djibnet.com: Vers Une Cession Du Pays Afar ? - djibnet.com

Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Vers Une Cession Du Pays Afar ? Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   lawliateh Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
115
Inscrit :
27-janvier 11
Gender:
Male

Posté 13 mars 2011 - 03:36

Bonjour,

Nous assistons aujourd'hui à un tournant de l'histoire en république de Djibouti. Colonisée en 1862, indépendante en 1977, la république de Djibouti n'a jamais connu un processus réel de démocratisation, vœu pieux des acteurs fondateurs de Djibouti : Dini, Gouled, Sheiko, Ismael Ali, Aref, etc.

Depuis 1977, la cohabitation Somali-Afar est mise à mal par une ségrégation économique et politique contre la seule communauté afare qui, pourtant occupe le 2/3 du territoire national, soit 87 % du pays. Depuis l'indépendance, aucun candidat djiboutien d'origine "afare" n'a participé à une quelconque élection présidentielle. Qu'est-ce que cela traduit-elle ?

Il existerait un accord de fait passé entre les deux groupes majoritaires du pays, les Afars et les Issas, sur le partage du pouvoir politique. Cet accord "consensuel" stipulerait que la présidence de la république serait occupée exclusivement par un Issa, et la primature par un Afar. Mais, cet accord n'est paraphé dans aucun document officiel, ni dans la Constitution de 1994.
On peut supposer qu'un tel accord ait été consenti entre les deux ténors politiques de la LPAI : Dini et Gouled. Cependant, une telle théorie est écartée pusique Dini (GG) a démissionné du gouvernement Gouled à peine 6 mois après sa nomination comme premier ministre.

Quid de la situation actuelle !
Les Afars sont les perdants de l’accession du pays à l’indépendance. C’est une réalité !

Absents dans la haute sphère de l’administration, de l’armée, de la Gendarmerie, de la Police nationale, de l’éducation nationale et de la sphère économique, la communauté afare ne sait plus vers quel saint se tourner. Pour marquer son mécontentement, elle s’est rebellée contre une dictature qui l’a marginalisée de la société djiboutienne. Ce qui a provoqué une crise économique sans précédent. Mais, depuis, les choses sont allées de mal en pis. Comme pour se venger et punir la communauté afare, l’actuel président de la république IOG, artisan de la reddition du Frud-armé de Dini, n’a cessé d’affaiblir la communauté afare, et sur le plan politique, et sur le plan économique.

La victoire aux élections législatives de 2003 menée par une main experte de Dini (GG) et de l’actuel président du Mrd, Daf, a été confisquée par le dictateur IOG. Depuis, le chef de l’état est le seul candidat en lice à toutes les élections présidentielles et législatives. Ce qui lui vaut d’être qualifié par la presse internationale de l’envieux titre de « Monsieur 100% ».

Face à cet état des choses, l’opposition muselée à l’intérieur du pays semble impuissante. Les boycotts des élections ne semblent pas non plus contrarier le dictateur qui n’hésite pas à payer des candidats comme l’ancien président de la CENI pour lui donner la réplique pendant la compagne politique du 8 avril 2011. L’aspiration du peuple djiboutien à la démocratie, traduite par la révolution Khamsine du vendredi 18 février 2011 ne semble pas non plus dissuader le président à vie IOG à briguer un troisième mandat présidentiel.

Alors, si la rue, les urnes, les armes ne peuvent influer sur la décision du dictateur d’abandonner le pouvoir, que reste-t-il à faire pour la communauté afare ?
J’en suis arrivé à la conclusion suivante : Le destin et l’avenir du peuple Afar n’est pas entre les mains d’un homme, de surcroit un dictateur, mais de Dieu et des principaux intéressés : les Afars.

Il faudra maintenant que nous entamions une large consultation nationale sur ce sujet. Pour cela, il faudra sonder la volonté du peuple Afar à soutenir ou non une déclaration unilatérale de l’indépendance du pays Afar. Ce noble projet doit être défendu et porté aussi bien devant les instances internationales comme l’ONU, que devant l’Union africaine et l’Union européenne. Les peuples noirs du sud-soudan y sont parvenus, la Somaliland s’est autoproclamée indépendante de la république de Somalie, l'Érythrée a accédé à son indépendance en 1990.

Aujourd'hui , nous sommes toujours maitres de notre volonté. Mais, la liberté d’opinion se réduit comme peau de chagrin à Djibouti. Il est encore temps de donner de notre voix, car demain sera trop tard.


Qafarey, imbida ! Gaatak mollaya, neh taysem cubbusa !
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


uguta
Membre

Inscrit le : 07/04/2010
Messages : 97
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 12h03
(Gifta ?) Yanna Culba,


Je partage à 100% le tableau que vous venez de dresser de la marginalisation de la communauté afar ; marginalisation qui remonte en réalité à l'aube de la colonisation française de Djibouti. Contestant à la nationalité afar le droit d'avoir son mot à dire dans le destin du Territoire, les Français ont modifié son nom (Danakil au lieu d'Afar), celui de la colonie (Cote des Somalis à la place de "Territoire d'Obock) et substitué aux "autochtones" de la colonie une population immigrée, en prétextant que les Afars et les Somalis Issas de Djibouti ne formaient pas une main d'œuvre docile.

Les autochtones issa n'ont jamais compris combien ils ont été abusé par la France, puis par la dictature clanique mise en place par Hassan Gouled et Ismail Omar Guelleh. Certains ne comprennent toujours pas que le discours insensé sur "Djibouti, république des Issa" constituait un piège dirigé à la fois contre les Afars et les Issa du pays.

A l'encontre de notre communauté, La dictature tribale (1977-2011) a usé exactement de la même méthode : immigration politique et doctrine tribale dont les termes, outre ceux que vous avez décrits, avaient besoin de l'adhésion des Somalis (et de nos de ses victimes) pour être validés.
Si vous observez bien, les Djiboutiens d'origine somali (Issa, Gadaboursi, Issak) ont été abusés d'une manière encore plus subtile et plus radicale que les Afars, sauf que certains d'entre eux recevaient à titre de compensation des avantages financiers.
En empêchant les Issa de Djibouti de devenir riches et éduqués, en les privant de jouir d'une aide internationale colossale, Hassan Gouled et IOG ont dupé tous les clans issa afin d'asseoir l'hégémonie de leur propre sous-clan.
En remplaçant progressivement les cadres issa du pays par des Issa d'origine somalienne et éthiopienne, IOG a anéanti la classe moyenne issa dont les plus éclairés risquaient tôt ou tard de lui disputer le pouvoir.

Aujourd'hui, la donne a changé. La communauté afar, la plus marginalisée du pays, a des alliés solides au sein de la communauté et de l'opposition somali. Nous savons que certains ne veulent pas la démocratie mais se mettre à la place du dictateur.
Il n'y a pas lieu de parler de sécession avant d'avoir épuisé tous les moyens politiques susceptibles d'assurer l'éviction pacifique d'un corps étranger, cette "tumeur maligne" qu'est Ismail Omar Guelleh et une poignée d'individus qu'on appelle improprement une "élite".
Allons-nous baisser les bras à cause de la prétention d'un homme pris de folie de grandeur ?
Allons-nous nous résigner à des solutions défaitistes parce qu'une poignée d'arrivistes afar indignes soutiennent un despote criminel ?
L'opposition afar a-t-elle réalisé, au moins une fois, un minimum de consensus sur une stratégie commune d'éviction de la dictature ? Non.
La communauté afar dans son ensemble désire s'affranchir de la dictature. IL faut tenir compte de ce désir collectif.
L'ethnie afar, sans connaître les démons de divisions tribales et claniques de ses frères somali - lesquels se querellent au nom des clans et sous-clans (Mamasan, Odahgob, Fourlaba, etc.) - n'est pas exempte de ses propres démons.
La solution que vous proposez, pour pertinente qu'elle soit après analyse du niveau de marginalisation de notre ethnie, ignore un fait : si notre pays se démocratise, non seulement la communauté afar va recouvrer ses droits, mais les Somalis de Djibouti vont prendre conscience du "fait national" et que l'édification d'un Etat-nation ne peut se faire au détriment de ses citoyens.

UGUTA-TOOSA
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 16h00
Cher Yanna-Culba,

Je partage tout ce que vous disiez sur la marginalisation politique social et économique des Afars et j’ajouterai qu’il y ait aussi une marginalisation de la culture Afar. Je dénonce de telles politiques de marginalisation, d’injustice et d’oppression mais je crois que c’est un problème djiboutien avant d’être un problème Afar. La revendication de et la lutte pour la Justice Sociale relève de notre responsabilité, de notre devoir en tant que citoyens d’une seule Nation.

Si vous observez bien la situation de l’ethnie Somali, et Je suis sure que vous l’avez déjà fait, vous constaterez bien qu’il existe aussi de victimes de ce système tyrannique. L’injustice touche toutes les ethnies de Djibouti et compromet la homogénéité et la cohésion sociale. Je n’ai en aucun cas à minimiser le danger existentiel que pose l’oppression et la tyrannie du régime pour les Afars particulièrement dans le Nord, mais je crois que nous devrons chercher une solution politique qui pourrait éradiquer les injustices sociales et nous permettrait de coexister dans une nation solidaire. Je suis d’avis que si un Issa ou Somali ne voit pas la marginalisation politique, sociale, économique et culturelle des Afars ce que notre société est corrompue moralement, et que nous avons besoin d’une autocritique.

Le problème de tribaliser ou d’ethniciser, si l’on peut dire, de la politique Djiboutienne date de longtemps. Ce n’est pas le seul produit de Gouled ou Guelleh. Vous en parliez déjà d’accord de fait et de consensus sur le partage symétrique de pouvoir entre Issa et Afar en excluant les autres. Des le début nous avons construit notre nation sur une fondation ethnique destructible. Gouled et Guelle se sont, seulement, servi de cette fondation ethnique et de l’ignorance de notre population pour promouvoir une narration ethnique de la période coloniale et d’Arif. Il serait, à mon avis, naïve de continuer sur la même idéologie fondatrice et s’attendre à des résultats différents. Nous avons besoin de détruire tout pour reconstruire sur des bases démocratiques garantissant la justice sociale pour toutes les ethnies (ou membres) de Djibouti.

Alors, quoi faire ? Pour moi nous sommes tous dans le même pétrin et nous avons le même ennemi : Injustice sociale et la tyrannie d’IOG et son régime tribal. Donc nous devons nous concerter en tant que Citoyen/nes Djiboutien/nes pour trouver une solution qui nous sortira du pétrin et nous permettrait de réaliser nos aspirations de vivre dans une société démocratique, morale et juste pour tous ces membres.

Vous parliez déjà d’une telle concertation, Dini/Daf, qui a accompli une réussite électorale. Je crois qu’on pourrait reproduire une telle concertation et réussite si on continue de conscientiser nos populations et si on déjoue le projet d’IOG de diaboliser le Nord et l’ethnie Afar et d’ethniciser le problème Djiboutien.

La lutte pour la justice sociale ne doit pas se focaliser sur l’organisation politique Afar, elle doit être mené par tou/tes les Djiboutien/nes. Vous dites déjà que la militarisation du conflit Djiboutien a eu des conséquences néfastes sur les populations Afar que « les choses sont allées de mal en pis.» sur tous les plans. Donc, ne serait-il pas sage d’éviter la population Afar d'en souffrir davantage les conséquences d'une guerre séparatiste? Ne serait-il pas possible de partager les conséquences néfastes d'un conflit?

Vous avez raison de conclure que « Le destin et l’avenir du peuple Afar n’est pas entre les mains d’un homme, de surcroit un dictateur, mais de Dieu et des principaux intéressés : les Afars. », cependant je vous assure, que beaucoup d’Issas se sentent aussi intéressés et veulent sincèrement trouver une solution durable. Le destin du peuple Afar est mon destin en tant que Citoyen Djiboutien, son Avenir est mien, sa satisfaction me bénéficie et son apport me fortifie. Parler d’ « une déclaration unilatérale de l’indépendance du pays Afar” à la Somaliland serait de promouvoir Une Nation Ethnie et d’inviter l’effusion de sangs ou génocide de la part du régime tribal. En plus, si Somaliland qui était déjà un Etat indépendant déclaré, même si pour une ou deux semaines, et qui est maintenant un Etat de Facto, n’arrive pas jusqu'à maintenant d’arracher cette reconnaissance internationale convoitée depuis plus de 18 ans, malgré la décomposition de l’Etat Somalien, il serait davantage difficile voire impossible d’imaginer qu'une Nation Afar sur le territoire de Djibouti serait valable et reconnue. Faut-il promettre à la population Afar, déjà au bord de désespoir par manque de matérialisation de leurs aspirations politiques, économiques et culturelles, de matérialiser une ambition encore plus difficile ?


Guessi
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


nassemeh
Membre

Inscrit le : 10/03/2011
Messages : 1
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 22h48
Guessi,
apres avoir lu tous vos ecrits ;rien ne m'etonne de vos dégouts , vers mes dégouts de personnes de vos apppreciations abjectes et non fondé,strictement fondé sur une pure hypocrisie ,nous avons l'obligation de revoir le bilan des nos mots.

Monsieur, ayait le courage de vous demontrer sans vous réferer cette chose

L'histoire de la RDD commence en 1975/01.Combien,avons nous depuis perdus de cerveau. IOG égale à la valeur nul contre zero.

nassemeh
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 11/03/2011 à 00h34
Cher Nassemi

Dégoûts strictement fondé sur une pure hypocrisie ?

Vers mes dégoûts de personnes de vos appréciations abjectes et non fondé ?

Nous avons l'obligation de revoir le bilan des nos mots ?

Quel courage de démonstration ?

Je crois qu’on a besoin d’un travail de déconstruction là-dessus ?

Je vous remercie

Guessi
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


Moxoxib
Membre

Inscrit le : 19/12/2010
Messages : 14
» Voir son profil
» Le contacter Date : 12/03/2011 à 06h43
Cher Guessi,
il convient d'abord de vous exprimer toute ma gratitude en abordant un sujet aussi interessant et piquant.
Les Afars n'ont qu'une seule solution pour sortir de cet asservissement et éviction politique et économique: LA SECESSION.
Si on comprend pas en tant que jeunes cette idéologie nous allons de perte en perte.
Notre vision de choses est la même. Notre conception de la secession doit être comme vous le prônez.
Pour ton information, ce dernier jours on remarque que des ARTICLES en forme de Tracts au nom d'un mouvement de la renaissance AFAR circule à djibouti ville qui prône la création d'un Etat Féderal Afar.
Cette idée commence à germer dans la tête des jeunes élites Afars. Et nous le soutenons. Nous n'avons pas d'autre solution. Avec le Président IOG qui veut nous détruire avec la complicité "des arrivistes afars" et qui compte anéantir notre identité, il est primordial de passer à la vitesse supérieure.
Nous avons accepté toutes les mauvaises mesures ET ce nous qui en sommes perdants. Nos régions sont les plus pauvres et plus désherités. Quitte à changer la situation qu'avec la Secession. Et les ISSAS n'auront une territoire de 3000KM2. Et nous 20000 km2. Donc IOG ne serait que le Maire d'une ville denommé Djibouti. Si les issas recoltent des fonds et des aides à l'internationale c'est grâce à notre territoire. Faisant pretexte qu'il existe un pays en paix, ils recoivent qu'ils detournent après. Et la corruption est courante et personne ne partage le gâteau avec nous. Et nous on meurt dans le Harilé( fosses sceptiques). quant serions des hommes capables de prendre notre destin en Main.Oh PARDIEU. Notre AVENIR est en enjeu. LA SECESSION à la SUD SOUDAN est* valable et doit être vu comme une Reference. La dignité doit être vu comme une grande chose. Un jour mr Guessi cette idée serait la seule solution pour briser cette République des ISSAS. Et merci de faire passer cette action à la norme supérieure.

AYSENNOO.
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 12/03/2011 à 10h26
Cher Moxoxib

Je dois vous remercier pour votre honnêteté et pour cette information des Tracts distribués et de ce mouvement de la renaissance. En toute honnêteté je savais rien sur ce sujet sensible puisque je suis en exile, mais j’ai déjà senti, par les sentiments exprimés des intervenants sur ce forum, cette tendance pour la Sécession.

Je partage entièrement tout ce que vous disiez sur la négation de l’identité Afar, sur le paupérisme qui touche la grande majorité des populations Afar, sur la chasse aux sorcières lancée contre les intellectuels Afar qui osent défendre leur identité menacée et le rejet de leurs revendications politiques, sociales et économiques de la part du régime ethnique et tribal. Tout ça est évident, pour ceux qui cherchent la Vérité, et ça demande notre action. Moi j’en doute plus.

Je reconnais aussi que ça relève de la dignité Afar de réclamer leur dignité perdue et concrétiser leurs aspirations culturelles identitaires et politiques. Mais aussi j’ai ma dignité et mon individualité brisées par le régime Guelleh et j’ai un grand sentiment de privation et d’étouffement. Je n’ai pas le droit d’élire la personne que je veux pour gérer mes fonds publics, pour décider pour moi. Je suis prive de liberté d’exp​ression, de liberté de mouvement, de liberté de se manifester pour mes droits civiques. Je risque de licenciement, de tortures, d’emprisonnement ou pire la perte de ma vie pour oser manifester ma colère. Alors nous avons la même ambition que est la réclamation de notre dignité perdue.

Si Guelleh s’obstine dans sa politique de négation de la culture et l’identité Afar, sa politique d’appauvrissement de régions Afars, et si il continue à refuser le peuple Djiboutien sa dignité de vivre comme il choisit, donc nous n’avons tous qu’une seule choix : réclamer notre identité nationale et notre dignité perdues quelque soit le prix payé. Alors pour moi nous avons le même objectif qui est de regagner notre identité et dignité perdue. Cet un objectif que toutes les composantes et couches nationales s’efforce d’achever.

Aujourd’hui les nouvelles générations Djiboutiennes sont plus conscientes du danger que le régime ethnique et tribal pose pour notre identité nationale. Elles sont conscientes du danger d’exclure une composante nationale aussi importante que Les Afars d’une représentation politique réelle. Par conséquent, il y a une vraie volonté de sauver notre identité et notre unité nationale par la reconnaissance de l’injustice, de la discrimination et de la marginalisation de l’identité politique Afar, comme il y a aussi une vrai volonté de se concerter pour pouvoir arriver à une solution juste pour tous nos maux sociaux, économiques, politiques et identitaire. La répulsion envers le régime ethnique fondé sur la division est évidente. C’est ce que a fait remarquer Uguta-Toosa en disant que « Aujourd'hui, la donne a changé. La communauté afar, la plus marginalisée du pays, a des alliés solides au sein de la communauté et de l'opposition somali. »

Vous dites que la Sécession « a commence à germer dans la tête des jeunes élites Afars. » Je me demande ce que la population Afar pense de cette idée de Session concoctée par ces ‘Jeunes élites Afars » comme vous dites. Il est clair que Uguta ne partage pas cette idée de Sécession et préconise à la place une concertation et une demande de démocratisation réelle qui délivrerait tous/toutes les Djiboutien/nes et nous donnerait la chance de reconstruire notre nation sur des bases solides qui respecte les particularités ethniques ou autres.

Pour cela nous devrons concerter nos efforts et mobiliser nos moyens pour lutter contre le régime de Guelleh.

Frère Moxoxib, Je vous assure que je ne veut pas parler en nom des Afars parce que, malgré mon sincère sentiment et sympathie pour la cause Afar et malgré ma prise de conscience de l’injustice, de discrimination et de la marginalisation de l’identité Afar, malgré mon respect et amour pour la culture Afar et malgré ma reconnaissance de votre frustration, je n’arriverai jamais à en sentir comme vous. Ce que sentent les Afars peut seulement être expliqué par eux même, ce qu’ils veulent ne peut être exprimé par moi ou par une autre composante. Ca c’est votre particularité que nous, moi et autres composantes nationales, devrons respecter.

Néanmoins, et ce n’est pas de l’hypocrisie, J’aimerais aussi vous faire part de ma frustration et de ma volonté de lutter à cote mon frère/sœur ou Concitoyen Afar pour éradiquer cette injustice sociale et réclamer notre dignité individuelle et collective.


Guessi

Message modifié le 12/03/2011 à 10h28 par guessi
en haut - en bas

0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   trainer Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
123
Inscrit :
15-juillet 10

Posté 13 mars 2011 - 08:05

Voir le messagelawliateh, le 13 mars 2011 - 03:36 , dit :

Bonjour,

Nous assistons aujourd'hui à un tournant de l'histoire en république de Djibouti. Colonisée en 1862, indépendante en 1977, la république de Djibouti n'a jamais connu un processus réel de démocratisation, vœu pieux des acteurs fondateurs de Djibouti : Dini, Gouled, Sheiko, Ismael Ali, Aref, etc.

Depuis 1977, la cohabitation Somali-Afar est mise à mal par une ségrégation économique et politique contre la seule communauté afare qui, pourtant occupe le 2/3 du territoire national, soit 87 % du pays. Depuis l'indépendance, aucun candidat djiboutien d'origine "afare" n'a participé à une quelconque élection présidentielle. Qu'est-ce que cela traduit-elle ?

Il existerait un accord de fait passé entre les deux groupes majoritaires du pays, les Afars et les Issas, sur le partage du pouvoir politique. Cet accord "consensuel" stipulerait que la présidence de la république serait occupée exclusivement par un Issa, et la primature par un Afar. Mais, cet accord n'est paraphé dans aucun document officiel, ni dans la Constitution de 1994.
On peut supposer qu'un tel accord ait été consenti entre les deux ténors politiques de la LPAI : Dini et Gouled. Cependant, une telle théorie est écartée pusique Dini (GG) a démissionné du gouvernement Gouled à peine 6 mois après sa nomination comme premier ministre.

Quid de la situation actuelle !
Les Afars sont les perdants de l’accession du pays à l’indépendance. C’est une réalité !

Absents dans la haute sphère de l’administration, de l’armée, de la Gendarmerie, de la Police nationale, de l’éducation nationale et de la sphère économique, la communauté afare ne sait plus vers quel saint se tourner. Pour marquer son mécontentement, elle s’est rebellée contre une dictature qui l’a marginalisée de la société djiboutienne. Ce qui a provoqué une crise économique sans précédent. Mais, depuis, les choses sont allées de mal en pis. Comme pour se venger et punir la communauté afare, l’actuel président de la république IOG, artisan de la reddition du Frud-armé de Dini, n’a cessé d’affaiblir la communauté afare, et sur le plan politique, et sur le plan économique.

La victoire aux élections législatives de 2003 menée par une main experte de Dini (GG) et de l’actuel président du Mrd, Daf, a été confisquée par le dictateur IOG. Depuis, le chef de l’état est le seul candidat en lice à toutes les élections présidentielles et législatives. Ce qui lui vaut d’être qualifié par la presse internationale de l’envieux titre de « Monsieur 100% ».

Face à cet état des choses, l’opposition muselée à l’intérieur du pays semble impuissante. Les boycotts des élections ne semblent pas non plus contrarier le dictateur qui n’hésite pas à payer des candidats comme l’ancien président de la CENI pour lui donner la réplique pendant la compagne politique du 8 avril 2011. L’aspiration du peuple djiboutien à la démocratie, traduite par la révolution Khamsine du vendredi 18 février 2011 ne semble pas non plus dissuader le président à vie IOG à briguer un troisième mandat présidentiel.

Alors, si la rue, les urnes, les armes ne peuvent influer sur la décision du dictateur d’abandonner le pouvoir, que reste-t-il à faire pour la communauté afare ?
J’en suis arrivé à la conclusion suivante : Le destin et l’avenir du peuple Afar n’est pas entre les mains d’un homme, de surcroit un dictateur, mais de Dieu et des principaux intéressés : les Afars.

Il faudra maintenant que nous entamions une large consultation nationale sur ce sujet. Pour cela, il faudra sonder la volonté du peuple Afar à soutenir ou non une déclaration unilatérale de l’indépendance du pays Afar. Ce noble projet doit être défendu et porté aussi bien devant les instances internationales comme l’ONU, que devant l’Union africaine et l’Union européenne. Les peuples noirs du sud-soudan y sont parvenus, la Somaliland s’est autoproclamée indépendante de la république de Somalie, l'Érythrée a accédé à son indépendance en 1990.

Aujourd'hui , nous sommes toujours maitres de notre volonté. Mais, la liberté d’opinion se réduit comme peau de chagrin à Djibouti. Il est encore temps de donner de notre voix, car demain sera trop tard.


Qafarey, imbida ! Gaatak mollaya, neh taysem cubbusa !
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


uguta
Membre

Inscrit le : 07/04/2010
Messages : 97
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 12h03
(Gifta ?) Yanna Culba,


Je partage à 100% le tableau que vous venez de dresser de la marginalisation de la communauté afar ; marginalisation qui remonte en réalité à l'aube de la colonisation française de Djibouti. Contestant à la nationalité afar le droit d'avoir son mot à dire dans le destin du Territoire, les Français ont modifié son nom (Danakil au lieu d'Afar), celui de la colonie (Cote des Somalis à la place de "Territoire d'Obock) et substitué aux "autochtones" de la colonie une population immigrée, en prétextant que les Afars et les Somalis Issas de Djibouti ne formaient pas une main d'œuvre docile.

Les autochtones issa n'ont jamais compris combien ils ont été abusé par la France, puis par la dictature clanique mise en place par Hassan Gouled et Ismail Omar Guelleh. Certains ne comprennent toujours pas que le discours insensé sur "Djibouti, république des Issa" constituait un piège dirigé à la fois contre les Afars et les Issa du pays.

A l'encontre de notre communauté, La dictature tribale (1977-2011) a usé exactement de la même méthode : immigration politique et doctrine tribale dont les termes, outre ceux que vous avez décrits, avaient besoin de l'adhésion des Somalis (et de nos de ses victimes) pour être validés.
Si vous observez bien, les Djiboutiens d'origine somali (Issa, Gadaboursi, Issak) ont été abusés d'une manière encore plus subtile et plus radicale que les Afars, sauf que certains d'entre eux recevaient à titre de compensation des avantages financiers.
En empêchant les Issa de Djibouti de devenir riches et éduqués, en les privant de jouir d'une aide internationale colossale, Hassan Gouled et IOG ont dupé tous les clans issa afin d'asseoir l'hégémonie de leur propre sous-clan.
En remplaçant progressivement les cadres issa du pays par des Issa d'origine somalienne et éthiopienne, IOG a anéanti la classe moyenne issa dont les plus éclairés risquaient tôt ou tard de lui disputer le pouvoir.

Aujourd'hui, la donne a changé. La communauté afar, la plus marginalisée du pays, a des alliés solides au sein de la communauté et de l'opposition somali. Nous savons que certains ne veulent pas la démocratie mais se mettre à la place du dictateur.
Il n'y a pas lieu de parler de sécession avant d'avoir épuisé tous les moyens politiques susceptibles d'assurer l'éviction pacifique d'un corps étranger, cette "tumeur maligne" qu'est Ismail Omar Guelleh et une poignée d'individus qu'on appelle improprement une "élite".
Allons-nous baisser les bras à cause de la prétention d'un homme pris de folie de grandeur ?
Allons-nous nous résigner à des solutions défaitistes parce qu'une poignée d'arrivistes afar indignes soutiennent un despote criminel ?
L'opposition afar a-t-elle réalisé, au moins une fois, un minimum de consensus sur une stratégie commune d'éviction de la dictature ? Non.
La communauté afar dans son ensemble désire s'affranchir de la dictature. IL faut tenir compte de ce désir collectif.
L'ethnie afar, sans connaître les démons de divisions tribales et claniques de ses frères somali - lesquels se querellent au nom des clans et sous-clans (Mamasan, Odahgob, Fourlaba, etc.) - n'est pas exempte de ses propres démons.
La solution que vous proposez, pour pertinente qu'elle soit après analyse du niveau de marginalisation de notre ethnie, ignore un fait : si notre pays se démocratise, non seulement la communauté afar va recouvrer ses droits, mais les Somalis de Djibouti vont prendre conscience du "fait national" et que l'édification d'un Etat-nation ne peut se faire au détriment de ses citoyens.

UGUTA-TOOSA
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 16h00
Cher Yanna-Culba,

Je partage tout ce que vous disiez sur la marginalisation politique social et économique des Afars et j’ajouterai qu’il y ait aussi une marginalisation de la culture Afar. Je dénonce de telles politiques de marginalisation, d’injustice et d’oppression mais je crois que c’est un problème djiboutien avant d’être un problème Afar. La revendication de et la lutte pour la Justice Sociale relève de notre responsabilité, de notre devoir en tant que citoyens d’une seule Nation.

Si vous observez bien la situation de l’ethnie Somali, et Je suis sure que vous l’avez déjà fait, vous constaterez bien qu’il existe aussi de victimes de ce système tyrannique. L’injustice touche toutes les ethnies de Djibouti et compromet la homogénéité et la cohésion sociale. Je n’ai en aucun cas à minimiser le danger existentiel que pose l’oppression et la tyrannie du régime pour les Afars particulièrement dans le Nord, mais je crois que nous devrons chercher une solution politique qui pourrait éradiquer les injustices sociales et nous permettrait de coexister dans une nation solidaire. Je suis d’avis que si un Issa ou Somali ne voit pas la marginalisation politique, sociale, économique et culturelle des Afars ce que notre société est corrompue moralement, et que nous avons besoin d’une autocritique.

Le problème de tribaliser ou d’ethniciser, si l’on peut dire, de la politique Djiboutienne date de longtemps. Ce n’est pas le seul produit de Gouled ou Guelleh. Vous en parliez déjà d’accord de fait et de consensus sur le partage symétrique de pouvoir entre Issa et Afar en excluant les autres. Des le début nous avons construit notre nation sur une fondation ethnique destructible. Gouled et Guelle se sont, seulement, servi de cette fondation ethnique et de l’ignorance de notre population pour promouvoir une narration ethnique de la période coloniale et d’Arif. Il serait, à mon avis, naïve de continuer sur la même idéologie fondatrice et s’attendre à des résultats différents. Nous avons besoin de détruire tout pour reconstruire sur des bases démocratiques garantissant la justice sociale pour toutes les ethnies (ou membres) de Djibouti.

Alors, quoi faire ? Pour moi nous sommes tous dans le même pétrin et nous avons le même ennemi : Injustice sociale et la tyrannie d’IOG et son régime tribal. Donc nous devons nous concerter en tant que Citoyen/nes Djiboutien/nes pour trouver une solution qui nous sortira du pétrin et nous permettrait de réaliser nos aspirations de vivre dans une société démocratique, morale et juste pour tous ces membres.

Vous parliez déjà d’une telle concertation, Dini/Daf, qui a accompli une réussite électorale. Je crois qu’on pourrait reproduire une telle concertation et réussite si on continue de conscientiser nos populations et si on déjoue le projet d’IOG de diaboliser le Nord et l’ethnie Afar et d’ethniciser le problème Djiboutien.

La lutte pour la justice sociale ne doit pas se focaliser sur l’organisation politique Afar, elle doit être mené par tou/tes les Djiboutien/nes. Vous dites déjà que la militarisation du conflit Djiboutien a eu des conséquences néfastes sur les populations Afar que « les choses sont allées de mal en pis.» sur tous les plans. Donc, ne serait-il pas sage d’éviter la population Afar d'en souffrir davantage les conséquences d'une guerre séparatiste? Ne serait-il pas possible de partager les conséquences néfastes d'un conflit?

Vous avez raison de conclure que « Le destin et l’avenir du peuple Afar n’est pas entre les mains d’un homme, de surcroit un dictateur, mais de Dieu et des principaux intéressés : les Afars. », cependant je vous assure, que beaucoup d’Issas se sentent aussi intéressés et veulent sincèrement trouver une solution durable. Le destin du peuple Afar est mon destin en tant que Citoyen Djiboutien, son Avenir est mien, sa satisfaction me bénéficie et son apport me fortifie. Parler d’ « une déclaration unilatérale de l’indépendance du pays Afar” à la Somaliland serait de promouvoir Une Nation Ethnie et d’inviter l’effusion de sangs ou génocide de la part du régime tribal. En plus, si Somaliland qui était déjà un Etat indépendant déclaré, même si pour une ou deux semaines, et qui est maintenant un Etat de Facto, n’arrive pas jusqu'à maintenant d’arracher cette reconnaissance internationale convoitée depuis plus de 18 ans, malgré la décomposition de l’Etat Somalien, il serait davantage difficile voire impossible d’imaginer qu'une Nation Afar sur le territoire de Djibouti serait valable et reconnue. Faut-il promettre à la population Afar, déjà au bord de désespoir par manque de matérialisation de leurs aspirations politiques, économiques et culturelles, de matérialiser une ambition encore plus difficile ?


Guessi
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


nassemeh
Membre

Inscrit le : 10/03/2011
Messages : 1
» Voir son profil
» Le contacter Date : 10/03/2011 à 22h48
Guessi,
apres avoir lu tous vos ecrits ;rien ne m'etonne de vos dégouts , vers mes dégouts de personnes de vos apppreciations abjectes et non fondé,strictement fondé sur une pure hypocrisie ,nous avons l'obligation de revoir le bilan des nos mots.

Monsieur, ayait le courage de vous demontrer sans vous réferer cette chose

L'histoire de la RDD commence en 1975/01.Combien,avons nous depuis perdus de cerveau. IOG égale à la valeur nul contre zero.

nassemeh
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 11/03/2011 à 00h34
Cher Nassemi

Dégoûts strictement fondé sur une pure hypocrisie ?

Vers mes dégoûts de personnes de vos appréciations abjectes et non fondé ?

Nous avons l'obligation de revoir le bilan des nos mots ?

Quel courage de démonstration ?

Je crois qu’on a besoin d’un travail de déconstruction là-dessus ?

Je vous remercie

Guessi
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


Moxoxib
Membre

Inscrit le : 19/12/2010
Messages : 14
» Voir son profil
» Le contacter Date : 12/03/2011 à 06h43
Cher Guessi,
il convient d'abord de vous exprimer toute ma gratitude en abordant un sujet aussi interessant et piquant.
Les Afars n'ont qu'une seule solution pour sortir de cet asservissement et éviction politique et économique: LA SECESSION.
Si on comprend pas en tant que jeunes cette idéologie nous allons de perte en perte.
Notre vision de choses est la même. Notre conception de la secession doit être comme vous le prônez.
Pour ton information, ce dernier jours on remarque que des ARTICLES en forme de Tracts au nom d'un mouvement de la renaissance AFAR circule à djibouti ville qui prône la création d'un Etat Féderal Afar.
Cette idée commence à germer dans la tête des jeunes élites Afars. Et nous le soutenons. Nous n'avons pas d'autre solution. Avec le Président IOG qui veut nous détruire avec la complicité "des arrivistes afars" et qui compte anéantir notre identité, il est primordial de passer à la vitesse supérieure.
Nous avons accepté toutes les mauvaises mesures ET ce nous qui en sommes perdants. Nos régions sont les plus pauvres et plus désherités. Quitte à changer la situation qu'avec la Secession. Et les ISSAS n'auront une territoire de 3000KM2. Et nous 20000 km2. Donc IOG ne serait que le Maire d'une ville denommé Djibouti. Si les issas recoltent des fonds et des aides à l'internationale c'est grâce à notre territoire. Faisant pretexte qu'il existe un pays en paix, ils recoivent qu'ils detournent après. Et la corruption est courante et personne ne partage le gâteau avec nous. Et nous on meurt dans le Harilé( fosses sceptiques). quant serions des hommes capables de prendre notre destin en Main.Oh PARDIEU. Notre AVENIR est en enjeu. LA SECESSION à la SUD SOUDAN est* valable et doit être vu comme une Reference. La dignité doit être vu comme une grande chose. Un jour mr Guessi cette idée serait la seule solution pour briser cette République des ISSAS. Et merci de faire passer cette action à la norme supérieure.

AYSENNOO.
en haut - en bas Actions : répondre - signaler


guessi
Membre

Inscrit le : 15/12/2010
Messages : 32
» Voir son profil
» Le contacter Date : 12/03/2011 à 10h26
Cher Moxoxib

Je dois vous remercier pour votre honnêteté et pour cette information des Tracts distribués et de ce mouvement de la renaissance. En toute honnêteté je savais rien sur ce sujet sensible puisque je suis en exile, mais j’ai déjà senti, par les sentiments exprimés des intervenants sur ce forum, cette tendance pour la Sécession.

Je partage entièrement tout ce que vous disiez sur la négation de l’identité Afar, sur le paupérisme qui touche la grande majorité des populations Afar, sur la chasse aux sorcières lancée contre les intellectuels Afar qui osent défendre leur identité menacée et le rejet de leurs revendications politiques, sociales et économiques de la part du régime ethnique et tribal. Tout ça est évident, pour ceux qui cherchent la Vérité, et ça demande notre action. Moi j’en doute plus.

Je reconnais aussi que ça relève de la dignité Afar de réclamer leur dignité perdue et concrétiser leurs aspirations culturelles identitaires et politiques. Mais aussi j’ai ma dignité et mon individualité brisées par le régime Guelleh et j’ai un grand sentiment de privation et d’étouffement. Je n’ai pas le droit d’élire la personne que je veux pour gérer mes fonds publics, pour décider pour moi. Je suis prive de liberté d’exp​ression, de liberté de mouvement, de liberté de se manifester pour mes droits civiques. Je risque de licenciement, de tortures, d’emprisonnement ou pire la perte de ma vie pour oser manifester ma colère. Alors nous avons la même ambition que est la réclamation de notre dignité perdue.

Si Guelleh s’obstine dans sa politique de négation de la culture et l’identité Afar, sa politique d’appauvrissement de régions Afars, et si il continue à refuser le peuple Djiboutien sa dignité de vivre comme il choisit, donc nous n’avons tous qu’une seule choix : réclamer notre identité nationale et notre dignité perdues quelque soit le prix payé. Alors pour moi nous avons le même objectif qui est de regagner notre identité et dignité perdue. Cet un objectif que toutes les composantes et couches nationales s’efforce d’achever.

Aujourd’hui les nouvelles générations Djiboutiennes sont plus conscientes du danger que le régime ethnique et tribal pose pour notre identité nationale. Elles sont conscientes du danger d’exclure une composante nationale aussi importante que Les Afars d’une représentation politique réelle. Par conséquent, il y a une vraie volonté de sauver notre identité et notre unité nationale par la reconnaissance de l’injustice, de la discrimination et de la marginalisation de l’identité politique Afar, comme il y a aussi une vrai volonté de se concerter pour pouvoir arriver à une solution juste pour tous nos maux sociaux, économiques, politiques et identitaire. La répulsion envers le régime ethnique fondé sur la division est évidente. C’est ce que a fait remarquer Uguta-Toosa en disant que « Aujourd'hui, la donne a changé. La communauté afar, la plus marginalisée du pays, a des alliés solides au sein de la communauté et de l'opposition somali. »

Vous dites que la Sécession « a commence à germer dans la tête des jeunes élites Afars. » Je me demande ce que la population Afar pense de cette idée de Session concoctée par ces ‘Jeunes élites Afars » comme vous dites. Il est clair que Uguta ne partage pas cette idée de Sécession et préconise à la place une concertation et une demande de démocratisation réelle qui délivrerait tous/toutes les Djiboutien/nes et nous donnerait la chance de reconstruire notre nation sur des bases solides qui respecte les particularités ethniques ou autres.

Pour cela nous devrons concerter nos efforts et mobiliser nos moyens pour lutter contre le régime de Guelleh.

Frère Moxoxib, Je vous assure que je ne veut pas parler en nom des Afars parce que, malgré mon sincère sentiment et sympathie pour la cause Afar et malgré ma prise de conscience de l’injustice, de discrimination et de la marginalisation de l’identité Afar, malgré mon respect et amour pour la culture Afar et malgré ma reconnaissance de votre frustration, je n’arriverai jamais à en sentir comme vous. Ce que sentent les Afars peut seulement être expliqué par eux même, ce qu’ils veulent ne peut être exprimé par moi ou par une autre composante. Ca c’est votre particularité que nous, moi et autres composantes nationales, devrons respecter.

Néanmoins, et ce n’est pas de l’hypocrisie, J’aimerais aussi vous faire part de ma frustration et de ma volonté de lutter à cote mon frère/sœur ou Concitoyen Afar pour éradiquer cette injustice sociale et réclamer notre dignité individuelle et collective.


Guessi

Message modifié le 12/03/2011 à 10h28 par guessi
en haut - en bas

D accord les djiboutiens ne se rendent pas souvent sur arthoba,(forum afar) mais ke voulez vous avec la sensure k il ya, pas moyens d exprimer son poiint de vue.
pour ce ki es du sujet je l ai deja lit et je trouve Ali Coubba plus raisonable ke l auteur a sensation.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Mirgan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
668
Inscrit :
17-janvier 09

Posté 13 mars 2011 - 10:36

Merci Lawliateh,

Ce sujet brulant a le mérite de poser la question de la volonté de sécession du pays Afar sur la place publique. J'espère que la question "afare" sera au cœur de la compagne d'avril 2011.

Les Issas et IOG sont prévenus. IOG a le choix d'être le maire de la ville de Djibouti comme l'a souligné à juste titre un intervenant, soit le président de la république de Djibouti. Si les Afars demandent l'autodétermination, c'est fini de l'existence de Djibouti et je suis sûr et certain que les Issas et les autres somalis ne se supporteront même pas une seule journée.
Il faut savoir une vérité indéniable et universelle : sans les Afars Djibouti n'existe pas, mais les Afars peuvent créer leur propre état sans Djibouti !

Dans une telle configuration, les perdants seront les Issas alors que dans la configuration actuelle, née de la gestion catastrophique de l'indépendance par l'élite politique afare de l'époque, les perdants sont les Afars.

Alors, les Afars ne sont pas dupes et ne continueront pas supporter indéfiniment cette ségrégation économique et politique qui dure depuis 34 ans.

Alors, de deux choses l'une : Soit les Issas acceptent le partage du pouvoir entre les différentes communautés djiboutiennes et tout le monde y gagne, soit chacun contrôle son propre territoire.

Enfin, comme l'a bien souligné Moxoxib, les dirigeants corrompus Issas détournent l'argent du pays (recettes publiques, privées) sur le dos des Afars car la rente des loyers que nous versent les puissances en place en contrepartie de la location du territoire est détournée par IOG. Sans ce territoire Afar (87% du pays), il n'y a pas des loyers à payer.

En attendant, espérant et prions que l'unité du pays soit préservée !
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   rigolomanie Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
203
Inscrit :
20-avril 10

Posté 14 mars 2011 - 12:58

Voir le messageMirgan, le 13 mars 2011 - 10:36 , dit :

Merci Lawliateh,

Ce sujet brulant a le mérite de poser la question de la volonté de sécession du pays Afar sur la place publique. J'espère que la question "afare" sera au cœur de la compagne d'avril 2011.

Les Issas et IOG sont prévenus. IOG a le choix d'être le maire de la ville de Djibouti comme l'a souligné à juste titre un intervenant, soit le président de la république de Djibouti. Si les Afars demandent l'autodétermination, c'est fini de l'existence de Djibouti et je suis sûr et certain que les Issas et les autres somalis ne se supporteront même pas une seule journée.
Il faut savoir une vérité indéniable et universelle : sans les Afars Djibouti n'existe pas, mais les Afars peuvent créer leur propre état sans Djibouti !

Dans une telle configuration, les perdants seront les Issas alors que dans la configuration actuelle, née de la gestion catastrophique de l'indépendance par l'élite politique afare de l'époque, les perdants sont les Afars.

Alors, les Afars ne sont pas dupes et ne continueront pas supporter indéfiniment cette ségrégation économique et politique qui dure depuis 34 ans.

Alors, de deux choses l'une : Soit les Issas acceptent le partage du pouvoir entre les différentes communautés djiboutiennes et tout le monde y gagne, soit chacun contrôle son propre territoire.

Enfin, comme l'a bien souligné Moxoxib, les dirigeants corrompus Issas détournent l'argent du pays (recettes publiques, privées) sur le dos des Afars car la rente des loyers que nous versent les puissances en place en contrepartie de la location du territoire est détournée par IOG. Sans ce territoire Afar (87% du pays), il n'y a pas des loyers à payer.

En attendant, espérant et prions que l'unité du pays soit préservée !

Franchement tenir se genre de discours est honteux et dépourvue de toute moralité.Les issa bouc émissaire de la dictateur.Après avoir tenue des propos pour la démocratie te voila retomber dans l'extrémisme de la stigmatisation.
Qui plus ait le triangle Afar s'étend sur 3 pays et non seulement sur Djibouti.Alors mon amie sécessionniste ardent admirateur d'une guerre civile modère tes propos.
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   celio000 Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
224
Inscrit :
12-février 10

Posté 14 mars 2011 - 01:42

Voir le messageMirgan, le 13 mars 2011 - 10:36 , dit :

Merci Lawliateh,

Ce sujet brulant a le mérite de poser la question de la volonté de sécession du pays Afar sur la place publique. J'espère que la question "afare" sera au cœur de la compagne d'avril 2011.

Les Issas et IOG sont prévenus. IOG a le choix d'être le maire de la ville de Djibouti comme l'a souligné à juste titre un intervenant, soit le président de la république de Djibouti. Si les Afars demandent l'autodétermination, c'est fini de l'existence de Djibouti et je suis sûr et certain que les Issas et les autres somalis ne se supporteront même pas une seule journée.
Il faut savoir une vérité indéniable et universelle : sans les Afars Djibouti n'existe pas, mais les Afars peuvent créer leur propre état sans Djibouti !

Dans une telle configuration, les perdants seront les Issas alors que dans la configuration actuelle, née de la gestion catastrophique de l'indépendance par l'élite politique afare de l'époque, les perdants sont les Afars.

Alors, les Afars ne sont pas dupes et ne continueront pas supporter indéfiniment cette ségrégation économique et politique qui dure depuis 34 ans.

Alors, de deux choses l'une : Soit les Issas acceptent le partage du pouvoir entre les différentes communautés djiboutiennes et tout le monde y gagne, soit chacun contrôle son propre territoire.

Enfin, comme l'a bien souligné Moxoxib, les dirigeants corrompus Issas détournent l'argent du pays (recettes publiques, privées) sur le dos des Afars car la rente des loyers que nous versent les puissances en place en contrepartie de la location du territoire est détournée par IOG. Sans ce territoire Afar (87% du pays), il n'y a pas des loyers à payer.

En attendant, espérant et prions que l'unité du pays soit préservée !





et voila mr qui donnait des leçons de patriotismes a arreh et a d autre djibnautes des qu'ils parlents de la souffrance des issas dans ce forum
et des qu'un fou nous sort ce fameux sujet "afar" tu perd tout tes moyens ,ca ce voit que tu as quitte ya longtemps djibouti ,aujourdui les issas qui sont dans les jails de djibouti depassent les 1000 ,ce soir meme devant moi un rafle digne de la cijordanie se passait devant mes yeux a Q6 les meres pleuraient devant l horreur ,aujourd'hui c'est le peuple issa qui affronte IOG et certainement ça ne s arretera pas meme apres les elections parce que vraiment à djibouti les elections ne sont meme pas un sujet de discussions
voila que tu nous parle de scission du pays afar et que kkkkkkkkk les issas seraient perdants ? en quoi ?
votre territoire est tributaire d un grand fleuve qui nous fait boire ? vous enfermez des puits de petrole d or d uranium et j en passe ?? c'est normal que ali cubba refute cette idee parce que il sait que ça peut meme pas froisser un issa parce que comme tu le dit c est pas leur pays et que cet qu'on appelle republique de djibouti je l ai deja dit ici c est n est qu 'un enclot que les français apres avoir fait chier la terre entiere se reposent et montent des ethiopienne
le premier a signer une separation d un pays afar ou d autres mutants ça serait moi parce que on perdrait pas 5 FDJ au contraire ceux qui mourrait de soif c est pas les miens
nous sommes dans une ere d urbanisation et des grandes cité etat et non l epoque des etendue des territoire; singapour a si bien reussi avec 600 Km2 alors votre bout de basalte volcanique vous pouvez le reprendre parce que il ne contribuent a rien et la republique de djibouti et son drapeau survivront parce qu'il sont tous les deux eriger dans la terre de nos ancetres !!
pour finir sache que de toute façon dans l histoire de ce territoire devenu pays tous les changements sont du au soulevement des issas et jamais à des buveurs de DOMO et des consanguins

Ce message a été modifié par celio000 - 14 mars 2011 - 01:51 .

0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   bibi Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
12
Inscrit :
06-février 11

Posté 14 mars 2011 - 02:37

celio , je vois que tu as la haine pour les AFARS . Je te rapelle que les AFARS possedent plus de 8o% du territoire . C est grace" aux buveurs de doma" quand on avait obtenu l'indepandance .
Tu n es qu un sale tribaliste celio .Rien ne pourra arreter la revolution , ton maitre sera delogé et pendu à la place RIMBAUD .
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Mirgan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
668
Inscrit :
17-janvier 09

Posté 14 mars 2011 - 04:10

Voir le messagerigolomanie, le 14 March 2011 - 12:58 AM, dit :

Franchement tenir se genre de discours est honteux et dépourvue de toute moralité.Les issa bouc émissaire de la dictateur.Après avoir tenue des propos pour la démocratie te voila retomber dans l'extrémisme de la stigmatisation.
Qui plus ait le triangle Afar s'étend sur 3 pays et non seulement sur Djibouti. Alors mon amie sécessionniste ardent admirateur d'une guerre civile modère tes propos.


Absolument pas un discours haineux cher ami. Je n'appelle pas aux massacres des Issas, mais à une éventuelle sécession du pays Afar si le statu quo perdure. Cette solution s'imposera d'elle-même si les choses ne changent pas. Et en quoi cela fait-elle de moi un anti-démocrate ? Au contraire, c'est l'exp​ression de la démocratie dans son état le plus pur que d'avoir une opinion et surtout la liberté de l'exprimer.

Je vois que ce sujet ne plait pas aux extrémistes Issas comme l'autre taré qui donne du nom de Célio. Ça fait 5 mois qu'on l'a pas vu trainer ses pieds ici qu'il n'a pas pu se retenir pour déverser son immondice à la vue de ce sujet. Célio, attend que le divorce entre les Afars et les Issas soit consommé parce que pour le moment on est dans le même bateau.

C'était le but recherché de l'auteur de cet article et cela marche. Tant mieux parce qu'il n'est pas le seul afar dans lequel germe l'idée de la sécession du pays Afar.
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   waakan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
899
Inscrit :
28-avril 09

Posté 14 mars 2011 - 04:17

Apres putiland, somaliland, erytre ou sud-soudan peut ete ns verros Afarland...
C' vraiment un sujet important et qui merrite d en debatre avec prudence et intelligence surtout en ce periode ou il faut plus que jamais une unite.
Perso je dirai que chaque personn ou communaute a le droit de dire son opinion et chercher son interet si jamais il n y a plus d interet commun.
salamatay
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Mirgan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
668
Inscrit :
17-janvier 09

Posté 14 mars 2011 - 04:49

Voir le messagewaakan, le 14 March 2011 - 04:17 AM, dit :

Apres putiland, somaliland, erytre ou sud-soudan peut ete ns verros Afarland...
C' vraiment un sujet important et qui merrite d en debatre avec prudence et intelligence surtout en ce periode ou il faut plus que jamais une unite.
Perso je dirai que chaque personn ou communaute a le droit de dire son opinion et chercher son interet si jamais il n y a plus d interet commun.
salamatay


Voilà qui est bien dit frère Waakan ! Tu as tout résumé. La preuve que les extrémistes Issas tiennent à rester dans la configuration actuelle du pays Afar, ce qu'il suffit juste qu'un Afar leur dise une vérité comme celle-ci qu'ils perdent tout contrôle.
Pourquoi ? Parfce qu'ils savent pertinemment que sans le pays Afar, il n'y a pas de Djibouti.

Voilà une vérité qui n'est pas bonne à dire et à entendre mais contre l'évidence nul n'est tenu.

Et si ça te chante Célio, on te laissera Dileyta comme l'adjoint au maire IOG de la mairie de Djbouti-ville ! B)


Je te salue !
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   celio000 Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
224
Inscrit :
12-février 10

Posté 14 mars 2011 - 04:58

Voir le messageMirgan, le 14 mars 2011 - 04:49 , dit :

Voilà qui est bien dit frère Waakan ! Tu as tout résumé. La preuve que les extrémistes Issas tiennent à rester dans la configuration actuelle du pays Afar, ce qu'il suffit juste qu'un Afar leur dise une vérité comme celle-ci qu'ils perdent tout contrôle.
Pourquoi ? Parfce qu'ils savent pertinemment que sans le pays Afar, il n'y a pas de Djibouti.

Voilà une vérité qui n'est pas bonne à dire et à entendre mais contre l'évidence nul n'est tenu.

Et si ça te chante Célio, on te laissera Dileyta comme l'adjoint au maire IOG de la mairie de Djbouti-ville ! B)


Je te salue !


kkkkk bouuuuu tu crois que je suis contre la scission afar de la republique moi? :lol:
c est que tu m as mal suivi depuis le debut j etait des premiers qui appellais à ce que les djibouti reinventent un federalisme a leur mesure en deux regions bien distinte depuis notre premiere conversation et si ça marche pas voire le divorce pourquoi pas
la region afar ne recelle d aucune RICHESSES pour nous alors vous pouvez partiiiiiiiiiir mirqan si le peuple afar dit tout haut on part DIEU QUE JE LES APPLAUDIRAIS
MAIS ICI J AI INTERVENU POUR TE FAIRE REMARQUER TON DOUBLE LANGUAGE POUR TOI TOUS CEUX QUI MILITENT POUR LE PAUVRE PEUPLE ISSA QUI ONT TOUS AUJOURDHUI UN PROCHE DANS LES JAILS DJIBOUTIENS SONT TAXES PAR TOI ET SEULEMENT TOI DANS CE FORUM DE TRIBALISTE ,il faut meme pas mentionner d issa par contre afar et voila que tu te tappe la poitrine kkkk ça marche pas avec nous bro
une derniere viens faire un tours a djibouti pour que tu vois au combien si les afar declare scission les issas ne defendrais pas ce regime me servirait meme à ce debarrasser une fois pour toute de cette hypocrite republique
je te rappelle que bq dce nations au monde ont reussi avec moins de 1000 km2 maurice singapour sont des exemples et franchement votre terre aride on s en passerait :P

Ce message a été modifié par celio000 - 14 mars 2011 - 05:00 .

0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   celio000 Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
224
Inscrit :
12-février 10

Posté 14 mars 2011 - 05:05

Voir le messagewaakan, le 14 mars 2011 - 04:17 , dit :

Apres putiland, somaliland, erytre ou sud-soudan peut ete ns verros Afarland...
C' vraiment un sujet important et qui merrite d en debatre avec prudence et intelligence surtout en ce periode ou il faut plus que jamais une unite.
Perso je dirai que chaque personn ou communaute a le droit de dire son opinion et chercher son interet si jamais il n y a plus d interet commun.
salamatay


POURQUOI PAS APRES TOUT SEUL LA VOLONTE DU PEUPLE CONCERNE COMPTE
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   pilot Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 486
Inscrit :
12-mars 08
Location:
Djibouti, Republic of Djibouti
Interests:
Sport, tv , internet

Posté 14 mars 2011 - 02:27

Voir le messageMirgan, le 13 March 2011 - 11:36 PM, dit :

Merci Lawliateh,

Ce sujet brulant a le mérite de poser la question de la volonté de sécession du pays Afar sur la place publique. J'espère que la question "afare" sera au cœur de la compagne d'avril 2011.

Les Issas et IOG sont prévenus. IOG a le choix d'être le maire de la ville de Djibouti comme l'a souligné à juste titre un intervenant, soit le président de la république de Djibouti. Si les Afars demandent l'autodétermination, c'est fini de l'existence de Djibouti et je suis sûr et certain que les Issas et les autres somalis ne se supporteront même pas une seule journée.
Il faut savoir une vérité indéniable et universelle : sans les Afars Djibouti n'existe pas, mais les Afars peuvent créer leur propre état sans Djibouti !

Dans une telle configuration, les perdants seront les Issas alors que dans la configuration actuelle, née de la gestion catastrophique de l'indépendance par l'élite politique afare de l'époque, les perdants sont les Afars.

Alors, les Afars ne sont pas dupes et ne continueront pas supporter indéfiniment cette ségrégation économique et politique qui dure depuis 34 ans.

Alors, de deux choses l'une : Soit les Issas acceptent le partage du pouvoir entre les différentes communautés djiboutiennes et tout le monde y gagne, soit chacun contrôle son propre territoire.

Enfin, comme l'a bien souligné Moxoxib, les dirigeants corrompus Issas détournent l'argent du pays (recettes publiques, privées) sur le dos des Afars car la rente des loyers que nous versent les puissances en place en contrepartie de la location du territoire est détournée par IOG. Sans ce territoire Afar (87% du pays), il n'y a pas des loyers à payer.

En attendant, espérant et prions que l'unité du pays soit préservée !



Mais qu'est ce que ce galimatias, tu me déçois mirgan..
Un petit minimum de géopolitique te ferait sentir que ce n'est tout bonnement pas faisable avec ces états monstres comme l'ethiopie, l'erythree et la somalie.

Le temps est à l'unité entre tous.
La terre n'est qu'une grande boule, les frontières, les barrières, les divisions résultent de l'imagination fallacieuse des hommes. - Abu- Jamal.
When in Rome, do as the romans do.
Je pense que le moment est venu de vous dire ce que j'ai appris, d'en tirer une conclusion non? Et bien ma conclusion, c'est que la vie est trop courte pour passer son temps à avoir la haine. Ca n'en vaut pas la peine. -Dany Vinyard.
Réponse donnée, je clos.


Mon cher, il ne puit vous etre ami, ce rat d'eau !
Un jour, l'ai-je surpris, devenu musaraigne,
Sombre et nocif, vetu de poison et de maux,
Livrant toxine aux gens qui tapaient sur son dos !
Il ne lui sied que pieds au train, d'apres credo,
Non loge avec toi ou moi a la meme enseigne !
-Iledelatortue
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 14 mars 2011 - 03:19

Je me désolidarise de tous vos commentaires.
Je dénonce la tentation de replis et du tribalisme.
Je dénonce votre résignation face à la dictature.
Je vous demande de vous reprendre.
Contrairement, à la corne de l'Afrique le monde s'assemble pour constituer des pays continents pour se développer, les micro-états n'ont aucun avenir.
A l'état actuel, djibouti est un micro-état qui doit s'associer à ses voisins pour exister dans l'avenir et certains d'entre vous parlent des micro-micro-etats: afarland et issaland!
En outre, vous confondez un problème de dictature à un problème de tribu.
Le dictateur actuel à djibouti sera un dictateur dans un pays issa.
Pour le pays afar, il aurait un autre dictateur.
Le problème tribal çà se transformera un problème clanisme.
Là, vous allez proposer des pays des clans?.
Non, sérieusement, c'est une chance d'avoir plusieurs communautés dans un pays.
çà enrichit la culture, la création et le développement du pays.
En Afrique, on devrait réfléchir à rassembler les micro-états pour constituer des vrais pays au niveau humain et développement.
Déjà, je ne vois pas de différence entre les djiboutiens, mais s'il y en a çà devrait nous enrichir que nous diviser.
Il y a un dictateur qui sème la haine pour diviser les djiboutiens(nes).
Nous les démocrates djiboutiens, nous devrons rassembler nos compatriotes.
Notre combat consiste à se battre pour la liberté à tous, la justice à tous, la démocratie pour le monde.
Moi, mon rêve c'est qu'un député afar élu dans la localité d'ali-sabieh représente ali-sabieh et qu'un député issa élu à tadjourah ou obock représente ces villes.
Même c'est utopie, ce genre de rêve, je pense que çà sera possible dans deux ou trois génération qu'il y aura assez des métis(mélanges entres les communautés) que la tribu n'aura aucune importance.
Le régime actuel exclu tout le monde.
Il n'agit pas iog avec les issas ou somalies contre les afars, non toutes les communautés sont contres d'iog, mais il a une milice des voleurs et brigands issus de toutes les communautés du pays.

Nous devrons nous débarrasser d'iog et sa milice.
Nous devrons libérer notre pays.
En 2003, DAFet DINI nous ont montré l'exemple qu'on peut gagner contre la dictature ensemble avec 45% des votants officiellement.
Et des chiffres non officielles parlent de 56%.
Ce qui veut dire que l'opposition avait gagné les élections législatives de 2003.
C'était à l'époque, aujourd'hui, s'il y avait des vraies élections l'opposition aurait gagné de plus de 60%.
Mais, il n'y aura des vraies élections temps qu'iog sera là car il sait qu'il va perdre .
Donc, il fera tout pour éviter des vraies élections.
D'où la poursuite de la révolution pour mettre fin à la dictature.
Nous avons un combat à mener au lieu de perdre notre temps sur des divisions orchestrées par le régime.
Nous sommes pareils, nous aspirons la même chose: la démocratie et la liberté!

Vive la démocratie.
A bas, iog et son régime dictatorial.
1

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Mirgan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
668
Inscrit :
17-janvier 09

Posté 14 mars 2011 - 04:32

Voir le messagefreeman, le 14 March 2011 - 03:19 PM, dit :

Je me désolidarise de tous vos commentaires.
Je dénonce la tentation de replis et du tribalisme.
Je dénonce votre résignation face à la dictature.
Je vous demande de vous reprendre.
Contrairement, à la corne de l'Afrique le monde s'assemble pour constituer des pays continents pour se développer, les micro-états n'ont aucun avenir.
A l'état actuel, djibouti est un micro-état qui doit s'associer à ses voisins pour exister dans l'avenir et certains d'entre vous parlent des micro-micro-etats: afarland et issaland!
En outre, vous confondez un problème de dictature à un problème de tribu.
Le dictateur actuel à djibouti sera un dictateur dans un pays issa.
Pour le pays afar, il aurait un autre dictateur.
Le problème tribal çà se transformera un problème clanisme.
Là, vous allez proposer des pays des clans?.
Non, sérieusement, c'est une chance d'avoir plusieurs communautés dans un pays.
çà enrichit la culture, la création et le développement du pays.
En Afrique, on devrait réfléchir à rassembler les micro-états pour constituer des vrais pays au niveau humain et développement.
Déjà, je ne vois pas de différence entre les djiboutiens, mais s'il y en a çà devrait nous enrichir que nous diviser.
Il y a un dictateur qui sème la haine pour diviser les djiboutiens(nes).
Nous les démocrates djiboutiens, nous devrons rassembler nos compatriotes.
Notre combat consiste à se battre pour la liberté à tous, la justice à tous, la démocratie pour le monde.
Moi, mon rêve c'est qu'un député afar élu dans la localité d'ali-sabieh représente ali-sabieh et qu'un député issa élu à tadjourah ou obock représente ces villes.
Même c'est utopie, ce genre de rêve, je pense que çà sera possible dans deux ou trois génération qu'il y aura assez des métis(mélanges entres les communautés) que la tribu n'aura aucune importance.
Le régime actuel exclu tout le monde.
Il n'agit pas iog avec les issas ou somalies contre les afars, non toutes les communautés sont contres d'iog, mais il a une milice des voleurs et brigands issus de toutes les communautés du pays.

Nous devrons nous débarrasser d'iog et sa milice.
Nous devrons libérer notre pays.
En 2003, DAFet DINI nous ont montré l'exemple qu'on peut gagner contre la dictature ensemble avec 45% des votants officiellement.
Et des chiffres non officielles parlent de 56%.
Ce qui veut dire que l'opposition avait gagné les élections législatives de 2003.
C'était à l'époque, aujourd'hui, s'il y avait des vraies élections l'opposition aurait gagné de plus de 60%.
Mais, il n'y aura des vraies élections temps qu'iog sera là car il sait qu'il va perdre .
Donc, il fera tout pour éviter des vraies élections.
D'où la poursuite de la révolution pour mettre fin à la dictature.
Nous avons un combat à mener au lieu de perdre notre temps sur des divisions orchestrées par le régime.
Nous sommes pareils, nous aspirons la même chose: la démocratie et la liberté!

Vive la démocratie.
A bas, iog et son régime dictatorial.


Salut Free,

Je souscris absolument à ton appel. Je souhaite de tout coeur que la république de Djibouti ne disparaisse à cause de IOG et des quelques arrivistes Afars qui n'ont de Dieu que l'argent.

Par contre, ma position est claire. Si IOG se représente par la force et la puissance, les Afars ont le droit légitime et universel de demander la libre autodétermination de leur pays.

Je suis fier de défendre une telle position parce que les Afars n'auront pas choix que la séparation du pays si la dynastie IOG continue à nous entuber indéfiniment politiquement et économique.
Ce n'est pas l'origine ethnique ou tribale du président qui m'importe mais c'est ce qu'il est : Qu'un criminel, un despote, un dictateur, un voleur, un voyou, un ancien espion de la police coloniale et un alcoolique connu de tous, m'horripile par dessus de prendre en otage l'avenir du peuple Djibouti.

Wallahi, je le dis avec beaucoup de retenue. Cet homme a bafoué la dignité de notre peuple. Djibouti, c'est quoi ? C'est un pays qui vit de la mendicité internationale. Toutes les aides internationales versées par les bailleurs des fonds et des états sont détournées par le clan et la famille au pouvoir.

Nous n'avons aucune reconnaissance internationale. Regarde les jeunes. Ils végètent, ils khatent parce l'état ne leur donne aucun espoir, ne leur propose aucun emploi et les moyens pour s'en sortir, rêver et construire le pays. Ces jeunes auraient pu nous représenter auprès des grandes nations du monde s'ils étaient formés au ballon rond, à poursuivre des études et des formations adéquates.

Pourquoi n'avons-nous pas une équipe de football qui nous rendrait fier de notre appartenance nationale ?
Parce que les jeunes sont tombés dans l'oisiveté, aucun avenir à part le Khat. Où va le budget du ministère du sport ? A quoi sert-il d'ailleurs ce ministère bidon ?

Voilà, où nous a amené un président qui n'a même pas un niveau d'entrée en sixième. Que les Issas se plaisent à vivre dans une telle catastrophe morale et indigne de toute vie sociétale parce que le président de la république est un de leurs, je m'en fous éperdument, mais, qu'ils ne feignent pas les vierges effarouchées lorsque les Afars évoquent le principe même de la sécession du pays Afar du reste du territoire djiboutien.


Sur ce, je te souhaite une bonne journée Freeman !
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   pilot Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 486
Inscrit :
12-mars 08
Location:
Djibouti, Republic of Djibouti
Interests:
Sport, tv , internet

Posté 15 mars 2011 - 08:12

Voir le messageMirgan, le 14 March 2011 - 05:32 PM, dit :

Salut Free,

Je souscris absolument à ton appel. Je souhaite de tout coeur que la république de Djibouti ne disparaisse à cause de IOG et des quelques arrivistes Afars qui n'ont de Dieu que l'argent.

Par contre, ma position est claire. Si IOG se représente par la force et la puissance, les Afars ont le droit légitime et universel de demander la libre autodétermination de leur pays.

Je suis fier de défendre une telle position parce que les Afars n'auront pas choix que la séparation du pays si la dynastie IOG continue à nous entuber indéfiniment politiquement et économique.
Ce n'est pas l'origine ethnique ou tribale du président qui m'importe mais c'est ce qu'il est : Qu'un criminel, un despote, un dictateur, un voleur, un voyou, un ancien espion de la police coloniale et un alcoolique connu de tous, m'horripile par dessus de prendre en otage l'avenir du peuple Djibouti.

Wallahi, je le dis avec beaucoup de retenue. Cet homme a bafoué la dignité de notre peuple. Djibouti, c'est quoi ? C'est un pays qui vit de la mendicité internationale. Toutes les aides internationales versées par les bailleurs des fonds et des états sont détournées par le clan et la famille au pouvoir.

Nous n'avons aucune reconnaissance internationale. Regarde les jeunes. Ils végètent, ils khatent parce l'état ne leur donne aucun espoir, ne leur propose aucun emploi et les moyens pour s'en sortir, rêver et construire le pays. Ces jeunes auraient pu nous représenter auprès des grandes nations du monde s'ils étaient formés au ballon rond, à poursuivre des études et des formations adéquates.

Pourquoi n'avons-nous pas une équipe de football qui nous rendrait fier de notre appartenance nationale ?
Parce que les jeunes sont tombés dans l'oisiveté, aucun avenir à part le Khat. Où va le budget du ministère du sport ? A quoi sert-il d'ailleurs ce ministère bidon ?

Voilà, où nous a amené un président qui n'a même pas un niveau d'entrée en sixième. Que les Issas se plaisent à vivre dans une telle catastrophe morale et indigne de toute vie sociétale parce que le président de la république est un de leurs, je m'en fous éperdument, mais, qu'ils ne feignent pas les vierges effarouchées lorsque les Afars évoquent le principe même de la sécession du pays Afar du reste du territoire djiboutien.


Sur ce, je te souhaite une bonne journée Freeman !



haha..
C'est bien de jouer franc-jeu Mirgan, dessous le petit jeu de "révolution tahrir" se cachait autre chose en fait, mais il faut rappeler d'abord une chose:
-La pauvreté touche tout le monde, à part ceux qui ont des liens avec le président (ils ne se comptent pas en centaines de milliers!!!)
-L'etat, à l'origine est censé strictement garantir la sécurité des citoyens
-C'est une honte pour les nôtres de ne pas pouvoir commencer le changement.
-Ce que je pense, c'est que la misère et l'exclusion se traduira par des attentats sanglants,du trafic de drogue, des crimes et une délinquance en hausse, et la "chasse aux riches" la nuit
-Après 33 ans de cohabitation, tes petits frères Mirgan, sont aussi somalis que les notres sont afars; il est impossible pour d'un cote d'une grande somalie, de l'autre une grande afarie.



Mais bien sûr que nous sommes pas dans une démocratie, faut-il te le rappeler?

Mirgan, encores une fois tu tombes dans le piège des idéologies, ce n'est pas l'idéologie qu'il faut considérer mais ce qui l'amène, pour éviter les fausses solutions aux faux problèmes.Ni une révolution, ni une sécession. Le boulot de l'etat est de faire son beurre et de blanchir ses hummers. Revendiquer quelque chose à l'etat, c'est reconnaitre que l'etat est tout puissant.
La terre n'est qu'une grande boule, les frontières, les barrières, les divisions résultent de l'imagination fallacieuse des hommes. - Abu- Jamal.
When in Rome, do as the romans do.
Je pense que le moment est venu de vous dire ce que j'ai appris, d'en tirer une conclusion non? Et bien ma conclusion, c'est que la vie est trop courte pour passer son temps à avoir la haine. Ca n'en vaut pas la peine. -Dany Vinyard.
Réponse donnée, je clos.


Mon cher, il ne puit vous etre ami, ce rat d'eau !
Un jour, l'ai-je surpris, devenu musaraigne,
Sombre et nocif, vetu de poison et de maux,
Livrant toxine aux gens qui tapaient sur son dos !
Il ne lui sied que pieds au train, d'apres credo,
Non loge avec toi ou moi a la meme enseigne !
-Iledelatortue
0

Partager ce sujet :


  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet