djibnet.com: Adal Prince - Affichage d'un profil

Aller au contenu

Adal Prince : Profil Note du membre : -----

Réputation : 6 Neutral
Groupe :
Membres
Messages :
42 (0,01 par jour)
Plus actif dans :
Politique et développement (27 messages)
Inscrit :
26-mars 08
Vus :
1 525
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne Privé
Actuellement :
Hors-ligne
Icône   Adal Prince n'a pas encore défini son statut

Sujets que j'ai initié

  1. Pour Un Nouveau Hymne National Djiboutien !

    Posté 8 nov. 2008

    Bonjour,

    En tant que djiboutien, je devrais normalement m'identifier dans l'hymne national de Djibouti.

    Ce n'est pas le cas.

    Les paroles de l'actuel hymne national somali :

    "Hinjinee u sarakacaa
    calankaad Harraad iyo
    haydaar uu mudateen
    Haydaar uu mudateen
    Hir cagaarku qariyo
    Habkay samadu tahayoo
    Xiddig dhiigleh hoorshoo
    Caddaan lagu hadheeyaay."

    D'une, je ne comprends rien à la langue Somali. Ce n'est pas de ma faute si les politiques depuis 31 ans d'indépendance n'ont pas voulu enseigner les langues nationales à l'école. C'est un peu comme l'Imam du quartier qui prêche en arabe la "khutba" de Vendredi alors que 90% des auditeurs fidèles ne comprennent rien à l'arabe. C'est absurde mais forte heureusement sans incidence sur notre foi.
    A l'évidence, il s'agit là d'un hymne national somali et non djiboutien.

    Je demande vos réactions mes chers compatriotes somalophones à ce sujet.

    Est-il normal qu'un citoyen ne puisse exprimer sa joie, sa fierté d'appartenir à une Nation à l'écoute de l'hymne national de son pays ?

    C'est mon cas. Chaque fois que j’entends un ami djiboutien d'origine somali chanté l'hymne national dans sa langue, je me sens gêné. Ce cas de figure m'est arrivé plusieurs fois parce que beaucoup de mes amis sont somalis. Le comble, c'est qu'ils ne semblent pas s'en rendre compte.

    En soi, ce n'est pas la langue qui me pose problème parce que sinon je n'aurais pas des amis Somalis mais le fait est que cette langue n'est pas la mienne et que un chant aussi symbolique soit-il ne soit représentatif de tous les membres de la société djiboutienne me dérange fondamentalement.

    Par ailleurs, il a été esquissé par les politiques de lui donner une version afare. Mais, c'est encore plus insultant pour les Afars l'idée de reprendre un chant patriotique auquel ils n'ont participé à sa conception.

    A l'indépendance, il existait un hymne national chanté en afar avec sa propre mélodie. Mais, les Afars ayant été spoliés politiquement à l'indépendance, il a été écarté brutalement pour mettre en place l'actuel hymne national. Cette action politique a été le prémice d'une longue suite de ségrégation ethnique à laquelle sera confrontée la population afare de Djibouti.
    Cependant, je ne revendique pas la restauration de l’hymne national afar au risque d’enlever tout crédit à mes affirmations. Je ne pourrais demander de remplacer une ségrégation, en l’occurrence celle d’aujourd’hui par une autre. Je demande à ce que soit tout simplement adopter un nouvel hymne national auquel participeront toutes les forces vives de la Nation Djiboutienne.
    Le forum de Djibnet n’est pas l’Assemblée nationale pour poser ce genre des revendications, qui pourtant sont vitales pour l’existence et l’avenir même de la République de Djibouti. Mais, le forum aura le mérite de faire connaitre à mes compatriotes somalis le sentiment que ressentent beaucoup de leurs compatriotes afars.
    Il est du devoir des députés à l’Assemblée nationale de poser ce genre des questions au gouvernement mais ces mangeurs de Khat n’ont pas le courage d’aller au bout de leurs convictions. Du reste, ils ne représentent que leurs tribus mais pas l’intérêt de la communauté afare.

    Il est donc aujourd'hui plus qu'urgent de proposer à la Nation Djiboutienne un hymne national dans lequel toutes ses composantes s'y retrouvent si l'on veut résorber ce fossé qui se creuse jour après jour entre nos communautés respectives.

    L'hymne national, c'est le socle sur lequel se bâtit une Nation, sans cela pas de cohésion sociale, pas de paix ni de lait.

    Nabad iyyo Caano.

Mes informations

Titre :
Membre
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu

Informations de contact

Courriel :
Cliquez pour m'envoyer un courriel