djibnet.com: Precheur De Haine - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Precheur De Haine Hommage à Abdourahman Waberi Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Kabula Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
45
Inscrit :
14-janvier 05

Posté 26 mai 2005 - 07:58

Salut à tous,


Je voulais ainsi rendre hommage, non seulement à Abdourahman A Waberi mais aussi à son courage de pouvoir dire non au régime dictatorial ioguiste.



PRECHEUR DE HAINE par Mohamed Qayaad

En lisant "Aussi loin aussi ingrat" paru dans Djibouti Demain du 31/03/05 , je suis frappé par les jugements impitoyables portés sur le respectable professeur et écrivain Abdourahman A Waberi, qui subit des attaques implacables de la part de cet auteur digne de mépris et d’opprobre.

Si l’on suit son raisonnement, tout un chacun peut, aujourd’hui, demain, se voir abusivement soupçonné de « haïr les djiboutiens », se voir accusé d' « ingratitude» pour avoir porté un regard critique sur le régime dictatorial de Djibouti ! D’autres vont le répéter. Et le tour est joué. Ce mot lâché, plus moyen de se laver de la souillure.

Dans " Aussi loin aussi ingrat " l'auteur rmystérieux m'est apparu comme un homme médiocre,suffisant,présomptueux,imbus de lui-même et parfaitement cynique.

A l’appui de citations tronquées, accompagnées de commentaires perfides, l'auteur n’a pas de mots assez méchants pour transformer les personnes épinglées, en épouvantails repoussants.
Dans cet article,l'auteur s’en prend tout particulièrement à une personnalité publique - Abdourahman A Waberi - qui s'est fermement opposée , ces dernières années, au régime détestable djiboutien .
Cette personnalité est vouée aux gémonies, souvent par un inconnu qui ignore tout de lui !Cet auteur utilise - parfois sans le vouloir - ses préjugés et en fait des généralités ! Il utilise largement les émotions pour maximiser l'efficacité de ses messages, le raisonnement et la vérité pouvant être ignorés, voire niés. Du coup, Waberi est qualifié « d’ingrat »,« d’une intégrité intellectuelle douteuse » . Sa « djiboutianité » est systématiquement mise en doute,cette propagande de haine et de préjugés,de nationalisme exacerbé,largement relayée par djbouti demain,s'inscrit en profondeur dans l'inconscient collectif. Cet amalgame fumeux, cette déformation inacceptable, cette confusion des genres doivent cesser !
on retrouve ici une projection malsaine dans l'autre (cet inconnu), qui , encore une fois, rappelons le, tend à déshumaniser complètement un criminel, assassin, violeur etc. pour mieux en faire un possédé qu'il
convient donc d'éliminer .Bref,un sursaut de mentalité archaique qui vise
à diaboliser l'autre (Abdourahman Waberi est bien « ingrat » chose sur laquelle l'auteur insiste bien).
Soyons sérieux ! Revenons à la raison !
Waberi, donc, qui a élevé la voix, pour condamner les violations d'IOG . Personnalité tout ce qu’il y a d’humainement et moralement respectable mais considérée par cet auteur - qui lui défend effrontément les violeurs du droit – comme faisant partie de ce « noyaux durs d'ingrat » qui véhiculerait « une pensée unique » teintée « de djiboutophobie ».
Et celui-là il faut le bannir.

Et si les intellectuels djiboutiens peu courageux se couchent par pure couardise, il y a peu de chance que ce discours de haine , soit pris au sérieux par le grand public. Les gens ne sont plus aussi dupes !
Tout cela est parfaitement cynique. Mais,à force de diaboliser « l'opposition », subrepticement, Abdourahman Waberi deviendra, aux yeux des djiboutiens qui se sont insensiblement pénétrés de ce « discours de haine » pernicieux, aussi dangereux que le djiboutien en rébellion contre la dictature. Qui versera une larme quand la milice d'IOG tentera d'assassiner Waberi ? Eh oui, il est rentré « sain et sauf » mais qui peut le savoir avec autant de certitude pour la prochaine fois ?


Mais, là encore,c'est le pompier pyromane.Il n'y a plus manichéen que l'auteur de cet article.Il y a le camp des justes d'un côté,son camp,et le camp des « anti-iog » de l'autre côté ; camp qu'il soupçonne « d’ingratitude ».
Irrévérencieux,on se demande quel démon de la méchanceté le travaille. D’où procède cette haine envers Abdourahman Waberi ?
Et d’abord, comment peut‑on éprouver la haine ?Ou bien est‑ce une attitude voulue, un choix délibéré parce qu’on se plaît à haïr les choses et les êtres, voire Dieu ?

On dirait qu’à travers ce discours de haine l'auteur met en jeu comme un désir d’autodestruction, et que le « fardeau du moi » est tellement pesant, que la seule solution de s’en sortir est la déraison.
Combien de temps les djiboutiens vont-ils encore supporter sans réagir que des provocateurs et des manipulateurs à la solde d’IOG, qui se sentent finalement plus djiboutiens que Waberi, continuent de fomenter des troubles pour diviser les citoyens ?

Ce discours de haine qualifié de propagande consiste à faire des amalgames et participe de ce processus de déshumanisation de l'écrivain, qui conforte les intérêts de la clique au pouvoir à Djibouti . Processus qui va toujours de pair avec le lynchage de ceux qui osent contrecarrer leurs mensonges et appeler à plus d’humanité envers leurs compatriotes .

Quand ce plumitif accuse Waberi qu’il ne connaît pas, « d'ingratitude », il se révèle être lui-même un prêcheur de haine magistral. Haine de ceux qui défendent des valeurs de justice et qu’il piétine allégrement. Haine de ceux qui ne partagent pas sa haine de l’anti-iog .
Ce discours de haine en plus d'être faux,est trompeur,donc nuisible.Puisque leurs promotteurs militent, c'est qu'ils espèrent convaincre.
Les spécialistes de la communication parlent alors du pouvoir du discours,et affirment que les mots tuent.
En effet,ces discours de haine ne deviennent efficaces que dans les mains de l'Etat.
L'endoctrinement de masse suppose un média de masse,et plus précisément un diffuseur unique sans possibilité de critique , La Nation ,L'ADI ou DJIBOUTI DEMAIN .
Combien de personnalités respectables n’ont-elles pas déjà été salies, par le passé, par ce genre de simplifications ? le philosophe Omar Osman Rabeh - pour ne citer que l’un des plus célèbres d’entre elles - a énormément souffert d’avoir été abusivement soupçonné « d’ingratitude »,« de traîtise », « de lâcheté »,et que sais-je encore .
Peut-on être plus pondéré, plus tolérant et plus courtois envers son adversaire politique ?
Je pense qu'il existe une réelle volonté de criminalisation de l'opposition décidée en haut lieu. Nous sommes en plein scénario orwellien .Les inquiétudes énoncées dans le roman " 1984 " se déroulent bien à Djibouti en 2005.Le BIG BROTHER national décortique le moindre discours, tente de trouver un sens caché derrière chaque mot.Bientôt, l'opposition devra tenir des meeting en mode muet - en évitant même le langage des signes - pour êviter toute poursuite judiciaire.

En réalité, ce discours de haine vise à faire taire les défenseurs des opprimés djiboutiens qui critiquent le système tortionnaire ioguiste , et à durcir les lois qui permettraient de les bâillonner .

Vous l’avez compris,La critique de la politique tribale d'IOG et toutes les souffrances qu’elles génèrent,n’est pas acceptable pour cet auteur.

Apporter son soutien à un Etat qui nie le droit d’exister aux djiboutiens, ce n’est pas une position défendable. Qu’importe ! Il s’agit pour les Rifki,les Kenedid et les Chehem Watta de donner un coup de main à IOG au moment où, malgré tous les efforts déployés au dehors par ses défenseurs pour tenter de sauver son statut de victime et pour l’embellir, son image de « démocrate » s’effrite. On ne peut pas tromper le monde indéfiniment.

Nous devons refuser cette grille de lecture tendancieuse et régressive. Nous devons lutter contre ces campagnes mensongères qui visent à nous faire croire que l'opposant digne de ce nom est l’ennemi de la République de Djibouti.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 26 mai 2005 - 08:05

Kabula, le Thursday 26 May 2005, 17:58, dit :

Salut à tous,


Je voulais ainsi rendre hommage, non seulement à Abdourahman A Waberi mais aussi à son courage de pouvoir dire non au régime dictatorial ioguiste.



PRECHEUR DE HAINE par Mohamed Qayaad

En lisant "Aussi loin aussi ingrat" paru dans Djibouti Demain du 31/03/05 , je suis frappé par les jugements impitoyables portés sur le respectable professeur et écrivain Abdourahman A Waberi, qui subit des attaques implacables de la part de cet auteur digne de mépris et d’opprobre.

Si l’on suit son raisonnement, tout un chacun peut, aujourd’hui, demain, se voir abusivement soupçonné de « haïr les djiboutiens », se voir accusé d' « ingratitude» pour avoir porté un regard critique sur le régime dictatorial de Djibouti ! D’autres vont le répéter. Et le tour est joué. Ce mot lâché, plus moyen de se laver de la souillure.

Dans " Aussi loin  aussi ingrat " l'auteur rmystérieux m'est apparu comme un homme médiocre,suffisant,présomptueux,imbus de lui-même et parfaitement cynique.

A l’appui de citations tronquées, accompagnées de commentaires perfides, l'auteur  n’a pas de mots assez méchants pour transformer les personnes épinglées, en épouvantails repoussants.
Dans cet article,l'auteur s’en prend tout particulièrement à une personnalité publique - Abdourahman A Waberi - qui s'est fermement opposée , ces dernières années, au régime détestable djiboutien .
Cette personnalité est vouée aux gémonies, souvent par un inconnu qui ignore tout de lui !Cet auteur utilise - parfois sans le vouloir - ses préjugés et en fait des généralités ! Il utilise largement les émotions pour maximiser l'efficacité de ses messages, le raisonnement et la vérité pouvant être ignorés, voire niés. Du coup, Waberi est qualifié « d’ingrat »,« d’une intégrité intellectuelle douteuse » . Sa « djiboutianité » est systématiquement mise en doute,cette propagande de haine et de préjugés,de nationalisme exacerbé,largement relayée par djbouti demain,s'inscrit en profondeur dans l'inconscient collectif. Cet amalgame fumeux, cette déformation inacceptable, cette confusion des genres doivent cesser !
on retrouve ici une projection malsaine dans l'autre (cet inconnu), qui , encore une fois, rappelons le, tend à déshumaniser complètement un criminel, assassin, violeur etc. pour mieux en faire un possédé qu'il
convient donc d'éliminer .Bref,un sursaut de mentalité archaique qui vise
à diaboliser l'autre (Abdourahman Waberi est bien « ingrat » chose sur laquelle l'auteur insiste bien).
Soyons sérieux ! Revenons à la raison !
Waberi, donc, qui a élevé la voix, pour condamner les violations d'IOG . Personnalité tout ce qu’il y a d’humainement et moralement respectable mais considérée par cet auteur - qui lui défend effrontément les violeurs du droit – comme faisant partie de ce « noyaux durs d'ingrat » qui véhiculerait « une pensée unique » teintée « de djiboutophobie ».
Et celui-là il faut le bannir.

Et si les intellectuels djiboutiens peu courageux se couchent par pure couardise, il y a peu de chance que ce discours de haine , soit pris au sérieux par le grand public. Les gens ne sont plus aussi dupes ! 
Tout cela est parfaitement cynique. Mais,à force de diaboliser  « l'opposition », subrepticement, Abdourahman Waberi deviendra, aux yeux des djiboutiens qui se sont insensiblement pénétrés de ce « discours de haine » pernicieux, aussi dangereux que le djiboutien en rébellion contre la dictature. Qui versera une larme quand la milice d'IOG tentera d'assassiner  Waberi ? Eh oui, il est rentré « sain et sauf » mais qui peut le savoir avec autant de certitude pour la prochaine fois ?


Mais, là encore,c'est le pompier pyromane.Il n'y a plus manichéen que l'auteur de cet article.Il y a le camp des justes d'un côté,son camp,et le camp des « anti-iog » de l'autre côté ; camp qu'il soupçonne « d’ingratitude ».
Irrévérencieux,on se demande quel démon de la méchanceté le travaille. D’où procède cette haine  envers Abdourahman Waberi ?
Et d’abord, comment peut‑on éprouver la haine ?Ou bien est‑ce une attitude voulue, un choix délibéré parce qu’on se plaît à haïr les choses et les êtres, voire Dieu ?

On dirait qu’à travers ce discours de haine l'auteur met en jeu comme un désir d’autodestruction, et que le « fardeau du moi » est tellement pesant, que la seule solution de s’en sortir est la déraison.
Combien de temps les djiboutiens vont-ils encore supporter sans réagir que des provocateurs et des manipulateurs à la solde d’IOG, qui se sentent finalement plus djiboutiens que Waberi, continuent de fomenter des troubles pour diviser les citoyens ?

Ce discours de haine qualifié de propagande consiste à faire des amalgames et participe de ce processus de déshumanisation de l'écrivain,  qui conforte les intérêts de la clique au pouvoir à Djibouti . Processus qui va toujours de pair avec le lynchage de ceux qui osent contrecarrer leurs mensonges et appeler à plus d’humanité envers leurs compatriotes .

Quand ce plumitif accuse Waberi qu’il ne connaît pas, « d'ingratitude », il se révèle être lui-même un prêcheur de haine magistral. Haine de ceux qui défendent des valeurs de justice et qu’il piétine allégrement. Haine de ceux qui ne partagent pas sa haine de l’anti-iog .
Ce discours de haine en plus d'être faux,est trompeur,donc nuisible.Puisque leurs promotteurs militent, c'est qu'ils espèrent convaincre.
Les spécialistes de la communication parlent alors du pouvoir du discours,et affirment que les mots tuent.
En effet,ces discours de haine ne deviennent efficaces que dans les mains de l'Etat.
L'endoctrinement de masse suppose un média de masse,et plus précisément un diffuseur unique sans possibilité de critique , La Nation ,L'ADI ou DJIBOUTI DEMAIN .
Combien de personnalités respectables n’ont-elles pas déjà été salies, par le passé, par ce genre de simplifications ?  le philosophe Omar Osman Rabeh - pour ne citer que l’un des plus célèbres d’entre elles - a énormément souffert d’avoir été abusivement soupçonné « d’ingratitude »,« de traîtise », « de lâcheté »,et que sais-je encore .
Peut-on être plus pondéré, plus tolérant et plus courtois envers son adversaire politique ?
Je pense qu'il existe une réelle volonté de criminalisation de l'opposition décidée en haut lieu. Nous sommes en plein scénario orwellien .Les inquiétudes énoncées dans le roman " 1984 " se déroulent bien à Djibouti en 2005.Le BIG BROTHER national décortique le moindre discours, tente de trouver un sens caché derrière chaque mot.Bientôt, l'opposition devra tenir des meeting en mode muet - en évitant même le langage des signes - pour êviter toute poursuite judiciaire.

En réalité, ce discours de haine vise à faire taire les défenseurs des opprimés djiboutiens qui critiquent le système tortionnaire ioguiste , et à durcir les lois qui permettraient de les bâillonner .

Vous l’avez compris,La critique de la politique tribale d'IOG et toutes les souffrances qu’elles génèrent,n’est pas acceptable pour cet auteur.

Apporter son soutien à un Etat qui nie le droit d’exister aux djiboutiens, ce n’est pas une position défendable. Qu’importe ! Il s’agit pour les Rifki,les Kenedid et les Chehem Watta de donner un coup de main à IOG au moment où, malgré tous les efforts déployés au dehors par ses défenseurs pour tenter de sauver son statut de victime et pour l’embellir, son image de « démocrate » s’effrite. On ne peut pas tromper le monde indéfiniment.

Nous devons refuser cette grille de lecture tendancieuse et régressive. Nous devons lutter contre ces campagnes mensongères qui visent à nous faire croire que l'opposant digne de ce nom  est l’ennemi de la République de Djibouti.
Voir le message


je connais tres bien ABDOURAMAN WABERI.ce un grand ami a moi. ABDOURAMAN ne pas l´ennemi de personne.il a ses propres idées et il faut les respecter .ce tout.
celui qui a dit des mensonges a propos de mon ami waberi est un imbecile a mes yeux.
bravo ABDOURAMAN WABERI =D>
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Maskali Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
110
Inscrit :
13-mars 05
Location:
Afrique/Africa
Interests:
La vie

Posté 28 mai 2005 - 03:00

Démon maléfique,
Arrêtes de raconter des histoires. A Waberi n'est pas ton ami. Comment pourrait-il etre l'ami d'un débile congénitale de ton espèce et de surcroit analphabète ? Continues à polluer ce site de tes invectives et élucubrations (achètes un dico si tu n'arrives pas à comprendre les mots que j'emploie). Cela fait des mois que tu nous pompes l'air. A croire que l'on te paie pour torpiller ce site.
Si tu n'étais pas déjà le diable, je t'aurais dit VA AU DIABLE.

ANGE FELIX, le Thursday 26 May 2005, 18:05, dit :

Kabula, le Thursday 26 May 2005, 17:58, dit :

Salut à tous,


Je voulais ainsi rendre hommage, non seulement à Abdourahman A Waberi mais aussi à son courage de pouvoir dire non au régime dictatorial ioguiste.



PRECHEUR DE HAINE par Mohamed Qayaad

En lisant "Aussi loin aussi ingrat" paru dans Djibouti Demain du 31/03/05 , je suis frappé par les jugements impitoyables portés sur le respectable professeur et écrivain Abdourahman A Waberi, qui subit des attaques implacables de la part de cet auteur digne de mépris et d’opprobre.

Si l’on suit son raisonnement, tout un chacun peut, aujourd’hui, demain, se voir abusivement soupçonné de « haïr les djiboutiens », se voir accusé d' « ingratitude» pour avoir porté un regard critique sur le régime dictatorial de Djibouti ! D’autres vont le répéter. Et le tour est joué. Ce mot lâché, plus moyen de se laver de la souillure.

Dans " Aussi loin  aussi ingrat " l'auteur rmystérieux m'est apparu comme un homme médiocre,suffisant,présomptueux,imbus de lui-même et parfaitement cynique.

A l’appui de citations tronquées, accompagnées de commentaires perfides, l'auteur  n’a pas de mots assez méchants pour transformer les personnes épinglées, en épouvantails repoussants.
Dans cet article,l'auteur s’en prend tout particulièrement à une personnalité publique - Abdourahman A Waberi - qui s'est fermement opposée , ces dernières années, au régime détestable djiboutien .
Cette personnalité est vouée aux gémonies, souvent par un inconnu qui ignore tout de lui !Cet auteur utilise - parfois sans le vouloir - ses préjugés et en fait des généralités ! Il utilise largement les émotions pour maximiser l'efficacité de ses messages, le raisonnement et la vérité pouvant être ignorés, voire niés. Du coup, Waberi est qualifié « d’ingrat »,« d’une intégrité intellectuelle douteuse » . Sa « djiboutianité » est systématiquement mise en doute,cette propagande de haine et de préjugés,de nationalisme exacerbé,largement relayée par djbouti demain,s'inscrit en profondeur dans l'inconscient collectif. Cet amalgame fumeux, cette déformation inacceptable, cette confusion des genres doivent cesser !
on retrouve ici une projection malsaine dans l'autre (cet inconnu), qui , encore une fois, rappelons le, tend à déshumaniser complètement un criminel, assassin, violeur etc. pour mieux en faire un possédé qu'il
convient donc d'éliminer .Bref,un sursaut de mentalité archaique qui vise
à diaboliser l'autre (Abdourahman Waberi est bien « ingrat » chose sur laquelle l'auteur insiste bien).
Soyons sérieux ! Revenons à la raison !
Waberi, donc, qui a élevé la voix, pour condamner les violations d'IOG . Personnalité tout ce qu’il y a d’humainement et moralement respectable mais considérée par cet auteur - qui lui défend effrontément les violeurs du droit – comme faisant partie de ce « noyaux durs d'ingrat » qui véhiculerait « une pensée unique » teintée « de djiboutophobie ».
Et celui-là il faut le bannir.

Et si les intellectuels djiboutiens peu courageux se couchent par pure couardise, il y a peu de chance que ce discours de haine , soit pris au sérieux par le grand public. Les gens ne sont plus aussi dupes ! 
Tout cela est parfaitement cynique. Mais,à force de diaboliser  « l'opposition », subrepticement, Abdourahman Waberi deviendra, aux yeux des djiboutiens qui se sont insensiblement pénétrés de ce « discours de haine » pernicieux, aussi dangereux que le djiboutien en rébellion contre la dictature. Qui versera une larme quand la milice d'IOG tentera d'assassiner  Waberi ? Eh oui, il est rentré « sain et sauf » mais qui peut le savoir avec autant de certitude pour la prochaine fois ?


Mais, là encore,c'est le pompier pyromane.Il n'y a plus manichéen que l'auteur de cet article.Il y a le camp des justes d'un côté,son camp,et le camp des « anti-iog » de l'autre côté ; camp qu'il soupçonne « d’ingratitude ».
Irrévérencieux,on se demande quel démon de la méchanceté le travaille. D’où procède cette haine  envers Abdourahman Waberi ?
Et d’abord, comment peut‑on éprouver la haine ?Ou bien est‑ce une attitude voulue, un choix délibéré parce qu’on se plaît à haïr les choses et les êtres, voire Dieu ?

On dirait qu’à travers ce discours de haine l'auteur met en jeu comme un désir d’autodestruction, et que le « fardeau du moi » est tellement pesant, que la seule solution de s’en sortir est la déraison.
Combien de temps les djiboutiens vont-ils encore supporter sans réagir que des provocateurs et des manipulateurs à la solde d’IOG, qui se sentent finalement plus djiboutiens que Waberi, continuent de fomenter des troubles pour diviser les citoyens ?

Ce discours de haine qualifié de propagande consiste à faire des amalgames et participe de ce processus de déshumanisation de l'écrivain,  qui conforte les intérêts de la clique au pouvoir à Djibouti . Processus qui va toujours de pair avec le lynchage de ceux qui osent contrecarrer leurs mensonges et appeler à plus d’humanité envers leurs compatriotes .

Quand ce plumitif accuse Waberi qu’il ne connaît pas, « d'ingratitude », il se révèle être lui-même un prêcheur de haine magistral. Haine de ceux qui défendent des valeurs de justice et qu’il piétine allégrement. Haine de ceux qui ne partagent pas sa haine de l’anti-iog .
Ce discours de haine en plus d'être faux,est trompeur,donc nuisible.Puisque leurs promotteurs militent, c'est qu'ils espèrent convaincre.
Les spécialistes de la communication parlent alors du pouvoir du discours,et affirment que les mots tuent.
En effet,ces discours de haine ne deviennent efficaces que dans les mains de l'Etat.
L'endoctrinement de masse suppose un média de masse,et plus précisément un diffuseur unique sans possibilité de critique , La Nation ,L'ADI ou DJIBOUTI DEMAIN .
Combien de personnalités respectables n’ont-elles pas déjà été salies, par le passé, par ce genre de simplifications ?  le philosophe Omar Osman Rabeh - pour ne citer que l’un des plus célèbres d’entre elles - a énormément souffert d’avoir été abusivement soupçonné « d’ingratitude »,« de traîtise », « de lâcheté »,et que sais-je encore .
Peut-on être plus pondéré, plus tolérant et plus courtois envers son adversaire politique ?
Je pense qu'il existe une réelle volonté de criminalisation de l'opposition décidée en haut lieu. Nous sommes en plein scénario orwellien .Les inquiétudes énoncées dans le roman " 1984 " se déroulent bien à Djibouti en 2005.Le BIG BROTHER national décortique le moindre discours, tente de trouver un sens caché derrière chaque mot.Bientôt, l'opposition devra tenir des meeting en mode muet - en évitant même le langage des signes - pour êviter toute poursuite judiciaire.

En réalité, ce discours de haine vise à faire taire les défenseurs des opprimés djiboutiens qui critiquent le système tortionnaire ioguiste , et à durcir les lois qui permettraient de les bâillonner .

Vous l’avez compris,La critique de la politique tribale d'IOG et toutes les souffrances qu’elles génèrent,n’est pas acceptable pour cet auteur.

Apporter son soutien à un Etat qui nie le droit d’exister aux djiboutiens, ce n’est pas une position défendable. Qu’importe ! Il s’agit pour les Rifki,les Kenedid et les Chehem Watta de donner un coup de main à IOG au moment où, malgré tous les efforts déployés au dehors par ses défenseurs pour tenter de sauver son statut de victime et pour l’embellir, son image de « démocrate » s’effrite. On ne peut pas tromper le monde indéfiniment.

Nous devons refuser cette grille de lecture tendancieuse et régressive. Nous devons lutter contre ces campagnes mensongères qui visent à nous faire croire que l'opposant digne de ce nom  est l’ennemi de la République de Djibouti.
Voir le message


je connais tres bien ABDOURAMAN WABERI.ce un grand ami a moi. ABDOURAMAN ne pas l´ennemi de personne.il a ses propres idées et il faut les respecter .ce tout.
celui qui a dit des mensonges a propos de mon ami waberi est un imbecile a mes yeux.
bravo ABDOURAMAN WABERI =D>
Voir le message

0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 28 mai 2005 - 12:33

Maskali, le Saturday 28 May 2005, 1:00, dit :

Démon maléfique,
Arrêtes de raconter des histoires. A Waberi n'est pas ton ami. Comment pourrait-il etre l'ami d'un débile congénitale de ton espèce  et de surcroit analphabète ? Continues à polluer ce site de tes invectives et élucubrations (achètes un dico si tu n'arrives pas à comprendre les mots que j'emploie). Cela fait des mois que tu nous pompes l'air. A croire que l'on te paie pour torpiller ce site.
Si tu n'étais pas déjà le diable, je t'aurais dit  VA AU DIABLE.

ANGE FELIX, le Thursday 26 May 2005, 18:05, dit :

Kabula, le Thursday 26 May 2005, 17:58, dit :

Salut à tous,


Je voulais ainsi rendre hommage, non seulement à Abdourahman A Waberi mais aussi à son courage de pouvoir dire non au régime dictatorial ioguiste.



PRECHEUR DE HAINE par Mohamed Qayaad

En lisant "Aussi loin aussi ingrat" paru dans Djibouti Demain du 31/03/05 , je suis frappé par les jugements impitoyables portés sur le respectable professeur et écrivain Abdourahman A Waberi, qui subit des attaques implacables de la part de cet auteur digne de mépris et d’opprobre.

Si l’on suit son raisonnement, tout un chacun peut, aujourd’hui, demain, se voir abusivement soupçonné de « haïr les djiboutiens », se voir accusé d' « ingratitude» pour avoir porté un regard critique sur le régime dictatorial de Djibouti ! D’autres vont le répéter. Et le tour est joué. Ce mot lâché, plus moyen de se laver de la souillure.

Dans " Aussi loin  aussi ingrat " l'auteur rmystérieux m'est apparu comme un homme médiocre,suffisant,présomptueux,imbus de lui-même et parfaitement cynique.

A l’appui de citations tronquées, accompagnées de commentaires perfides, l'auteur  n’a pas de mots assez méchants pour transformer les personnes épinglées, en épouvantails repoussants.
Dans cet article,l'auteur s’en prend tout particulièrement à une personnalité publique - Abdourahman A Waberi - qui s'est fermement opposée , ces dernières années, au régime détestable djiboutien .
Cette personnalité est vouée aux gémonies, souvent par un inconnu qui ignore tout de lui !Cet auteur utilise - parfois sans le vouloir - ses préjugés et en fait des généralités ! Il utilise largement les émotions pour maximiser l'efficacité de ses messages, le raisonnement et la vérité pouvant être ignorés, voire niés. Du coup, Waberi est qualifié « d’ingrat »,« d’une intégrité intellectuelle douteuse » . Sa « djiboutianité » est systématiquement mise en doute,cette propagande de haine et de préjugés,de nationalisme exacerbé,largement relayée par djbouti demain,s'inscrit en profondeur dans l'inconscient collectif. Cet amalgame fumeux, cette déformation inacceptable, cette confusion des genres doivent cesser !
on retrouve ici une projection malsaine dans l'autre (cet inconnu), qui , encore une fois, rappelons le, tend à déshumaniser complètement un criminel, assassin, violeur etc. pour mieux en faire un possédé qu'il
convient donc d'éliminer .Bref,un sursaut de mentalité archaique qui vise
à diaboliser l'autre (Abdourahman Waberi est bien « ingrat » chose sur laquelle l'auteur insiste bien).
Soyons sérieux ! Revenons à la raison !
Waberi, donc, qui a élevé la voix, pour condamner les violations d'IOG . Personnalité tout ce qu’il y a d’humainement et moralement respectable mais considérée par cet auteur - qui lui défend effrontément les violeurs du droit – comme faisant partie de ce « noyaux durs d'ingrat » qui véhiculerait « une pensée unique » teintée « de djiboutophobie ».
Et celui-là il faut le bannir.

Et si les intellectuels djiboutiens peu courageux se couchent par pure couardise, il y a peu de chance que ce discours de haine , soit pris au sérieux par le grand public. Les gens ne sont plus aussi dupes ! 
Tout cela est parfaitement cynique. Mais,à force de diaboliser  « l'opposition », subrepticement, Abdourahman Waberi deviendra, aux yeux des djiboutiens qui se sont insensiblement pénétrés de ce « discours de haine » pernicieux, aussi dangereux que le djiboutien en rébellion contre la dictature. Qui versera une larme quand la milice d'IOG tentera d'assassiner  Waberi ? Eh oui, il est rentré « sain et sauf » mais qui peut le savoir avec autant de certitude pour la prochaine fois ?


Mais, là encore,c'est le pompier pyromane.Il n'y a plus manichéen que l'auteur de cet article.Il y a le camp des justes d'un côté,son camp,et le camp des « anti-iog » de l'autre côté ; camp qu'il soupçonne « d’ingratitude ».
Irrévérencieux,on se demande quel démon de la méchanceté le travaille. D’où procède cette haine  envers Abdourahman Waberi ?
Et d’abord, comment peut‑on éprouver la haine ?Ou bien est‑ce une attitude voulue, un choix délibéré parce qu’on se plaît à haïr les choses et les êtres, voire Dieu ?

On dirait qu’à travers ce discours de haine l'auteur met en jeu comme un désir d’autodestruction, et que le « fardeau du moi » est tellement pesant, que la seule solution de s’en sortir est la déraison.
Combien de temps les djiboutiens vont-ils encore supporter sans réagir que des provocateurs et des manipulateurs à la solde d’IOG, qui se sentent finalement plus djiboutiens que Waberi, continuent de fomenter des troubles pour diviser les citoyens ?

Ce discours de haine qualifié de propagande consiste à faire des amalgames et participe de ce processus de déshumanisation de l'écrivain,  qui conforte les intérêts de la clique au pouvoir à Djibouti . Processus qui va toujours de pair avec le lynchage de ceux qui osent contrecarrer leurs mensonges et appeler à plus d’humanité envers leurs compatriotes .

Quand ce plumitif accuse Waberi qu’il ne connaît pas, « d'ingratitude », il se révèle être lui-même un prêcheur de haine magistral. Haine de ceux qui défendent des valeurs de justice et qu’il piétine allégrement. Haine de ceux qui ne partagent pas sa haine de l’anti-iog .
Ce discours de haine en plus d'être faux,est trompeur,donc nuisible.Puisque leurs promotteurs militent, c'est qu'ils espèrent convaincre.
Les spécialistes de la communication parlent alors du pouvoir du discours,et affirment que les mots tuent.
En effet,ces discours de haine ne deviennent efficaces que dans les mains de l'Etat.
L'endoctrinement de masse suppose un média de masse,et plus précisément un diffuseur unique sans possibilité de critique , La Nation ,L'ADI ou DJIBOUTI DEMAIN .
Combien de personnalités respectables n’ont-elles pas déjà été salies, par le passé, par ce genre de simplifications ?  le philosophe Omar Osman Rabeh - pour ne citer que l’un des plus célèbres d’entre elles - a énormément souffert d’avoir été abusivement soupçonné « d’ingratitude »,« de traîtise », « de lâcheté »,et que sais-je encore .
Peut-on être plus pondéré, plus tolérant et plus courtois envers son adversaire politique ?
Je pense qu'il existe une réelle volonté de criminalisation de l'opposition décidée en haut lieu. Nous sommes en plein scénario orwellien .Les inquiétudes énoncées dans le roman " 1984 " se déroulent bien à Djibouti en 2005.Le BIG BROTHER national décortique le moindre discours, tente de trouver un sens caché derrière chaque mot.Bientôt, l'opposition devra tenir des meeting en mode muet - en évitant même le langage des signes - pour êviter toute poursuite judiciaire.

En réalité, ce discours de haine vise à faire taire les défenseurs des opprimés djiboutiens qui critiquent le système tortionnaire ioguiste , et à durcir les lois qui permettraient de les bâillonner .

Vous l’avez compris,La critique de la politique tribale d'IOG et toutes les souffrances qu’elles génèrent,n’est pas acceptable pour cet auteur.

Apporter son soutien à un Etat qui nie le droit d’exister aux djiboutiens, ce n’est pas une position défendable. Qu’importe ! Il s’agit pour les Rifki,les Kenedid et les Chehem Watta de donner un coup de main à IOG au moment où, malgré tous les efforts déployés au dehors par ses défenseurs pour tenter de sauver son statut de victime et pour l’embellir, son image de « démocrate » s’effrite. On ne peut pas tromper le monde indéfiniment.

Nous devons refuser cette grille de lecture tendancieuse et régressive. Nous devons lutter contre ces campagnes mensongères qui visent à nous faire croire que l'opposant digne de ce nom  est l’ennemi de la République de Djibouti.
Voir le message


je connais tres bien ABDOURAMAN WABERI.ce un grand ami a moi. ABDOURAMAN ne pas l´ennemi de personne.il a ses propres idées et il faut les respecter .ce tout.
celui qui a dit des mensonges a propos de mon ami waberi est un imbecile a mes yeux.
bravo ABDOURAMAN WABERI =D>
Voir le message

Voir le message

tu peux penser de moi ce que tu veux,ce ton plein droit.
mais mon ami WABERI sait qui est ANGE FELIX et nous avons beaucoup des points commun.et nous ,nous respectons beaucoup.
mais mon ami Waberi,il sait tres bien et mieux que vous,quand politique ,il faut savoir recevoir des coups et en donner par la meme occasion.
mais je pense que cela ,vous ne pouver pas l´imaginer et l´accepter.car vous etes encore des petits gosses des night club B) et coureur des jupons B)
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet