djibnet.com: La Femme Et Le Mariage - djibnet.com

Aller au contenu

  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Femme Et Le Mariage A LIRE!!! Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   JEPENSE Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
30-avril 05
Gender:
Male

Posté 12 mai 2005 - 06:42

La Femme et le mariage

La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.
En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).
Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

B) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


CONCLUSION

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
[b]''Que ta langue ne devance pas ta raison.''[Chilon][/b]
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 12 mai 2005 - 08:40

JEPENSE, le Thursday 12 May 2005, 16:42, dit :

La Femme et le mariage

La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.
En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).
Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

B) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


CONCLUSION

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
Voir le message


je une question a vous poser.

quel serait le chatiement d´apres la Charia, si une femme musulmane a le droit d´avoir 4,ou 5 mari a la fois?question bingo?????
alors pourquoi vous tolerer a un homme musulman d´avoir plusieur femmes?je connais deja ta reponse a l´avance :angry: tintin si lui il a le droit d´avoir plusieurs femmes, ALORS LES FEMMES VOUS AUSSI VOUS AVEZ BIEN LE DROIT D´ EN MEME 12 MARI A LA FOIS B)
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   nabiha Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
10
Inscrit :
29-mars 05

Icône du message  Posté 15 mai 2005 - 11:19

ANGE FELIX, le Thursday 12 May 2005, 17:40, dit :

JEPENSE, le Thursday 12 May 2005, 16:42, dit :

La Femme et le mariage

Pour une fois je suis entièrement d'accord avec Ange FELIX;
Pourquoi la femme n'aurait pas droit à la polygamie? Pourquoi la femme n'aurait pas droit de battre sans trop de "blessures" comme vous dites son mari? Et pourquoi l'homme serait permis de faire des choses que la femme n'aurait pas droit de le faire. Autant de questions qui méritent réponse.






La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.
En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).
Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

B) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


CONCLUSION

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
Voir le message


je une question a vous poser.

quel serait le chatiement d´apres la Charia, si une femme musulmane a le droit d´avoir 4,ou 5 mari a la fois?question bingo?????
alors pourquoi vous tolerer a un homme musulman d´avoir plusieur femmes?je connais deja ta reponse a l´avance :angry: tintin si lui il a le droit d´avoir plusieurs femmes, ALORS LES FEMMES VOUS AUSSI VOUS AVEZ BIEN LE DROIT D´ EN MEME 12 MARI A LA FOIS B)
Voir le message

0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 15 mai 2005 - 12:29

nabiha, le Sunday 15 May 2005, 9:19, dit :

ANGE FELIX, le Thursday 12 May 2005, 17:40, dit :

JEPENSE, le Thursday 12 May 2005, 16:42, dit :

La Femme et le mariage

Pour une fois je suis entièrement d'accord avec Ange FELIX;
Pourquoi la femme n'aurait pas droit à la polygamie? Pourquoi la femme n'aurait pas droit de battre sans trop de "blessures" comme vous dites son mari? Et pourquoi l'homme serait permis de faire des choses que la femme n'aurait pas droit de le faire. Autant de questions qui méritent réponse.






La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.
Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.
C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.
L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.
En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).
Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.
Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

B) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


CONCLUSION

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
Voir le message


je une question a vous poser.

quel serait le chatiement d´apres la Charia, si une femme musulmane a le droit d´avoir 4,ou 5 mari a la fois?question bingo?????
alors pourquoi vous tolerer a un homme musulman d´avoir plusieur femmes?je connais deja ta reponse a l´avance :angry: tintin si lui il a le droit d´avoir plusieurs femmes, ALORS LES FEMMES VOUS AUSSI VOUS AVEZ BIEN LE DROIT D´ EN MEME 12 MARI A LA FOIS B)
Voir le message

Voir le message


NAHIBA,
il ne faut pas croicre a leur sornette,ces sont des fou fanatique,ne tombe pas dans leur piege.
pour eux la femme reste toujours inferieur a l´homme.
elle doit rester a la maison,faire des enfants,faire la popote,fermer sa geuille,de fois on l´abat.
pendant que ces fou fanatiques,va tranquillement brouter.et si il est marié avec 4femmes.il doit s´occuper de son propramme de sex avec qui il dort le dimanche,et avec qui il dort le lundi etc........
il s´en fou qu´il fait 35 gosses de toutes ses femmes,il s´en fou si ces gosses trainent et rester sans education,malade,mal habiller.
pour lui il a accomplie sa tache de sois disant croiyant :angry:
ces des fou fanatique et en plus EGOISTE ils ne pensent qu´a eux.et ils sont tres intelligent a te vendre une doctrine,lui permettant de devenir le grand patron a la maison.
pourquoi les femmes n¨ont pas droit a avoir 5 hommes a la fois?
il ne sauront jamais te repondre,mais il sortiront des anneries a te raconter beaucoup des choses.
si tu as besoin de te marier avec 5 hommes et bien fais le,et apres tout ce ta vie. et tu dois vivre ta vie comme tu l´entends,et pas te laisser commander ou guider par des TINTINS.
bonne journëe ma chere B)
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Desaxee Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 658
Inscrit :
11-mai 03

Posté 15 mai 2005 - 04:25

Citation

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .


Dans ce cas c'est notre devoir de musulmans de denoncer les traitements de la femme en Arabie Saoudite, Pakistan et Ahfganistan, ces pays la ne respectent pas l'esprit de l'ISlam.
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 15 mai 2005 - 07:01

Desaxee, le Sunday 15 May 2005, 14:25, dit :

Citation

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.).
Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah.
Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération.
En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu.
Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .


Dans ce cas c'est notre devoir de musulmans de denoncer les traitements de la femme en Arabie Saoudite, Pakistan et Ahfganistan, ces pays la ne respectent pas l'esprit de l'ISlam.
Voir le message


la femme musulman a le droit de reclammer sa liberté envers ses messieurs a la robe blanches qui decident de leur sort a leur maniere.
la femme musulmane doit etre au meme pied d´égaliter aux messieur musulmans.
a la mosquée oui.aux responsdabilités en generale oui. et meme devenir l´imam de tout tout les musulman dans le monde oui.
les femmes musulmans ne vous laisser pas avoir par ces pauvres MESKIN et ne tomber pas dans leur piege a RAT.
VIVES LA FEMME MUSULMANES :)
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   JEPENSE Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
30-avril 05
Gender:
Male

Posté 16 mai 2005 - 05:08

ASSALA MOU ALEKOUM mes chers freres...

BISMILLAHI RAHMANNI RAH HIM...


Si ,j'ai ecris ce sujet ce n'etais pas pour faire la differrence mais j'avais ecris pour que le Mariage soit solide envers les deux qui sont responsable...

Un vrai musluman , un vrai croyant en Islam , il doit respecter la regle qui est ...:
Le mari doit prendre sa responsabilite d'abord envers lui meme,puis a sa femme,ses enfants..c'est a dire il est responsable a la fois son ame, sa femme et ses enfants...C'est une lourd tache que Allah demandera le jour du jugement...Si il se mari encore a 3 autres femmes c'est encore une tache qui s'aggrandis de plus en plus ....c'est a dire il va rencontre etre responsable en meme temps de son ame,de ses 4 femmes et de ses enfants , de plus il doit etre equitable envers ses 4 femmes et ses enfants....La tache s'est allourdi encore et Allah lui demandera ces comptes le Jour du Jugement Dernier...Seuls les hommes pieux peuvent reussir ses genres des taches et il ne faut pas ces bruler les doigts si vous n'avez pas les capacites de prendre ces tels responsabiltes....Si vous ne peuvez pas de prendre ces genres de taches il faut juste se contenter de se marier avec une seule femme....Car un Jour par comme les autres Viendra..Essayez de lire le sujet que j'ai deja ecris sur la RESSURECTION si vous croyez ce jour...!!!

Pour la question si la femme a le droit de se marier en meme temps 4 hommes a la fois comme le cas des hommes qui peuvent se marier a 4 femmes en meme temps...la reponse est NON...!!! Car ,le debut de la creation de l'Humanite,Allah a Cree d'abord Aden (SSA) puis Allah a cree ensuite AWA (Eve....Allah a cree Eve a l'une de cote de Aden) . Vous entendez deja ici un premier et un dernier....Premier =Aden......et deuxieme de la creation c'est Awa(Eve).
C'est un choix du Puissant(ALLAH)...Alors si vous voulez en savoir plus , essayez de lire le Noble CORAN ( QUI NE SONT QUE LES PAROLES DE ALLAH)...
Quiconque refuse le Souna et le Glorieux Coran est un(e) mecreant(e).


merci

ASSALAMOUALEKOUM
[b]''Que ta langue ne devance pas ta raison.''[Chilon][/b]
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 16 mai 2005 - 07:39

JEPENSE, le Monday 16 May 2005, 15:08, dit :

ASSALA MOU ALEKOUM mes chers freres...

BISMILLAHI RAHMANNI RAH HIM...


Si ,j'ai ecris ce sujet ce n'etais pas pour faire la differrence mais j'avais ecris pour que le Mariage soit solide envers les deux qui sont responsable...

Un vrai musluman , un vrai croyant en Islam , il doit respecter la regle qui est ...:
Le mari doit prendre sa responsabilite d'abord envers lui meme,puis a sa femme,ses enfants..c'est a dire il est responsable a la fois son ame, sa femme et ses enfants...C'est une lourd tache que Allah demandera le jour du jugement...Si il se mari encore a 3 autres femmes c'est encore une tache qui s'aggrandis de plus en plus ....c'est a dire il va rencontre etre responsable en meme temps de son ame,de ses 4 femmes et de ses enfants , de plus il doit etre equitable envers ses 4 femmes et ses enfants....La tache s'est allourdi encore et Allah lui demandera ces comptes le Jour du Jugement Dernier...Seuls les hommes pieux peuvent reussir ses genres des taches et il ne faut pas ces bruler les doigts si vous n'avez pas les capacites de prendre ces tels responsabiltes....Si vous ne peuvez pas de prendre ces genres de taches il faut juste se contenter de se marier avec une seule femme....Car un Jour par comme les autres Viendra..Essayez de lire le sujet que j'ai deja ecris sur la RESSURECTION si vous croyez ce jour...!!!

Pour la question si la femme a le droit de se marier en meme temps 4 hommes a la fois comme le cas des hommes qui peuvent se marier a 4 femmes en meme temps...la reponse est NON...!!!  Car ,le debut de la creation de l'Humanite,Allah a Cree d'abord Aden (SSA) puis Allah a cree ensuite AWA (Eve....Allah a cree Eve a l'une de cote de Aden) . Vous entendez deja ici un premier et un dernier....Premier =Aden......et deuxieme de la creation  c'est Awa(Eve).
C'est un choix du Puissant(ALLAH)...Alors si vous voulez en savoir plus , essayez de lire  le Noble CORAN ( QUI NE SONT QUE LES PAROLES DE ALLAH)...
Quiconque refuse le Souna et le Glorieux Coran est un(e) mecreant(e).


merci

ASSALAMOUALEKOUM
Voir le message


Puisque tu me racontes des connerie sur la femmes musulmanes.parceque tu es payer par les robes blanches.
et bien moi ANGE FELIX va changer tout ses lois a la gomme.
la femmes musulmanes a bien et le droit de se marier avec 4,5,6,ou tout simplement 15 mari a la fois.ou est le probleme :P femmes musulmanes levez vous et tetes hautes a combattre ces demons des des robe blanches a la musulmanes.
VOUS AVEZ LE MEME DROIT QUE LES HOMMES MUSULMANS.............................
NE VOUS LAISSER PAS ABATTRE AVEC LEUR MENSONGE DES CHEIKS.PUTAIN JE VAIS LES FLINGUE CES ASSASSINS DE MERDE
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   khalid Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
707
Inscrit :
16-octobre 03
Gender:
Male

Posté 16 mai 2005 - 11:28

ange c'est pas de cette facon que tu vas te deniger une petite copine. Juste un petit conseil va voir dans les cliniques spy, je suis que tu vas trouver ton ame soeur.

ps: sort pas sans ton tuteur, c'est dangereux pour ton cas
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 17 mai 2005 - 12:28

khalid, le Monday 16 May 2005, 21:28, dit :

ange c'est pas de cette facon que tu vas te deniger une petite copine. Juste un petit conseil va voir dans les cliniques spy, je suis que tu vas trouver ton ame soeur.

ps: sort pas sans ton tuteur, c'est dangereux pour ton cas
Voir le message


si tu as une petite soeur pour moi.ca fera l´affaire :P
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   JEPENSE Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
30-avril 05
Gender:
Male

Posté 20 mai 2005 - 05:41

Ayez la crainte de ALLAH..!
[b]''Que ta langue ne devance pas ta raison.''[Chilon][/b]
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Shadyane Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
22
Inscrit :
30-avril 05
Location:
France

Posté 21 mai 2005 - 01:32

JEPENSE, le Friday 20 May 2005, 15:41, dit :

Ayez la crainte de ALLAH..!
Voir le message



Salam, salut!

Félix, en tant que musulmane, je te serais gré de garder tes conseils inutiles pour toi ... tu ne réfléchis pas avant de poster un message : exaspérant !!! ;)
Si une femme ne peut (et ne voudrait pas !) se marier avec plusieurs hommes c'est pour plusieurs raisons ! Réfléchis simplement 2 minutes au sujet et LIS stp !
De plus, apparemment tu cherches une musulmane : POURQUOI - WHY - POR QUE ???
Jamais une musulmane digne de ce nom ne pourra se marier avec toi, alors arrête ta drague virtuelle, MERCI !

Ce message a été modifié par Shadyane - 21 mai 2005 - 01:35 .

0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   ANGE FELIX Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
861
Inscrit :
02-avril 05

Posté 21 mai 2005 - 08:06

Shadyane, le Friday 20 May 2005, 23:32, dit :

JEPENSE, le Friday 20 May 2005, 15:41, dit :

Ayez la crainte de ALLAH..!
Voir le message



Salam, salut!

Félix, en tant que musulmane, je te serais gré de garder tes conseils inutiles pour toi ... tu ne réfléchis pas avant de poster un message : exaspérant !!! ;)
Si une femme ne peut (et ne voudrait pas !) se marier avec plusieurs hommes c'est pour plusieurs raisons ! Réfléchis simplement 2 minutes au sujet et LIS stp !
De plus, apparemment tu cherches une musulmane : POURQUOI - WHY - POR QUE ???
Jamais une musulmane digne de ce nom ne pourra se marier avec toi, alors arrête ta drague virtuelle, MERCI !

Voir le message


Je soutien la femme musulmane si elle veut ou desire se marier avec 5,10, mari a la fois.le reste on s´en fou de ces messieurs a la robe blanche de ce qu´ils nous racontent B) femmes musulmane ecouter votre conscience et votre coeur.ses vilains cheks ecraser les.ces des rats pour moi B)
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   JEPENSE Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
30-avril 05
Gender:
Male

Posté 24 mai 2005 - 05:40

Ayez la crainte d'Allah
[b]''Que ta langue ne devance pas ta raison.''[Chilon][/b]
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   JEPENSE Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
30-avril 05
Gender:
Male

Posté 24 mai 2005 - 05:42

Ayez peur d'Allah..!
[b]''Que ta langue ne devance pas ta raison.''[Chilon][/b]
0

Partager ce sujet :


  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet