djibnet.com: Les Cadavres De La Nouvelle-orléans, Triste Festin - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Les Cadavres De La Nouvelle-orléans, Triste Festin Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   ygal Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
34
Inscrit :
23-août 05

Icône du message  Posté 07 septembre 2005 - 07:29

Les cadavres de La Nouvelle-Orléans, triste festin des alligators
AFP 06.09.05 | 22h23


Des alligators ont élu domicile dans les rues inondées de La Nouvelle-Orléans (Lousiane, sud), où les sauveteurs ont indiqué mardi craindre qu'ils se nourrissent de cadavres charriés par les flots liés au passage du cyclone Katrina.
"Beaucoup de personnes ne seront jamais retrouvées. Il y a beaucoup d'alligators dans l'eau et les alligators aiment ce genre de choses", a déclaré un porte-parole de l'Agence fédérale pour les secours d'urgence (FEMA), Michael Rieger.
Les gardes nationaux, policiers et secouristes sur le terrain qui ne sont pas en mesure de récupérer un cadavre immédiatement tentent de laisser sur eux des boîtiers équipés d'un système de positionnement pas satellite pour les retrouver, a-t-il précisé.

Race : tous les médias se sont interrogés sur le "facteur racial" . "Est-ce que vous êtes en train de me dire qu'on peut coordonner une aide humanitaire à l'autre bout du monde et qu'on ne peut pas le faire ici ? demandait un pasteur de Houston dans son service dominical. Je ne peux pas m'empêcher de penser que la race a quelque chose à voir avec cela."
Après les attentats de 2001, les Noirs s'étaient sentis mieux intégrés. Les questions de société et de pauvreté ont disparu derrière les préoccupations anti-terroristes. D'où le choc, lorsqu'ont éclaté les images dignes "de la cale d'un bateau au temps de l'esclavage" , selon Jesse Jackson. "Le visage de la pauvreté et de l'abandon est noir en Amérique ; le visage du gouvernement fédéral qui n'est pas venu, jour après jour, est majoritairement blanc. La nation a honte" , commente Anne-Marie Slaughter, de l'université de Princeton. "Qui va canaliser notre colère -...- mais aussi amender notre société ?"

Barbara Bush, la mère du président, s'est fait remarquer par un commentaire décalé. Visitant l'Astrodome de Houston, elle a indiqué que l'hospitalité texane était appréciée. "Ce que j'entends, et cela fait presque peur, c'est qu'ils veulent tous rester au Texas", a-t-elle dit. Malgré les conditions de précarité ? "Vous savez , une grande partie des gens qui sont ici étaient des déshérités de toute façon, alors cela leur convient très bien."
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   ygal Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
34
Inscrit :
23-août 05

Posté 07 septembre 2005 - 08:03

Un autre extrait interressant...

Dm : Certains journalistes américains semblent préoccupés par l'image d'une Amérique faible et raciste mise en lumière par Katrina. Cette préoccupation est-elle partisane (la gauche, les démocrates) ou est-elle plus largement partagée par les Américains ?

Denis Lacorne : Les Américains ne sont pas dupes du fait qu'il y a toujours du racisme, des inégalités profondes. Mais on en parlait moins parce que les médias n'étaient pas focalisés sur les quartiers pauvres, les personnes en difficulté. Mais c'est quelque chose qui revient dans l'actualité tous les trois-quatre ans en cas de crime, d'émeute urbaine... Mais du point de vue extérieur, il est vrai que le mythe d'une Amérique progressiste, forte, sans ségrégation est un mythe. Ce mythe est aujourd'hui détruit, et l'antiaméricanisme ne peut que remonter dans l'opinion publique internationale. Je dirais même à juste titre, car il n'est pas anormal de critiquer de façon très sévère un gouvernement qui n'a pas su faire face et qui n'a rien fait pour aider les plus démunis. Au grand choc de journalistes anglais de la BBC qui, venant sur place, découvraient la présence de soldats et de gardes nationaux hyper-armés, mais il n'y avait pas un seul médecin, pas de tente de la Croix-Rouge, et ces soldats hyper-armés étaient face à des malades, et non pas à des ennemis.

DM : Les rivalités entre communautés vont-elles se raviver et la haine de l'autre s'amplifier ?

Denis Lacorne : C'est peu probable parce que maintenant, enfin, même les plus pauvres sont transportés en dehors du cloaque de La Nouvelle-Orléans. Ils sont dans des centres d'accueil dans des villes prospères comme Houston au Texas ou même très loin comme Portland dans l'Oregon. Et là, en principe, il n'y a pas de raison qu'il y ait ségrégation dans les centres d'accueil. Mais la vie va être très difficile pour tous, Blancs et Noirs, il faudra qu'ils vivent en dehors de chez eux pendant six mois ou un an, et il n'est pas sûr qu'ils puissent revenir un jour dans leur ville d'origine, dont on va sans doute raser le tiers ou la moitié des bâtiments. Avec toutes les difficultés que cela implique : s'adapter à un autre endroit, trouver une nouvelle école pour 300 000 enfants. Il y a donc d'énormes problèmes d'organisation qui ne sont pas réglés dans des centres d'accueil où l'on n'a pas l'habitude de voir autant de Noirs. Il est possible qu'il y ait alors des tensions. Mais sans commune mesure avec ce qui s'est passé en 1927, au moment des grandes inondations du Mississippi, où l'on a vu cette chose horrible : des Blancs qu'on transportait sur des bateaux en dehors de villages inondés, alors que les Noirs restaient parqués dans des camps dans des conditions tout à fait insalubres. Et les Blancs chantaient sur le bateau cette chanson horrible et raciste : "Bye Bye Blackbirds" (Au revoir les merles).
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Wallen Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 972
Inscrit :
11-mai 03
Location:
Somewheeeeeere over the rainbooow

Icône du message  Posté 07 septembre 2005 - 09:06

ygal, le Wednesday 7 September 2005, 17:29, dit :

Barbara Bush, la mère du président, s'est fait remarquer par un commentaire décalé. Visitant l'Astrodome de Houston, elle a indiqué que l'hospitalité texane était appréciée. "Ce que j'entends, et cela fait presque peur, c'est qu'ils veulent tous rester au Texas", a-t-elle dit. Malgré les conditions de précarité ? "Vous savez , une grande partie des gens qui sont ici étaient des déshérités de toute façon, alors cela leur convient très bien."
Voir le message


:o :o :o :o
''Rumor travels faster, but it don't stay put as long as truth"
Will Rogers


Love makes the world go round
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet