djibnet.com: Procès De L'excision En France - djibnet.com

Aller au contenu

  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Procès De L'excision En France Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 09 avril 2022 - 06:30

Jurés et magistrats ont tranché : la loi prime sur la tradition. Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis pour avoir fait exciser ses trois filles aînées lors de voyages à Djibouti. La sociologue Isabelle Gillette-Faye, spécialiste de l'excision, apporte son éclairage sur les enjeux de ce procès.
L'article ici : https://information....-famille-451500
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#2 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 11 avril 2022 - 07:47

Voir le messagethorgal, le 10 avril 2022 - 05:30 , dit :

Jurés et magistrats ont tranché : la loi prime sur la tradition. Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis pour avoir fait exciser ses trois filles aînées lors de voyages à Djibouti. La sociologue Isabelle Gillette-Faye, spécialiste de l'excision, apporte son éclairage sur les enjeux de ce procès.
L'article ici : https://information....-famille-451500

L’éradication de ce phénomène prendra du temps , malheureusement …
Le sujet a été traité ici chez djibnet :
http://www.djibnet.c...tre-le-couteau/
Cocorico
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 11 avril 2022 - 09:42

Voir le messageELMI_, le 11 avril 2022 - 04:47 , dit :

L’éradication de ce phénomène prendra du temps , malheureusement …
Le sujet a été traité ici chez djibnet :
http://www.djibnet.c...tre-le-couteau/

Le sujet que tu nous ressors date de 17ans....tu aimes bien chercher les vieux sujets...
le sujet de ce post, lui est d'actualité ! !
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#4 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 11 avril 2022 - 09:50

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 08:42 , dit :

Le sujet que tu nous ressors date de 17ans....tu aimes bien chercher les vieux sujets...
le sujet de ce post, lui est d'actualité ! !
B)

La clémence a été fait,elle est en sursis ça te va.


Les chiffres de l’excision (mars 2014)

En s’appuyant sur des chiffres gouvernementaux, environ 98% des femmes âgées de 8 ans et plus subiraient l’excision, l’infibulation ou bien les deux à Djibouti. Il n’existe pas de statistique portant sur le taux de prévalence en fonction de l’ethnie ni de la religion. La statistique moyenne de femmes excisées à Djbouti entre 15 et 49 ans présentée par l’UNICEF est de 93%, 3ème pays le plus touché dans l’enquête de l’UNICEF, après la Somalie et la Guinée-Conakry.

Une enquête réalisée par le Comité national de lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes (CNPLTN) de Djibouti montre un taux inférieur : 82% des femmes interrogées (490 femmes entre 15 et 50 ans) ont subi des MGF.

Le rapport de l’UNICEF distingue deux groupes de femmes : celles entre 45 et 49 dont le taux de prévalence est de 95% et les filles âgées entre entre 15 et 19 ans dont le taux est de 90%. Notons ainsi que quel que soit l’âge, le pourcentage de filles ou femmes excisées à Djibouti reste très élevé. Les mesures législatives et gouvernementales, qui se sont accélérées depuis 2008 à Djibouti, auraient conduit à une diminution de 5% du taux de prévalence, de 98% à 93%.

Il semble que plus qu’une diminution notable des pratiques de MGF, serait constatée une évolution de pratique : la forme III de mutilation (infibulation) majoritairement pratiquée évoluerait vers la forme II.

L’environnement juridique

Le contexte legislatif

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).

De plus, une loi a été votée en 2009 qui permet aux associations oeuvrant contre les MGF, de se porter partie civile à la place des victimes qui ne seraient pas en mesure de recourir à la justice.

La constitution

S’agissant de l’égalité femme/homme, la constitution djiboutienne du 15 septembre 1992 stipule dans son article 1 alinéa 2 que « l’Etat assure, à tous l’égalité devant la loi sans distinction de langue, d’origine, de race, de sexe et de religion ». L’article 10 ajoute que « tous les êtres humains sont égaux devant la loi ». Plus spécifiquement, concernant les droits constitutionnels des femmes, notamment contre les pratiques portant atteintes à leur intégrité physique, l’article 16 de la Constitution « condamne la torture, les sévices ou traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants ».[1]

https://www.excision...ision/djibouti/
Cocorico
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 11 avril 2022 - 09:55

Voir le messageELMI_, le 11 avril 2022 - 04:47 , dit :

L’éradication de ce phénomène prendra du temps , malheureusement …

Et toi en tant que djiboutien...
que penses tu de l'excision??
B)

Ce message a été modifié par thorgal - 11 avril 2022 - 09:56 .

"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#6 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 11 avril 2022 - 09:58

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 08:55 , dit :

Et toi en tant que djiboutien...
que penses tu de l'excision??
B)

Je pense comme ta mère .Dis. Moi ta mère,elle en pense quoi?Elle dois avoir une idée normalement…
Peut tu demander ta mère son avis stp!!



Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 08:42 , dit :

Le sujet que tu nous ressors date de 17ans....tu aimes bien chercher les vieux sujets...
le sujet de ce post, lui est d'actualité ! !
B)

La clémence a été fait,elle est en sursis ça te va.


Les chiffres de l’excision (mars 2014)

En s’appuyant sur des chiffres gouvernementaux, environ 98% des femmes âgées de 8 ans et plus subiraient l’excision, l’infibulation ou bien les deux à Djibouti. Il n’existe pas de statistique portant sur le taux de prévalence en fonction de l’ethnie ni de la religion. La statistique moyenne de femmes excisées à Djbouti entre 15 et 49 ans présentée par l’UNICEF est de 93%, 3ème pays le plus touché dans l’enquête de l’UNICEF, après la Somalie et la Guinée-Conakry.

Une enquête réalisée par le Comité national de lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes (CNPLTN) de Djibouti montre un taux inférieur : 82% des femmes interrogées (490 femmes entre 15 et 50 ans) ont subi des MGF.

Le rapport de l’UNICEF distingue deux groupes de femmes : celles entre 45 et 49 dont le taux de prévalence est de 95% et les filles âgées entre entre 15 et 19 ans dont le taux est de 90%. Notons ainsi que quel que soit l’âge, le pourcentage de filles ou femmes excisées à Djibouti reste très élevé. Les mesures législatives et gouvernementales, qui se sont accélérées depuis 2008 à Djibouti, auraient conduit à une diminution de 5% du taux de prévalence, de 98% à 93%.

Il semble que plus qu’une diminution notable des pratiques de MGF, serait constatée une évolution de pratique : la forme III de mutilation (infibulation) majoritairement pratiquée évoluerait vers la forme II.

L’environnement juridique

Le contexte legislatif

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).

De plus, une loi a été votée en 2009 qui permet aux associations oeuvrant contre les MGF, de se porter partie civile à la place des victimes qui ne seraient pas en mesure de recourir à la justice.

La constitution

S’agissant de l’égalité femme/homme, la constitution djiboutienne du 15 septembre 1992 stipule dans son article 1 alinéa 2 que « l’Etat assure, à tous l’égalité devant la loi sans distinction de langue, d’origine, de race, de sexe et de religion ». L’article 10 ajoute que « tous les êtres humains sont égaux devant la loi ». Plus spécifiquement, concernant les droits constitutionnels des femmes, notamment contre les pratiques portant atteintes à leur intégrité physique, l’article 16 de la Constitution « condamne la torture, les sévices ou traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants ».[1]

https://www.excision...ision/djibouti/

Ce message a été modifié par ELMI_ - 11 avril 2022 - 10:25 .

Cocorico
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 11 avril 2022 - 11:48

Rappel du sujet:
"Procès de l'excision en France : une mère de famille condamnée"

Voir le messagethorgal, le 09 avril 2022 - 03:30 , dit :

Jurés et magistrats ont tranché : la loi prime sur la tradition. Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis pour avoir fait exciser ses trois filles aînées lors de voyages à Djibouti. La sociologue Isabelle Gillette-Faye, spécialiste de l'excision, apporte son éclairage sur les enjeux de ce procès.
L'article ici : https://information....-famille-451500

Pas la peine de t'exciter elmytho, reste sur le sujet du post!!
B)

PS Elmytho laisse ma mère hors de se sujet elle ne pratique pas L'excision!!
La question était pour toi en tant que djiboutien....mais je vois que dés que l'on te pose des questions sur le sujet du post...
Comme d'habitude, tu prends tes jambes à ton cou !!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#8 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 12 avril 2022 - 12:17

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 10:48 , dit :

Rappel du sujet:
"Procès de l'excision en France : une mère de famille condamnée"

Pas la peine de t'exciter elmytho, reste sur le sujet du post!!
B)

PS Elmytho laisse ma mère hors de se sujet elle ne pratique pas L'excision!!
La question était pour toi en tant que djiboutien....mais je vois que dés que l'on te pose des questions sur le sujet du post...
Comme d'habitude, tu prends tes jambes à ton cou !!
B)

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).


Aux yeux d'Isabelle Gillette-Faye,
"Ce verdict est une excellente piqûre de rappel, assure la sociologue, d'autant que la communauté djiboutienne est relativement nombreuse dans la région du Mans, et que l'onde de choc du procès rappelera à chacun que la France, comme Djibouti, interdisent l'excision."
Isabelle Gillette-Faye, la mère des trois jeunes femmes excisées veut convaincre que l'infibulation qu'elle a elle-même subie dans son enfance (une excision totale ou quasi-totale, soit une mutilation génitale féminine de type 3) n'a pas eu de conséquences néfastes sur sa vie de femme : "Elle assure que sa sexualité est restée parfaite, que ses accouchements se sont très bien passés", rapporte la sociologue.
Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis
IOG est intervenu en en personne.

Ce message a été modifié par ELMI_ - 12 avril 2022 - 12:25 .

Cocorico
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 12 avril 2022 - 12:23

Voir le messageELMI_, le 11 avril 2022 - 09:17 , dit :

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence

Depuis 1995???
Alors pourquoi cette mère djiboutienne revient à Djibouti pour exciser ses filles ???
:blink:
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#10 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 12 avril 2022 - 12:26

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 11:23 , dit :

Depuis 1995???
Alors pourquoi cette mère djiboutienne revient à Djibouti pour exciser ses filles ???
:blink:

Voir le messageELMI_, le 12 avril 2022 - 11:17 , dit :

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).


Aux yeux d'Isabelle Gillette-Faye,
"Ce verdict est une excellente piqûre de rappel, assure la sociologue, d'autant que la communauté djiboutienne est relativement nombreuse dans la région du Mans, et que l'onde de choc du procès rappelera à chacun que la France, comme Djibouti, interdisent l'excision."
Isabelle Gillette-Faye, la mère des trois jeunes femmes excisées veut convaincre que l'infibulation qu'elle a elle-même subie dans son enfance (une excision totale ou quasi-totale, soit une mutilation génitale féminine de type 3) n'a pas eu de conséquences néfastes sur sa vie de femme : "Elle assure que sa sexualité est restée parfaite, que ses accouchements se sont très bien passés", rapporte la sociologue.
Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis
IOG est intervenu en en personne.

Cocorico
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 12 avril 2022 - 12:32

Voir le messageELMI_, le 11 avril 2022 - 09:26 , dit :


En fait, comme d'habitude, tu viens juste troller le sujet et ne veux pas en aborder le sujet ni répondre aux question sur le sujet....
continues de troller!!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#12 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 12 avril 2022 - 12:35

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 11:32 , dit :

En fait, comme d'habitude, tu viens juste troller le sujet et ne veux pas en aborder le sujet ni répondre aux question sur le sujet....
continues de troller!!
B)

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).
Cocorico
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 12 avril 2022 - 12:37

Voir le messageELMI_, le 11 avril 2022 - 09:35 , dit :

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales faites aux femmes est passible de cinq d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djiboutien » (environ 4000 Euros).

du coup tu continues de troller...
un classique avec elmytho!!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#14 L'utilisateur est en ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 541
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 12 avril 2022 - 12:57

Voir le messagethorgal, le 12 avril 2022 - 11:37 , dit :

du coup tu continues de troller...
un classique avec elmytho!!
B)

La réponse ci-dessus Ducamp.
Cocorico
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 702
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 12 avril 2022 - 12:58

Voir le messagethorgal, le 09 avril 2022 - 03:30 , dit :

Jurés et magistrats ont tranché : la loi prime sur la tradition. Au Mans, une mère de famille a été condamnée à cinq ans de réclusion avec sursis pour avoir fait exciser ses trois filles aînées lors de voyages à Djibouti. La sociologue Isabelle Gillette-Faye, spécialiste de l'excision, apporte son éclairage sur les enjeux de ce procès.
L'article ici : https://information....-famille-451500

Ci dessus, Le sujet non trollé par elmytho !!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

Partager ce sujet :


  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet