djibnet.com: Chasser La Séchéresse Par L'action. - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Chasser La Séchéresse Par L'action. Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Icône du message  Posté 18 janvier 2006 - 08:53

Les nomades n'ont pas de frontières, certes, mais de nos jours, les traversées se resserent et notre région "la corne de l'afrique" est plus que dangereuse pour passer de l'autre côté des frontières tout en étant à jamais ménacée alors, il faudra s'armer pour lutter la séchéresse. Il suffit de refléchir un peu pour trouver des solutions.Bien sûr, creuser des puits pour lutter contre la suite, mais chasser également la famine chez les cheptels.Il ne pleut pas, alors, agissons avant qu'il ne soit trop tard.Une solution reste par évidence:

La création de réserves de foins dans chaque région de le République de Djibouti[size=3]

Le foin et les résidus de récolte sont discutés dans le contexte des systèmes agricoles à petite échelle. La fenaison est une opération agricole ancienne mais simple. La disponibilité de fourrage frais varie à travers l'année, mais le bétail doit manger tous les jours; la conservation du fourrage est par conséquent souhaitable dans la plupart des systèmes mixtes agricoles. Les parties non consommables des céréales et des légumineuses - paille, tiges et fanes - constituent environ la moitié de la biomasse aérienne de ces récoltes, et une bonne partie de celles-ci peut être convertie par les ruminants en produits d'intérêt économique.

Tandis que le principal but de la fenaison est de stocker l'aliment pour une utilisation ultérieure à la ferme, le foin est aussi un produit vendable, car il est facile à transporter et à entreposer. Dans certains pays, la production laitière urbaine et les animaux de traction ou de monte fournissent un grand marché, et quelques petits producteurs font du foin pour ces marchés. D'autres doivent vendre pour l'argent liquide et donner de la paille à leur propre cheptel.

Il serait trop tard actuellement pour recolter du foins car il y a séchéresse, mais on pourrait acheter en éthiopie et le transport sera assuré par les camions éthiopiens qui retournent complètement vides de l'éthiopie.Ils peuvent ramener à petit prix une grande quantité de foins ou du pâturage ou de l'herbe.

Il faudra construire des réserves dans chaques régions réculées du pays touchées par la sécheresse et y déposer les foins afin que les cheptels soient servis.

Pour les années à venir, il faudra récolter du pâturage en grande quantité et les mettre dans les réserves tout en les protégeant.Ainsi, les cheptels auront leurs gardes fous de nourritures qui leurs permettront de confronter les saisons sèches.

En conclusion, parfois, il ne suffit de très peu pour sauver des vies.[b]

Ce message a été modifié par Djib_sincère - 18 janvier 2006 - 08:56 .

0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet