djibnet.com: La Voix De Djibouti Du 4 Décembre 2011 - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Voix De Djibouti Du 4 Décembre 2011 Mr Daher Ahmed Farah Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Mahmoud Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
187
Inscrit :
04-avril 10
Gender:
Male
Interests:
Politiques

Posté 06 décembre 2011 - 02:08

Nouvelles nationales

(Édition LVD écrite du dimanche 4 décembre 2011)



Quand le dictateur décide de réprimer les religieux à Djibouti

Selon des sources bien informées, le dictateur Ismaël Omar Guelleh a réuni ses chefs de sécurité en son Palais cossu et privé de Haramouss mardi 29 novembre 2011 au soir.
Il y avait, présents à cette réunion au sommet, le directeur de la sécurité dite nationale, Hassan Saïd Khaireh, le chef d'état-major adjoint et homme fort de l'armée, général Zakaria Cheik Ibrahim, le secrétaire général de la présidence et agent en chef du renseignement parallèle, Ismaël Houssein Tani, ainsi que le commandant de la garde dite républicaine, colonel Mohamed Djama Doualeh.

Objet de la réunion: le lancement d'une campagne de répression contre les démocrates djiboutiens et en particulier contre les religieux dont beaucoup osent des prêches pro-démocratiques ces derniers temps.

Il faut noter que les hauts dignitaires conviés à cette réunion à visée répressive par le dictateur Guelleh lui sont tous communautairement proches. C'est dire la fragilité et la solitude du dictateur....

Les agents de l'État attendent encore les salaires d'octobre 2011

Les difficultés financières de l'État Guelleh se confirment avec le non-paiement à ce jour de la plupart des salaires des agents de l'administration. Tandis que le mois de décembre 2011 débute, les salaires d'octobre 2011 ne sont toujours pas versés à tous les travailleurs publics .
Seule une minorité d'agents, en majorité enseignants, a pu percevoir son dû.

Perdant patience devant ce retard de salaires, qui n'est pas le premier du genre puisqu'il en est allé ainsi des salaires d'août et de septembre 2011, les agents de l'État, enseignants en tête, ont protesté mardi 29 novembre 2011 devant les banques de la place.

Ces dernières ont paniqué et fermé leurs portes de peur d'être prises d'assaut par les travailleurs en colère. Comme d'ordinaire, le régime a arrêté de nombreux manifestants, mais sans pouvoir calmer cette colère sociale qui gronde toujours.

Déjà, pour payer les salaires d'août et de septembre 2011, le dictateur a raclé les fonds de tiroirs de la société d'État Djib-Télécom et du Port de Djibouti. Cette fois, il se tournerait vers Électricité de Djibouti (EDD) que dirige son cousin Djama Ali Guelleh.

Pillées par le couple dictatorial et ses affidés, les caisses de l'État sont donc vides, et ce sont les agents publics qui trinquent.

Les jeunes diplômés chômeurs toujours mobilisés

Les nombreux jeunes diplômés et chômeurs, sortis de l'université de Djibouti, soit plus de 400 filles et garçons, sont toujours mobilisés pour faire valoir leur droit au travail.

A leur égard, le régime a épuisé toutes ses possibilités de mensonge et ne sait plus quoi leur dire.
En effet, le dictateur Guelleh leur a menti, le ministre du travail, Ali Hassan Bahdon, leur a menti, le chef policier Abdourahman Ali Kahin dit Tourtour leur a menti en leur promettant de plaider leur dossier auprès du dictateur repu, bref aucun mensonge n'a été épargné à ces jeunes issus de familles modestes.

Mais ils n'en sont que plus déterminés, même si nombre d'entre eux, dont une dizaine jetés à la prison centrale de Gabode, ont été arrêtés.
Et pendant ce temps, pendant que ces centaines de jeunes diplômés souffrent, les enfants du dictateur et de ses affidés se vautrent dans le confort facile.

A l'instar de Khaireh Hassan Saïd, fils du directeur de la sécurité de Guelleh, à qui le Fonds routier verse quelque 3 millions de nos francs par mois au titre d'un prétendu convoyage de fonds, sans compter son contrat juteux d'agence de sécurité avec la base militaire japonaise à Djibouti.

Ou encore de Fatouma-Awo Ismaël Omar, gérante de la société pilleuse ICC et fille du dictateur Guelleh, qui vit en princière d'État à Paris où elle vient d'épouser un Ivoirien prénommé Tomy, un gigolo notoire d'une quarantaine d'années spécialisé dans la séduction intéressée des filles des prédateurs africains de biens publics, et déjà père de trois enfants aux mères différentes dont une fille de 15 ans.

Les élèves du LIC de Djibouti en grève

Depuis dimanche 27 novembre 2011, les élèves du Lycée industriel et commercial (LIC) de la capitale sont en grève. Ils protestent contre des changements de programmes introduits en pleine année scolaire. La tension ne semble pas retomber.

La population de la région Atar-Damerjog-Doudah crie sa colère


S'il est vrai que le peuple djiboutien dans son ensemble souffre sous la dictature d'un autre âge d'Ismaël Omar Guelleh, certaines régions se sentent particulièrement victimes. La région Atar-Damerjog-Doudah, forte de 14 localités, en fait partie.

La population souffre ici de toutes sortes de problèmes. Chômage, misère matérielle, absence de structures de santé en marche, difficultés scolaires, pénurie d'eau... la liste est bien longue. «Par exemple, cela fait des années que nous manquons d'ambulance, soulignent ces habitants, or le régime vient d'octroyer une ambulance et deux forages à la région voisine de Zeyla sans même nous regarder».

Des années, en effet, que toutes les promesses faites se révèlent mensongères. Des années que ministres, députés et autres dignitaires repus leur promettent des réponses à leurs doléances, sans que rien ne vienne.

Certes, la motopompe dont nous avons dénoncé ici la panne vient d'être réparée, mais il n'est pas sûr que cette réparation tardive sauve la saison agricole des maraîchers locaux. Ce sera une perte significative et pour la subsistance des producteurs et pour celle des modestes consommateurs de la capitale.

Sous-préfet Abdo Issa : Une contravention qui sent la corruption

Un curieux document émanant d'un de ces sous-préfets placés et protégés par le dictateur Guelleh retient notre attention cette semaine.
Il s'agit d'une contravention signée par le préfet Abdo (Abdi pour l'état-civil) Issa Boulaleh qui officie à la tête du premier arrondissement de Djibouti-ville, arrondissement à forte composante commerciale prisée des agents publics corrompus qui y rackettent commerçants et non-commerçants.

Ce qui retient d'abord l'attention sur cette contravention, c'est la langue très approximative dans laquelle elle est rédigée, signe de la médiocrité administrative qui règne dans cet arrondissement. L'imprimé est bourré de fautes de français.

Mais le plus grave, c'est qu'elle ne comporte aucune référence. Il n'y a ni lieu précis de la prétendue contravention, ni date, encore moins de numéro de contravention. Il y a juste la signature, le tampon et le nom du sous-préfet, comme si le sieur Abdo Issa Boulaleh était l'État en cette circonspection à l'instar d'un certain Ismaël Omar Guelleh au niveau du pays.

Renseignement pris, il semble que c'est là une pratique courante qui fait partie des procédés d'enrichissement illicite de ce sous-préfet. Qui rentre du pèlerinage à la Mecque et Medine !

Abdo Issa signe un simple imprimé volant et empoche le montant de la contravention.
Le trésor public, auquel il est censé reverser cet argent, n'y voit que du feu.

Comme dit un dicton de chez nous, le dromadaire règle sa marche sur la marche de celui qui le précède. En d'autres termes, tel chef d'État, tels préfets et sous-préfets.

A titre de preuve, nous publions ce document dont un de nos nombreux correspondants a pointé bien des fautes de langue. Sans le nom de la victime, cependant, car ce serait l'exposer à des représailles de ce hadj pas comme les autres.

CCO: militaires ou prédateurs autorisés de contrebande ?

Les militaires du Camp Cheik Osman (CCO), camp des blindés directement commandé par le général Zakaria Cheik Ibrahim, numéro deux et homme fort de l'armée, s'adonnent à cœur joie à ce qu'ils appellent la répression de la contrebande aux abords de la capitale.

Ils pourchassent ainsi de pauvres gens que la misère pousse à faire entrer de menues marchandises dans la capitale depuis les pays limitrophes pour en tirer quelques sous et acheter de quoi manger.

Or, il n'est pas sûr que les produits saisis soient traités selon la loi par ces militaires. Il semble, en effet, que ces marchandises soient revendues sur le marché djiboutien au profit des militaires impliqués et de leur chef.

Ces détenus oubliés à la prison centrale de Gabode

Autre signe de la dictature qui sévit à Djibouti, de nombreux détenus de droit commun croupissent à la sinistre prison centrale de Gabode sans jugement aucun. Bien des années après leur incarcération, ils restent toujours sous le coup d'un mandat de dépôt, alors qu'ils auraient dû être jugés depuis longtemps comme le prescrit la loi.

Parmi eux, Omar Youssouf Dirir, en détention préventive depuis 2003 pour un crime déjà jugé selon la loi coutumière et dont le prix du sang a depuis longtemps été payé. Mais aussi bien d'autres tels que Ismaël Omar (incarcéré depuis 2001), Ali Guelleh Egueh (incarcéré depuis 2002), Moumin Ahmed Habad (incarcéré depuis 2003), Saïd Ismaël Aptidon (incarcéré depuis 2005), ou encore Aden Mohamed Aden (incarcéré depuis 2005).

Ces détenus lancent un appel pressant aux organisations de défense des droits de l'Homme pour que leur procès ait enfin lieu et qu'ils soient jugés de manière équitable.

Nous reviendrons sur cette situation judiciaire dans nos prochaines éditions.

Ils ont manifesté nus devant le palais privé du dictateur à Haramouss

Selon des informations dignes de foi, une dizaine de Djiboutiens courageux et imaginatifs ont récemment manifesté devant le palais privé du dictateur Ismaël Omar Guelleh à Haramouss. Ils l'on fait tout nus pour signifier au dictateur qu'il a dépouillé le peuple jusqu'aux habits. C'est un message fort du point de vue de la culture djiboutienne où ôter ses vêtements en signe de protestation est le stade suprême du ras-le-bol. Ces personnes ont été immédiatement arrêtées puis relâchées sur le champ avant que la nouvelle de l'événement ne se propage dans le pays. Mais la nouvelle nous est quand même parvenue.

Ce qu'a dit le dictateur Guelleh dans «Jeune Afrique»

Dans une interview au journal «ami» Jeune Afrique, qui l'a publiée dans son édition n°2655 du 27 novembre au 3 décembre 2011, interview où il raconte qu'il ne se représentera pas en 2016 dans l'espoir que la pression intérieure et extérieure qu'il subit se relâche, le dictateur Ismaël Omar Guelleh a fait un certain nombre de déclarations qui confirment bien qu'il est un dictateur incorrigible.

Nous en relevons une cette semaine:

A la question du journaliste François Soudan «Vous allez donc profiter de ce quinquennat pour préparer une succession ?», il répond:
«Oui, je vais essayer, en toute discrétion, avec l'aide de personnalités choisies pour leur sagesse, leur patriotisme et leur désintéressement, d'identifier celui qui pourra le mieux remplir cette lourde tâche.»

Bien dictatorial, non ? Non seulement il est venu au pouvoir et s'y maintient par la force et la fraude, non seulement il entend y demeurer à vie, mais il choisira celui qui lui succèdera. Le monde change, pas Ismaël Omar Guelleh.

Le peuple djiboutien est prévenu. La communauté internationale aussi.

Ce message a été modifié par Mahmoud - 06 décembre 2011 - 02:13 .

0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 06 décembre 2011 - 02:15

Voir le messageMahmoud, le 06 December 2011 - 02:08 AM, dit :

Nouvelles nationales

(Édition LVD écrite du dimanche 4 décembre 2011)



Quand le dictateur décide de réprimer les religieux à Djibouti

Selon des sources bien informées, le dictateur Ismaël Omar Guelleh a réuni ses chefs de sécurité en son Palais cossu et privé de Haramouss mardi 29 novembre 2011 au soir.
Il y avait, présents à cette réunion au sommet, le directeur de la sécurité dite nationale, Hassan Saïd Khaireh, le chef d'état-major adjoint et homme fort de l'armée, général Zakaria Cheik Ibrahim, le secrétaire général de la présidence et agent en chef du renseignement parallèle, Ismaël Houssein Tani, ainsi que le commandant de la garde dite républicaine, colonel Mohamed Djama Doualeh.

Objet de la réunion: le lancement d'une campagne de répression contre les démocrates djiboutiens et en particulier contre les religieux dont beaucoup osent des prêches pro-démocratiques ces derniers temps.

Il faut noter que les hauts dignitaires conviés à cette réunion à visée répressive par le dictateur Guelleh lui sont tous communautairement proches. C'est dire la fragilité et la solitude du dictateur....

Les agents de l'État attendent encore les salaires d'octobre 2011

Les difficultés financières de l'État Guelleh se confirment avec le non-paiement à ce jour de la plupart des salaires des agents de l'administration. Tandis que le mois de décembre 2011 débute, les salaires d'octobre 2011 ne sont toujours pas versés à tous les travailleurs publics .
Seule une minorité d'agents, en majorité enseignants, a pu percevoir son dû.

Perdant patience devant ce retard de salaires, qui n'est pas le premier du genre puisqu'il en est allé ainsi des salaires d'août et de septembre 2011, les agents de l'État, enseignants en tête, ont protesté mardi 29 novembre 2011 devant les banques de la place.

Ces dernières ont paniqué et fermé leurs portes de peur d'être prises d'assaut par les travailleurs en colère. Comme d'ordinaire, le régime a arrêté de nombreux manifestants, mais sans pouvoir calmer cette colère sociale qui gronde toujours.

Déjà, pour payer les salaires d'août et de septembre 2011, le dictateur a raclé les fonds de tiroirs de la société d'État Djib-Télécom et du Port de Djibouti. Cette fois, il se tournerait vers Électricité de Djibouti (EDD) que dirige son cousin Djama Ali Guelleh.

Pillées par le couple dictatorial et ses affidés, les caisses de l'État sont donc vides, et ce sont les agents publics qui trinquent.

Les jeunes diplômés chômeurs toujours mobilisés

Les nombreux jeunes diplômés et chômeurs, sortis de l'université de Djibouti, soit plus de 400 filles et garçons, sont toujours mobilisés pour faire valoir leur droit au travail.

A leur égard, le régime a épuisé toutes ses possibilités de mensonge et ne sait plus quoi leur dire.
En effet, le dictateur Guelleh leur a menti, le ministre du travail, Ali Hassan Bahdon, leur a menti, le chef policier Abdourahman Ali Kahin dit Tourtour leur a menti en leur promettant de plaider leur dossier auprès du dictateur repu, bref aucun mensonge n'a été épargné à ces jeunes issus de familles modestes.

Mais ils n'en sont que plus déterminés, même si nombre d'entre eux, dont une dizaine jetés à la prison centrale de Gabode, ont été arrêtés.
Et pendant ce temps, pendant que ces centaines de jeunes diplômés souffrent, les enfants du dictateur et de ses affidés se vautrent dans le confort facile.

A l'instar de Khaireh Hassan Saïd, fils du directeur de la sécurité de Guelleh, à qui le Fonds routier verse quelque 3 millions de nos francs par mois au titre d'un prétendu convoyage de fonds, sans compter son contrat juteux d'agence de sécurité avec la base militaire japonaise à Djibouti.

Ou encore de Fatouma-Awo Ismaël Omar, gérante de la société pilleuse ICC et fille du dictateur Guelleh, qui vit en princière d'État à Paris où elle vient d'épouser un Ivoirien prénommé Tomy, un gigolo notoire d'une quarantaine d'années spécialisé dans la séduction intéressée des filles des prédateurs africains de biens publics, et déjà père de trois enfants aux mères différentes dont une fille de 15 ans.

Les élèves du LIC de Djibouti en grève

Depuis dimanche 27 novembre 2011, les élèves du Lycée industriel et commercial (LIC) de la capitale sont en grève. Ils protestent contre des changements de programmes introduits en pleine année scolaire. La tension ne semble pas retomber.

La population de la région Atar-Damerjog-Doudah crie sa colère


S'il est vrai que le peuple djiboutien dans son ensemble souffre sous la dictature d'un autre âge d'Ismaël Omar Guelleh, certaines régions se sentent particulièrement victimes. La région Atar-Damerjog-Doudah, forte de 14 localités, en fait partie.

La population souffre ici de toutes sortes de problèmes. Chômage, misère matérielle, absence de structures de santé en marche, difficultés scolaires, pénurie d'eau... la liste est bien longue. «Par exemple, cela fait des années que nous manquons d'ambulance, soulignent ces habitants, or le régime vient d'octroyer une ambulance et deux forages à la région voisine de Zeyla sans même nous regarder».

Des années, en effet, que toutes les promesses faites se révèlent mensongères. Des années que ministres, députés et autres dignitaires repus leur promettent des réponses à leurs doléances, sans que rien ne vienne.

Certes, la motopompe dont nous avons dénoncé ici la panne vient d'être réparée, mais il n'est pas sûr que cette réparation tardive sauve la saison agricole des maraîchers locaux. Ce sera une perte significative et pour la subsistance des producteurs et pour celle des modestes consommateurs de la capitale.

Sous-préfet Abdo Issa : Une contravention qui sent la corruption

Un curieux document émanant d'un de ces sous-préfets placés et protégés par le dictateur Guelleh retient notre attention cette semaine.
Il s'agit d'une contravention signée par le préfet Abdo (Abdi pour l'état-civil) Issa Boulaleh qui officie à la tête du premier arrondissement de Djibouti-ville, arrondissement à forte composante commerciale prisée des agents publics corrompus qui y rackettent commerçants et non-commerçants.

Ce qui retient d'abord l'attention sur cette contravention, c'est la langue très approximative dans laquelle elle est rédigée, signe de la médiocrité administrative qui règne dans cet arrondissement. L'imprimé est bourré de fautes de français.

Mais le plus grave, c'est qu'elle ne comporte aucune référence. Il n'y a ni lieu précis de la prétendue contravention, ni date, encore moins de numéro de contravention. Il y a juste la signature, le tampon et le nom du sous-préfet, comme si le sieur Abdo Issa Boulaleh était l'État en cette circonspection à l'instar d'un certain Ismaël Omar Guelleh au niveau du pays.

Renseignement pris, il semble que c'est là une pratique courante qui fait partie des procédés d'enrichissement illicite de ce sous-préfet. Qui rentre du pèlerinage à la Mecque et Medine !

Abdo Issa signe un simple imprimé volant et empoche le montant de la contravention.
Le trésor public, auquel il est censé reverser cet argent, n'y voit que du feu.

Comme dit un dicton de chez nous, le dromadaire règle sa marche sur la marche de celui qui le précède. En d'autres termes, tel chef d'État, tels préfets et sous-préfets.

A titre de preuve, nous publions ce document dont un de nos nombreux correspondants a pointé bien des fautes de langue. Sans le nom de la victime, cependant, car ce serait l'exposer à des représailles de ce hadj pas comme les autres.

CCO: militaires ou prédateurs autorisés de contrebande ?

Les militaires du Camp Cheik Osman (CCO), camp des blindés directement commandé par le général Zakaria Cheik Ibrahim, numéro deux et homme fort de l'armée, s'adonnent à cœur joie à ce qu'ils appellent la répression de la contrebande aux abords de la capitale.

Ils pourchassent ainsi de pauvres gens que la misère pousse à faire entrer de menues marchandises dans la capitale depuis les pays limitrophes pour en tirer quelques sous et acheter de quoi manger.

Or, il n'est pas sûr que les produits saisis soient traités selon la loi par ces militaires. Il semble, en effet, que ces marchandises soient revendues sur le marché djiboutien au profit des militaires impliqués et de leur chef.

Ces détenus oubliés à la prison centrale de Gabode

Autre signe de la dictature qui sévit à Djibouti, de nombreux détenus de droit commun croupissent à la sinistre prison centrale de Gabode sans jugement aucun. Bien des années après leur incarcération, ils restent toujours sous le coup d'un mandat de dépôt, alors qu'ils auraient dû être jugés depuis longtemps comme le prescrit la loi.

Parmi eux, Omar Youssouf Dirir, en détention préventive depuis 2003 pour un crime déjà jugé selon la loi coutumière et dont le prix du sang a depuis longtemps été payé. Mais aussi bien d'autres tels que Ismaël Omar (incarcéré depuis 2001), Ali Guelleh Egueh (incarcéré depuis 2002), Moumin Ahmed Habad (incarcéré depuis 2003), Saïd Ismaël Aptidon (incarcéré depuis 2005), ou encore Aden Mohamed Aden (incarcéré depuis 2005).

Ces détenus lancent un appel pressant aux organisations de défense des droits de l'Homme pour que leur procès ait enfin lieu et qu'ils soient jugés de manière équitable.

Nous reviendrons sur cette situation judiciaire dans nos prochaines éditions.

Ils ont manifesté nus devant le palais privé du dictateur à Haramouss

Selon des informations dignes de foi, une dizaine de Djiboutiens courageux et imaginatifs ont récemment manifesté devant le palais privé du dictateur Ismaël Omar Guelleh à Haramouss. Ils l'on fait tout nus pour signifier au dictateur qu'il a dépouillé le peuple jusqu'aux habits. C'est un message fort du point de vue de la culture djiboutienne où ôter ses vêtements en signe de protestation est le stade suprême du ras-le-bol. Ces personnes ont été immédiatement arrêtées puis relâchées sur le champ avant que la nouvelle de l'événement ne se propage dans le pays. Mais la nouvelle nous est quand même parvenue.

Ce qu'a dit le dictateur Guelleh dans «Jeune Afrique»

Dans une interview au journal «ami» Jeune Afrique, qui l'a publiée dans son édition n°2655 du 27 novembre au 3 décembre 2011, interview où il raconte qu'il ne se représentera pas en 2016 dans l'espoir que la pression intérieure et extérieure qu'il subit se relâche, le dictateur Ismaël Omar Guelleh a fait un certain nombre de déclarations qui confirment bien qu'il est un dictateur incorrigible.

Nous en relevons une cette semaine:

A la question du journaliste François Soudan «Vous allez donc profiter de ce quinquennat pour préparer une succession ?», il répond:
«Oui, je vais essayer, en toute discrétion, avec l'aide de personnalités choisies pour leur sagesse, leur patriotisme et leur désintéressement, d'identifier celui qui pourra le mieux remplir cette lourde tâche.»

Bien dictatorial, non ? Non seulement il est venu au pouvoir et s'y maintient par la force et la fraude, non seulement il entend y demeurer à vie, mais il choisira celui qui lui succèdera. Le monde change, pas Ismaël Omar Guelleh.

Le peuple djiboutien est prévenu. La communauté internationale aussi.


Radio trotroir!!!!
:D :D :D

Encore une fausse info de plus!!!!
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 592
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 06 décembre 2011 - 08:12

Voir le messagediplomat101, le 06 December 2011 - 12:15 AM, dit :

Radio trotroir!!!!
:D :D :D

Encore une fausse info de plus!!!!

Diplomat101,
Tu qualifies de radio trottoir tous sujets concernant Djibouti qui n'est pas issu de la source gouvernementale (RTD,La nation,ADI)!!quelle belle manière de débattre =D>
Suivant ton raisonnement,il n'y'a que le gouvernement Djiboutien qui détient la vérité!!tout le reste est mensonge!!quelle belle manière de débattre =D>
Cocorico
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 06 décembre 2011 - 08:18

Voir le messageELMI_, le 06 December 2011 - 08:12 PM, dit :

Diplomat101,
Tu qualifies de radio trottoir tous sujets concernant Djibouti qui n'est pas issu de la source gouvernementale (RTD,La nation,ADI)!!quelle belle manière de débattre =D>
Suivant ton raisonnement,il n'y'a que le gouvernement Djiboutien qui détient la vérité!!tout le reste est mensonge!!quelle belle manière de débattre =D>


Quand il traite les militaires comme des "CCO: militaires ou prédateurs autorisés de contrebande ?"

Je ne peux que dire que ce sont des mensonges!!!
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 592
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 06 décembre 2011 - 08:21

Voir le messagediplomat101, le 06 December 2011 - 06:18 PM, dit :

Quand il traite les militaires comme des "CCO: militaires ou prédateurs autorisés de contrebande ?"

Je ne peux que dire que ce sont des mensonges!!!

Tu peux au moins commenter la partieque tu estimes vrai à moins tout est mensonge donc radio trottoir.
Tu rejettes le texte en entier en qualifiant de radio trottoir!! B)
Cocorico
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 744
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 06 décembre 2011 - 08:27

Voir le messageELMI_, le 06 December 2011 - 06:21 PM, dit :

Tu peux au moins commenter la partieque tu estimes vrai à moins tout est mensonge donc radio trottoir.
Tu rejettes le texte en entier en qualifiant de radio trottoir!! B)

Il n'a pas le droit de s'exprimer sur les sujets "tabou"...
il n'a que le droit de dire:"c'est faux"!!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 06 décembre 2011 - 08:29

Voir le messageELMI_, le 06 December 2011 - 08:21 PM, dit :

Tu peux au moins commenter la partieque tu estimes vrai à moins tout est mensonge donc radio trottoir.
Tu rejettes le texte en entier en qualifiant de radio trottoir!! B)

Dans un dialogue,si tu decouvres un point de mesonges,insinuations,calomniess,affabulation,alors ce que tu te bases sur des infos errones!!!

Pour engraisser le texte puisqu'il est a cours d'infos,ils essayent d'enfumer la propagande!!!

Tu as une famille a djibouti,tu devrais savoir ce qui vrai et ce qui est faux!!!

Je comprends que thorgal avalent tous!!!!mais toi,tu es djiboutiens!!!
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 592
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 06 décembre 2011 - 08:47

Voir le messagediplomat101, le 06 December 2011 - 06:29 PM, dit :

Dans un dialogue,si tu decouvres un point de mesonges,insinuations,calomniess,affabulation,alors ce que tu te bases sur des infos errones!!!

Pour engraisser le texte puisqu'il est a cours d'infos,ils essayent d'enfumer la propagande!!!

Tu as une famille a djibouti,tu devrais savoir ce qui vrai et ce qui est faux!!!

Je comprends que thorgal avalent tous!!!!mais toi,tu es djiboutiens!!!

Pourtant,il y'a également des mensonges ,de la propagande dans les infos de La Nation,ADI alors que tu qualifies de véridique .
Ne sous estimes pas Thorgal,tu dois mieux connaitre que moi avec le nombre d'année que avez passé ensemble chez Djibnet,je trouve qu'il est objectif contrairement à tes dires "thorgal avalent tous"
Cocorico
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 06 décembre 2011 - 08:55

Voir le messageELMI_, le 06 December 2011 - 08:47 PM, dit :

Pourtant,il y'a également des mensonges ,de la propagande dans les infos de La Nation,ADI alors que tu qualifies de véridique .
Ne sous estimes pas Thorgal,tu dois mieux connaitre que moi avec le nombre d'année que avez passé ensemble chez Djibnet,je trouve qu'il est objectif contrairement à tes dires "thorgal avalent tous"

Il essaye de filtrer que ce qu'il lis ou ce qu'il entends!!!
Lanation n'es fait pas de tonnes sur l'info et ses infos sont justifies par la RTD!!!
Et meme les djiboutiens sur le terrain s'appercoivent ce qui est veridique ou pas!!

Il n'est pas objectif du tous!!
Tu n'as jamais eu la chance de le cerner sur un sujet que tu sais mieux que lui comme les employes djiboutiens des base francaises et les societes a qui la base offre les contrats des personnes de travail teemporaires!!!

Il etait embarrasser de defendre a la fois la base francaise,les employes sous payes,et les societes contractuels de ALI ROUBAX qui extorquaient les salaires des employes!!

Tu verrais qu'il la ferme et ses retanche derriere la BAD!!!
=D> =D>

Ce message a été modifié par diplomat101 - 06 décembre 2011 - 08:57 .

0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   yeux de biche_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 315
Inscrit :
07-septembre 07
Gender:
Female
Interests:
j'aime la lecture , la science , la culture et surtout l'histoire !

Posté 08 décembre 2011 - 02:05

l'opposition ne sait plus sur quel pied danser , ils rendent '' victimes'' les contrebandiers qui font entrer au pays , des produits ''périmés " et "hors taxe '' .....

Citation

Ils pourchassent ainsi de pauvres gens que la misère pousse à faire entrer de menues marchandises dans la capitale depuis les pays limitrophes pour en tirer quelques sous et acheter de quoi manger.




D'autres part aussi , ils font du boulot ''encourageant'' parcequ'ils denoncent la finalité de ces produits arrachés aux mains des malfaiteurs


Citation

Or, il n'est pas sûr que les produits saisis soient traités selon la loi par ces militaires. Il semble, en effet, que ces marchandises soient revendues sur le marché djiboutien au profit des militaires impliqués et de leur chef.

ils ne sont plus grands  que parce que nous sommes à genou, alors levons-nous . Etienne de la boétie

Seuls l'art et la science élèvent l'homme jusqu'à la divinité. ludwig van Beethooven

Les mathématiques sont une gymnastique de l'esprit et une préparation à la philosophie. Isocrate

Moise a dit : Tout est loi
Jesus a dit : Tout est amour
Marx a dit : Tout est argent
Puis Freud a dit : Tout est sexe
Et puis Einstein est venu et il a dit : Tout est relatif !

''pardonner pour mieux vivre '' Nelson Mandela

"
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 744
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 08 décembre 2011 - 05:22

Voir le messagediplomat101, le 06 December 2011 - 06:55 PM, dit :

Il etait embarrasser de defendre a la fois la base francaise,les employes sous payes,et les societes contractuels de ALI ROUBAX qui extorquaient les salaires des employes!!

Contrairement à toi je réponds!!
Et les employés "sous payés" de la BDD.....c'est encore un mensonge de ta part!!
Ils ont des salaires bien plus élevés que la moyenne des salaires djiboutiens (avec tous les avantages sociaux français...congés payés, droits syndicaux, soins gratuits...etc!!).
Toutes les sociétés qui travaillent sur la BDD ont d'abord l'accord de ton maitre...sinon elles disparaissent comme par enchantement (redressement fiscal, taxes énormes etc!!!) .
C'est toi qui es embarrassé de parler de la BDD car tu ne sais rien de son fonctionnement (et oui tout n'est pas écrit dans la Nation!!).
Si les sociétés djiboutiennes exploitent leurs employés....c'est leur problème !!

Citation

Lanation n'es fait pas de tonnes sur l'info et ses infos sont justifies par la RTD!!!

http://www.adi.dj/

Citation

Redynamisée en 1999, quelques mois après l’accession à la magistrature suprême du Président Ismaïl Omar Guelleh, l’ADI constitue aujourd’hui le cœur battant et l’un des piliers du paysage médiatique national puisqu’elle est le principal fournisseur en information de la presse écrite et audiovisuelle.

C'est sur la Nation ne va pas contredire RTD puisque les infos sont les mêmes!!
:lol: :lol:
B)

Ce message a été modifié par thorgal - 08 décembre 2011 - 05:23 .

"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 744
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 09 décembre 2011 - 10:59

Voir le messagethorgal, le 08 December 2011 - 03:22 PM, dit :

Contrairement à toi je réponds!!
Et les employés "sous payés" de la BDD.....c'est encore un mensonge de ta part!!
Ils ont des salaires bien plus élevés que la moyenne des salaires djiboutiens (avec tous les avantages sociaux français...congés payés, droits syndicaux, soins gratuits...etc!!).
Toutes les sociétés qui travaillent sur la BDD ont d'abord l'accord de ton maitre...sinon elles disparaissent comme par enchantement (redressement fiscal, taxes énormes etc!!!) .
C'est toi qui es embarrassé de parler de la BDD car tu ne sais rien de son fonctionnement (et oui tout n'est pas écrit dans la Nation!!).
Si les sociétés djiboutiennes exploitent leurs employés....c'est leur problème !!


http://www.adi.dj/

C'est sur la Nation ne va pas contredire RTD puisque les infos sont les mêmes!!
:lol: :lol:
B)

Diplomito...Echec et Mat!!
le roi de la propagande de son maitre
(ADI+ RTD+ LA NATION) = l'information "sauce" IOG!!
L'unique source d'information de diplomito sur Djibouti...
Le jour ou tu rentreras au pays tu seras surpris de la réalité!!!
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   ELMI_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
10 592
Inscrit :
06-août 10
Gender:
Male
Location:
NY

Posté 10 décembre 2011 - 07:09

Le pauvre Daf,c'est une victime de la politique djiboutienne!!
Héritier du parti de Med Djama ELABEH(MRD=PRD)
Un jour ,il pourra renter au pays sans être persécuter!!
je lui souhaite le meilleur!

Ce message a été modifié par ELMI_ - 10 décembre 2011 - 07:09 .

Cocorico
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 744
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 10 décembre 2011 - 09:04

Voir le messageELMI_, le 10 December 2011 - 05:09 PM, dit :

Le pauvre Daf,c'est une victime de la politique djiboutienne!!
Héritier du parti de Med Djama ELABEH(MRD=PRD)
Un jour ,il pourra renter au pays sans être persécuter!!
je lui souhaite le meilleur!

Le jour ou il pourra s'exprimer librement dans son propre pays, peut être pourra t il changer les choses...
B)
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet