djibnet.com: La Fin Du Régime Est Entre Les Mains D'usn - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Fin Du Régime Est Entre Les Mains D'usn Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 24 mars 2013 - 11:19

Ces derniers temps, nous constatons une différence de traitement, entre la rebelle arbiha et la bouillonnante balbala.

D'après nos informations, balbala comme le reste des quartiers de djibouti n'ont pas le droit d'organiser la moindre manifestation alors qu'arhiba, les leaders de l'opposition peuvent même tenir des discours.

Vous allez me dire deux poids, deux mesures! Alors, la question qu'on a le droit de se poser est: pourquoi?

S'agit d'un respect acquis au prix de son sang qu'aucun policier n'ose s'aventurer? Si c'est le cas, les autres quartiers savent comment il faut faire avec la dictature pour qu'elle vous respecte.

Ou s'agit-il une stratégie du régime qui veut cantonner la révolte à arhiba avec son esprit clanique avec des "visiteurs du soir" pour certains leaders afars en leur promettant "la place tant convoité" "des leaders d'oppositions"!. Dans ce cas, le peuple djiboutien dans son ensemble, afar comme les autres familles de la nation court d'une grave désillusion, car la dictature continuera tant qu'elle peut jouer les familles les uns contre les autres.

La question n'est plus de négocier avec la dictature, mais de l'abattre et pour l'abattre, il n'y a pas dix miles solutions, il faut aller au clash avec, la dictature ne recule que par l'épreuve de force.

L'opposition a pour la première fois de l'histoire du pays, une puissance phénoménale qu'elle ne soupçonne pas encore la portée. L'opposition a le moyen d'abattre la dictature une fois pour tout. Mais pour çà, les leaders de l'opposition ne doivent plus faire de calcul politicien, mais d'aller au bout pour une fois.

Voici les solutions pour abattre la dictature: les leaders de l'opposition encore libres, doivent prendre la mesure de la situation et pas se contenter qu'arhiba, mais d'aller dans l'ensemble du pays et faire respecter le premier droit du peuple : celui de manifester en pacifique. Si la dictature encore arrête un leader de l'opposition, ils doivent décider d'enclencher l'arme ultime: inviter dans un communiqué que le peuple se rendre dans les prisons pour les remplir. Ils doivent aller eux-aussi dans un prison pour demander qu'on leur arrête!

A l'extérieur du pays, l'USN doit constituer un usn du type ANC pour maintenir l'USN en vie au niveau médiatique!

Le régime ne tiendra longtemps avec des telles décisions. Nous avons le moyen de libérer notre peuple, mais avons-nous la force ou le courage d'aller au bout.

La lutte continue, la victoire est entre nos mains!

Ce message a été modifié par freeman - 24 mars 2013 - 11:22 .

0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 26 mars 2013 - 05:58

Voir le messagefreeman, le 24 March 2013 - 08:19 PM, dit :

Ces derniers temps, nous constatons une différence de traitement, entre la rebelle arbiha et la bouillonnante balbala.

D'après nos informations, balbala comme le reste des quartiers de djibouti n'ont pas le droit d'organiser la moindre manifestation alors qu'arhiba, les leaders de l'opposition peuvent même tenir des discours.

Vous allez me dire deux poids, deux mesures! Alors, la question qu'on a le droit de se poser est: pourquoi?

S'agit d'un respect acquis au prix de son sang qu'aucun policier n'ose s'aventurer? Si c'est le cas, les autres quartiers savent comment il faut faire avec la dictature pour qu'elle vous respecte.

Ou s'agit-il une stratégie du régime qui veut cantonner la révolte à arhiba avec son esprit clanique avec des "visiteurs du soir" pour certains leaders afars en leur promettant "la place tant convoité" "des leaders d'oppositions"!. Dans ce cas, le peuple djiboutien dans son ensemble, afar comme les autres familles de la nation court d'une grave désillusion, car la dictature continuera tant qu'elle peut jouer les familles les uns contre les autres.

La question n'est plus de négocier avec la dictature, mais de l'abattre et pour l'abattre, il n'y a pas dix miles solutions, il faut aller au clash avec, la dictature ne recule que par l'épreuve de force.

L'opposition a pour la première fois de l'histoire du pays, une puissance phénoménale qu'elle ne soupçonne pas encore la portée. L'opposition a le moyen d'abattre la dictature une fois pour tout. Mais pour çà, les leaders de l'opposition ne doivent plus faire de calcul politicien, mais d'aller au bout pour une fois.

Voici les solutions pour abattre la dictature: les leaders de l'opposition encore libres, doivent prendre la mesure de la situation et pas se contenter qu'arhiba, mais d'aller dans l'ensemble du pays et faire respecter le premier droit du peuple : celui de manifester en pacifique. Si la dictature encore arrête un leader de l'opposition, ils doivent décider d'enclencher l'arme ultime: inviter dans un communiqué que le peuple se rendre dans les prisons pour les remplir. Ils doivent aller eux-aussi dans un prison pour demander qu'on leur arrête!

A l'extérieur du pays, l'USN doit constituer un usn du type ANC pour maintenir l'USN en vie au niveau médiatique!

Le régime ne tiendra longtemps avec des telles décisions. Nous avons le moyen de libérer notre peuple, mais avons-nous la force ou le courage d'aller au bout.

La lutte continue, la victoire est entre nos mains!


Rendons inutilisable l'arme de la dictature! la prison ! Si le peuple djiboutien, ainsi que les leaders de l'opposition décident ensemble d'aller en prison. cette arme ne sera plus utile. Il faut casser le jouet de la dictature.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 422
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 26 mars 2013 - 08:07

Voir le messagefreeman, le 26 mars 2013 - 03:58 , dit :

Rendons inutilisable l'arme de la dictature! la prison ! Si le peuple djiboutien, ainsi que les leaders de l'opposition décident ensemble d'aller en prison. cette arme ne sera plus utile. Il faut casser le jouet de la dictature.

Ils ne pourront pas enfermer tout le peuple djiboutien à gabode !!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet