djibnet.com: Elections Presidentielles - djibnet.com

Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Elections Presidentielles LDDH: Sur le report de l'election p. Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 22 février 2005 - 12:27

Voila le point de vue d'une structure cotoyant les djiboutiens au jour le jour et d'un president (JP Abdi Noel) pour le moins courageux et pugnace!
J'ai voulu vous faire partager cet etat des lieux!

Bonne lecture les amis!



LDDH : note d'information sur l'hypothèse d'un report des élections présidentielles - Rappel historique des scrutins et présentation du contexte social et politique actuel.

LDDH - SUR LE REPORT DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

I) Présentation de Djibouti

1) Histoire coloniale
L'actuelle République de Djibouti est devenue une colonie française avec le traité de 1862.


Après qu'un contentieux avec les autorités indigènes ait conduit la France à quitter la rade d'Obock, c'est autour de la nouvelle ville de Djibouti, créée pour les besoins du chemin de fer à destination de l'Ethiopie, que des populations en quête de travail se sont rassemblées, devenant ainsi des citoyens français.


Aux fins de pérenniser sa présence, face aux résistances de toutes origines, la puissance coloniale a mis en place une politique de balance entre les différentes composantes, au gré des rapports de force. Politique de division qui se retrouve dans les différentes dénominations du territoire : Territoire d'Obock et Dépendances, Côte Française des Somalis et Territoire Français des Afars et des Issas. Changements de dénomination qui allaient déterminer tout le processus de décolonisation.


2) processus de décolonisation
Bien malgré elle, la présence coloniale allait provoquer une remarquable élévation de la conscience de classe, à travers la naissance des premiers syndicats de travailleurs dès 1948, plaidant pour une égalité de traitement avec les travailleurs métropolitains.

Après des révoltes sporadiques et circonscrites dans l'arrière-pays contre la puissance coloniale, les premiers mouvements massifs de décolonisation apparaissent à partir de 1958 dans la Capitale.

Au référendum sur l'autodétermination de cette année-là, Mahmoud Harbi avait appelé à voter Non contre la présence française. Après cet échec, Mahmoud Harbi décide de s'exiler.

Le référendum de 1967 donnera officiellement le même résultat en faveur du maintien de la présence française, grossissant un peu plus les rangs du FLCS (Front de Libération de la Côte des Somalis) créé dès 1963.

3) Indépendance
Après ces deux échecs, la lutte pour l'indépendance allait connaître un renouveau décisif avec la création de la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l'Indépendance).

Toutefois, derrière sa façade unitaire, la suite des événements allaient rapidement démontré que tous ne combattaient pas exactement pour la même cause : celle de l'unité nationale.


4) Instauration du parti unique
Les divergences au sein de la LPAI ont éclaté au grand jour dès les premiers mois de l'Indépendance. A la suite d'un attentat contre le Palmier en Zinc, le nouveau régime procède à une vaste répression dans la communauté afar. Ce qui conduit le Premier ministre Ahmed Dini à présenter sa démission. Tandis qu'une partie de la jeunesse de cette communauté choisit l'exil et la lutte armée. Tous les attentats déstabilisateurs restent évidemment encore dans l'impunité la plus absolue car profitable pour un groupe.


Au congrès du 4 mars 1979, la LPAI se transforme en RPP (Rassemblement Populaire pour le Progrès). En vertu d'un multipartisme hérité des textes juridiques de la période coloniale, certains hommes politiques tentent de mettre sur pied un parti politique dénommé PPD (Parti Populaire Djiboutien) en septembre 1981. Ils seront emprisonnés dans différentes casernes de l'Armée dans le Nord et le Sud du pays. En corollaire, tous les partis politiques autres que le RPP sont interdits par une loi de mobilisation générale en octobre 1981.

II) Historique des conflits armés

1) Premier conflit dès 1977
Une partie de la jeunesse du MPL (Mouvement Populaire de Libération) et de l'UNI (Union Nationale pour l'Indépendance) choisit de combattre le nouveau régime par les armes. Ainsi est née le FDLD (Front Démocratique de Libération de Djibouti), basé en Ethiopie. Mais devenu un petit pion sur le grand échiquier régional, et malgré quelques actions militaires plus symboliques qu'efficaces, ce mouvement se désagrège dès 1983 et l'essentiel de ses membres regagne le pays. Pour la plupart, ils y seront sauvagement torturés, puisque aucune loi d'amnistie les concernant n'avait été votée, ni même envisagée.


2) Du FRUD aux FRUD
Malgré cela, la situation intérieure n'évolue pas dans le sens d'une pacification. Le parti unique, caractérisé par une politique de ségrégation tribale et un étouffement des libertés, provoque à nouveau une résistance armée. Un coup d'Etat est avorté en janvier 1991. Suite à la fusion de trois mouvements, le FRUD (Front pour la Restauration de l'Unité et de la Démocratie) naît en août 1991 et déclenche des opérations militaires de grande envergure dès novembre de la même année. Son programme est relayé par une opposition pacifique connue sous le nom de FUOD (Front Uni de l'Opposition Djiboutienne), donnant une dimension nationale à ce qui est présenté comme un combat contre la dictature du parti unique.

Des exactions perpétrées contre les civils par les troupes régulières un peu partout dans le pays accompagnent chaque succès militaire du FRUD. Après avoir rapidement conquis les ¾ du pays, le FRUD voit son offensive bloquée par une médiation française qui n'aboutira pas. Chassé des zones qu'il contrôlait à la suite d'une offensive générale des troupes gouvernementales, le FRUD connaît de profondes dissensions internes. Une partie importante de ce mouvement signera avec le gouvernement un accord de paix en décembre 1994.

Lequel accord prévoyait, entre autres, un rééquilibrage ethnique et une décentralisation territoriale. Des responsables de cette faction entrent d'abord au gouvernement, puis à l'Assemblée nationale dans le cadre d'une alliance avec le RPP. Aucune réforme démocratique n'est initiée dans le cadre de cet accord qui n'a même pas été dûment soumis à l'Assemblé nationale pour ratification, contrairement au suivant. L'autre faction continue sa lutte armée jusqu'à ce qu'un accord-cadre soit signé entre elle et le gouvernement le 7 février 2000 à Paris. Une troisième faction verra alors le jour, contestant le bien-fondé de cette initiative de paix et lui préférant l'exil, en attendant la reprise de la lutte armée.



3) L'Accord de paix du 12 mai 2001
Ce premier pas initié à Paris conduit à des négociations à Djibouti entre le gouvernement et la faction désormais dénommée FRUD-armé. Au bout d'un an, elles aboutissent à la signature d'un accord de paix définitive le 12 mai 2001. Outre la réhabilitation des zones affectées par le conflit et l'indemnisation des biens civils détruits ou pillés par les troupes gouvernementales, les deux volets les plus importants de cet accord prévoient

1) une réelle décentralisation territoriale,

2) d'importantes réformes démocratiques, à travers l'accès à la citoyenneté pour tous les citoyens privés de pièces d'identité et la transparence électorale qui a toujours fait défaut à grâce au multipartisme intégral, la mise en place d'une Commission Electorale Nationale Indépendante et la réforme d'un Conseil constitutionnel uniquement et directement intégré au pouvoir en place dans le contexte actuel.

III) Les élections depuis le référendum sur la Constitution de septembre 1992

1) Tenue du référendum dans un contexte de partition du pays
Sommé par la communauté internationale de procéder à une ouverture démocratique, le régime met en place une Constitution qui sera adoptée par référendum en septembre 1992. Mais, à cette époque, l'essentiel du pays était sous contrôle du FRUD qui avait d'ailleurs appelé au boycott à travers le FUOD


2) Législatives du 18 décembre 1992
Profitant de la relative ouverture politique, deux nouveaux partis ont vu le jour : le PRD (Parti pour le Renouveau Démocratique) et le PND ( Parti National Djiboutien). Seul le PRD a participé avec le RPP aux législatives du 18 décembre 1992. Ce parti d'opposition en a par la suite contesté les résultats, dénonçant des fraudes massives.


3) Présidentielle de 1993
Outre trois autres outsiders, deux concurrents s'affrontent : le Président sortant Hassan Gouled, dont c'était là le troisième mandat anticonstitutionnel, et celui du PRD, M. Mohamed Djama Elabé. Là encore, le représentant de l'opposition a contesté le résultat.


4) Présidentielle de 1999
Toute l'opposition, y compris le FUOD qui avait jusqu'à présent boycotté chaque consultation électorale, se range derrière son candidat unique, M. Moussa Ahmed Idriss, face à celui du régime, neveu de Hassan Gouled et son chef de cabinet depuis 1977 : M. Ismael Omar. Aux fraudes aussitôt dénoncées, succède un assaut de la Police contre le domicile du candidat malheureux, au cours duquel son fils adoptif tombe sous les balles des policiers et lui-même arrêté et jeté en prison.


5) Législatives de janvier 2003
Avec l'instauration du multipartisme intégral à partir de septembre 2002, cinq nouvelles formations politiques voient le jour, dont deux rejoindront le camp du régime : il s'agit du PSD (Parti Social Démocrate) et du PND (Parti National Djiboutien). Les quatre autres, l'ARD (Alliance Républicaine pour le Développement), l'UDJ (Union pour la Démocratie et la Justice) le MRD (Mouvement pour le Renouveau Djiboutien) et le PDD (Parti pour la Démocratie et le Développement) concluront une alliance de l'opposition dans le cadre de l'UAD (Union pour l'Alternance Démocratique) lors des législatives de janvier 2003.


De multiples fraudes ont, encore une fois, été constatées et dénoncées : 52% du corps électoral ne s'étant même pas rendu aux urnes, soit faute de carte d'électeur, soit pour la majorité des cas n'ayant plus du tout confiance dans la sincérité, à la transparence du processus électoral. L'ensemble de ces fraudes a été consigné dans un dossier de recours en annulation déposé par l'UAD auprès du Conseil Constitutionnel.

Une fin de non-recevoir lui a été opposée, malgré les preuves flagrantes, dont les moindres ne sont pas les brutalités contre les délégués de l'opposition, les détournements des urnes par l'Armée ou encore un représentant de la CENI pris en flagrant délit de bourrage d'urne à Tadjourah. Sans oublier le fait que les membres de ladite CENI n'ont jamais rédigé un rapport final : celui officiellement remis au chef de l'Etat par son président est donc manifestement un faux établi en dehors de toute légalité.

IV) Faut-il cautionner la prochaine élection présidentielle ?

1) Les réformes démocratiques prévues par l'Accord sont-elles effectives ?
Pour le gouvernement, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, fier d'une paix des armes somme toute bien précaire. Il affirme avoir respecté tous ses engagements afin de consolider la paix


2) Le point de vue de l'opposition
Pour sa part, l'autre partie signataire de l'accord de paix du 12 mai 2001 dénonce inlassablement les multiples violations perpétrées par le gouvernement et l'ayant vidé de toute réalité. De fait, deux points méritent d'être soulignés.
-D'une part, la décentralisation, même sous sa forme amendée par l'Assemblée nationale, n'a toujours pas été mise en place, malgré les promesses gouvernementales. Les actuels conseils régionaux désignés par la Présidence de la République sont loin de satisfaire les profondes aspirations des populations, surtout que la population de la Capitale en est pour le moment exclue.
-D'autre part, les réformes démocratiques prévues n'ont pas connu non plus l'application attendue : la mise en place de la CENI a été menée unilatéralement par le régime, la distribution des pièces d'identité nationale reste marginale et discrétionnaire, le Conseil constitutionnel n'a pas été réformé et la transparence électorale est loin d'être garantie, d'autant plus, que depuis sa timide mais courageuse décision d'annuler en 1993 quelques Bureaux de vote, le Conseil Constitutionnel s'est depuis lors fait valoir d'inefficacité face aux fraudes et aussi, et surtout, les risques de répressions restent très menaçants.



3) Le point de vue de la population
Si l'on considère les seuls chiffres officiels, pourtant contestés par l'opposition, 45% du corps électoral auraient désavoué le régime lors des législatives de janvier 2003. Le boycott prôné par l'UAD (Union pour l'Alternance Démocratique) rencontre un écho favorable au sein de tous ceux qui avaient estimé que leur alliance avait été spoliée de sa victoire à l'époque et qui ne désirent pas renouveler cette douloureuse expérience de frustration prévisible.

V) Que faire face à un régime qui affecte (tous trésors confondus) 47% du Budget national à ses forces de défense et de sécurité ?

Force est de regretter que le régime djiboutien n'accorde ni crédits ni importance à la consolidation de la démocratie et d'une culture de paix, comme ce devrait être le cas pour tout pays sortant d'un conflit civil. Plus grave, l'impunité la plus totale est accordée aux soldats qui s'étaient rendus coupables d'exactions contre les civils.


L'ouverture démocratique reste donc introuvable, même au niveau de la liberté syndicale autant bafouée que par le passé : la notion de société civile, dont la vitalité conditionne la valeur démocratique d'un système politique, n'a aucune réalité palpable à Djibouti.


A côté de cela, la plus grande opacité demeure dans la gestion des deniers publics.

D'ailleurs,
- où passe le budget du Port, celui de l'Aéroport, et autres dons extérieurs ?
- à combien s'élève la contribution des forces militaires amies et présentes en République de Djibouti ?
- combien y a-t-il exactement de Trésors publics, dès lors qu'existent différentes comptabilités opaques pour ne pas dire occultes ?


VI) Recommandations
Face à ces conditions, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) reste réservée et inquiète quant au bon déroulement de la prochaine présidentielle d'avril 2005, que l'opposition s'est engagée d'empêcher tant que le régime continuera à ignorer ses exigences en matière de transparence électorale.

C'est pourquoi, craignant plus que jamais pour une paix civile menacée, la LDDH aurait souhaité le report pur et simple de la prochaine présidentielle.

Si le régime persiste à ignorer le profond malaise et si l'opposition notamment l'ARD, (Alliance Républicaine pour le Développement, continuité historique du FRUD-armé partie signataire de l'Accord de Paix du 12 mai 2001), maintient son mot d'ordre de boycott actif, il est clair que l'on s'achemine vers une période d'incertitude qui risque de gravement remettre en cause la fragile paix civile.

Dès lors,
1) face à la permanence des fraudes électorales depuis le référendum de septembre 1992 ;
2) face à la persistance d'un régime quasiment despotique violant sans vergogne et constamment les droits fondamentaux, les droits économiques, politiques, sociaux et culturels ;
3) face à la régression juridico sociale imposée par un système fondé sur le mensonge et l'inexistence du principe de la Séparation des Pouvoirs ;
4) face au refus méprisant d'accorder une quelconque considération à tout dialogue avec l'opposition nationale et les forces vives du pays ;
5) face à l'inexistence d'une Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) véritablement indépendante et d'une Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire véritablement opérationnelle ;
6) conformément à la mission, de tout défenseur des Droits de l'Homme, consistant à la prévention des conflits ;
7) Tenant compte des récentes déclarations radiotélévisées et aux aspects belliqueux du ministre de l'Intérieur " escortées " par la visite du chef de l'Etat dans un camp militaire avec " un bâton de maréchal " rappelant tristement Mobuto et les dérives impardonnables à l'encontre du peuple Zaïrois ;
8) constatant que toute velléité d'indépendance en matière syndicale est étouffée par ce régime qui ne conçoit de société civile qu'à son service ;

la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) considère qu'il est de son devoir le plus urgent d'attirer l'attention de la communauté nationale et internationale sur la situation potentiellement et réellement explosive qui prévaut aujourd'hui en République de Djibouti ;

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) ne peut qu'exiger le report d'un an de cette élection présidentielle, afin :

1) d'instaurer des conditions favorables à des processus électoraux réellement transparents ;
2) de procéder à la refonte effective des listes électorales avec la participation de tous les partis politiques et la présence des Observateurs internationaux notamment ceux des Défenseurs des Droits de l'Homme ;
3) d'instaurer un gouvernement de transition chargé de la mise en place de tous les processus électoraux et du bon déroulement des élections indépendantes pour la Magistrature suprême (élection présidentielle) ;
4) d'organiser rapidement les élections des Assemblées Régionales promises par l'actuel chef d'Etat pour la fin de l'année 2004 ;
5) d'éviter toutes les interférences illégales des Forces armées et des instances juridico-administratives en faveur flagrante à l'équipe au pouvoir ;
6) de rendre rapidement opérationnel le Tribunal du Contentieux administratif afin que tout recours contre les abus de pouvoir soient pris en considération.

Sans l'instauration des conditions favorables à une concurrence électorale loyale, juste et équitable ;Sans l'éradication des fléaux des fraudes électorales, alors les dangers des dérapages sanglants et les risques de conflit armé sont plus que jamais omniprésents.

NOEL ABDI Jean-Paul
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   idro Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
304
Inscrit :
09-juillet 03

Posté 22 février 2005 - 10:29

Encore un dinosaure de la politique djib ce Noel Abdi? Vous croyez pas qu'on devrait tous les envoyer se faire voir ailleurs tous ces vieux qui nous paralysent(les moumin bahdon, gabayo,kadamy,...), ils nous emmerdent, toujours là à parler de paix fragile, comme si qu'ils maintiennent une épéé sur la tete des djiboutiens. J'ai toujours pensé qu'ils fallaient installer des populations somalies dans le nord du pays de façon à homogéneiser le pays. Comme ça les gens vont devenir freres. Pour les élections attendons le prochain scrutin, si il y'a une grande abstention ça voudra dire que ce gouvernement est indésirable et on s'en débarassera tot ou tard.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Real Tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
285
Inscrit :
18-novembre 04

Icône du message  Posté 22 février 2005 - 11:02

Farah, j'avais justement envie de le poster cet article et comme tu l'as souligné Mr Noel est un homme de conviction, pour lequel j'ai d'autant plus de respect qu'il s'agit d'une espèce en voie d'extinction (déjà éteinte?) dans notre pays.

Quant à Idro, un peu de respect, tu dépasses les bornes lorsque tu compares Khadamy et Noel Abdi avec les clowns Gabayo et Moumin bahdon !

Primo, Khadamy est toujours resté cohérent avec lui-meme y compris dans les pires moments de sa vie ou il a été kidnappé en pleine nuit aux cotés de sa femme enceinte avant d'etre livré comme un vulgaire colis par le dictateur Zenawi puis sauvagement torturé à Gabode (et cela ne peut que susciter de l'admiration meme chez ses pires adversaires).
On se souvient qu'il a été libéré sous la pression des médias internationaux...
Noel Abdi, quant à lui, est internationalement connu pour son combat inlassable en faveur des droits de l'homme et lui preter des intentions politiques est d'autant plus absurde qu'il est issu d'une tribu minoritaire à Djibouti (ce qui ne lui ouvre pas grand les portes, c'est le moins que l'on puisse dire, dans les conditions actuelles).

Secondo, Gabayo n'est-il pas l'ancien sbire de Gouled qui haranguait les mercenaires de la dictature clanique lors de la guerre fratricide (pour mieux "optimiser" les exactions contre les civils ?)?
Moumin bahdon, ne déclarait-il pas à la meme époque qu'il renverrait les Gadas à Loyada par bulldozer ?
Pourquoi se sont-ils précipités dans les bras de l'héritier Guelleh, qui certes les a coiffés au poteau en les mettant "hors-jeu" juste avant les "élections" de 1999, et ce malgré leur virulente compagne à son égard?

Décidemment, si le ridicule tuait, il va sans dire que la scène politique de notre pays serait jonchée de cadavres...mais halte à la diffamation envers les rares hommes de conviction!
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Real Tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
285
Inscrit :
18-novembre 04

Icône du message  Posté 22 février 2005 - 11:11

Idro, j'ai toujours pensé pour ma part que ceux qui sont obsédés par la défense de cette tribalocratie et la minimisation de ses exactions étaient avant tous motivés par des considérations sectaires.

Tu appeles donc à l'épuration ethnique ("remplacement" d'une population en vue d'une "homogénéisation" du pays en langue de bois) mais bien que cela ne me surprend guère, étant donné qu'il s'agit du fantasme séculaire de extrémistes Issas, j'ose espérer que tu auras au moins l'obligeance de préciser de quel type de population Somali il est question ici dans l'optique du "remplacement" ?



Tuam brulant de curiosité...
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 22 février 2005 - 05:15

Citation

Encore un dinosaure de la politique djib ce Noel Abdi? Vous croyez pas qu'on devrait tous les envoyer se faire voir ailleurs tous ces vieux qui nous paralysent(les moumin bahdon, gabayo,kadamy,...), ils nous emmerdent, toujours là à parler de paix fragile, comme si qu'ils maintiennent une épéé sur la tete des djiboutiens.



Envoyer paître qui Idro?! Ne sont pas prophetes de malheur tous ceux ont un point de vue contradictoire aux thuriferaires du regime!! T'en deplaises tres cher ami !
Ni Kadamy, Ni Abdi Noel ne maintiennent une epee sur la tete des djiboutiens!
Seul l'action du gvt djib et en premier lieu de son president entretiennent cet ETAT de FAIT! S'il y en a pr emmerder le peuple c'est bien eux!
Les Moumin B. , Gabayo et consort st les marionnettes ductibles d'un theatre nô savamment orchestré par le premier d'entre tous (des dinosaures): Son excellence IOG!!!
Cette paix est effectivement labile et fragile, au jour d'aujourd'hui les engagements pris pas le president ( avec un retentissant "PLUS JAMAIS CA") st restees lettre morte!

Citation

J'ai toujours pensé qu'ils fallaient installer des populations somalies dans le nord du pays de façon à homogéneiser le pays. Comme ça les gens vont devenir freres.


Humm

Homogénéiser le pays??!! wooooooowwwwwww!!! Et comment en envoyant des populations somalies dans le Nord! Et pourk donc?? Ah oui pour HOMOGENEISER?! Écoutes il faut appeler un chat un chat! Dans ce cas de figure ton, très chaste, « homogénéiser » s’assimile à « somaliser » le Nord! Il faut donc now somaliser le Nord mon très cher Idro! Submerger les populations afares du nord right?!! De mieux en mieux! Voilà donc ton nouveau credo pour FRATERNISER, SOMALISEZ LE NORD! Je le sens pas man, pire je le sens mal!
Les populations du nord Idro desirent voir leurs principales villes reconstruites, leurs axes de communication retablies et elargies et plus generalement les populations afares desirent un rééquilibrage ethnique et une décentralisation territoriale ( prevues par l'accord du 12 mai 2001); Voila Idro ce qui pourrait constituer le socle d'un reconciliation veritable et fraternelle et le chemin le plus sur à une paix perenne et pas ton très bancal et malfaisant projet de somatisation du Nord!



Citation

Pour les élections attendons le prochain scrutin, si il y'a une grande abstention ça voudra dire que ce gouvernement est indésirable et on s'en débarrassera tôt ou tard.



Heu le chiffre de l’abstention c’est la CENI peut être qui te le donne?! Peut etre aussi qu’elle va nous refiler gentiment les véritables statistiques; Tu nages en pleine contradiction et depuis un moment Idro! Mais le plus grave c’est ton credo du jour!



Wa salam
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   idro Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
304
Inscrit :
09-juillet 03

Posté 22 février 2005 - 08:08

J'ai oublié de dire qu'on installera des populations afares dans le sud du pays aussi, histoire de bien mélanger. Mais bon les meilleurs mélanges ne s'éffectueront que d'eux meme non? Il faut intéresser les populations à bouger, à se mélanger. Il ne s'agit ni d'épuration ethnique M. Tuam qui tire très vite ses conclusions, ni de somalisation n'est-ce pas farah. Il s'agit de briser la barrière de séparation entre les ethnies. Si on revenait aux élections vous préconisez l'abstention M. Les politiques?
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Real Tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
285
Inscrit :
18-novembre 04

Icône du message  Posté 22 février 2005 - 08:22

Je l'ai déjà dit et le redis aujourd' hui; ces credos: éducation (laquelle?à la haine?), patience etc sont de la poudre aux yeux et Idro ne fait que confirmer mes intuitions à son égard (c'est toujours suspect de défendre l'indéfendable).

J'espère qu'il plaisante (de l'humour noir alors) mais c'est de très mauvais gout honnetement...

Farah, je vois mal Idro (qui parlait de priorités "naturels" concernant la naturalisation) faire appel à des Hawiyés ou des Marehans sudistes pour "remplacer" les Afars du Nord so trève de langue de bois: tu reves de Djibouti 100% Issa frangin? Merci pour les Afars en tout cas, reste à les convaincre maintenant...


Vive l'abstention!
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Real Tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
285
Inscrit :
18-novembre 04

Posté 22 février 2005 - 08:30

Je savais que tu n'allais pas pousser le vice aussi loin, n'empeche que
Farah est bien parti pour faire des cauchemars lol.
Bro, tu verses dans la provocation en "oubliant" de préciser les choses.
Autre chose, pour installer des vies humaines dans ces régions, fo déjà de l'eau potable, des routes, hopitaux etc non?
Bref tout ce qui a été détruit et jamais reconstruit...
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Desaxee Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 658
Inscrit :
11-mai 03

Posté 22 février 2005 - 08:30

Citation

J'ai oublié de dire qu'on installera des populations afares dans le sud du pays aussi, histoire de bien mélanger. Mais bon les meilleurs mélanges ne s'éffectueront que d'eux meme non? Il faut intéresser les populations à bouger, à se mélanger. Il ne s'agit ni d'épuration ethnique M. Tuam qui tire très vite ses conclusions, ni de somalisation n'est-ce pas farah. Il s'agit de briser la barrière de séparation entre les ethnies


Idro les Afars veulent juste que leurs condidtions de vie s'ameliorent et qu'ils ne soient pas des citoyens de 3e zone. Et que les accords entre le FRUD et le gouvernement soit respecté.
Quel idée de somaliser les Afars? :blink: Tu le trouves trop different a ton gout? pas assez somali? Leur marginalisation n'est pas due a leur difference mais aux exactions kils subissent depuis 30 ans.
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 22 février 2005 - 08:46

Citation

J'ai oublié de dire qu'on installera des populations afares dans le sud du pays aussi, histoire de bien mélanger.


Y a deja historiquement des afars dans le sud mon ami, à Dikhil, pas besoin de les y envoyer.
Bien tente le rattrapage, je m'y attendais un peu vois tu; Mais l'idee pernicieuse d'homogeneiser le nord lancée ton premier jet est assez symptomatique de ce qui le sous tends; On homogeneise la partie posant pb, en l'occurence le Nord, les afars koi! Bref Man on s croirait en cours de chimie! C'est un brin plus complexe, c'est pas des fluides qu'on manie mais des etres humains..


Citation

Il faut intéresser les populations à bouger, à se mélanger


Il faut deja apaiser la situation et au risque de me repeter, se lancer dans le rééquilibrage ethnique et la décentralisation territoriale prevues par l'accord du 12 mai 2001.

Citation

ni de somalisation n'est-ce pas farah

Ben si Mr Idro!"J'ai toujours pensé qu'ils fallaient installer des populations somalies dans le nord (afar) du pays de façon à homogéneiser le pays (Djibouti)" ==> Somaliser pas besoin d'avoir fait L' X pr le comprendre!


Citation

Si on revenait aux élections vous préconisez l'abstention M. Les politiques?

J'ai deja eu l'occaz d'aborder le sujet avec des amis; Et je crois que la, il faut eviter les alambiques verbaux et les theories fumeuses!
-Est ce que les outils necesssaires au bon deroulement de cette election ( surveillance, recours etc..) sont en place?! Non
-Est ce que tous les djibs en age de voter peuvent le faire en leur ame et conscience? Non; Tracasseries administratives, refus d'octroi de cartes d'identites, de cartes d'electeurs etc..
-Qui va à des elections dont les resultats sont connues d'avance, en d'autres termes qui va à sa propre defaite?! Personne en dehors de faire-valoir !
-Quel interet d'aller a ces elections alors? Aucun! Il ne faut surtout pas permettre cautionner une mascarade aux dés tres grossierement pipés!

Wa salam
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   idro Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
304
Inscrit :
09-juillet 03

Posté 22 février 2005 - 10:49

Idro les Afars veulent juste que leurs condidtions de vie s'ameliorent et qu'ils ne soient pas des citoyens de 3e zone. Et que les accords entre le FRUD et le gouvernement soit respecté.
Quel idée de somaliser les Afars? :blink: Tu le trouves trop different a ton gout? pas assez somali? Leur marginalisation n'est pas due a leur difference mais aux exactions kils subissent depuis 30 ans.
Voir le message

[/quote]

Toi aussi tu t'y mets sur cette histoire d'exactions desaxée! et surtout depuis 30 ans? Vas-y donnes moi de exemples precis d'exactions. On sait très bien que pendant la guerre du Frud il s'est passé de choses très mauvaises, mais ce que tou le monde semble oublier ce qu'il y'avait eu des prisonniers de l'armée djib qui ont dépecés, je dis bien depécer de leur peau comme des animaux). Et c'est grace à des valeureux défenseurs de la patrie que Tuam traite de milices tribales qui ont répoussé l'assaut des armées venus d'erythrée et de quelques jeunes nationaux afars(embobinés par des politiciens peu scrupuleux) que tu a pu dormir tranquille dans ton sommeil. On n'était meme pas foutu de les remercier; nous leur avons donné que 20000fd comme salaire. C'est honteux ce gouvernement. Le gros problème c'est que vous lisez tout à travers le prisme des connaissances acquises dans les amphis des fac francaises. Que vous le vouliez ou non vos analyses sont conditionnés par cela. Des concepts comme la démocratie ne s'impose pas au peuple, ça s'éduque, je ne cesse de repeter. Il faut repenser les choses, il faut essayer de trouver des alternatives democratiques qui seraient tirées de nos propres culture. Au lieu de penser à detruire, pensez à construire à construire des alternatives. Je pense notamment à la possibilité de combiner les différents XEER existant pour former une loi commune et une façon de partager les pouvoir. Le XEER issa est assez complet sur beaucoup de domaines on pourrait s'en inspirer largement. Vous etes des universitaires, et un universitaire ça construit, ça crée , ça produit, ça se lamente pas à longueur de journées. Tuam arrete de jouer avec le tribalisme stp, toi qui cite souvent la réligion, je te rapelle que le prophete saw a décrit le tribalisme comme qqc qui sent très mauvais et qu'il faut s'en éloigner. Qu'est-ce que je gagnerais avec un djibouti 100% issa et ou tu veux que j'amene tous les autres groupes?
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Aouled Icône

Groupe :
Membres
Messages :
3
Inscrit :
21-novembre 04

Posté 23 février 2005 - 07:49

Bonjour A'mon avis le vieux Noel il exagere trop sur certains pts 1-les risques de conflict arme'sont plus que jamais omnipresent-.\..2- si l'opposition ARD maintient son mot d'order boycott Actif, il est clair quand va dans une periode d'incertitude ou la paix des civils soit en cause . sur ces 2 points je trouve exagerant de la part de Noel ,la question qu'on se pose .les nordistes ont-ils des problemes de plus que les autres (du cote social .ect..) ?. ARD ,est-elle plus forte( en terme politique ) que les autres parties d'oppositions regroupe UAD . Et si le partie frud sont devenu des materialistes( d'avoir quelques postes au gvernement ) au lieu d'atteindre leurs objectifs ,c'est la faute de qui .? On connait que le regime est mauvais , on connait aussi que la guerre n'est pas la meilleure solution ,plutot il aggrave, et la situation sera pire qu'aujourdhui . continuons a'combattre autrement pour changer la politique de notre republique, et le changement n'est pas l'interet d'une partie mais plutot l'interet de nous tous . .Alors soyonz uni pour aller jusqu'a au bout.Arretons le tribalisme qui ns divise .

Ce message a été modifié par Aouled - 23 février 2005 - 08:27 .

0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   warfa Icône

Groupe :
Membres
Messages :
9
Inscrit :
04-novembre 04

Icône du message  Posté 23 février 2005 - 11:39

:angry: MES CHER/ES COMPATRIOTES SI ON VEUT CONSTRUIRE DE NOTRE PAYS , IL FAUT K'ON SE COMMENCE DE NOUS MEMES.

Aouled, le Wednesday 23 February 2005, 4:49, dit :

Bonjour                                                                                                                                                                                                                      A'mon avis  le vieux Noel  il exagere  trop sur certains pts    1-les risques de conflict arme'sont plus que jamais omnipresent-.\..2- si  l'opposition  ARD maintient son mot d'order  boycott  Actif, il est clair  quand va dans une periode d'incertitude ou la paix des civils soit en cause .                                              sur ces 2 points je trouve  exagerant  de la part de Noel ,la question qu'on se pose .les nordistes  ont-ils des problemes de  plus que les autres  (du cote social .ect..) ?.    ARD ,est-elle  plus  forte( en terme politique ) que les autres parties d'oppositions  regroupe UAD .      Et si le partie frud    sont  devenu des materialistes( d'avoir quelques postes  au gvernement )  au lieu d'atteindre leurs objectifs ,c'est la faute de qui .?                                On connait que le regime est mauvais , on connait aussi que  la guerre n'est pas la  meilleure solution ,plutot il aggrave, et  la situation  sera  pire qu'aujourdhui  .                                    continuons  a'combattre autrement pour changer la politique de notre republique,  et  le changement n'est pas l'interet d'une partie  mais plutot l'interet de  nous tous . .Alors soyonz uni  pour aller jusqu'a au bout.Arretons le tribalisme qui ns divise .
Voir le message

0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Real Tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
285
Inscrit :
18-novembre 04

Posté 23 février 2005 - 05:16

Idro, les rebelles s'en prenaient au moins aux soldats tandis que les milices tribales massacraient des compatriotes meme en plein centre-ville, donc sachons mesure garder!

Aouled, il y'a des limites au pacifisme et pour négocier il faudrait déjà etre deux.
Que veux-tu négocier avec un tyran héritier qui compte regner jusqu'à mort s'ensuive (pour laisser la place à son fils?)?
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 23 février 2005 - 05:59

Citation

Toi aussi tu t'y mets sur cette histoire d'exactions desaxée! et surtout depuis 30 ans? Vas-y donnes moi de exemples precis d'exactions.


Mais non y a pas eu d’exactions Idro, jamais de la vie!Il s’agit de projections fantasmagoriques et de divagations de gugus dans mon genre!
Va falloir aller répéter cela aux femmes violées, aux familles orphelines, aux bétails décimés et aux infrastructures détruites!


Citation

On sait très bien que pendant la guerre du Frud il s'est passé de choses très mauvaises, mais ce que tou le monde semble oublier ce qu'il y'avait eu des prisonniers de l'armée djib qui ont dépecés, je dis bien depécer de leur peau comme des animaux).


Oui mon gars, effectivement une guerre c’est jamais propre, que ça dérape entre les forces combattantes est malencontreusement monnaie courante, c‘est pas à Djibouti que la convention de Genève sur les prisonniers de guerre a été appliquée, aussi bien du cote de la rébellion que du gouvernement !
Mais il n’a jamais été question des belligérants dans mes propos mais de la POPULATION CIVILE! Qu’est ce que ces femmes violées et éventrées ont bien pu faire pour justifier de tels actes?! Comment peut on absoudre les auteurs de massacre dont celui d’Arhiba?!
Si je suis ton raisonnement, aux « très mauvaises choses » subies par les militaires de l’armée régulière par le FRUD on permettait donc les représailles sur des personnes désarmées?!!

Citation

Et c'est grace à des valeureux défenseurs de la patrie que Tuam traite de milices tribales qui ont répoussé l'assaut des armées venus d'erythrée et de quelques jeunes nationaux afars(embobinés par des politiciens peu scrupuleux) que tu a pu dormir tranquille dans ton sommeil.


Oh l’argument qui a bon dos:  il ne s’agissait pas d’afars de Djibouti hein?! Et bien entendu le gouvernement de Djibouti a signe la paix avec des étrangers; Dans le même registre, A.D.A ( rahama'hul'llah) etait un étranger et peu scrupuleux de surcroît!! N’est ce pas?!
Un argumentaire bancal roulé comme du papier à musique de mauvaise qualité et qui sonne terriblement faux!
Le pire dans tout ça c’est que le sieur Idro nous justifie avec un zèle non feint l’enrôlement dans l’armée régulière d’individus venus d’ailleurs, c’est tout naturel bien entendu! Tu peux trouver ça normal man mais ne nous joues pas le n° de la vierge effarouchée quand d’autres parlent de base arrière dans un pays de la région!Pas de deux poids, deux mesures! On se doit de rejeter aussi fermement les incursions, de quelques bords que ce soient!!!
Enfin il est quand même hallucinant de toujours réduire et de continuellement rapporter les aspirations d’une partie des djiboutiens à l’affairisme et à l’arrivisme d’une partie des dirigeants de la rébellion! C’est malhonnête intellectuellement, c’est dangereux pour l’avenir et c’est insultant pour ceux de l’armée régulière et de la rébellion tombés sur le champ de bataille. Cette guerre civile à Djibouti n’est pas née d’une opération du saint esprit: Des pères de famille et de jeunes garçons ne sont pas allés perdre ou risquer leur vie pour le plaisir de galoper armes à la main!! Il serait temps ENFIN de se demander POURQUOI EST CE QUE CES GENS ONT ILS PRIS LES ARMES?! Pour le plaisir de faire joujou avec la kalash, je ne pense pas!

Citation

On n'était meme pas foutu de les remercier; nous leur avons donné que 20000fd comme salaire. C'est honteux ce gouvernement.


Les pensions promises aux uns et aux autres, les reconversions des démobilisés, la réhabilitation du Nord. Y en a des choses a faire!!!

Citation

Le gros problème c'est que vous lisez tout à travers le prisme des connaissances acquises dans les amphis des fac francaises. Que vous le vouliez ou non vos analyses sont conditionnés par cela. Des concepts comme la démocratie ne s'impose pas au peuple, ça s'éduque, je ne cesse de repeter. Il faut repenser les choses, il faut essayer de trouver des alternatives democratiques qui seraient tirées de nos propres culture.


C’est la faute aux facs françaises now, c’est la faute a nos analyses conditionnées par je ne sais quoi encore. Foutaises!Foutaises! Tripes foutaises!
Une sale guerre est une sale guerre! Une injustice est une injustice! Les exactions commises par l’armée régulière sont des faits éprouvés! Djibouti est une autocratie!

Et pour ta gouverne très cher Idro, il n’a jamais été question dans les propos des uns et des autres de translater les modèles de démocratie occidentale à Djibouti d’une part, et d’autre part il faut très humblement reconnaître qu’au jour d’aujourd’hui aucun signal n’a été adresse aux djiboutiens dans Djibouti dans l’optique d’une ouverture démocratique, donc please cesses de noyer le poisson!


Citation

Au lieu de penser à detruire, pensez à construire à construire des alternatives.


Personne n’a parle de détruire, t’es en train de coller des étiquettes, de simplifier a outrance les propos des intervenants! C’est de la fuite en avant! On est pas dac avec toi, on veut donc detruire le pays! N'importe quoi! Tu n'as pas le monopole pour ce qui est de voir djibouti apaisee, moderne et fraternelle!!
Et pour ce qui était de construire, s’ils sont du même acabit que ton credo d’hier «  pour fraterniser, somaliser le nord » ! Non merci, tu px t les garder!


Je voudrais conclure sur quelques remarques:

Djibouti a connu une guerre fraticide ayant fait des morts, des mutiles et ayant ravages le nord du pays! C'est fait et c'est du passe! On ne peut pas revenir en arriere ou chercher à venger les morts des deux cotes!!
Notre souci constant doit etre aujourd'hui d'eviter à nouveau qu'une telle catastrophe se produise..Comment?!
- En ayant l'honnetete intellectuelle de reconnaitre pourquoi certains uns de nos compatriotes ont pris les armes! Se demander qu'est ce qui a pu pousser des gens à prendre des armes: C'est un travail aussi bien collectif qu'individuel!
Et enfin cesser de reduire inlassablement tout cela au manque de scrupule de quelques dirigeants

- En palliant de maniere urgente et durable aux rhizomes d'une telle situation: C'est au gouvernement de notre pays de mettre en application les accords de 2001! C'est a notre gouvernement et aux premiers d'entre eux, le president de la republique, de se lancer dans une gestion saine, rigoureuse des deniers publiques et d'ouvrir l'espace politique!!




wa billah al tawfiiq

Ce message a été modifié par Farah - 23 février 2005 - 06:14 .

0

Partager ce sujet :


  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet