djibnet.com: Construire La Rep Impériale - djibnet.com

Aller au contenu

  • (11 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Construire La Rep Impériale Lancer Djib à la conquête de son destin Noter : -----

#16 L'utilisateur est hors-ligne   Abdoul Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
12
Inscrit :
10-juillet 03

Icône du message  Posté 16 juillet 2003 - 02:58

QMATAN = CALA!
CALA=QMATAN!
Faut arreter de se foutre de la gueule du monde mon ami!
Personne n'est dupe!!
Tu te sens seul à ce point?!
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   mendes Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
150
Inscrit :
27-mai 03

Posté 16 juillet 2003 - 04:43

qmatan=cala comme l'a dit le frere abdoul!!
d'une part je tiens a te preciser(et je te tutoie car tu ne merite point le respect du a un ainé!!)que tes propos sont affligeant et indigne d'un homme d'age mur.
il est problable que mon analyse ou mon point de vue soit completement faux ou surréaliste;est ce une raison pour me traiter de fumeur de shit et de buveur de desp'??

soit cala je comprend que tu soit desesperement seul dans tes monologues sans fins et que tu sois a la recherche d'une reconnaissance qui tarde a venir.
les djiboutiens sont ingrats pense tu,on leur offre la connaissance et il chipote sur des dates et des faits minimes!!
mais ces djiboutiens ne sont pas ceux a qui on apprenaient que leur ancetre étaient gaulois!!de l'eau a coulé sous les ponts........

pourquoi djibouti héritage du colon devrait disparaitre alors qu'il n'y a pas de réelle probleme ou de guerre civile???
je suis contre le principe de l'intangibilité quand il est trop tard!!le somaliland survit contre vent et marée depuis plus de 10 ans alors que le president de somalie(oupss mogadisho!!)pavane dans les sommets alors que la population se meurt sous les chefs de guerre.

pourquoi chercher a convaincre ou a debattre avec quelqu'un qui ne connait que le dénigrement......
retourne a tes fans virtuel cala et continue de t'auto encenser pour mieux te complaire dans le marasme de ta bétise!!!
prend qmatan ta marionette et apprend a lui a débattre de façon civilisé en l'envoyant dans ta région: zeyla le fief des sciences..........
no respect :angry:
0

#18 L'utilisateur est hors-ligne   QMATAN Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
13
Inscrit :
01-juillet 03

Posté 16 juillet 2003 - 02:13

Chère Azraf,

Toute construction politique suppose embryonaire un financement économique extérieur. Le Somalidand exporte pas mal de chose comparé à Djibouti (valeur moyenne 35 millions de dollars) mais cela est loin de compenser les imporations d'une population qui à part l'élévage et les maigres arpents de culture de l'Oasis de Gabiley ne produit rien. Aujourd'hui, les Somaliland survit plus qu'il ne vit grâce aux transferts des émigrés dans la péninsule Arabique en faveur de leur famille resté au pays ( 300 millions de dollars en 1990 contre 180 millions seulement aujourd'hui) mais à cause d'une part de la Saoudisation et d'autre part du ralentissement des économies des autres Emirats pétroliers, le niveau de ce revenu tombera si bas au point que l'équilibre alimentaire du Somaliland sera rompu: les transferts contunureont à diminuer au fil des années.

Reste le potentiel économique de la région, Med Sayd Barre avait tenté de promouvoir l'agriculture irrigué et crée une agro-industrie pour développer la région. Il avait édifié à Berbera la plus grande unité de production industrielle de toute l'Afrique Orientale ( la Cimenterie de Berbera ) que des membres incontrôllés du SNM ont canibalisé c'est à dire vendu en pièce détaché en Ethiopie. De même la laiterie de Hargeysa et la conserverie de tomate de Burao ont connu le même sort peu enviable. Donc pas d'industrie dans le Somaliland et il n'y aura pas pour demain car le coût de l'énergie est encore plus chère qu'à Djib et la main d'oeuvre resté au pays totalement incompétente.

Côté agriculture, les terres agricoles du Somaliand couvrait de 7000 ha en 1967 ont été étendu à 48 000 ha àn la fin des années 80. Depuis la production agricole décline faute de nouvelles mises en culture et à cause de l'érosion du latérite calcaire qui devient très rapidement cuirassé si l'on enlève la couverture végétale.

Côté pêche la région est entravée par le manque d'infrastructure de conservation et de transformation ainsi que l'absence de marché. Etant donné le coup des investissement nécessaire à démarer une activité économique, le Somaliland a peu de chance de survivre par ces propres moyens et en cela en dépit de l'appui ethiopien.

Par contre Djibouti peut aider le Somaliland sur de nombreux plan. Elle possède le sytème bancaire le plus évolué de la région, des infrastructures modernes et sous employées et de la demande.

Je ne sais à combien se monte le niveau de nos importations d'Ethiopie mais nous pourrions aider les Somalilandais à produire les produits agricoles que Djibouti consommerait ce qui créerait chez un des milliers d'emploi. Une coopération entre les deux entités permettrait- elle de profiter des infrastructure de Djibouti pour exploiter et tranformer les produits du Golfe d'Aden. Il s'agit là aussi d'un axe de réflexion.

Concernant la question de Djibouti, tout le monde sait que le problème de notre pays est avant tout une question de redistribtion. Des centaines de millions rentre dans Djibouti et ils en sortent aussitôt. Si les autorités économiques de Djibouti avait eu une approche moins spéculatif de la question du développement, nous aurions pû créer des centaines de milliers d'emploi.

Merci pour tes questions AZRAF
0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   CALA Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
140
Inscrit :
30-mai 03

Posté 16 juillet 2003 - 03:19

Salut à tous,

Le torche brule entre l'historien AZRAF et le juriste positiviste Matan. J'ai appércié quand Matan déclare que nous djiboutiens sont presque tous Somalilandais ...c'est une vérité historique et c'est également une révendication politique Somaliland n'est pas synonyme de Issaq. Au délà de la remarque la question des realtions entre Djibouti et le Somaliland mérite une analyse approfondi.

D'abord contrairement à la prise de position de Matan, le processus de construction étatique du Somaliland se distingue de celui des autres régions auto-proclammé de la Somalie. En effet les dirrigeants qui étaient des chefs de guerres versions soft ont été éconduit par la population qui 'est saisi de son destin et a élu démocratiquement ces nouveaux dirigeants. Egal avait acquis ainsi une légitimité historique que ni Aidid ni Omar Jess n'ont jamais acquis.

D'autre part là ou je rejoins la pensée de Matan c'est quand il affirme la non vialibité d'une indépendance du Somaliland. Matan a noté que le budget du Somaliland n'excède pas celui d'un ministère à Djibouti, on peut même aller loin et affirmer que ce maigre budget ne sert qu'à payer les ministres en fonctions et surtout à nourrir une millice de 15 000 menbres.

Les somalilandais ont opté pour la voix du séparatisme pour exorciser le souvenir de la brutalité du régime Syad Barre. Mais le monde dans lequel ce nouvel Etat naît n'est pas celui de la guerre froide et des chocs pétroliers qui ont permis à Djibouti de se structurer. Le Soamaliland avait respectivement 4 ans et 10 ans de retard sur l'Histoire. La question de l'indépendance immédiate et inconditionnelle n'est plus donc d'actualité dans les sphères politiques de la région et elle ne l'a jamais été parmi les élites intellectuelles du pays. Les premiers demandent un satut intermédiaire comme les Territoires Palestiniens tandis que les second exige la stabilisation politique de toute la Somalie dans le cadre d'un reglèment internationale sous l'égide des Nations Unis...de la Ligue arabe.

Les relations entre Djiboutiens (c'est à dire d'ancien soamlilandais pour l'essentiel) ont été tinté de sceptisme et d'incompréhension. Les Somalilandais ont perçu dans Djibouti un rival stratégique vue le rôle potentiel que pourrait jouer le port de Berbera. C'est une vision éronée des enjeux économiques, le montant des investissements réalisés dans le port de Djibouti entre 1948-1956 et depuis l'indépendance sont telles qu'aucun pays de la région ne peut prétendre mobiliser de telles ressources. Pour avoir un ordre d'idée, le seul investissement du terminal pétrolier de Doraleh ( 400 millions de dollars) équivaudra à 8 années budgetaires de l'Etat somalilandais...et ce n'est là que l'un des trois des terminaux dont dispose Djibouti.

Le port de Berbera comme celui de Assab en Erythrée aurait pu concurrencer celui de Djibouti dans le frêt éthiopien jusqu'à la fin des années 70 mais depuis les choses ont changées. Auparavant le traffic s'opérait par livraison directe et cabotage portuaire aujourd'hui toutes les compagnies de transport maritime utilise des ports d'éclatement et transborde leur frêt. Dans cette nouvelle dimension du transport maritime Djibouti a deux concurrents Jeddah pour le tranport vracquier et Salalah pour le transport par conteneur. Comme vous voyez nos horizons économiques se sont élargis parallèlement aux mutations du transport maritime.

Si Djibouti n'a rien à craindre de l'indépendance du Somaliland alors pourquoi le gouvernement djiboutien s'oppose t-il à la reconnaissance de cet Etat? Parce que Djibouti en dépit de la légitimité de la cause somalilandaise ne peut faire le jeu des Ethiopiens c'est à dire divisé la Somalie en quatre émirats tous gouvernés par des hommes de pailles. La raison stratégique l'emporte ici sur la raison morale et juridique....et on ne peut reprocher aux autorités djiboutiennes (entre autre) d'agir ainsi.

Par contre Djibouti doit dépasser ce reflexe stupide qui vise à isoler le Somaliland et
doit élaborer avec les habitants de cette région une consertation qui permettrait au Somaliland de sortir de sa misère à Djibouti de consolider sa souverainété en diversifiant ces sources d'approvisionnement. En isolant le Somaliland, Djibouti joue contre son camp ...puisqu'elle renforce du même coup l'hégémonie éthiopienne. Or le rival de Djibouti ce n'est pas le Somaliland mais l'Ethiopie. On peut donc inverser le rôle en jouant de nos liens multidimensionnelles avec nos frères somalilandais pour mettre un terme aux diktats Ethiopiens vis à vis de notre pays.

Le plus intelligent à faire serait donc de construire de toute urgence une voie routière viable jusuq'à Hargeysa, déménager la laiterie de Djibouti qui n'a pas sa place à Djibouti et promouvoir l'investissement dans l'agriculture du Somaliland de manière à ce que cette région se substitut ....à L'Ethiopie. A long terme, c'est à dire après le financement par Djibouti de deux barages sur les vallées l'Issu tugan et de la Nougal, on pourrait complètement se passer de l'Ethiopie en imporatnt de chez nos frères tous les produits que nous ne pouvons cultiver à Djibouti. De même les djiboutiens feraient mieux de dépenser leur francs gad à Hargeysa et Borama au lieu de le dilapider pour des Anshi qui n'en valent pas la peine. Imaginez alors la position des éthiopiens affaiblis ...ils demanderont le rattachement du Somaliland à la Somalie pour éliminer ce concurrent.

En fait la plus grande richesse de Djibouti comme celui du Somaliland, c'est la Mer et nous devons nécessairement coopérer dans la mise en valuer de ce potentiel. Je reviendrai plus tard sur ce chapitre.
0

#20 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 16 juillet 2003 - 04:49

il n'ya aucun torchon qui brûle et apprenti historien serait le qualificatif qui m'irait le mieux!
aussi je ne pretend pas posseder des chiffres exacts sur la situation de la region et ma demarche n'a rien pour l'instant de scientifique puisque je n'ai pas pris ,pour l'instant le temps de me renseigner sur le sujet!
j'essaye donc simplement de raisonner avec les infos et les convictions que j'ai !
d'abord personne sauf un fou,ne dira jamais que le somaliland est synnonyme d'issack car c'est contraire à la constitution somalilandaise votée a 97% des electeurs et au traité de reconciliation de burao de 1991,d'une part et parce que c'est historiquement faux d'autre part!
mais la ou il y'a malentendu,c'est quand on veux penser à la place des somalilandais et qu'on prête à leurs elites politiques et intellectuels des idées qu'ils n'ont pas!
il y'a aussi le fait que nos convictions sont pour le moment opposés et nos raisonnements ne peuvent donc qu'etre contraires!
vous vous raisonnez dans une logique de somaliland non reconnu et moi je raisonne dans une logique de somaliland reconnu et de ce fait même nous ne pouvons pas etre d'accord et on peut toujours argumenter dns un sens comme dans l'autre ,ça ne menera nul part et c'est là que se situ le blocage de la situation dans la corne et c'est par là qu'il faut commencer si nous voulons un jour tomber d'accord et combattre l'hegemonie ethiopienne ensemble!
vous raisonnez avec des considerations economiques et abstraites et moi je suis le porte-parole des injustices et des mepris constants que le somaliland subit de la part non seulement de la somalie du sud (avec laquelle d'ailleurs il a reglé ses comptes depuis longtemps) mais aussi de la part du gouvernement djiboutien qui joue le double jeu politique pour imposer une paix djiboutienne!
aujourd'hui le gouvernement djiboutien profite de sa legitimité internationale,seule arme d'ailleurs qu'il a en sa pocession,pour isoler le somaliland,mais demain quand les données changeront j'espere que djibouti trouvera une autre arme que celle-ci , vue que ni economiquement,ni miliatirement,ni demogarphiquement,il n'est pas un poids lourd dans la region,ça m'etonnerais!
donc chers amis cala et qmatan,je vous propose qu'au délà des calculs purement mathemetiques d'aprés lequels vous prevoyez tant des choses plus ou moins bonnes pour la region et ces habitants,essayer de penser à l'imprevu que peut occasionner la reaction d'un peuple qui ne veut pas se soumettre aux logiques theoriques!
la logique est la logique et l'homme est autrement imprevisible,alors n'oubliez pas qu'en même temps que la region,c'est aussi les hommes qui vivent dessus qu'il faut gerer!!
mohamed siad barré etait mille fois plus equipé que les mouvements de resitances qui l'ont fait tomber,sur le papier c'etait une repression qui etait planifiée,sur le terrain ....il s'est passé autre chose...........

je vous salut trés bas!

azraf!
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

#21 L'utilisateur est hors-ligne   mendes Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
150
Inscrit :
27-mai 03

Posté 17 juillet 2003 - 04:51

c'est incroyable cala répond a cala a 40 min d'intervalles!!!!
eh az' t'est trop sympa de taper la discut' avec les jumeaux mais si tu fais attention a la forme(petits paragraphes bien structuré!!) et au fond (meme thèse du début a la fin!!) de leur(ses?)réponses,tu verra que cala pete un plomb tout seul!!

je crois que le courant passe bien entre vous deux so essaie de lui faire entendre raison:nous voulons (oupss voila que je parle comme lui!!lol),je veux un seul cala!! il a le merite de penser original alors que son disciple ne fait que du copier collé!!!


dans un tout autre registre:maitre cala est un fan de la grande somalie.
Etant donné que tu prone la reconnaissance pleine et effective du somaliland,que pense tu d'un éventuel retour de cette derniere dans son giron d'avant 91?? :)
0

#22 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 17 juillet 2003 - 01:59

salut mendes ,si tu fais un peu attention à mon dernier message,tu verras que je mets cala et qmatan dans le même sac histoire de ne pas avoir à parler deux fois à cala au cas ou!
mais bon vu qu'ils ont les même conviction c'est aussi plus pratique!

tu as l'impression que le courant passe entre cala et moi parce qu'on s'est mis d'accord sur le fait qu'on sera d'accord sur certains sujet et non sur d'autre,à partir de là si personne n'essaye de convaincre l'autre ,nos echenges d'idées se passeront pour le mieux!
entre autre ,et pour repondre à ta question,nous sommes d'accord sur le fait que l'ethiopie est à cour ou moyen terme une menace pour nous somalis et musulmans!
mais nous ne sommes pas d'accord sur ce que cala appelle deliberement la "cause somalilandaise" qui pour moi est une cause prealable à l'union somalienne et pour cala une cause secondaire!
moi je suis pour une union somalienne mais dans un contexte ou tout le monde est consentant et ou le somaliland comme djibouti est une republique reconnue et souveraine,mais qu'on me fasse peur aujourd'hui avec l'ethiopie qui m'as donné refuge et armes quand j'etais poursuivit et chassé de mon propre pays par mon propre frere,c'est cultiver de l'illusion!
y'a un proverbe qui dit "les bons comptes font les bons amis",cala voudrait effacer d'un revers de mains les evenements qui se sont passés il n'ya pas si longtemps que ça dans le nord de l'ex somalie,et moi originaire de cette region devastée dont les habitants bombardés par des avions etaits promis au genocide,moi qui ait malgré tout survecu et qui aujourd'hui suis maître de mon destin,je ne pose qu'une seule question à ceux qui comme cala veulent prendre "ma" cause à la legere:
qu'avais-je fais hier pour meriter un tel traitement de la part de ses mêmes somalis?qu'a fait politiquement et diplomatiquement djibouti à l'epoque pour faire pression sur le dictateur qui bombardait sa population avec les avions payé par leur impôts?
qu'ont fait les organisations internationales qui aujourd'hui me soulent avec leur sacro sainte intangibilité des frontieres?ou etait l'igad?l'oua?l'onu?
je ne depends de personne et personne ne me donne rien et je n'ai pas encore soldé mes comptes!
cala veux nous faire croire que le conflit entre djibouti et le somaliland ne se limite qu'au ports de djibouti et berbera et le fait que djibouti tienne au principe d'intangibilité,moi je demande au gouvernement djiboutien qui s'acharne tellemnt contre la reconnaissance du somaliland et qui met tout le poids de sa diplomatie à ignorer et isoler hargeysa,ou etait-il entre 1988 et 1991?
au moins l'ethiopie etait avec nous et nous a donné des camps d'entrenaiment et des armes!
aujourd'hui le peuple somalilandais est un peuple qui sans pretention a fait ses preuves et il ne le doit qu'à lui même et il reglera ses differends au moment venu,ou les autres arreteront leur politique d'autruche et arreteront de l'ignorer!
c'est moi qui suit né à djibouti qui te dis ça mendes,et je dis ce que je dis sans haine ni rancune,mais dans l'espoir qu'un jour mes freres reconnaitront leurs tort,car malgré tout les somalis sont mes freres,et la rancune n'est pas une solution!
je me demande donc logiquement ce que cala pourra reellement dire à un hargeysawi de pure souche né au quartier de ganad ou celui de "idacaada",un hargeysawi qui avait dix ans quand les avions de la grande somalie ont evntré ses parents et son frere sous ses yeux,pour ne citer que ceci,je ne parle pas des tortures et des oppresions qui ont precedé la guerre proprement dite!
je le dit trés calmement à tous mes freres somalis,liquidons d'abord ça,liquidons les rancoeurs au lieu des vouloir mathematiser les etres humains,et seulement nous pourront nous unir!!

voilà globalement mon point de vue ,celui de cala en est a
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

#23 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 17 juillet 2003 - 03:25

celui de cala en est sans doute un autre,c'est à lui de nous le dire!(c'est ça qu'il fallait comprendre plus haut)
le peuple somalilandais est prêt à pardonner,mais pas à oublier,il n'oubliera pas que c'est lui qui dans l'enthousiasme de son independance (la premiere independance d'une republique somalie,faut-il le rappeller?)et dans l'amour de ses freres,a été a l'origine de la premiere premiere union d'une grande somalie,le peuple somalilandais n'oubliera pas les resultats qu'il en a tiré! et si aujourd'hui une union doit se faire,il laisse l'enthousiasme à ceux qui sont encore resté idealistes et qui ne savent rien de la cohabitation avec des freres qui te discriminent et te detestent!
le peuple somalilandais a dejà donné en sourire beat et naivété fraternelle,les ogadens sont des somalis,une partie des kenyans sont des somalis,les djiboutiens,comme tu le disais hier sont des somalis!
à eux d'avoir de l'enthousiasme aujourd'hui et les somalilandais suivront,les somalilandais suivrons parce qu' une union des somalis ne voudra pas seulemnt dire union de hargeysa et xamar,ils suivront parce que l'union somalienne ne voudra pas dire marché de dupe,parce que l'union somalienne garantira les interets de tous ceux qu'elle rassemble,parce que l'union somalienne respectera tout le monde,ils suivront parce que somalie rassemblera tous les somalis et appartiendra à tous sans discrimination!!!
mais si djibouti veux rester la republique de djibouti et veux se tenir à l'ecart de la promiscuité de la vie sous un même toi,moi somalilandais je me suis construit depuis 1991,une residence secondaire qui me permet de me tenir à,l'ecart des incommodations des mes freres du sud !
la somalie rassemblera tous les somalis ou ne sera pas,ça je peux vous le garantir!!
les somalilandais contrairement à ce que pensent certains,ne sont pas submergés par la haine et la rancune,qu'ils "chercheraient à exorciser par leur separatisme"( n'est ce pas cala),le peuple somalilandais n'est pas un peuple qui reagit à l'instinct comme le croivent certains,mais un peuple qui sait raisonner correctement et qui s'est promit dans l'article numero un de sa constitution de ne plus jamais refaire deux fois la même erreur!
que ceux qui veulent resumer le peuple somalilandais à une peuplade aigri,à la poursuite d'une chimere,continuent leur argumentation dans ce sens et nous verront dans "trente ans"si c'est les somalilandais qui ont rêvé ou ceux qui veulent unir les somalis malgré eux qui se foutent le doigt dans l'oeil jusqu'à la garde!!!

amicalement,azraf!
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

#24 L'utilisateur est hors-ligne   QMATAN Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
13
Inscrit :
01-juillet 03

Posté 17 juillet 2003 - 04:37

Salut la foule, Salut CALA,

Quand on parle du Somaliland, la plupart des défenseurs de cette pseudo perde la raison et agite des réflexes émotionnelles telles que ceux nous avons vécu ici. Désolez de te le dire AZRAF mais on voit tout de suite que la propagande pro SNM a fait des ravages chez toi comme chez nombre d'Issaq de la diaspora. Pour l'homme qui connaît mal l'hsitoire de cette région, je te trouve plus royalistes que le Roi dans tes dénonciations. Pour aborder avec toi la question Somalilandaise, il est important que l'on se situe sur une perspective historique.

Lorsque les Britanniques mettèrent à leur proctectorat sur le Somaliland, cette contrée avait la particularité d'être la plus démuni de leurs colonies. Le revenu par habitant du Somaliland était alors de 28 dollars par habitant, son déficit de la balance commercial était chronique, son budget de l'ordre 4 millions de francs français ....représentait seulement 8% du budget de la Somalia. Le pays n'a pas d'infrastructure mieux encore pas de port en eau profonde, pas de chemin de fer et même pas un kilomètre de route. Les anglais n'avaient pas crée un sytème de santé
digne de ce nom. A part l'hôpital tuberculeux de Hargueysa, la colonie ne possédait aucune infrastructure médicale sécondaire. Quant au système scolaire, il était de très bonne qualité ....mais très sélectif. En 1960 le Somaliland avait eu 48 bacheliers du lycée de Amoud qui tous reçurent des bourses pour étudier à l'université de Khartoum ou dans les universités anglaises...pour une population de 650 000. Pour expliquer cet insuffisance, les anglais avançaient le retard du territoire en matière de sédentarisation. A l'époque Hargeyssa était ( alors quatre fois moins peuplé que Djibouti) était un village de la taille de Ali Sabieh tandis que Berbera et Borama n'était plus peuplé que Arta. En fait la seule ville du Somaliland en dehors de Hargueyssa, c'était Zayla qui se vidait déjà de sa population au profit de Djibouti depuis 40 ans...etc.

Si l'on compare la situation du Somaliland avait celle de la Somalia, le contraste est saississant. Le revenu de la colonie italienne était alors de 79 dollars, le santé était autrement plus avancé. L'économie locale essentiellement l'agriculture industrielle tournait à plein régime... permettant à la région de nourrir un prolétariat nombreux et de dégager des excédent commerciaux pour financer la balance de paiement. Les Somalilandais et les Issaqs de la diaspora ont créer le mythe que les somalien étaient des analphabètes tandis que le Nord produisait à grand courant des milliers de cadres. C'est totalement faux parce qu'en 1950, ma Somalie du Sud mieux sédentarisé que les turbulentrs nomades du Nord avait plus de 60 000 élèves dans les écoles secondaires et un sixième de ce chiffre se présentaient au Bac. Vue l'ampleur du besoin, les Italiens avaient crée dès 1954 l'université de Mogadisho qui réçut dès 1957 l'autorisation de délivré des diplômes de doctorales (y compris de médécine ) vissé par les très prestigieuses univeristés de Rome et de Naples. Résultat au moins au le Somaliland présente trois médécins hindous dans ses valises, le Sud produit chaque année 50 médécins et la Somalia à elle seule compte 10 fois plus de médécin que le Nigéria 20 fois plus peuplé.

L'union somalienne de 1960 ressemblait de toute évidence à une OPA organisé par une colonie prospère ( selon les critères coloniaux) sur une autre esrté à l'âge de la pierre et constamment au bord de la famine. Non contrairement à un mythe les Somalilandais n'ont pas amour de la Grande Somalie bradé leur indépendance...mais ils ont joué la carte de la sécurité. En fait les Somalilandais se sont gourés dans le rapport de force qui était largement en leur défaveur. Il pensait négocier sur un pied d'égalité avec le Sud or pour les Sudistes, le Nord ne pésait pas plus économiquement plus que le Bénadir, démographiquement à peu près que le Mijourtein et en terme de poptentiel il ne valait ni la Shabelle ni la Juba. Voilà la vérité.


L'Histoire du Somaliland sous le régime civile est celle d'un réel abandon au plan économique et au plan politique d'une marginalisation de élites anglophones dans un pays où dans les faits la seule langue officielle est toujours l'Italien. Certain ont en Igal, un visionnaire ou encore plus un héros populaire. En réalité Igad s'est opposé par pragmatisme à la fièvre patriotique qui sécouait le Somaliland dans les 58-63, mais une fois l'Union réalisée il fît comme tous les autres citadins Somalilandais: il prît ses valises s'installa à Mogadisho et se lança avec succès (comme nombre de Somalilandais d'ailleurs) dans le juteux commerce de peau et de cuir.

Lorsqu'il prend le pouvoir Mohamed Syad Barre plus que quiconque en Somalie est conscient de la fragilité de l'unité du pays et pour cause il a passé plus de 30 ans de sa vie dans le Nord de la Mijourtein à Zayla. Alors il décide d'accorder contre l'avis de tout l'establishment Sudiste la priorité au développement du Nord et à l'Intégration de la région Nord. Au sommet de l'Etat, presque tous les principaux responsables du pays jusqu'en 1982 étaient soit des Issaqs soit des Mijourtein. La fumeuse polémique qui consiste ne tient donc pas pas la route.

Au plan politique, MSB impose la scolarité universelle et obligatoire jusqu'en 3 ème, pour permettre aux enfants de nomades d'étudier, ils construit dans chaque arrondissement une école primaire, dans chaque district un lycée avec un internat et dans chaque région institus de technologie. MSB lève l'hypothèque linguistique qui entravait l'avancement des élites nordistes et décrète le somali unique langue officielle du pays.

Au plan économique, MSB investit de 1970-1984 un tiers du montant global des investissement dans le Nord désormais désenclavé par une autoroute construite achévée en 1975.

Dans le cadre du premier plan quiquennal, MSB édifie au Nord le barage de Tug Wajaleh qui a permit de multiplier par 8 les terres cultivés dans le NO. De même, il commence à industrialiser la région en implantant la moitié des 23 unités industrielles qu'il a planifié et construite. Il construit à Hargueysa une tannerie, une laiterie et une usine textile, à Burao une conserverie de tomates, à Hafun une exploitation industrielle du sel qui emploie 11 000 personnes, à Bossasso 3 conserveries de sardines et une 4 ème à Las Qoray.

Dans le cadre du second plan MSB construit à Berbera la plus grande piste d'attérissage d'Afrique, il crée le port en eau profonde de Berbera et électrifie cette ville et celle de Burao. Plus à l'Est, il commence l'exploitation de l'uranium du Galgudud et installe une usine d'enrichissement de l'uranium qui jusqu'en 1982 fournira à Sadam Hussein le Yellow Cake ( de l'uranium enrichi à 75 %) pour construire sa bombe. Quant à Syad, il a défini les axes majeures du programmes Onkod Waq et espère faire rentrer la Somalie dans l'ère atomique pour 1992.

En fait le désamour entre MSB et le Nord naîtra comme CALA l'a si bien décrit dans son mémoire de facteurs étrangers à la politique somalienne. En effet l'enrichissement spectaculaire des pays du golfe constitue à la fois une chance et une immense handicap pour le régime Somalien. Une chance d'abord parce que l'acrroissement de la consommation de viande Arabie Séoudite permet au somalien de l'emporter sur les éléveurs mille fois subventionnées de la France, du RU, de l'Australie et des EU. Ces derniers pays font une très mauvaise publicité à la vainde somalienne en critiquant sa qualité sanitaire ....mais MSB rélève le défi car il instaure la traçabilité et généralise les soins phyto-sanitaire et la vaccination du cheptel. Grâce à cette politique ambitieuse de MSB le Nord rattrappe son reatrd économique sur le Sud et va bientôt même le dépasser.

Autre conséquence du choc pétrolier, le boom économique de la péninsule arabique aspire tous ce que le Nord de la Somalie compte de lettré en langue arabe qui trouve dans les pays du Golfe des salaires astronomiques comparé à la misère partagée du socialisme de MSB. Conséquence entre 1975-1982, c'est 600 000 somaliens qui émigre en Arabie Saoudite et 500 000 autre en Irak et dans les émirats pétroliers du golfe. Ces émigrés par les économies qu'ils envoient au pays à la fois améliore spéctaculaire le niveau de vie des somaliens en général et des nordistes en paticulier mais il crée aussi une bouffée inflationiste résultant de la dollarisation de l'économie locale.

En effet, dans le cadre d'une économie libérale, l'augmentation de la demande s'ajuste par les capacités de production mais une économie planifié cette ajustement n'est automatique. Si vous avez de l'argent à dépenser au délà de ce qui était prévu, vous n'avez d'autre solution que déposer votre épargne à la banque attendre le prochain plan quinquennal. En Somalie au lieu d'attendre, les habitants ont multipliés les fraudes et les importations illégales qui nourrissent un marché noir florissant. Désormais le niveau d'inflation atteint est devenu telle qu'un salarie ne pouvait plus vivre de son salaire ....et l'Etat Somalien en dépit de réussite spectaculaire comme la réalisation de l'autosuffisance alimentaire dès 1982 ou encore la lutte contre l'analphabétisme fut mis à génoux par la crise financière.

Le problème est d'autant plsu dramatique que MSB ne veut ni renoncer à l'impératif de défense nationale (guerre froide oblige) ni à sa politique de modernisation accélérée qui suppose toujours plus d'investissement dans l'appereil économique. Même dans ce cadre, MSB rejette les avances des major du pétrole qui lui promette l'exploitation à leur avantage de potentielles ressources pétrolières du pays essentiellement localisé autour de Las Qoray, dans Gédo natal et la région de Afgoyeh près de Mogadishu.

C'est dans ce cadre difficile que MSB viste tous les villages du Nord en 1981, et il s'enquièrent auprès de la population de ces problèmes. Ces derniers MSB ne les ignorent: charge des réfugiés de la guerre d'Ogaden dont un quart a été installé dans la vallée de l'Issu Tugan, problème de foramtionaccélérée par l'émigration des cadres les plus compétents vers l'Arabie. Mais il appércie mal la situation. Il répond par la répression pour lutter contre l'importation de Khat qui dévatilise l'économie et interdit aussi bien le commerce et la consommation de cette anphétamine. Se faisant une donne au SNM qui ne compte qu'une poignée d'lluminée une source de financement tandis que le mécontentement des cultivateurs de Khat de la région de Gabileh s'ajoute au contingent sans cesse croissant de mécontentent du régime.

Deux MSB se rend compte de l'ampleur du problème et il décide de détourner le règlement du conflit. Il ne veut rien entendre sur la question du Khat mais il décide de financer la construction de la plus grande cimenterie d'Afrique Orientale à Berbera terminer en 1986 et de transformer les réfugiés de l'Ogaden en exploitant agricole sur leur terre d'accueil. Et pour trouver un débouché à ces productions agricoles MSB négocie avec Hassan Gouled des conditions mutuellement avantageuses pour écouler leur produit à Djibouti après la construction planifié et préfinancé d'une Route Djibouti Lughaya-Borama et d'un autre traçon Birama Harguyesa. Mais dans son MSB le nationaliste radical se heurte à tous ceux les Issaqs compte de vils tribalistes et de séparatistes stupides.

En effet, la question agraire devient un enjeu politique à cause des dirrigeants du SNM que AZRAF se garde de critiquer pour leur attitude coupable car ils ont joué sciemment la carte des conflits tribaux entre Ogaden et Issaqs plutôt que d'affronter MSB sur un terrain proprement politique. Au délà de cette dérive, l'impopularité de réelle de MSB résulte à la fois d'un conflit de génération ( les jeunes ne voyaient en lui qu'un dictateur sénile) et le manque de respect du régime des normes élémentaires en matière de droit de l'homme.

C'est dans cette situation périlleuse que Syad Dieu et maître de tous les rouages de l'Etat somalien se retrouve diminué par les séquelles de son accident de voiture. Désormais comme tous les dictateurs il subit le prix à payer de son omnipotence: il a écraté tous les individus crédibles et capables au point que son entourage se réduit à une bande courtisans minables et sans stature qui ne peuvent l'aider. Les chefs de guerre somaliens n'ont pas vaincu MSB ils ont juste profité de son propre suicide entamée lors de la conclusion des accords somalo-ethiopiens de Djibouti.

La prochaine fois je t'expliquerai comment le Somaliland est née et pourquoi il ne sera jamais admis dans le concert international.
0

#25 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 17 juillet 2003 - 05:15

salut qmatan(cala),tu vois ce que je te disais tu viens de faire la contre argumentation de mon argumentation et tu viens de traiter mes arguments d'"emotionnels",du snm d'"une poignée d'illuminés",et de leur discour de propagande!
vois-tu cala,c'est en general là que s'arrete mes argumentations quant au sujet du somaliland,car je ne pourrais pas argumenter contre un gars qui erige mahamed siad barre en petit pere des peuple,je vais m'arreter là car le somaliland,je le defends d'abord par des mots et des revendications et puis quand la discussion atteint là ou elle est maitenant,je prend rendez-vous dans trente ans et je me tais!!!
si ce que tu viens de faire n'est pas une propagande,il faudrai serieusement penser à redefinir le terme de propagande!!!

bien à toi cala,azraf!
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

#26 L'utilisateur est hors-ligne   mendes Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
150
Inscrit :
27-mai 03

Posté 18 juillet 2003 - 04:14

salut az',
je te rejoint sur le fait que cala-matan nous vend sa sauce msb rechauffé en le faisant passer pour celui qui a construit un désert nommé somaliland.....

quant au reste de tes arguments qui malgrés tout se tiennent,je ne suis pas d'accord sur l'unification a terme de la somalie avec djibouti,l'ogaden et le nord du kenya...
d'abord je precise que je me fous royalement des régions de l'ogaden et celle du kenya!!

je tiens a preciser que djibouti est peuplé de communautés diverses meme si celle somalienne est la plus importante....
penser par exemple que djibouti devra devenir un maillon d'un grand ensemble somali,c'est occulter mes freres afars et arabes(pour ne citer que ceux là!!)
vois tu je ne sais meme pas pourquoi l'on parle d'une grande somalie?? ça me rappelle la théorie du grand israel!!!??!!!
pourquoi on travaillerai pas main dans la main avec les autres peuples de la corne;je pense que dans chaque ensemble ,des hommes de bonnes volontés existent.....
cessons d'agiter le drapeau éthiopien comme un épouvantail et regardons les choses en face!
je suis djiboutien et je n'ai jamais fais la guerre avec mon voisin éthiopien:pourquoi risquerai je de me faire etriper quand je pourrais,grace a la diplomatie,eviter de me faire tuer??!!

je ne vois pas pourquoi je devrai me lancer dans une course aux armement avec l'ethiopie sachant pertinement que le jeu n'en vaut pas la chandelle!!!!

un exemple:le pakistan,dans sa logique de course avec l'inde utilise 60% de son budget a la défense et 1% a l'éducation(l'un des taux les plus faibles du monde!!), chercher l'erreur!!!
son systeme scolaire est donc pourris et détourné par les fameuses madrassa ou l'on ne n'y enseigne pas que la beauté du paradis...
le pakistan se prepare donc pour une guerre qui n'aura probablement jamais lieu vu le milliard d'indiens....

formons des profs,des medecins,des infirmiers,des juristes...etc donnons nos futur spécialistes en armes a la cia et refourguons par la meme occasion quelques pseudo historien adepte de syad barré le petit a la london school of bétise(marque déposée lol!!)

je me demande parfois ou nous mene ces débats sur l'avenir des somalis,le reconnaissance du somaliland ...etc
on devrai peut etre se tourner vers la souffrance de nos peuples et mettre de cotés nos empoignades sur les faits historiques!!!!
bien sur ceci s'adresse a az' étant donné que dupont et dupond discutent sans se soucier des autres djibnautes!!!

j'ai compris que t étais née a djibouti,az' et pourtant tu te revendique somalilandais??!!?? :blink:
j'avoue que cette réaction parfaitement normal dans un sens m'a toujours parus incongru.......
comment se dire que l'on ai somalilandais alors que tu a été au pud,que t'a voyagé avec un passeport djiboutien pour faire tes études en france...etc
bcp de djiboutiens pensent que c'est une traitrise de rejetter son pays d'adoption et rejoindre son pays d'origine!!
quelle est ta position la dessus??
enfin comment feras tu dans 30 ans quand certains somalilandais te reprocherons ton passeport djiboutien utilisé un temps comme une certain alassane ouatara??? :lol:
nabad iyo cano
0

#27 L'utilisateur est hors-ligne   Dona del fuego Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
938
Inscrit :
03-juillet 03

Posté 18 juillet 2003 - 12:20

Bjr à vs,


Je suit depuis un petit bout de temps, cette discussion entre Cala et cie,(pr ne pas dire Cala et Cala), Mendes et Az.....Pr ces derniers j'aimerais partagé avec vous un proverbe espanol que j'aime beaucoup, littérallement ca donne " la parole (ici les mots) perd parfois le mérite qu'aurait gagné le silence".Voila, sur ce bonne continuation........Sincèrement D.
L'avenir de l'homme, c'est la femme.

Louis Aragon.

Ce qui est le plus beau chez une Femme c'est sa dignité, et non seulement son corps. Mais il faut être digne pour pouvoir s'en rendre compte!

Unknown

Femme noire, femme obscure
Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta
peau.

Senghor
0

#28 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 18 juillet 2003 - 01:27

salut à vous donna et mendes!
salut mendés,tu as parfaitement raison les discussions avec notre cher cala,ne menent definitivement à rien et c'est pour ça que j'arrête de lui repondre!
tu m'as posé des questions que d'autres m'ont toujours posé avec colere et incomprehension,toi tu me les a posé avec calme!
c'est vrai que ça peut-etre incomprehensible pour une partie des djiboutien que certains de leurs compatriotes se revendiquent en même temps d'etre djiboutiens et en même temps d'etre somalilandais,car je ne revendique pas seulement d'etre somalilandais car je ne suis pas seulement sommalilandais,mais je suis les deux à la fois!
beaucoup d'afars ont leurs familles en ethiopie,tous les arabes sont originaire du yemen d'ou il ramenent d'ailleurs leurs travailleurs et ou ils rapatrient leurs economies!
moi mon grand-pere est né à djibouti en 1910 ,mon pere est né à hargeysa,moi je suis né à djibouti ,djibouti et hargeysa sont pareil pour moi t je ne veux pas avoir à choissir,on m'en donne pas le choix,on m'as toujours dit tu es djiboutien ou somalilandais,je me veux les deux en même temps!
mais en general,ça ne passe pas chez la majorité des djiboutiens!
donc je pose la question qui vas avec ça ,pourquoi quand ça passe pour les afars ,les arabes et les issas de l'ethiopie,ça ne passe pas pour celui qui se reclame du somaliland?djibouti,c'est mon pays,j'y reside avec mon pere,ma mere et mes freres,nous y avons notre maison et j'y ait appris tout ce que je connais!
à hargeysa,j'ai tout le reste de ma famille,mes quatres grand-parents,mes tantes et mes oncles maternelles et paternelles!
j'ai toujours vecu à cheval entre ces deux pays et je les aimes tous les deux,je ne me passerais d'aucun!
autan je tiens à djibouti,autant j'aimerais que le somaliland soit reconnu!
tu m'as dis que certains djiboutiens voyaient ça comme une traitrise de rejetter son pays d'adoption et rejoindre son pays d'origine,djibouti n'est pas mon pays d'adoption j'y suis né,cela dit, tout se ressent avec les paroles,si les gens nous posaient les questions aussi calmement que tu viens de le faire nous leur auriont expliquer de la façon dont je viens de le faire et on en aurait même discuté plus profondement car là je n'ai fait que survoler et je n'ai pas pris le temps de parler de l'aspect tribal qui est sous-jacent a cette histoire des djiboutiens somalilandais !
je suis convaincu que tout peut se discuter,mais que la politique de djibouti contre la reconnaissance du somaliland,crispe un peu les gens des deux côtés!
si on part du fait que nous rejetons djibouti,on part dejà avec le plus grand des à priori et on nous traite de facto d'etrangers et c'est trés vicieux comme climat de discussion,c'est de la que vient l'incomprehension!
il faut donc retenir que je n'ai jamais croisé un djiboutien originaire du somaliland qui rejette djibouti,mais j'ai souvent entendu un djiboutien originaire de somaliland repondre qu'il est somalilandais à un type qui lui renie d'entrée d'etre djiboutien et qui se dit plus djiboutien que lui!!
j'ai le passeport djiboutien,j'ai un bac djiboutien,je suis en franc e en tant que djiboutien,je suis djiboutien,alors que je n'ai aucun diplome somalilandais,ni aucun papier qui fait de moi un somalilandais,peut-etre que certains djiboutiens ne comprennent pas pourquoi j'aime le somaliland et voient ça comme un crime,mais moi je ne comprends pas pourquoi on me veux comme un djiboutien de seconde classe alors que je suis djiboutien à part entiere!
tu as dis mendes que tu comprenais "cette reaction parfaitement normale dans un sens" ,donc si tu comprends pourquoi certains djiboutien tiennent en même temps au somaliland,il n'ya pas plus que ça,tu as tout compris à mon avis!

pour en revenir à la question de l'union somalienne,comme je l'ai dejà dit,une reconnaissance du somaliland est prioritaire à cette dite union si elle doit avoir lieu,et c'est seulemnet et seulement si les pays concernés sont consentants qu'elle se fera,je l'ai deja dit et repété,et j'ai dejà dit que pour ce qui est du somaliland,il est redevable plus à l'ethiopie qu'a la somalie!
donc pour le somaliland,il n'ya pas de necessité à court terme de s'unir avec la somalie,mais ce que j'ai dit sur l'union somalienne,c'est mon propre avis,je ne fais pas trés confiance à l'ethiopie et je ne pense pas que nous pouvons rester inactifs devant son empowerment!
à partir de là la solution peux etre l'union comme elle peut-etre autre,moi mon souci c'est la puissance de l'ethiopie et je ne veux pas avoir de mauvaise surprise un beau matin,mais je n'ai pas dit que l'union etait la seule et unique solaution pour faire contre poids à l'ethiopie,si il y'a d'autre solutions c'est mieux!!

voilà mendes j'ai été un peu long,mais il y'a des sujets qui se discutent autour d'un verre et d'autre qui peuvent se discuter par internet,je pense que celui ci etait celui du verre,mais j'ai essayé de te donner toutes les explications que j'ai pu!
si il y'a d'autre questions je susi là,mais n'oubli pas de repondre à ma question:
vu que les arabes se revendiquent du yemen,et une patie de afars et issas de l'ethiopie (et ont même leurs sultans et ougas en ethiopie)pourquoi les revendications des djibouto-somalilandais est-elle si dure à passer!

amicalement ,azraf!!
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

#29 L'utilisateur est hors-ligne   CALA Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
140
Inscrit :
30-mai 03

Posté 18 juillet 2003 - 02:34

Salut à tous,

On dirait que j'ai fini par acquérir le don d'ubiquité par la grâce de la paranoïa de Menès, et de Azraf (et consorts) qui me voyent un partout. Merci les amis mais j'aimerai savoir depuis quand vous louchez pour voir les choses en double? Moi et Matan partageons sur un certain nombre d'éléments des points de vue concordants, je ne vois pas en quoi cela témoigne de la démultiplication de ma personne?

Au délà de la forme, les termes du débat soulévées par Matan mérite une réflexion sereine. Personne ne consteste ici que MSB fût un dictateur, personne ne peut
contester non plus qu'il s'est appuyé depuis les origines de son gouvernement jusqu'à la naissance du SNM et plus important encore du UFO sur des cadres majoritairement Issaqs pour gouverner le pays. Ainsi son vice président s'appelait Ismaêl Ali Abokor, son ministre de l'économie: Madar, son ministre de l'éducation et de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche: Silanyo et son ministre des affaires étrangères Omar Arteh Ghaleb.

En faisant ainsi les Issaqs les princes de la république, MSB avait ses raisons. Lui un Marehan dont le père adoptif avait émigré et travaillé en Mijourtein se méfiait de ce groupe clannique dont les élites étaient autreement plus nombreuses que celles des Issaqs. De même MSB n'ignorait point que le centre politique et économique de la Somalie, c'est le Bénadir autrement dit le pays Hawiyés. Le problème que MSB avaient avec les Hawiyés et les Mijourtein, c'est que les élites des premiers (y compris l'actuel président Salat) vouaient un amour naive à la Russie Soviétique et les seconds passaient pour les hommes de paille du colonisateur italien.

Donc MSB qui recherchait des cadres compétents, nationalistes (donc qui ne soient ni Hawiyés ni Mijourtien) se tourna vers les Issaqs auxquels ils confia jusqu'en 1982 les rênes du pouvoir. Tous ces hommes en déhors de Isamel Ali Abokor firent un excellent travail pour les Somalis à une exception près la guerre d'Ogaden. De ce guerre MSB et les Sudistes n'en voulaient pas mais Syad fut piégé par le carractère oligarchqiue de son régime. Les pasteurs nomades du Nord (Mijourtein) vivaient et vivent encore dans leur coeur les méfaits de la partition coloniale qui sépare les paturages d'été du Hawd de ceux d'hiver du Guban. Alors étant la sensibilité du gouvernement centrale à la question de l'Ogaden en est sorti amplifié. Les gens qui reprochent à MSB d'avoir exclu les Issaqs alors même que les Hawiyés se considéraient comme colonisé par des élites de ce groupe minioritaire ( les Issaqs sont 4 fois moins nombreux que les Hawiyés en Somalie) démontrent leur ignorance de l'Histoire de la Somalie.

Personne non plus ne peut affirmer que MSB a délaissé délibéremment le Nord dans la planification du dévéloppement de la Somalie. En fait tout ce qui existe au Somaliland a été construit par ses soins et par personne d'autre. Mais il ne faut jamais perdre de vue que le Somaliland n'avait pas un kilomètre de route goudronnée lorsqu'il accéda à l'indépendance. D'où le retard qu'il accuse toujours sur le Sud et su Djibouti. MSB sérait-il un père des peuples lui même dans sa mégalomanie en était persuadé au point de faire exécuter son fils ainé pour détention et consommation de Khat. Mais si comme Staline, il permit par son autoritarisme à la Somalie de rentrer dans le XX ème siècle au plan sociale, il ne pas à la différence de son modèle un nombre d'emploi suffisant pour absorder la poussé démographique de la Somalie dont la population a été multiplié par 4 en vingt ans.

En fait le problème résulte d'une double contestation du régime. D'une part les commerçants Issaqs veulent obtenir une situtation d'exclusivité sur l'exportation du bétail vers l'Arabie Séoudite. Or MSB compense l'exclusion politique des Hawiyés par des prébendes. Comme la SOGIK à Djibouti, la répartition du gâteau se fait selon des normes politiques et non commercial. Les fondateurs du SNM étaient dans leur immense majorité des commerçants liés à Med Ibrahim Igal qui ne demandaient qu'une chose qu'on leur donne des licences d'import-export. C'était une question de simple bon sens que le carractère dictatoriale et bureaucratique du régime transforma en une calamité politique. Cependant MSB finit par se rendre compte de l'ampleur de la méprise décréta en 1986 la libéralisation totale du commerce extérieur. Mais c'était déjà trop tard, car les commerçants Issaqs ont réjoint entre temps par des individus sans scrupules attirés par le juteux traffic de Khat entre Hargueyssa et l'Ethiopie. Ce sont ces trafficants qui constituèrent la branche militaire du SNM pour mieux couvrir le carractère délictueux de leur contrebande.

Plus important que le SNM, c'est le mouvement UFO né à Hargueyssa mais qui s'est propagé dans l'ensemble du pays. Il s'agit ici d'une dissendance des branches les plus modernes de la société somalienne qui demandent la démicratisation du régime et une libéralisation du système économique. Dans le UFO on retrouve tout ce que la Somalie compte d'intellectuel, de général prestigieux ( à l'exception de Morgan qui n'est pas encore devenu le boucher de Hargueyssa). MSB tente désespérement d'enrayer la contestation de son régime en nommant Gandhi à la tête de la sécurité
militaire. Mais MSB découvre qu'il est trop tard lorsque le congrès du parti unique demande l'élection du vice président, l'établissement d'un calandrier des réformes politiques. Le problème est alors tellement que la majorité des ministre du gouvernement reprenne à leur compte les révendications de la base populaire du parti. Parmi ces avant gardistes de la démocratie, tu as aussi bien des Issaqs
( Omar Arteh, Ali Abokor et Silanyo) des Hawiyés, des Mijourtein que de Marehan...mais également Med Ali Samatar.

MSB alors décrète l'Etat d'urgence et constitue un gouvernement militaire dirrigé par le prestigieux général Marehan Omar Haji Massaleh. MSB pensait avoir éteint l'incidie mais en réalité, il n'a fait que fragiliser son autorité car au lieu d'avoir en face de lui un groupe de personnes qu'il pouvait diviser et manoeuvrer, il avait désormais à affaire un homme dont les vertus, le courage et la compétence sont unanimement reconnu. Et c'est bientôt la confrontation car Omar Hadji Massaleh somme publiquement MSB à rétablir la constitution et le gouvernement civile. MSB comprend alors que Omar Haji Massaleh est plus dangereux pour son pouvoir personnelle que l'ensemble du gouvernement antérieur. En apparence il suit les recommandations de son ministre de la défense, premier ministre et chef d'Etat Major des armées et rétablit les institutions. Mais il en profite également pour arrêter et emprisonné cet individu génant. Le gouvernement se divise alors en solidaire de MSB et en opposant même si ces derniers sont en majorité, MSB dictateur en mal de pouvoir absolu les fait arrêter les uns après les autres. Parmi les dissidents seuls, Med Ali Samatar demeurera fidèle à MSB mais désormais le gouvernement sera synonyme pour la plupart des habitants comme une bande de brutes sans légitimité démocratique.

Voilà la raison principale pour laquelle personne de sensé n'a voulu affronté le SNM en 1988.
0

#30 L'utilisateur est hors-ligne   azraf Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 234
Inscrit :
12-mai 03

Posté 18 juillet 2003 - 03:42

salut mendés,je voudrais savoir ton avis aussi sur les questions que tu m'as posés:
la reconnaissance du somaliland,et surtout le motif de la politique de djibouti à l'egard du somaliland!
moi je suis persuadé que si djibouti changeait de politique envers le somaliland,beaucoup de malentendus disparaîtraient!
je me demande se qu'à fait le somaliland à djibouti pour meriter une telle hostilité au niveau politique et diplomatique!c'est ça la question qui me demande plein d'energie pour que je puisse te la poser aussi calmement que tu l'as fait avec la tienne et sans colere!

j'esperes que tu m'eclairera!

azraf!
ragna waa ragii hore ,hadalna waa intu yidhi!!

"l'occident est un accident,sa culture,une anomalie" roger garaudy.

"rien ne sert de partir à point, il faut courir." coluche
0

Partager ce sujet :


  • (11 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet