djibnet.com: Homo-Khatus_ - Affichage d'un profil

Aller au contenu

Homo-Khatus_ : Profil Note du membre : ***--

Réputation : 0 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
50 (0,01 par jour)
Plus actif dans :
Société et Culture (36 messages)
Inscrit :
30-mai 03
Vus :
1 609
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne févr. 24 2006 12:22
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   Homo-Khatus_ n'a pas encore défini son statut

Sujets que j'ai initié

  1. L'enfer...

    Posté 25 sept. 2003

    Le diable brûle en enfer.
    Ca commence à suffire !
    Ciel ! Que vais-je bien dire ?
    Que cherche à dire mon cœur ?
    Parler de l’enfer ?
    Mais l’enfer c’est ici et nulle part ailleurs.
    L'enfer c'est trainer avec soi la peur.
    L’enfer c’est la richesse et la pauvreté.
    L’enfer c’est chercher la vérité.
    L’enfer c’est le concret et l’abstrait.
    L’enfer c’est, aimer.
    L’enfer c’est ne point aimer.
    L’enfer c’est ne pas pouvoir jouir de la santé.
    L’enfer c’est la douleur et la souffrance.
    L’enfer c’est la conscience et l’inconscience.
    L’enfer c’est l’enfance,
    C’est l’adolescence, c’est la vieillesse.
    L’enfer c’est naître.
    L’enfer c’est avoir et être,
    Sachant que demain on n’aura plus
    Encore plus qu’on ne sera plus.
    L’enfer c’est la vie,
    C’est trop s’attacher a celle-ci.
    L’enfer c’est la mort.
    C’est la voir venir
    Sans trop savoir
    Quoi faire pour l’arrêter.
    Mon Dieu ! Que c’est laid.
    Oui il l’est,
    L’enfer est laid.
    C’est le froid, c’est le feu.
    C’est le beaucoup, c’est le peu.
    L’enfer c’est tout, et tout peut être rien,
    Puisque toute la richesse du pauvre, c’est rien.
    L’enfer c’est la routine.
    C’est quand le ridicule et la logique fusionnent.
    L’enfer, je l’ai en moi.
    L’enfer c’est être loin de toi...



    -Homo-Khatus_
  2. Un Spectacle De Desolation...

    Posté 19 sept. 2003

    Il fait une chaleur d’enfer,
    Il fait froid dans mon cœur,
    Ces hommes de mon pays
    Fuient ce temps qui les laisse aigris.

    Je les regarde passer comme des ombres
    Leur avenir n’est plus que jamais sombre.
    Ils gémissent, ils poussent des jérémiades,
    Des appels a l’aide,

    Mais le ciel est ferme',
    Couvert par un nuage lourd, un temps grisâtre,
    Ils sont plonges dans une obscurité,
    Nous offrant ainsi ce décor sinistre.

    Planent sur la pierre assoiffée
    Leurs sueurs et leurs larmes.
    Et la terre, quant a elle, a rendu l’âme.
    Dans le couloir voûte’,
    D’un geste précis et sans aucune pitié,
    Ils attendent à leur tour
    Que la mort vienne les frapper tour a tour.

    Du répit et du bonheur,
    De la prospérité pour mes paires
    Et pour moi un peu plus de repos,
    A Dios le pido...
  3. Mon Ange...

    Posté 5 sept. 2003

    Et si deux anges tombaient amoureux
    Aux clairs de nos incertitudes
    Peut-être verrais-tu qu’entre nous deux
    L’amour est possible lorsqu’en désuétude
    Tombent toutes les vieilles croyances
    De nos aïeux qui ne voient pas la chance
    De deux anges amoureux
    De deux anges follement amoureux.

    Et si deux anges tombaient amoureux
    Aux larmes de notre solitude
    Peut-être me laisserais-tu sécher tes yeux
    Pour que tu oublies l’inepte attitude
    De ceux qui dénient l’existence
    Où qui montrent du doigt l’insolence
    De deux anges amoureux
    De deux anges toujours aussi amoureux.

    Et si deux anges tombaient amoureux
    Aux larmes de notre béatitude
    Je te ferais ces aveux
    Que tu attends de toute ta certitude
    Car en dépit de tout et dans l’insouciance
    Ces deux anges qui s’aiment en silence
    Ne sont autre que nos anges gardiens
    Oui nos anges gardiens.

    Et par-delà les risques, les pour ou contre
    Ne voies-tu pas que ces anges nous montrent
    Que nos cœurs ordonnent une rencontre
    Rien qu’un instant, rien qu’un échange
    Toutes ces questions qui nous démangent
    Tous ces sentiments qui nous mélangent
    Mon p'tit ange
    Mon ange.
  4. Me La Laisseras-tu Prendre...

    Posté 17 août 2003

    Et si je te prenais par cette main
    Que tu laisses danser au vent,
    Et si je te disais que demain
    Serait meilleur qu’avant,
    Me croiras-tu fou d’espérer notre lien
    Comme l’enfant qui réclame son pressent
    Ou simplement heureux d’un rien ?

    Et si je te prenais par cette main
    Que tu laisses danser au vent,
    Ou si l’on partait en train,
    En bateau ou en courant,
    Aurai-je droit a un de tes sourires
    Comme celui que tu donnes pour éclater ta joie,
    Ou un grain de ton visage que je mire
    Pour y respirer sans borne tout ce que j’aime de toi ?

    Et si nous mélangions nos couleurs à chaque instant,
    Me laisseras-tu te prendre par cette main que tu laisses danser au vent?



    -Homo-Khatus_
  5. Oui...

    Posté 26 juil. 2003

    Sceller sa parole par un oui,
    C’est savoir ce qu’on dit.
    C’est un engagement verbal
    Qui peut faire très mal.

    On nous dit :
    «Que ton oui signifie bien oui »
    Sinon, dis non si ta raison
    Manque de conviction.

    Oui, j’ai dit oui pour la vie.
    Oui pour le meilleur et pour le pire.
    Apres mon oui, je ne pense point te trahir.

    Un oui pour approuver et pour donner confiance.
    Un oui pour donner une autre chance.
    Un oui sans échéance, durable et stable
    Comme les quatre pieds d’une table.

    Tu es ma fierté, tu es ma richesse.
    Tu es un amour, tu es pleine de tendresses.
    Pour deux chairs dont oui
    Est devenu leur leitmotiv. Oui,
    Tu es ma seule raison de vivre
    Et avec toi, j’ai retrouve le sourire… :)



    -Homo-Khatus_

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Cliquez pour m'envoyer un courriel