djibnet.com: Djibouti: Pas Si Demine Que Ca - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Djibouti: Pas Si Demine Que Ca Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 29 septembre 2004 - 03:33

Voila sur quoi chuis tombe inopinement o decours d'une cyber-ballade nocture

Extrait des Nouvelles d'Addis

Djibouti / Convention d’Ottawa


Les autorités djiboutiennes ont déclaré le pays "mine free". Pourtant, selon les informations recueillies par Les nouvelles d'Addis, Djibouti ne serait « pas si déminé que cela ». Par exemple, une mission d’évaluation du centre Minex, en octobre 2003, à Ladoua, a évalué à 700 engins environ la menace des mines dans ce seul secteur. Témoignage d'un spécialiste.


Juillet 2004. – Malgré les affirmations des autorités djiboutiennes, qui ont déclaré le territoire de Djibouti exempt de mines (mine free), devant les États partis de la Convention d’Ottawa réunis à Genève en janvier dernier, il semblerait bien que certaines se “baladent” encore dans des sites connus ou inconnus.

Je me suis laissé dire que les démineurs de l’armée nationale djiboutienne, appuyés par la compagnie privée américaine Ronco, découvrent de nouvelles mines chaque mois. Autre exemple, et j’en atteste personnellement (1). L’armée française avait un dépôt de munitions à Ladouda, site qui se trouve à quelques kilomètres du centre-ville de Djibouti. Ce dépôt était protégé par des mines antipersonnel. Mais des inondations dans les années 80 et 90 ont déplacé ces engins hors du marquage de barbelés encadrant le champ de mines. Cela n’a tué que quelques pauvres bougres et autres chèvres et dromadaires. Pas de quoi fouetter un chat pour les autorités des deux pays. Sauf que les Américains ont décidé de construire un camp à cet endroit, et qu’ils y ont trouvé des mines dès les premiers coups de pelleteuse. La France a dépêché une mission d’évaluation du centre Minex de l’ESAG (2), en octobre dernier. Ils ont évalué à 700 engins environ la menace des mines dans ce secteur.

Cette pollution pose de nombreux problèmes car les mines utilisées comportent une rondelle métallique de détectabilité amovible, d’où leur nom : Mine APDV59 (Mine Antipersonnel Détectable à Volonté, année de conception 1959). Or, des rondelles seules ont été retrouvées, donc des mines sont désormais indétectables…

On ignore où en sont les opérations de déminage et de recherche de ces engins devenus indétectables – à moins de marcher dessus. Mais affirmer que Djibouti est le premier pays africain “mine free” paraît un peu précipité. D’autant que selon d’autres sources, durant la guerre contre le Frud, l’armée djiboutienne aurait également disséminé des engins explosifs dans certaines zones qu’elle serait bien en peine de définir avec précision aujourd’hui. Là encore, des pauvres bougres et leurs troupeaux seront les futurs démineurs du premier pays africain “mine free”. –

ALBAN GOUBET
--------------------------------------------------------------------------------
(1) Notre correspondant est conseiller technique en matière de lutte antimines.
(2) ESAG : École supérieure d’application du génie.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   DjibeauGosse Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
159
Inscrit :
08-juin 03

Posté 29 septembre 2004 - 04:18

FARAH,

La meilleure facon d'être effectif dans cette lutte contre les mines et les autorités qui les ignorent est de mettre en avant les victimes de ces mines, s'il y'en as. Je sais qu'il y'as beaucoup d'organisations dans le monde qui se battent et qui organisent des déminages dans les pays et régions pauvres et déchirés par les guerres. Tu pourrais peut être commencer par là et demander un constat indépendant, et là tu auras tout ce qu'il te faut, si tu dis vrai, de rendre esponsable ce gouvernement et le mettre devant les faits.

Peace out

Djibeaugosse
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
181
Inscrit :
01-mars 04

Icône du message  Posté 29 septembre 2004 - 07:14

DBG a raison mais ce qui est consternant c'est que l'"armée nationale" (voire meme les autres forces présentes chez nous) disséminent des mines dans le pays de surcroit sans se soucier de relever leurs emplacements!
Il est urgent de mettre en avant les victimes pour exiger des indemnisations et traduire en justice les responsables de cette hécatombe!
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 29 septembre 2004 - 11:10

Djibeaugosse,


A mon niveau ( de citoyen) la meilleure facon d'etre effectif dans la lutte contre les mines est d'attirer l'attention des uns et des autres et en particulier de sensibiliser mes compatriotes sur le fleau que constitue l'emploi et la dissemination sauvage de telles armes;
Je tente de le faire ici en rapportant un article publié par un specialiste; Tu peux legitimement douter de la veracite des propos de ce dernier (la persistance sur le terrain de mines aux localisations non precisees) ou estimer tt cela sujet à caution , son article est signé et je presume que l'auteur du texte en assume l'entiere responsabilite.
Par contre pour ce qui est de l'utilisation par l'armee nationale de mines pdt le conflit armé et le fait qu'elles (ces mines) aient faites des victimes, je te rassure, il y en a : Il te suffit d'aller dans le Nord ou de faire un tour en traumatologie à l'hopital Peltier ( ou à Bouffard)..Pas plus que ca.
Enfin je pense qu'il est de l'ordre du fantasme que d'esperer qu'à Djibouti des commissions d'enquetes independantes ou des ONG puissent avoir acces au terrain pour fournir des donnees objectives quant à cette preoccupation, pour comme tu dis "mettre le gouvernement" et l'armee face à ces responsabilites.
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   DjibeauGosse Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
159
Inscrit :
08-juin 03

Posté 30 septembre 2004 - 12:14

FARAH

Je suis sûr que l'utilisation de mineS a ete pratiquée pendant la guerre civile, je n'en doute point. La seule chose dont je doute c' est si elles ont été utilisés de facon sauvage et non repertoriées pour futur déminage. Je doute aussi qu'il y' en as toujours dans le nord ou au moins à grande échelle (selon l'expert).

Tu devrais rester positif quant à l'attitude de l'armée et du gouvernment à ce sujet, car n'oublions pas que le ministre de la défense est Ougoure Kiflé, originaire du Nord et ancien combattant pendant la guerre civile. Je suis sur qu'il aura l'esprit ouvert sur ce sujet et qu'il laissera les ONG receuillir des données objectives. Après tout il est originaire du Nord et ceci le concerne en premier lieu.

Jusqu'ici, as tu entrepris des démarches quelconques auprès de quelconque organisation ( gouvernement, ONG etc...) ou pour recenser les données de ce problème ?

Djibeaugosse
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
149
Inscrit :
28-mars 04

Posté 30 septembre 2004 - 04:10

Djibeaugosse,

Merci de m'accorder le fait que l'utilisation des mines dans le Nord pdt la guerre civile ne tient pas de la fabulation!
Une pte rectification d'autre part Ougoureh Kiflé n'est pas originaire du Nord (comme tu le dis) mais du Sud et de Dikhil plus precisement; Je reste extremement dubitatif quant à la pertinence de ton argument soutenant que parce qu'il aurait ete originaire (ou pas) de la region, il serait tente de faire plus ou moins pour la region en question; Plus sensible peut etre mais j'ose esperer, animer d'une meme energie et d'autant de determination pour ttes les regions du pays.

Tu sembles particulierement enclin aux receuils d'information, voici qq donnees:

-Le constat d'une ONG specialisee (ICBL: regroupant plus de 1400 ONG dans plus de 90 pays) :"Les opérations de déminage par l’armée nationale en 1998 n’ont pas été un succès à cause du manque de cartes montrant où les mines ont été posées.

- Notre pays a signe le traite d'interdiction de mines en décembre 1997 et l’a ratifié en mai 1998. Le traité est entré en vigueur pour Djibouti le 1er mars 1999 avec une date limite de destruction de stock fixee au 1er mars 2003; En 2002, Djibouti n’avait pas encore commencé la destruction, ni remis un rapport de transparence tel que requis par l’article 7 du traité ou même fourni des informations sur ses stocks de mines ou son programme de destruction.

-Les propos d'un officiel djiboutien (SG du MAECI) : 160 victimes dont une 40aine de tues et ce jusk'en 2OO1 et je cite tjs ce meme officiel que "le risque d'accident n'est pas ecarte en raison de l'existence de terrains mines".

Il est dommage que tu ne te sentes pas aussi concerner "en premier lieu" et aussi retif quant à la veracite d'une telle realite! Mais bon..
Indifference quand tu nous tiens.
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   tuam Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
181
Inscrit :
01-mars 04

Posté 30 septembre 2004 - 05:06

Entièrement d'accord avec toi Farah sur le fait que toutes ces observations ne sont pas dus uniquement à une pure coincidence.
D'ailleurs, la "guerre civile" (surtout une répression aveugle contre les civils Afars) a souvent servi à justifier l'injustifiable.
By the way,j'apprécie énormément tes informations qui contribuent à donner du sens à ce forum!

Je pense qu'il devient de plus en plus clair (je doute que tu ne l'ai déjà remarqué) que changer les mentalités sera une tache d'autant plus ardue que l'inconscient y joue un role clé malgré les bonnes volontés.

PS: pour les simples d'esprit, je n'apelle pas à la pseudo-haine Afar/Issa mais tous simplement la transparence, la justice et l'égalité des citoyens.
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet