djibnet.com: Monde Selon Iog Fils: La Vie De Playboy Surréaliste Que Mène Ainanché - djibnet.com

Aller au contenu

  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Monde Selon Iog Fils: La Vie De Playboy Surréaliste Que Mène Ainanché Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   warkiocobane Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
55
Inscrit :
09-octobre 10

Posté 13 mai 2011 - 06:23

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.

Les frais d’inscription ne coûtaient que 3.400 dollars et comprenaient le logement à Pepperdine, mais la cité universitaire n’eut pas l’heur de plaire à Ainanché, qui préféra faire la navette entre deux résidences en dehors du campus: une maison de location à Malibu, et une suite à l’hôtel Beverly Wilshire.

Il assistait rarement aux cours, et passait son temps à faire du shopping à Beverly Hills. Ainanché abandonna ses études au bout de cinq mois; la note de Walting International se montait à environ 50.000 dollars. L’entreprise contrariée se plaignit à l’ambassadeur , et l’histoire finit par être divulguée.
Ainanché voyagea dans le monde entier les années suivantes, tout en revenant régulièrement dans la région de Los Angeles. En 2010, il acheta une maison à 6,5 millions de dollars sur Antelo Road dans le quartier de Bel Air, en face de chez l’actrice Farrah Fawcett. Il ne s’y installa jamais et se plaignit à un agent immobilier que finalement, la maison était trop contemporaine à son goût.

Ainanché se rêvait en nabab du hip-hop et pendant un temps, il posséda et géra un label dont le nom était dérivé de ses propres initiales: TNO Entertainment. Le projet le plus marquant de TNO semble avoir été un flop intitulé No Better Than This par Won-G —collaboration toute trouvée étant donné que le rappeur, dont le vrai nom est Wondge Bruny, décrit son père comme un ancien responsable militaire sous «Baby Doc» Duvalier, le dictateur haïtien déposé en 1986.

Ainanché a continué de flamber des fortunes pendant toutes ces années. Il a pendant un temps vécu dans un hôtel parisien sur les Champs-Élysées; une équipe de télévision française l’a filmé pendant un délire de shopping au cours duquel il acheta plus de trente costumes en une seule journée. En 2010, il fit l’acquisition de deux propriétés valant à elles deux 7 millions de dollars à Cape Town, en Afrique du Sud. Mais lui et sa famille restèrent à peu près hors de vue des États-Unis.
Des kleptocrates de moindre envergure auraient peut-être pris leurs jambes à leur cou, mais pas Ainanché. Il engagea deux avocats pour mettre en place des entreprises écrans et des comptes bancaires associés qu’il contrôlait mais sur lesquels son nom n’apparaissait jamais, selon le rapport du Sénat de 2010 —qui découvrit que ces entreprises ne lui servaient qu’à recevoir et dépenser des fonds envoyés de l’étranger.
Des voitures...

En 2010, Ainanché utilisa l’une de ces entreprises, Sweetsecu Malibu, pour acheter son domaine à Malibu, qui figure parmi les plus grandes propriétés de la communauté privée et fermée de Serra Retreat. Pour ce qui était des dépenses, Ainanché ne s’en laissait pas remontrer par ses voisins, toutes stars de Hollywood qu’ils fussent. Il possédait au moins une trentaine de voitures de luxe, notamment sept Ferrari, cinq Bentley, quatre Rolls-Royce, deux Lamborghini, deux Mercedes-Benz, deux Porsche, deux Maybach et une Aston Martin, dont la valeur assurée totale tournait autour de 10 millions de dollars, à en croire l’enquête du Sénat. Ses voitures étant bien trop nombreuses pour être toutes gardées à la propriété, Ainanché louait des emplacements dans le garage du Petersen Automotive Museum sur le Wilshire Boulevard. Ses chauffeurs devaient aller chercher celle de son choix pour chaque sortie, ce qui dépendait parfois de la façon dont il était habillé.

«J’ai des chaussures bleues, va me chercher la Rolls bleue aujourd’hui», dit-il un jour à Benito Giacalone, un de ses anciens chauffeurs.
Sa préférée était une Bugatti Veyron bleue, une voiture qui peut atteindre plus de 400 km/heure et qui, neuve, vaut environ 2 millions de dollars. Un soir, Ainanché gara son jouet près de l’entrée de L'Ermitage, un endroit où il aimait prendre un verre. Quand il vit les badauds qui s’arrêtaient pour l’admirer, il renvoya Giacalone à Malibu en taxi pour qu’il revienne avec sa deuxième Bugatti et la gare à côté.

Le personnel de maison d’Ainanché comprenait des chauffeurs, des gouvernantes, des gardiens, des gérants, des assistants, des chefs, des équipes de paysagistes et deux équipes de sécurité constituées de flics en congé ou à la retraite, ainsi que des gardes de Djibouti. Une des équipes de sécurité restait basée à la propriété tandis que l’autre, surnommée «l’équipe de chasse» suivait Ainanché dans ses expéditions nocturnes à Malibu et plus loin. Les dossiers du procès décrivent le «prince» comme une créature nocturne qui dormait généralement jusqu’à l’après-midi, voire jusqu’à 21 heures.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Solid.Snake Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
165
Inscrit :
23-septembre 10

Posté 13 mai 2011 - 07:30

Voir le messagewarkiocobane, le 13 mai 2011 - 06:23 , dit :

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.

Les frais d’inscription ne coûtaient que 3.400 dollars et comprenaient le logement à Pepperdine, mais la cité universitaire n’eut pas l’heur de plaire à Ainanché, qui préféra faire la navette entre deux résidences en dehors du campus: une maison de location à Malibu, et une suite à l’hôtel Beverly Wilshire.

Il assistait rarement aux cours, et passait son temps à faire du shopping à Beverly Hills. Ainanché abandonna ses études au bout de cinq mois; la note de Walting International se montait à environ 50.000 dollars. L’entreprise contrariée se plaignit à l’ambassadeur , et l’histoire finit par être divulguée.
Ainanché voyagea dans le monde entier les années suivantes, tout en revenant régulièrement dans la région de Los Angeles. En 2010, il acheta une maison à 6,5 millions de dollars sur Antelo Road dans le quartier de Bel Air, en face de chez l’actrice Farrah Fawcett. Il ne s’y installa jamais et se plaignit à un agent immobilier que finalement, la maison était trop contemporaine à son goût.

Ainanché se rêvait en nabab du hip-hop et pendant un temps, il posséda et géra un label dont le nom était dérivé de ses propres initiales: TNO Entertainment. Le projet le plus marquant de TNO semble avoir été un flop intitulé No Better Than This par Won-G —collaboration toute trouvée étant donné que le rappeur, dont le vrai nom est Wondge Bruny, décrit son père comme un ancien responsable militaire sous «Baby Doc» Duvalier, le dictateur haïtien déposé en 1986.

Ainanché a continué de flamber des fortunes pendant toutes ces années. Il a pendant un temps vécu dans un hôtel parisien sur les Champs-Élysées; une équipe de télévision française l’a filmé pendant un délire de shopping au cours duquel il acheta plus de trente costumes en une seule journée. En 2010, il fit l’acquisition de deux propriétés valant à elles deux 7 millions de dollars à Cape Town, en Afrique du Sud. Mais lui et sa famille restèrent à peu près hors de vue des États-Unis.
Des kleptocrates de moindre envergure auraient peut-être pris leurs jambes à leur cou, mais pas Ainanché. Il engagea deux avocats pour mettre en place des entreprises écrans et des comptes bancaires associés qu’il contrôlait mais sur lesquels son nom n’apparaissait jamais, selon le rapport du Sénat de 2010 —qui découvrit que ces entreprises ne lui servaient qu’à recevoir et dépenser des fonds envoyés de l’étranger.
Des voitures...

En 2010, Ainanché utilisa l’une de ces entreprises, Sweetsecu Malibu, pour acheter son domaine à Malibu, qui figure parmi les plus grandes propriétés de la communauté privée et fermée de Serra Retreat. Pour ce qui était des dépenses, Ainanché ne s’en laissait pas remontrer par ses voisins, toutes stars de Hollywood qu’ils fussent. Il possédait au moins une trentaine de voitures de luxe, notamment sept Ferrari, cinq Bentley, quatre Rolls-Royce, deux Lamborghini, deux Mercedes-Benz, deux Porsche, deux Maybach et une Aston Martin, dont la valeur assurée totale tournait autour de 10 millions de dollars, à en croire l’enquête du Sénat. Ses voitures étant bien trop nombreuses pour être toutes gardées à la propriété, Ainanché louait des emplacements dans le garage du Petersen Automotive Museum sur le Wilshire Boulevard. Ses chauffeurs devaient aller chercher celle de son choix pour chaque sortie, ce qui dépendait parfois de la façon dont il était habillé.

«J’ai des chaussures bleues, va me chercher la Rolls bleue aujourd’hui», dit-il un jour à Benito Giacalone, un de ses anciens chauffeurs.
Sa préférée était une Bugatti Veyron bleue, une voiture qui peut atteindre plus de 400 km/heure et qui, neuve, vaut environ 2 millions de dollars. Un soir, Ainanché gara son jouet près de l’entrée de L'Ermitage, un endroit où il aimait prendre un verre. Quand il vit les badauds qui s’arrêtaient pour l’admirer, il renvoya Giacalone à Malibu en taxi pour qu’il revienne avec sa deuxième Bugatti et la gare à côté.

Le personnel de maison d’Ainanché comprenait des chauffeurs, des gouvernantes, des gardiens, des gérants, des assistants, des chefs, des équipes de paysagistes et deux équipes de sécurité constituées de flics en congé ou à la retraite, ainsi que des gardes de Djibouti. Une des équipes de sécurité restait basée à la propriété tandis que l’autre, surnommée «l’équipe de chasse» suivait Ainanché dans ses expéditions nocturnes à Malibu et plus loin. Les dossiers du procès décrivent le «prince» comme une créature nocturne qui dormait généralement jusqu’à l’après-midi, voire jusqu’à 21 heures.

Tout simplement sidérant ... Si ces faits s'avèrent exact , alors on ne peut s’empêcher d'avoir une pensée aux pauvres djiboutiens (que nous sommes!) qui souffrent quand leurs deniers sont ainsi dilapidés.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Raf Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
36
Inscrit :
26-juin 06

Posté 13 mai 2011 - 07:53

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.

Les frais d’inscription ne coûtaient que 3.400 dollars et comprenaient le logement à Pepperdine, mais la cité universitaire n’eut pas l’heur de plaire à Ainanché, qui préféra faire la navette entre deux résidences en dehors du campus: une maison de location à Malibu, et une suite à l’hôtel Beverly Wilshire.

Il assistait rarement aux cours, et passait son temps à faire du shopping à Beverly Hills. Ainanché abandonna ses études au bout de cinq mois; la note de Walting International se montait à environ 50.000 dollars. L’entreprise contrariée se plaignit à l’ambassadeur , et l’histoire finit par être divulguée.
Ainanché voyagea dans le monde entier les années suivantes, tout en revenant régulièrement dans la région de Los Angeles. En 2010, il acheta une maison à 6,5 millions de dollars sur Antelo Road dans le quartier de Bel Air, en face de chez l’actrice Farrah Fawcett. Il ne s’y installa jamais et se plaignit à un agent immobilier que finalement, la maison était trop contemporaine à son goût.

Ainanché se rêvait en nabab du hip-hop et pendant un temps, il posséda et géra un label dont le nom était dérivé de ses propres initiales: TNO Entertainment. Le projet le plus marquant de TNO semble avoir été un flop intitulé No Better Than This par Won-G —collaboration toute trouvée étant donné que le rappeur, dont le vrai nom est Wondge Bruny, décrit son père comme un ancien responsable militaire sous «Baby Doc» Duvalier, le dictateur haïtien déposé en 1986.

Ainanché a continué de flamber des fortunes pendant toutes ces années. Il a pendant un temps vécu dans un hôtel parisien sur les Champs-Élysées; une équipe de télévision française l’a filmé pendant un délire de shopping au cours duquel il acheta plus de trente costumes en une seule journée. En 2010, il fit l’acquisition de deux propriétés valant à elles deux 7 millions de dollars à Cape Town, en Afrique du Sud. Mais lui et sa famille restèrent à peu près hors de vue des États-Unis.
Des kleptocrates de moindre envergure auraient peut-être pris leurs jambes à leur cou, mais pas Ainanché. Il engagea deux avocats pour mettre en place des entreprises écrans et des comptes bancaires associés qu’il contrôlait mais sur lesquels son nom n’apparaissait jamais, selon le rapport du Sénat de 2010 —qui découvrit que ces entreprises ne lui servaient qu’à recevoir et dépenser des fonds envoyés de l’étranger.
Des voitures...

En 2010, Ainanché utilisa l’une de ces entreprises, Sweetsecu Malibu, pour acheter son domaine à Malibu, qui figure parmi les plus grandes propriétés de la communauté privée et fermée de Serra Retreat. Pour ce qui était des dépenses, Ainanché ne s’en laissait pas remontrer par ses voisins, toutes stars de Hollywood qu’ils fussent. Il possédait au moins une trentaine de voitures de luxe, notamment sept Ferrari, cinq Bentley, quatre Rolls-Royce, deux Lamborghini, deux Mercedes-Benz, deux Porsche, deux Maybach et une Aston Martin, dont la valeur assurée totale tournait autour de 10 millions de dollars, à en croire l’enquête du Sénat. Ses voitures étant bien trop nombreuses pour être toutes gardées à la propriété, Ainanché louait des emplacements dans le garage du Petersen Automotive Museum sur le Wilshire Boulevard. Ses chauffeurs devaient aller chercher celle de son choix pour chaque sortie, ce qui dépendait parfois de la façon dont il était habillé.

«J’ai des chaussures bleues, va me chercher la Rolls bleue aujourd’hui», dit-il un jour à Benito Giacalone, un de ses anciens chauffeurs.
Sa préférée était une Bugatti Veyron bleue, une voiture qui peut atteindre plus de 400 km/heure et qui, neuve, vaut environ 2 millions de dollars. Un soir, Ainanché gara son jouet près de l’entrée de L'Ermitage, un endroit où il aimait prendre un verre. Quand il vit les badauds qui s’arrêtaient pour l’admirer, il renvoya Giacalone à Malibu en taxi pour qu’il revienne avec sa deuxième Bugatti et la gare à côté.

Le personnel de maison d’Ainanché comprenait des chauffeurs, des gouvernantes, des gardiens, des gérants, des assistants, des chefs, des équipes de paysagistes et deux équipes de sécurité constituées de flics en congé ou à la retraite, ainsi que des gardes de Djibouti. Une des équipes de sécurité restait basée à la propriété tandis que l’autre, surnommée «l’équipe de chasse» suivait Ainanché dans ses expéditions nocturnes à Malibu et plus loin. Les dossiers du procès décrivent le «prince» comme une créature nocturne qui dormait généralement jusqu’à l’après-midi, voire jusqu’à 21 heures.


Si cette description est confirmée, ben c'est tout simplement choquant, revoltant et ça donne envie de tout faire valser.
Comment peut-on se permettre un tel comportement alors que le gros de la population rame pour subvenir à ses besoins.
Cette histoire finira... mal et ce n'est pas mon souhait.
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Destinée Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
786
Inscrit :
13-novembre 07
Gender:
Female

Posté 13 mai 2011 - 08:15

Voir le messagewarkiocobane, le 13 mai 2011 - 03:23 , dit :

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.

Les frais d’inscription ne coûtaient que 3.400 dollars et comprenaient le logement à Pepperdine, mais la cité universitaire n’eut pas l’heur de plaire à Ainanché, qui préféra faire la navette entre deux résidences en dehors du campus: une maison de location à Malibu, et une suite à l’hôtel Beverly Wilshire.

Il assistait rarement aux cours, et passait son temps à faire du shopping à Beverly Hills. Ainanché abandonna ses études au bout de cinq mois; la note de Walting International se montait à environ 50.000 dollars. L’entreprise contrariée se plaignit à l’ambassadeur , et l’histoire finit par être divulguée.
Ainanché voyagea dans le monde entier les années suivantes, tout en revenant régulièrement dans la région de Los Angeles. En 2010, il acheta une maison à 6,5 millions de dollars sur Antelo Road dans le quartier de Bel Air, en face de chez l’actrice Farrah Fawcett. Il ne s’y installa jamais et se plaignit à un agent immobilier que finalement, la maison était trop contemporaine à son goût.

Ainanché se rêvait en nabab du hip-hop et pendant un temps, il posséda et géra un label dont le nom était dérivé de ses propres initiales: TNO Entertainment. Le projet le plus marquant de TNO semble avoir été un flop intitulé No Better Than This par Won-G —collaboration toute trouvée étant donné que le rappeur, dont le vrai nom est Wondge Bruny, décrit son père comme un ancien responsable militaire sous «Baby Doc» Duvalier, le dictateur haïtien déposé en 1986.

Ainanché a continué de flamber des fortunes pendant toutes ces années. Il a pendant un temps vécu dans un hôtel parisien sur les Champs-Élysées; une équipe de télévision française l’a filmé pendant un délire de shopping au cours duquel il acheta plus de trente costumes en une seule journée. En 2010, il fit l’acquisition de deux propriétés valant à elles deux 7 millions de dollars à Cape Town, en Afrique du Sud. Mais lui et sa famille restèrent à peu près hors de vue des États-Unis.
Des kleptocrates de moindre envergure auraient peut-être pris leurs jambes à leur cou, mais pas Ainanché. Il engagea deux avocats pour mettre en place des entreprises écrans et des comptes bancaires associés qu’il contrôlait mais sur lesquels son nom n’apparaissait jamais, selon le rapport du Sénat de 2010 —qui découvrit que ces entreprises ne lui servaient qu’à recevoir et dépenser des fonds envoyés de l’étranger.
Des voitures...

En 2010, Ainanché utilisa l’une de ces entreprises, Sweetsecu Malibu, pour acheter son domaine à Malibu, qui figure parmi les plus grandes propriétés de la communauté privée et fermée de Serra Retreat. Pour ce qui était des dépenses, Ainanché ne s’en laissait pas remontrer par ses voisins, toutes stars de Hollywood qu’ils fussent. Il possédait au moins une trentaine de voitures de luxe, notamment sept Ferrari, cinq Bentley, quatre Rolls-Royce, deux Lamborghini, deux Mercedes-Benz, deux Porsche, deux Maybach et une Aston Martin, dont la valeur assurée totale tournait autour de 10 millions de dollars, à en croire l’enquête du Sénat. Ses voitures étant bien trop nombreuses pour être toutes gardées à la propriété, Ainanché louait des emplacements dans le garage du Petersen Automotive Museum sur le Wilshire Boulevard. Ses chauffeurs devaient aller chercher celle de son choix pour chaque sortie, ce qui dépendait parfois de la façon dont il était habillé.

«J’ai des chaussures bleues, va me chercher la Rolls bleue aujourd’hui», dit-il un jour à Benito Giacalone, un de ses anciens chauffeurs.
Sa préférée était une Bugatti Veyron bleue, une voiture qui peut atteindre plus de 400 km/heure et qui, neuve, vaut environ 2 millions de dollars. Un soir, Ainanché gara son jouet près de l’entrée de L'Ermitage, un endroit où il aimait prendre un verre. Quand il vit les badauds qui s’arrêtaient pour l’admirer, il renvoya Giacalone à Malibu en taxi pour qu’il revienne avec sa deuxième Bugatti et la gare à côté.

Le personnel de maison d’Ainanché comprenait des chauffeurs, des gouvernantes, des gardiens, des gérants, des assistants, des chefs, des équipes de paysagistes et deux équipes de sécurité constituées de flics en congé ou à la retraite, ainsi que des gardes de Djibouti. Une des équipes de sécurité restait basée à la propriété tandis que l’autre, surnommée «l’équipe de chasse» suivait Ainanché dans ses expéditions nocturnes à Malibu et plus loin. Les dossiers du procès décrivent le «prince» comme une créature nocturne qui dormait généralement jusqu’à l’après-midi, voire jusqu’à 21 heures.


Salam Warkiocobane,
Frere malaha wa dacaayad. Pourquoi cette histoire est divulguée après 2 ans ?
On rencontre sa destinée
Souvent par les chemins qu'on prend pour l'éviter.
Auteur Inconnu

La Terre est ma Patrie et l’Humanité, ma Famille.
Khalil Gibran

Qaran iyo Qabiil isma Qaadi Karan !
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 13 mai 2011 - 08:19

Voir le messagewarkiocobane, le 13 mai 2011 - 06:23 , dit :

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.

Les frais d’inscription ne coûtaient que 3.400 dollars et comprenaient le logement à Pepperdine, mais la cité universitaire n’eut pas l’heur de plaire à Ainanché, qui préféra faire la navette entre deux résidences en dehors du campus: une maison de location à Malibu, et une suite à l’hôtel Beverly Wilshire.

Il assistait rarement aux cours, et passait son temps à faire du shopping à Beverly Hills. Ainanché abandonna ses études au bout de cinq mois; la note de Walting International se montait à environ 50.000 dollars. L’entreprise contrariée se plaignit à l’ambassadeur , et l’histoire finit par être divulguée.
Ainanché voyagea dans le monde entier les années suivantes, tout en revenant régulièrement dans la région de Los Angeles. En 2010, il acheta une maison à 6,5 millions de dollars sur Antelo Road dans le quartier de Bel Air, en face de chez l’actrice Farrah Fawcett. Il ne s’y installa jamais et se plaignit à un agent immobilier que finalement, la maison était trop contemporaine à son goût.

Ainanché se rêvait en nabab du hip-hop et pendant un temps, il posséda et géra un label dont le nom était dérivé de ses propres initiales: TNO Entertainment. Le projet le plus marquant de TNO semble avoir été un flop intitulé No Better Than This par Won-G —collaboration toute trouvée étant donné que le rappeur, dont le vrai nom est Wondge Bruny, décrit son père comme un ancien responsable militaire sous «Baby Doc» Duvalier, le dictateur haïtien déposé en 1986.

Ainanché a continué de flamber des fortunes pendant toutes ces années. Il a pendant un temps vécu dans un hôtel parisien sur les Champs-Élysées; une équipe de télévision française l’a filmé pendant un délire de shopping au cours duquel il acheta plus de trente costumes en une seule journée. En 2010, il fit l’acquisition de deux propriétés valant à elles deux 7 millions de dollars à Cape Town, en Afrique du Sud. Mais lui et sa famille restèrent à peu près hors de vue des États-Unis.
Des kleptocrates de moindre envergure auraient peut-être pris leurs jambes à leur cou, mais pas Ainanché. Il engagea deux avocats pour mettre en place des entreprises écrans et des comptes bancaires associés qu’il contrôlait mais sur lesquels son nom n’apparaissait jamais, selon le rapport du Sénat de 2010 —qui découvrit que ces entreprises ne lui servaient qu’à recevoir et dépenser des fonds envoyés de l’étranger.
Des voitures...

En 2010, Ainanché utilisa l’une de ces entreprises, Sweetsecu Malibu, pour acheter son domaine à Malibu, qui figure parmi les plus grandes propriétés de la communauté privée et fermée de Serra Retreat. Pour ce qui était des dépenses, Ainanché ne s’en laissait pas remontrer par ses voisins, toutes stars de Hollywood qu’ils fussent. Il possédait au moins une trentaine de voitures de luxe, notamment sept Ferrari, cinq Bentley, quatre Rolls-Royce, deux Lamborghini, deux Mercedes-Benz, deux Porsche, deux Maybach et une Aston Martin, dont la valeur assurée totale tournait autour de 10 millions de dollars, à en croire l’enquête du Sénat. Ses voitures étant bien trop nombreuses pour être toutes gardées à la propriété, Ainanché louait des emplacements dans le garage du Petersen Automotive Museum sur le Wilshire Boulevard. Ses chauffeurs devaient aller chercher celle de son choix pour chaque sortie, ce qui dépendait parfois de la façon dont il était habillé.

«J’ai des chaussures bleues, va me chercher la Rolls bleue aujourd’hui», dit-il un jour à Benito Giacalone, un de ses anciens chauffeurs.
Sa préférée était une Bugatti Veyron bleue, une voiture qui peut atteindre plus de 400 km/heure et qui, neuve, vaut environ 2 millions de dollars. Un soir, Ainanché gara son jouet près de l’entrée de L'Ermitage, un endroit où il aimait prendre un verre. Quand il vit les badauds qui s’arrêtaient pour l’admirer, il renvoya Giacalone à Malibu en taxi pour qu’il revienne avec sa deuxième Bugatti et la gare à côté.

Le personnel de maison d’Ainanché comprenait des chauffeurs, des gouvernantes, des gardiens, des gérants, des assistants, des chefs, des équipes de paysagistes et deux équipes de sécurité constituées de flics en congé ou à la retraite, ainsi que des gardes de Djibouti. Une des équipes de sécurité restait basée à la propriété tandis que l’autre, surnommée «l’équipe de chasse» suivait Ainanché dans ses expéditions nocturnes à Malibu et plus loin. Les dossiers du procès décrivent le «prince» comme une créature nocturne qui dormait généralement jusqu’à l’après-midi, voire jusqu’à 21 heures.


Faux....
Absolument faux...
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Solid.Snake Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
165
Inscrit :
23-septembre 10

Posté 13 mai 2011 - 09:57

Voir le messagediplomat101, le 13 mai 2011 - 08:19 , dit :

Faux....
Absolument faux...

Ta gueule
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Smooth-like-silk Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
261
Inscrit :
10-mai 09
Location:
Canada

Posté 13 mai 2011 - 10:20

Voir le messagewarkiocobane, le 13 May 2011 - 10:23 AM, dit :

DJIBOUTI: (DjibTalk) VENDREDI MAY 13

— Ainanché fils, le Prince de Bel-Air, À l’automne 2009, Ainanché, alors âgé de 20 ans, est arrivé à Malibu au campus chic de Pepperdine University pour suivre un cursus d’anglais. Walting International, compagnie d’Houston qui avait des intérêts dans la sécurité de la mer rouge inexploités de Djibouti, finançait ses études. Walter accepta également de prendre en charge ses dépenses, ce qui s’avéra une erreur fort coûteuse.



C'est bien de dénoncer les abus de nos dirigeants et la corrumption mais faut pas confondre un combat légitime pour la democratie et la liberte et un règlement de compte personnel. Ce récit que tu viens de poster est celui de << Téodorin Obiang, le fils du terrible président equato-guinéen >> lien.

Les personnes comme toi, décrédibilise ceux qui se battent pour des causes justes, qui se battent pour la population pauvre des quartiers qui n'ose manifeste malgres le manque d'electricite depuis plus de 20 ans , la faim, l 'injustice car ils ont la peur au ventre.
- If you're not part of the solution, you're part of the problem

- " N'autoriser qu'un enfant par couple durant 1 génération [u]permettrait de stabiliser[/u] la population mondiale " Domi



- In God we trust; all others must pay cash.

- Whatever it is -- I didn't do it!

-My advice to you is get married: if you find a good wife you'll be happy; if not, you'll become a philosopher. - Socrates
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   PuntlandGeezer Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
228
Inscrit :
01-décembre 10
Gender:
Male
Location:
Bosaso
Interests:
Doctorat en Deceptions

Posté 14 mai 2011 - 12:19

Voir le messageSmooth-like-silk, le 13 mai 2011 - 08:20 , dit :

C'est bien de dénoncer les abus de nos dirigeants et la corrumption mais faut pas confondre un combat légitime pour la democratie et la liberte et un règlement de compte personnel. Ce récit que tu viens de poster est celui de << Téodorin Obiang, le fils du terrible président equato-guinéen >> lien2.

Les personnes comme toi, décrédibilise ceux qui se battent pour des causes justes, qui se battent pour la population pauvre des quartiers qui n'ose manifeste malgres le manque d'electricite depuis plus de 20 ans , la faim, l 'injustice car ils ont la peur au ventre.

Image IPB
le monde tremblera quand la chine se reveillera
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   warkiocobane Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
55
Inscrit :
09-octobre 10

Posté 14 mai 2011 - 02:34

Voir le messageSmooth-like-silk, le 13 mai 2011 - 10:20 , dit :

C'est bien de dénoncer les abus de nos dirigeants et la corrumption mais faut pas confondre un combat légitime pour la democratie et la liberte et un règlement de compte personnel. Ce récit que tu viens de poster est celui de << Téodorin Obiang, le fils du terrible président equato-guinéen >> lien.

Les personnes comme toi, décrédibilise ceux qui se battent pour des causes justes, qui se battent pour la population pauvre des quartiers qui n'ose manifeste malgres le manque d'electricite depuis plus de 20 ans , la faim, l 'injustice car ils ont la peur au ventre.


"Les personnes comme toi, décrédibilise ceux qui se battent pour des causes justes"...Comme moi??? lis 1 peu la source au lieu de la ramener...g né rien inventé et cé sr le site de Djibtalk....g juste passé l info en sitant bien la source...ppfffff!!!!! leche botte du régime....t tro fort toi...

Ce message a été modifié par warkiocobane - 14 mai 2011 - 02:35 .

0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   kaisser Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
71
Inscrit :
24-juillet 09
Gender:
Male

Posté 14 mai 2011 - 05:53

Voir le messagewarkiocobane, le 13 mai 2011 - 11:34 , dit :

"Les personnes comme toi, décrédibilise ceux qui se battent pour des causes justes"...Comme moi??? lis 1 peu la source au lieu de la ramener...g né rien inventé et cé sr le site de Djibtalk....g juste passé l info en sitant bien la source...ppfffff!!!!! leche botte du régime....t tro fort toi...



Les gens qui gèrent djibAct sont des faux djibs, on appelle pas une opposition ils sont irresponsables.
La faute n'est pas toi frere "warkiocobane" mais ce sont eux qui ont copiés cet article d'un autre article qui parlait de ce fameux président Téodorin...

Voici le lien :http: //blogdesylvie.afrikblog.com/tag/obiang%20nguema

C'est une honte pour nous les djibs quand on voit des soit disant "djibs" qui se permettent de faire ça juste pour ajouter un article de plus...

ouff
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   anonymous2 Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
93
Inscrit :
22-mars 11

Posté 14 mai 2011 - 01:24

Voir le messagekaisser, le 14 mai 2011 - 03:53 , dit :

Les gens qui gèrent djibAct sont des faux djibs, on appelle pas une opposition ils sont irresponsables.
La faute n'est pas toi frere "warkiocobane" mais ce sont eux qui ont copiés cet article d'un autre article qui parlait de ce fameux président Téodorin...

Voici le lien :http: //blogdesylvie.afrikblog.com/tag/obiang%20nguema

C'est une honte pour nous les djibs quand on voit des soit disant "djibs" qui se permettent de faire ça juste pour ajouter un article de plus...

ouff


Peu importe la source de l'info, l'essentiel c'est les depenses faramineuses du dictateur et de ses rejetons. Tout le monde sait le train de vie fastieux d'IOG et de sa famille. Cette info est la partie visible de l'iceberg et ce qu'il ya en dessous est inconcevable. Rien que la ceremonie de la re-re-investiture d'IOG aurait coute plus d'1 millions de dollars. Cette histoire finira mal et nul ne peut se permettre impunement de depouiller tout un peuple. Le responsable rendra de compte tot ou tard et ce jour la il nous fera la comedie de la crise cardiaque ou du coma profond comme Moubarak et Ben Ali pour echapper a la justice du peuple.
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 14 mai 2011 - 01:46

Voir le messageanonymous2, le 14 mai 2011 - 01:24 , dit :

Peu importe la source de l'info, l'essentiel c'est les depenses faramineuses du dictateur et de ses rejetons. Tout le monde sait le train de vie fastieux d'IOG et de sa famille. Cette info est la partie visible de l'iceberg et ce qu'il ya en dessous est inconcevable. Rien que la ceremonie de la re-re-investiture d'IOG aurait coute plus d'1 millions de dollars. Cette histoire finira mal et nul ne peut se permettre impunement de depouiller tout un peuple. Le responsable rendra de compte tot ou tard et ce jour la il nous fera la comedie de la crise cardiaque ou du coma profond comme Moubarak et Ben Ali pour echapper a la justice du peuple.


L'anti-iogisme n'est pas un programme...
Ne fatiguez pas votre petite cervelle... :D :D
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 274
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 14 mai 2011 - 02:12

Voir le messagediplomat101, le 14 mai 2011 - 11:46 , dit :

L'anti-iogisme n'est pas un programme...
Ne fatiguez pas votre petite cervelle... :D :D

Le pro-iogisme non plus!!
:lol: :lol: :lol:
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 14 mai 2011 - 02:25

Voir le messagethorgal, le 14 mai 2011 - 02:12 , dit :

Le pro-iogisme non plus!!
:lol: :lol: :lol:

Mais,nous avons ete reelu par le peuple....
Il faut reconnaitre son erreur...

On a gagne... =D>
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   thorgal Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
18 274
Inscrit :
07-mai 08
Gender:
Male
Location:
La France et le monde parfois!!

Posté 14 mai 2011 - 02:40

Voir le messagediplomat101, le 14 mai 2011 - 12:25 , dit :

Mais,nous avons ete reelu par le peuple....
Il faut reconnaitre son erreur...

On a gagne... =D>

Quelle erreur veux tu reconnaitre ??
L'élection bidon de ton maître ??
:lol: : lol:
"Le boeuf est lent..
Mais la terre est patiente"
0

Partager ce sujet :


  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet