djibnet.com: Guelleh Sous Perfusion Franco-Américaine - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Guelleh Sous Perfusion Franco-Américaine article de presse Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   The voice Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
192
Inscrit :
17-février 09
Gender:
Male
Location:
Paris

Posté 07 avril 2011 - 12:31

Le président de cette ancienne colonie française doit être réélu demain pour un troisième mandat. En profitant de la manne apportée par les bases françaises et américaines.

Le président Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999 à Djibouti, est assuré de remporter la présidentielle de demain boycottée par une opposition divisée.

M. Guelleh, 63 ans est en lice contre un candidat « indépendant », ancien président du Conseil constitutionnel, Mohamed Warsama Ragueh. Le vainqueur est appelé à diriger pendant cinq ans cette ancienne colonie française.

Les deux coalitions d'opposition, l'Union pour l'alternance démocratique (UAD) et l'Union des mouvements démocratiques (UMD) nouvellement créée, boycottent le scrutin, faute de s'être entendues sur un candidat commun et parce qu'elles contestent l'indépendance de la Commission électorale (Ceni).

L'opposition critique vivement la réforme constitutionnelle de 2010 permettant au président sortant de se représenter pour un troisième mandat, raccourci de six à cinq ans.

M. Guelleh a su tirer profit de la situation stratégique à l'entrée de son petit pays à l'entrée de la de la mer Rouge : après le 11 septembre 2001, Djibouti est devenu la pièce maîtresse de la lutte antiterroriste des Américains dans la Corne de l'Afrique et joue désormais un rôle majeur dans la lutte contre la piraterie somalienne dans l'océan Indien.

Djibouti abrite ainsi la plus importante base militaire française à l'étranger, l'unique base américaine en Afrique et bientôt une base japonaise. Ces bases contribuent à l'économie du pays qui repose essentiellement sur le trafic portuaire, notamment à destination du géant éthiopien enclavé.

Reste que la réélection annoncée de M. Guelleh, s'inscrit dans un contexte de grogne sociale inédite, le vent de la contestation dans le monde arabe n'ayant pas épargné ce petit pays musulman.

Après des rassemblements d'étudiants début février, plusieurs milliers de sympathisants de l'opposition avaient manifesté dans la capitale le 18 février pour exiger le départ du « dictateur IOG » (Ismaël Omar Guelleh).

La manifestation, sans doute la plus importante contestation de rue depuis l'indépendance en 1977, avait donné lieu à de violents incidents avec les forces de l'ordre et fait au moins deux morts, selon un bilan officiel.
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet