djibnet.com: Spotlight - Affichage d'un profil

Aller au contenu

Spotlight : Profil Note du membre : -----

Réputation : 43 Good
Groupe :
Membres
Messages :
348 (0,09 par jour)
Plus actif dans :
Politique et développement (286 messages)
Inscrit :
31-juillet 11
Vus :
2 916
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne Privé
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   Spotlight n'a pas encore défini son statut

Sujets que j'ai initié

  1. Nous Venons En Amis!

    Posté 21 sept. 2015

    Si vous ignorez votre histoire, vous êtes condamné à la revivre encore plus violement qu'avant. On voit ici comment l'histoire se répète avec toutes les veilles recettes coloniales qui fonctionnent toujours: religion, etc


    https://www.youtube.... h?v=NnZG2viKVRo
  2. Human Village

    Posté 15 juil. 2015

    ceci est un tres bon site d information sur la situation a djibouti, les problemes sociaux et geostratetiques et economiques.

    http://human-village... p.php?rubrique3


    Franz Fanon: " Chaque generation doit dans une relative opacite, decouvrir sa mission, la remplir ou la trahir"
  3. Thousands Of Africans Ready To Sell Their Brothers Like In The Time Of

    Posté 17 juin 2015

    In 2010, WikiLeaks cables revealed that the Anglo-Dutch company Shell had infiltrated all levels of the Nigerian government with paid agents who shared all governmental documents and policy projects with the company.

    Shell�s vice-president at the time, Ann Pickard, boasted to the US diplomats that her company knew �everything that was being done in those ministries�.

    Among other revelations, Pickard said that Shell had obtained a letter showing that the Nigerian government had invited bids for oil concessions from China. She was amused that the Nigerian minister of state for petroleum resources of the time, Odein Ajumogobia, had denied the letter had been sent, and told the US diplomats that Shell had copies of similar correspondences with China and Russia.

    According to Celestine Akpobari of Social Action Nigeria, an organization working for the betterment of Nigerian people�s lives: �Shell is everywhere. They have an eye and an ear in every ministry of Nigeria. They have people on the payroll in every community, which is why they get away with everything. They are more powerful than the Nigerian government.�

    All this is possible because thousands of Nigerians are ready to sell their country for personal gain.

    Beyond Nigeria, all over the African continent, many Africans are also ready to betray their brothers and sisters in exchange for money, token awards, and celebrity status.

    This willingness to side with the lowest or highest bidder, regardless of the impact on their country or community, is one of the biggest difficulties we face as a community.

    In 2008, Israeli businessman Beny Steinmetz bribed the wife of the former Guinean president Lansane Cont� with French perfume, iPhones, and little bit of money, $3 million, to get mining right to the world�s biggest untapped iron-ore deposit for only $170 million.

    Once secured, and regardless of accusation of bribery, Steinmetz would proceed to sell, two years later, a 51% share of the rights to the Brazilian mining giant Vale for $2.5 billion, 14 times the initial cost.

    In 2014, the current Guinean President Alpha Cond� would void hundreds of mining permits, but litigations are still pending and would cost the country time and money in numerous courts.

    In 1963, $572 dollars were enough bounty for Togolese army Sergeant Eyadema Gnassigngbe to kill the first elected president of Togo, Sylvanus Olympio, in a coup backed by France.

    At the North Delegates� Lounge in New York at the United Nations, when critical votes are on the table, the horde of prostitute diplomats who are ready to sell their votes or endorsements are actively sought out among the African representatives and embassies.

    The director of an international organization I have close knowledge of used, on many occasions, to grant scholarships to the kids of African diplomats and finance fake development projects to secure African representatives vote for his agenda, regardless of the agenda effect on the countries of those representatives.

    In many West Africans capitals, with amount as small as $5000, you can corrupt high-level governmental agents to side with your project, regardless of the final impact on their country.

    Even when you look at high-profile characters like Mandela and the ANC leadership, their surprising and sudden celebrity status came from betraying the 1955 Freedom Charter their organization initially fought for.

    Today, millions of young Africans are called by the Western medias and governments to follow the example of Mandela, which means to betray their own people�s demands in order to be patronized and sponsored by foreign interests, regardless of the impact on their own community.

    There is even a Mandela foundation and fellowship program started by the United States� government to train new generation of �Mandelas�.

    The easiness with which one can corrupt almost 100% of our public servants and elite constitutes a real threat to the African Renaissance we all wish for.

    We could that the betrayal syndrome is not all the fault of the people. The biggest issue is that African citizens have no idea who are our countries� enemies, what are our national interests, what are the red lines no citizen should cross.

    In comparison, every year, the most powerful nation in the world, the United States of America, makes a list of their enemies: enemy countries, enemy private and public organizations, enemy non-profit organizations, individual enemies, and also a list of the main threats to their national security.

    Last year, the list put China as the most dangerous enemy country of the United States, along with other countries like Iran, North Korea, Russia, Iraq, Afghanistan, and Syria. There are about 100 nonprofit organizations on the American list of enemy organizations or terrorists groups. There is also a list of enemy individuals, who are therefore banned to enter the American territory.

    For example, current Prime Minister of India Narendra Modi was denied in 2005 a diplomatic A-2 visa to the United States. In addition, the B-1/B-2 visa that had previously been granted to him was revoked, for reasons only known to the United States.

    In April 2014, Hamid Aboutalebi, an Iranian envoy to the United Nations, was denied a visa to enter the United States because of his role as a translator for the militants who stormed the American embassy in Tehran in 1979 and held American citizens hostage. The US keeps records, has a long memory and does not forget to punish.

    Finally, every year, through various and sophisticated media networks, the US government informs their citizens about the enemies, why they are on the radar, and also enlist the people�s support to deal with external threats: NGOs, banks, press, companies, agents, and even mainstream individuals are mobilized to deal with whatever they consider as enemy.

    Without that mass education, we would still be vulnerable to foreign intrusion, corruption and destabilization here in Africa.

    Text from Mawuna KOutonin
  4. Les Nouvelles Generations Militantes Africaines. Espoir Et Vigilance

    Posté 12 juin 2015

    Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir » , Frantz Fanon

    Des manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste en Algérie aux grandes grèves des mineurs en Afrique du Sud, en passant par le formidable mouvement de révolte qui mit fin au règne de l’assassin de Sankara au Burkina et par les révolutions égyptienne et tunisienne, etc., il existe un point commun que les médias dominants se gardent bien de souligner : la présence massive de jeunes. De nouvelles générations militantes émergent, réagissant, d’une part, aux conditions d’existence scandaleuses imposées par la mondialisation capitaliste et, d’autre part, à l’action des gérants locaux de cette mondialisation que sont la plupart des gouvernements en place. Cette nouvelle attitude militante de la jeunesse a une base concrète : les mutations sociologique et démographique du continent et la paupérisation massive des jeunes. C’est pourquoi les puissances impérialistes, par le biais des ONG, sont particulièrement actives pour détourner cette jeunesse de la mission qu’elle s’est donnée : la lutte pour la seconde indépendance.

    Une Afrique jeune



    L’Afrique a la population la plus jeune du monde. Le continent compte 200 millions de jeunes de 15 à 24 ans et ce chiffre devrait doubler à l’horizon 2045. Les moins de 15 ans forment 40 % de la population alors que les plus de soixante ans ne comptent que pour 5,5 %. Les deux tiers de la population ont moins de 30 ans et plus de 50 % ont une moyenne d’âge de 21 ans. De cette structure démographique découle une conséquence sur le marché du travail : « Si cette tendance se poursuit, la main-d’œuvre du continent sera d’un milliard de personnes en 2040. Ce sera la plus nombreuse au monde, dépassant celle de la Chine et de l’Inde. » Cette jeunesse est également caractérisée par un chômage massif. Ainsi près de 60 % des chômeurs africains sont des jeunes et, dans la plupart des pays du continent, le taux de chômage des moins de 25 ans est deux fois plus important que celui des adultes. Il est par exemple de 23, 4 % en Afrique du Nord en 2009 soit 3, 8 fois plus important que celui des adultes. En Afrique du Sud, il est de 48 % soit 2,5 fois plus élevé que celui des adultes. Pour la grande majorité de ces jeunes, il ne reste que le secteur informel pour tenter de survivre. La pauvreté massive est en conséquence une autre caractéristique de la jeunesse africaine. En moyenne, 72 % des jeunes Africains vivent avec moins de deux dollars par jour et ce taux dépasse les 80 % dans des pays comme le Nigéria, l’Ouganda ou la Zambie.

    Soulignons enfin que la jeunesse africaine est également de plus en plus instruite. N’en déplaise aux nostalgiques de la colonisation, l’accès à la scolarité est un des résultats des indépendances. Malgré la dégradation des conditions et de la qualité de l’enseignement, les gouvernements, mêmes les plus réactionnaires, hésitent, par peur des révoltes sociales, à remettre en cause l’accès à l’enseignement. Ils sont ainsi aujourd’hui 42 % des 20-24 ans à avoir reçu un enseignement secondaire. Une jeunesse de plus en plus importante mais également fortement touchée par le chômage, l’emploi informel et la pauvreté. Une jeunesse également plus instruite. C’est cette base matérielle qui explique le renouveau militant dans la jeunesse africaine.

    Un nouvel âge politique



    Le changement dans la place de la jeunesse n’est pas que quantitatif. Un processus qualitatif porteur de conscientisation est également à l’œuvre. On peut ainsi, selon nous, évoquer l’existence de « trois âges » de la jeunesse africaine. Chacun de ces âges a forgé son rapport au monde et son expérience politique dans un contexte particulier. Le premier âge est celui de la jeunesse des décennies 60 et 70 que nous pouvons qualifier de « jeunesse des indépendances ». Cette génération émerge dans un contexte de lutte des peuples africains pour l’émancipation nationale et sociale. Sur le plan de l’expérience, elle a connu la colonisation ou l’héritage immédiat de celle-ci. Sur le plan matériel, du fait des indépendances, elle connaît globalement (bien sûr de manière hétérogène d’un pays à l’autre) une amélioration de ses conditions d’existence (accès à la scolarité, à la santé, etc.). Sur le plan idéologique, elle se caractérise par l’anti-impérialisme et la volonté de « servir le peuple ». Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde optimiste, d’engagements progressistes et d’une conscience anti-impérialiste et panafricaine.

    Le second âge est celui des décennies 80 et 90 que nous pouvons qualifier de « jeunesse de la mondialisation et des plans d’ajustement structurel ». Cette génération émerge dans un contexte mondial marqué par la fin de l’URSS et par la victoire de la mondialisation capitaliste. Sur le plan de l’expérience, elle a connu la disparition successive des expériences progressistes africaines du fait des « coups d’Etat », des assassinats de leaders révolutionnaires, des contraintes du nouveau rapport de forces mondial. Sur le plan matériel, elle connaît les plans d’ajustements structurels et la paupérisation massive qu’ils produisent. Sur le plan idéologique, elle se caractérise par la croyance en l’économie de marché et à l’idéologie des « droits de l’homme ». Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde fait de mimétisme de l’Occident, de débrouille individuelle, d’individualisme et d’une tendance au renoncement à la lutte politique collective.

    Le troisième âge est l’âge actuel que nous pouvons qualifier de « jeunesse de la seconde indépendance ». Cette génération émerge dans un contexte mondial marqué par la multiplication des agressions impérialistes pour le pillage des richesses naturelles et par la faillite des choix libéraux mais aussi par le développement des puissances émergentes. Sur le plan matériel, elle connaît une « descente aux enfers » les cantonnant dans une « logique de survie ». Sur le plan idéologique, cette jeunesse renoue avec la mobilisation politique tout en n’ayant pas encore trouvé de canal d’exp​ression de sa révolte. Elle expérimente en conséquence de nouvelles formes d’organisation et de contestation. Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde fait de mobilisations collectives mais sporadiques, de radicalisations anti-impérialistes mais encore peu formalisées, de révoltes sociales ne parvenant pas encore à se transformer en révolution.

    La jeunesse africaine est de nouveau confrontée à la découverte de sa « mission » pour reprendre l’exp​ression de Frantz Fanon. De manière significative en Egypte, en Tunisie ou au Burkina Faso, les vastes mobilisations de la jeunesse ont été accompagnées d’une redécouverte des grandes figures des indépendances (Nasser, Sankara, N’Krumah, etc.). Même dans les pays qui n’ont pas connu ce type de mouvement, on assiste à une redécouverte de ces figures dans les chansons de Raps, sur les maillots, etc. Cette recherche d’un ancrage dans les luttes passées souligne la sortie d’une période de « haine de soi » et de fascination de l’Occident. Elle reflète également le développement d’une conscience, certes encore embryonnaire, de la nécessité de reprendre le combat des anciens. C’est pourquoi, il nous semble que l’exp​ression la plus pertinente est celle de « seconde indépendance ». Cette exp​ression est en effet apparue et a été théorisée dans la décennie 60 pour souligner la nécessité de parachever l’indépendance politique par une réelle indépendance économique.

    Une jeunesse reprenant le chemin des luttes collectives, tendant à rompre avec la fascination de l’Occident et essayant de renouer avec les périodes antérieures du combat émancipateur, telles sont les deux caractéristiques dominantes de la jeunesse africaine.

    Le rôle de détournement des consciences des ONG



    Les grandes puissances sont lucides sur ces mutations de la jeunesse africaine. Elles sont conscientes des dangers que font peser ces changements pour leurs intérêts. Elles développent une politique ambitieuse de détournement des consciences par le biais d’ONG multiples et touchant tous les champs de la vie sociale. Le phénomène n’est pas nouveau mais connaît aujourd’hui une nouvelle impulsion en lien avec les nouvelles luttes de la jeunesse.

    Dans la décennie 60 les USA et les puissances européennes ont déjà initié de vastes programmes « d’aide » portés par des ONG. Le panafricain Kwame N’Krumah a dès 1965 alerté sur le rôle néocolonial des ONG du Nord5. Echanges universitaires, formations de syndicalistes, formation des leaders, etc., c’est tous azimuts que se sont développées des ONG visant à détourner la jeunesse de la conscience anti-impérialiste. Il en est de même aujourd’hui. Donnons quelques informations sur les caractéristiques de ces ONG :

    D’une manière générale, les associations du tiers-monde ont peu voix au chapitre quand il s’agit de décider de l’orientation des programmes d’aide financés par le Nord. Seules 251 des 1 550 ONG associées au département d’information des Nations unies sont basées dans des pays en développement. Des études montrent également que, sur cinquante associations occidentales spécialisées dans le plaidoyer, seulement deux avaient effectivement consulté leurs partenaires du Sud avant d’engager une action en leurs noms (25). Les ONG du Nord affirment que les associations du tiers-monde ne sont pas assez solides pour se passer de leur encadrement6. »

    S’appuyant sur la précarité économique de la jeunesse, ces ONG offrent des places de survie aux leaders potentiels des luttes et les mettent ainsi sous leur dépendance. Les programmes d’échanges et de formations sont de plus de véritables mécanismes de formatage idéologique. A l’analyse politique et économique, ces formations substituent l’approche méthodologique et technicienne, la revendication politique est remplacée par la compassion humanitaire, l’organisation des premiers concernés est abandonnée au profit d’une dépendance vis-à-vis de l’aide. Il s’agit ni plus ni moins que de dépolitiser une jeunesse qui a d’abord besoin d’un outil politique pour organiser sa « mission générationnelle » comme le dit Fanon.

    Mais les ONG ont également une fonction plus immédiate : celle de justifier les interventions militaires occidentales. C’est en s’appuyant sur des rapports « objectifs » d’ONG que se déploient des opérations de déstabilisation de gouvernements ayant commis le crime de s’éloigner de la ligne dictée par Washington ou par l’Europe comme, par exemple, de passer un contrat commercial avec une puissance émergente. Les mêmes rapports préparent également les opinions publiques à accepter l’arrivée de troupes étrangères comme solution aux crises. Le nouveau développement de l’action des ONG en Afrique n’est pas le fait d’une poussée de conscience humanitaire en Occident. Il reflète les nouvelles potentialités révolutionnaires de la jeunesse du continent et vise à les neutraliser et à les instrumentaliser. Comme dans la décennie 60, la jeunesse africaine est de nouveau confrontée aux tâches de formations politiques des militants et d’organisations des damnés de la terre.

    Source : Le Journal de l’Afrique no.11, Investig’Action, juin 2015. Lien : http://michelcollon.info/ Le-Journal...
  5. L Eau De Djibouti Empoisonnee! La Population Se Meurt.

    Posté 28 mai 2015

    https://www. youtube....AaLZfTEuo#t=352

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Privé

Amis

Spotlight n'a pas encore ajouté d'amis.

Commentaires

Spotlight n'a pas encore de commentaires. Pourquoi ne pas lui dire bonjour ?