie Du Renouveau, Arret Des Journalistes

    Posté 11 févr. 2007

    Salam,

    Mes analyses, je ne les impose à personne, mais les soumets au jugement de vous tous qui me lirez.
    Aucun moyen n’est écarté par Sourcil pour discréditer Kabula. Clamant aux atteintes à la liberté quand celle-ci n’est en rien menacée, pratiquant le mensonge, la manipulation, et la désinformation pour propager la peur, la suspicion et l'exclusion des citoyens toujours trop anti-ioguistes, toujours trop opposants. Donc, la terreur, dont l’origine reste floue, incertaine, la peur qu’elle provoque, sert à manipuler l’opinion. N’assiste-t-on pas aujourd’hui aux mêmes procédés ?
    Sa désinformation consiste à déformer suffisamment un fait pour lui faire signifier autre chose.
    Le djibnaute remarquera l'absence totale de preuves , le dévoilement d’un raisonnement faible ou mal étayé, des références parfois incomplètes, ou résumées de façon tendancieuse, émaillant des propos déjà complexes?
    Voudrait-il par hasard qu'un maximum de djibnautes soient la proie de cette dictature et deviennent "faciles à duper ou à manipuler"? Peine perdue !
    Kabula subit des attaques qui, dans n’importe quel pays, donneraient lieu au dépôt de plaintes légitimes. Comment ne pas s’indigner que Sourcil, fut-il d’une agressivité sans pareille en traitant Kabula d’«obscur, ignorant » ?
    La peur et la haine n’aident pas à avancer mais paralysent le débat.
    Vous pouvez certes continuer ainsi à tromper et à vous tromper, cher Sourcil, en supposant qu'en s'acharnant sur un Kabula on finit par transformer la réalité... Rien n'est moins sûr…
    Mais comment s’étonner de sa dérive alors que Sourcil multiplie les accusations fausses et gratuites contre un Kabula systématiquement présenté comme le complice des « auteurs obscurs » ?
    La dictature ioguiste est certes très répressive, d'un totalitarisme où la menace de l'arbitraire et la torture sont omniprésentes.L’incarcération des membres du MRD en est la caricature parfaite.
    Dans son discours pathétique, Sourcil, en mal de sensationnalisme et spécialisé dans l’intoxication et la désinformation, dans le vil dessein d’exploiter à des fins bassement lucratives , l’opinion djibnaute, s’évertue à créditer la thèse selon laquelle, l’article était diffamatoire. Quel grossier mensonge ! Où est la diffamation, l’insulte primitive dans l’article? Aurais-je mal lu ?
    Accuser l’article sans aucune preuve est un mensonge que personne ne pourrait croire. C'est d'ailleurs par ce mensonge que les 4 membres du MRD ont été incarcérés au secret, et torturés pendant plusieurs heures.
    Cette attitude montre à quel point le Régime Ioguiste n’est nullement disposé à rompre avec une conception autocratique du pouvoir qui dénie aux citoyens toute liberté et tout droit, hormis celui de mourir.
    Quel crédit accorder aux dires de Sourcil-le-menteur?
    Comment se défendre contre les pieux menteurs, les fabulateurs, les mystificateurs, les mythomanes, ceux qui mentent parce qu'ils ont menti, ceux que Jean-Michel Rabaté appelle les «menteurs en série»?
    O combien prétentieux serait celui qui affirmerait qu’il ne ment jamais ou, du moins, qu’il n’a jamais menti...
    N’est-il pas préoccupant de constater que rares sont les djibnautes qui dénoncent cette dérive flagrante, digne des régimes paleo-staliniens ou d’augusto Pinocchio, pardon : pinochet ?!




    Ps: N’oublie surtout pas Sourcil de répondre à la question, où est la diffamation, l’insulte primitive dans l’article?
  2. Dans le sujet : Saisie Du Renouveau, Arret Des Journalistes

    Posté 9 févr. 2007

    Salam,

    Force est de constater que Sourcil ne répond pas au fait sus-mentionné : où avez-vous pu lire les insultes , les atteintes à la vie privée d’une personne dans ledit article ?
    On peut voir que dans ses propos, Sourcil n'éléve pas particulièrement les débats, ni par l'argumentation, ni par la considération pour ses adversaires…
    Curieux , le post de Sourcil ! C’est en parcourant le post que j’ai compris enfin la faillite de l’Education nationale car lorsque je lis pareil galimatias réunissant à la fois impéritie, mauvaise foi et mensonges éhontés j’ai du mal à croire que son auteur était enseignant ! Mais bon avançons !
    Pourquoi ont-ils (Bob, Sourcil) menti aux djibnautes en parlant d’une insulte? Les djibnautes , à qui on a fait croire que cet article était truffé d’insultes, sont en droit d’exiger quelques explications.
    Quand on ne sait pas répondre à ce qu'un djibnaute dit, le mieux est de salir ce qu'il est.
    Par tous les moyens : le dénigrement, la calomnie, l’insulte en faisant fi de toute contrevérité. Le texte de Sourcil en est l’illustration parfaite.
    Le régime ioguiste ferait mieux de commencer par donner la parole à tous sans aucune censure avant de parler de démocratie et de liberté d’exp​ression.
    Sourcil prouve qu’il n’a rien compris. Mais pire, si on appliquait sa vision à Djibouti par exemple, il n’y aurait donc aucune raison de s’émouvoir des membres du MRD emprisonnés - dont le seul "crime-pensée" est d’écrire un article dont le sujet a le malheur de déplaire à la "police ioguiste de la pensée" !- qui ont eu lieu puisque, d’après son raisonnement, ces personnes ne seraient que des ’insultants ‘sans sentiments !... Quel foutage de gueule ! Son raisonnement est très dangereux.
    Que vaut cette comparaison profondément perverse, elle aussi, car elle choisit l’exemple des pays (dictatoriaux) qui ont condamné des journalistes à des sommes surréalistes comme pour mieux souligner le fait que l’auteur de l’article est foncièrement mauvais, obscur, insultant ? Elle ne vaut rien car, à force de passer sous silence le journal du Renouveau ayant osé accomplir sa mission d'informer et de faire réfléchir s'est vu interdire, l’emprisonnement des membres du MRD - cela est évidemment inacceptable, ne peut être toléré d’aucune façon -, Sourcil ne s’aperçoit même plus que le journaliste n’avait nullement atteinté à la vie privée de ladite personne. Le passage sous silence du scandale – mais le scandale est toujours indicible pour les lâches – entraîne Sourcil à proposer une comparaison qui est au fond un total hors-sujet.
    Dans quel monde vit-on pour qu'en aval, devant l'inadmissible, il y ait certes des réactions mais modérées, tièdes, ménageant la chèvre et le chou ?
    Ce qui rend son accusation assez ridicule et même assez pathétique... comme je peux le penser moi-même stupide et cela pour plusieurs raisons, dont l’une est exposée dans le premier point : son inculture et son manichéisme.
    Certes, il prend la précaution d’un “supposons que”, mais comment ne s’aperçoit-il pas que justement, Haid n’a pas été injurié ? Pourquoi crée-t-il une situation factice, “imaginée” (ce sont ses termes) pour mener sa comparaison ? La comparaison est évidemment stupide, faisant des amalgames, des généralisations abusives.
    Sa réaction est donc remplie de contradictions qui prête à sourire et même à s'écrouler de rire.
    Son compte-rendu est totalement hallucinant . Il suffit en effet de consulter l’article («"Omar Aïdid subit les foudres du pouvoir"» paru le 01/02/07 ) pour trouver que notre mercenaire des idées « quand même », ne sait pas ou ne veut pas lire. Comment ne pas voir que c’est dans ses propos - sur djibnet - qu’il y a un ton qui est très souvent celui de la dénonciation et qui est celui de la disqualification ?
    La manipulation est devenue un terrorisme sémantique, organisé, répandu et financé depuis le royaume de Haramous, auquel collaborent Bob, Sourcil et autres, pour abuser les djibnautes.
  3. Dans le sujet : Saisie Du Renouveau, Arret Des Journalistes

    Posté 8 févr. 2007

    Salam ,



    Il est des critiques de posts que l’on se réjouit de faire. Il en est d’autres que l’on préfèrerait ne pas avoir à faire. Tel est précisément le cas du post de Sourcil. C’est qu’il n’est guère à tirer, excepté l’outrance et le fumet nauséeux. L’outrance de l’ensemble est telle que l’on en finit par se demander si la véhémence et la provocation ne sont pas volontaires.
    Franchement Sourcil on vous retrouve vraiment partout il y a plus de 3 de vos commentaire et réplique rien que pour cet article, vous n’avez rien à faire que de surveiller les commentaires de certains djibnautes qui défendent leur pays car cela vous fait mal au cœur que ces derniers le fassent. Comment peuvent-ils (Bob, Sourcil et autres ) saluer un régime où les membres d’un parti politique sont envoyés en prison ?
    Où avez-vous pu lire les insultes ?
    Tout d’abord, je souhaite rappeler à Sourcil que le régime ioguiste est une dictature. Il est en effet une dictature en ce sens qu'il ne permet aucune liberté d'exp​ression.
    Le système est incroyablement pervers et organisé pour empêcher toute forme de liberté d'exp​ression de se developper.
    Le contrôle de la population est total par le simple fait que les opposants sont réduits à la famine et à mourrir chez eux, car ils ne peuvent plus obtenir le minimum pour survivre.
    Le régime se perpétue grâce à une cours de larbins et une garde prétorienne qui, eux, jouissent d'excellentes conditions de vie: appartements luxueux, hôpitaux spéciaux, magasins réservés etc...
    Sourcil occulte trop souvent ce terme lorsqu’il parle de Djibouti. Pourtant tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’un seul homme : IOG est le chef de l’Etat, du gouvernement, des armées, du parti unique, et possède un contrôle totale de la presse.
    La dictature ioguiste n’aménage aucune ouverture laissant présager plus de démocratie mais elle a encore durci sa politique de répression.
    La saisie du journal et l’incarcération des membres du MRD dont le seul crime est d'avoir exprimé leur opinion. - Torture et mauvais traitements ont été signalés - Parmi les violences infligées aux 2 membres du MRD figuraient les passages à tabac, le recours à une force excessive, les méthodes cruelles d'immobilisation par des moyens mécaniques, comme celle qui consiste à punir un prisonnier en lui attachant bras et jambes, pendant une période prolongée, à quatre points de fixation..Cela démontre s’il en est encore besoin, que le régime ioguiste ne souffre aucune opposition.
    On peut rapidement se rendre compte que la Liberté d’exp​ression est donc en fait clairement inexistante.
    La Liberté d'exp​ression est souvent l'ennemi premier des dictatures et IOG en a bien conscience.
  4. Dans le sujet : Une Reponse Magistrale A Iog

    Posté 26 janv. 2007

    Salam,

    La honte devrait être cotée en Bourse : elle est un élément important du profit.
    Que les impudiques-farceurs, théoriciens de - « Je préfère apporter comme je le peux ma pierre à l'édifice réel plutôt que de me complaire en un futile exercice virtuel de déni total » Tico, « les partisans, on les connait, ils font qqs éfforts pour les djibs, mais par contre, c'est qui les opposants, ceux qui insultent, donc les insultants? » Sourcil, « Ils veulent aller de l'avant et ne veulent point revenir en arrière.Il faut leur donner cette chance, c'est pourquoi la politique de nos gouverrnants a compris. » Le patriote - et consorts, viennent me raconter encore leurs salades qui ne tiennent plus debout !
    Tout augure en effet la concrétisation garantie d’une certaine promesse bien funèbre !
    Quelle imposture ! Le patriote, il faut être de la basse cour pour usurper l’opinion des djiboutiens, et c’est absurde de prétendre connaître leurs avis respectifs, une telle connaissance, même les spectaculaires messies on reconnu être du domaine de Dieu.
    Au patriote qui écrit, il ne peut le faire logiquement qu’à son nom comme l’a si joliment précisé Dona, les djiboutiens ne sont pas une bande d’abruti pour que le patriote s’autoproclame mandataire virtuel d’eux.
    Notre négationniste (oh pardon le patriote ) est simpliste dans ses analyses, pitoyable dans ses jugements, immature dans ses raisonnements, maladroit dans ses styles, digne d’un véritable ivrogne en état d’ivresse belliqueuse et superficiel dans sa quête de la vérité sur ce qu’a connu Djibouti.
    Il essaie non seulement d’édulcorer l’arrière réalité djiboutienne, mais aussi, se livre à une stupide comédie de mauvais goût ! Comment peut-il continuer à occulter la délicate question, relative à la véracité de la réalité qu’il livre au lectorat? Comment peut-il prétendre moraliser, la génération montante, à travers Djibnet, s’il semble manifestement dépourvu, d’une part, d’une minimale exemplarité, et d’autre part, d’éthique la plus élémentaire!
    Votre texte propagandiste, de toute évidence sans fondement aucun, même si vous l’attribuer à ce « Nous » usurpateur, est en fait le vôtre et est inacceptable par la conscience kabulienne.
    Ces discours, ces menaces assénés sur l’opposition, dont les mercenaires des idées réduisent plus ou moins subrepticement les capacités critiques et la lucidité, rencontrent sinon l’assentiment, du moins, sous forme de mutisme, le consentement des djibnautes tétanisés. Mais « Je » suis sourd à ce silence, lequel devient le meilleur complice de l’expansion des affaires qui sature Djibouti au détriment des vies : la priorité de leurs bilans tient lieu de loi universelle, de dogme, de postulat sacré, et c’est cette logique des justes, l’impassible bienveillante des belles âmes et des grands vertueux, le sérieux des théoriciens, qu’est provoqué le dénuement d’un nombre toujours croissant d’êtres djiboutiens et que sont perpétrés la soustraction des droits, la spoliation des vies, le massacre de santé, l’exposition des corps à la sécheresse, à la faim, aux heures vides, à la vie horrifiée.
    Faut-il ‘mériter ’ de vivre pour en avoir le droit, sourd la crainte insidieuse, l’effroi diffus, mais justifié, de voir des êtres djiboutiens en grand nombre, ou même de voir le plus grand nombre tenus pour superflus. Non pas subalternes ni même réprouvés : superflus.Et par là nocifs.
    Et par là….
  5. Dans le sujet : Iam As Lost As A Headless Chicken!

    Posté 25 janv. 2007

    Salam,

    L’homme n’est pas un animal assoiffé du sang de son voisin.
    L’homme est naturellement bon pour lui-même mais, étant incapable de vivre autrement qu’en société, c’est dans l’ordre social qu’il faut rechercher les causes de sa violence.
    En ce sens, Pierre P a parfaitement de dire que certaines guerres telle la guerre contre le terrorisme est bien une guerre économique sous couvert d’idéologie tronquée.
    L’homme est un animal social. Par nature, l’homme ne peut trouver son épanouissement que parmi ses semblables. L’altruisme, le lien social qui nous pousse vers autrui - nommé philia par Aristote – fait partie inhérente de la nature humaine. « Je m’aime trop pour haïr qui que ce soit. » disait Rousseau.
    Le mal ne vient pas des hommes mais de la société.
    Si pour Socrate, « nul n’est méchant volontairement », « l’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeau » (Rousseau). Les conflits ne naissent donc pas du psychisme humain mais d’une cause qui leur est extérieure. Si les hommes se détruisent, c‘est un accident de l’histoire, l’ordre social tyrannique expliquant à lui tout seul tous les vices de l’homme et les maux de la société. Pour Marx, l’état d’harmonie originel de l’humanité a été rompu par l’exploitation de l’homme par l’homme.
    Là encore, le conflit vient de la structure sociale et c’est donc dans une société sans classe que l’homme trouvera un séjour digne de lui, où il pourra devenir l’homme total, l’« être suprême ».
    Le mythe de Dionysos nous enseigne que l’espèce humaine elle-même naît des résidus d’un crime. La lutte est le fondement de toute relation sociale.

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Privé