djibnet.com: Le Projet Village Rahma À Dikhil: Un Pouvoir Sur De Lui - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le Projet Village Rahma À Dikhil: Un Pouvoir Sur De Lui mais la panique n'est pas loin Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   taliban Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
62
Inscrit :
08-novembre 10

Posté 26 février 2011 - 09:26

Avant-hier le chef, avec son équipe, faisait son show à Dikhil, ville multiculturelle, bienveillante que la ville rebelle Ali-sabieh (la benghazi djiboutienne). Comme d’habitude, on inaugurait un CDC et un centre pour orphelin, des projets soutenus, comme indiqué sur les banderoles, par le koweit. L’Etat, dans cette affaire, n’était qu’un simple collaborateur, une ONG qui reçoit de dons de l’extérieur ni plus ni moins.

A l’intérieur du CDC inauguré, ca fêtent, yacin elmi bouh (waraba koraye) joue au baby foot, le chef s’essayait au tennis de table. Ils donnaient l’impression d’un pouvoir sur de lui, à l’abri de tout danger, ils savent que jusqu’ici le peuple est sous anesthésie, mais jusqu’à quand. C’est une fausse impression, d’ailleurs il fallait voir le président taper sur la table, au moment de son discours, signe d’énervement certainement du à la démonstration de force de l’opposition la semaine dernière.
Le temps est compté pour ces ministres, derrière leurs lunettes bling bling et avec chapeau cow-boy pour certains comme le lamentable ministre de la santé (il était habillé comme un acteur de série B). Ils n’ont pas honte. C’est une provocation, ils exhibent leurs butins devant une population affamée, dans une ville déserte. Ils ont la tète ailleurs, peut être les futurs remaniements.

Ces projets -les mêmes depuis de nombreuses années : CDC, centre communautaire, puits, et centres pour les orphélins-qu’on ne cesse d’inaugurer dans le pays s’adressent toujours aux memes : les pauvres, les femmes. Tout ca est malhonnete, l’Etat fuit les vrais problèmes : partage des richesses, adéquation emploi formation pour les jeunes, partage du pouvoir, ouverture du marché alimentaire toujours aux mains des proches du pouvoir ; on instrumentalise les plus défavorisés, on exploite la misère des pauvres à des fins électorales, ce n’est pas sincère.

Les dictateurs des pays arabes anticipent avec des actions sociales en rivalisant d’innovation, certains donnent des liquidités c’est le cas de l’Arabie Saoudite et du Koweit, d’autres comme la Syrie diminuent le prix du chauffage et des denrées alimentaires. Chez nous ? Rien, que dalle. Il n’y a rien à voir circulez. On ne change pas de stratégie : ce sont toujours les interminables tournées dans les régions et les ateliers de formation qui saturent et qui encombrent les écrans (pardon 1 seul écran) télés. Aucune initiative envers les jeunes et les chômeurs. L’opposition, elle, fait l’objet d’arrestation, comme d’habitude, n’en parlons mm de négociation.

Alors qu’une diminution du prix du kilowat de l’Etablissement De Djama (EDD) aurait donnée une bouffée d’air chez la population qui suffoque, en été, dans des 4m².

Ces derniers temps, tout le monde a constaté qu’au plus niveau du régime la panique saute aux yeux : discours et interview du président à la fois compassionnelle et violent, apparition successives de tt les gros éléments du régime pour des faits mineurs par rapport à ce qui ce passe ailleurs. Tout ce cela est dissimulé derrière un calme apparent. De fois on se dit qu’un allez simple, dans un avion dallo, un vendredi comme pour les Ben Ali, n’est pas à l’ordre du jour dans les couloirs de hara mous. Bientôt ils se rendront compte de la réalité et seront obligés de faire des concessions. Quand ? On ne sait pas. Mais avec ce rythme là, la caméra d’Aljazeera risque de se poser sur les toits du bâtiment Ibrahim Dheere, dans moins d’une année, pour filmer un peuple djib enfin réveillé et assoiffé de liberté. Attendons sagement notre tour, il n’ya qu’une seule chaine crédible pour 22 pays arabes.

Les 1000 personnes, peut être plus, qui se sont réunis le vendredi 18, au terrain hassan gouled, ont coulés beaucoup de salives, à défaut d’encres, chez les responsables du pays qui se sont succédés à la télé pour dire la même chose : aucun pitié pour les casseurs. Qui peut s’interpréter : tuer les poulets pour faire peur aux singes pour qu’il n’y ait pas de précédents. C’est une méthode soviétique qui risque de se retourner contre eux.

Chère Président, écoute la volonté du peuple et laisse le 3ème mandat, tu rentreras dans l’histoire.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   trainer Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
123
Inscrit :
15-juillet 10

Posté 26 février 2011 - 11:39

Voir le messagetaliban, le 26 février 2011 - 09:26 , dit :

Avant-hier le chef, avec son équipe, faisait son show à Dikhil, ville multiculturelle, bienveillante que la ville rebelle Ali-sabieh (la benghazi djiboutienne). Comme d’habitude, on inaugurait un CDC et un centre pour orphelin, des projets soutenus, comme indiqué sur les banderoles, par le koweit. L’Etat, dans cette affaire, n’était qu’un simple collaborateur, une ONG qui reçoit de dons de l’extérieur ni plus ni moins.

A l’intérieur du CDC inauguré, ca fêtent, yacin elmi bouh (waraba koraye) joue au baby foot, le chef s’essayait au tennis de table. Ils donnaient l’impression d’un pouvoir sur de lui, à l’abri de tout danger, ils savent que jusqu’ici le peuple est sous anesthésie, mais jusqu’à quand. C’est une fausse impression, d’ailleurs il fallait voir le président taper sur la table, au moment de son discours, signe d’énervement certainement du à la démonstration de force de l’opposition la semaine dernière.
Le temps est compté pour ces ministres, derrière leurs lunettes bling bling et avec chapeau cow-boy pour certains comme le lamentable ministre de la santé (il était habillé comme un acteur de série B) . Ils n’ont pas honte. C’est une provocation, ils exhibent leurs butins devant une population affamée, dans une ville déserte. Ils ont la tète ailleurs, peut être les futurs remaniements.

Ces projets -les mêmes depuis de nombreuses années : CDC, centre communautaire, puits, et centres pour les orphélins-qu’on ne cesse d’inaugurer dans le pays s’adressent toujours aux memes : les pauvres, les femmes. Tout ca est malhonnete, l’Etat fuit les vrais problèmes : partage des richesses, adéquation emploi formation pour les jeunes, partage du pouvoir, ouverture du marché alimentaire toujours aux mains des proches du pouvoir ; on instrumentalise les plus défavorisés, on exploite la misère des pauvres à des fins électorales, ce n’est pas sincère.

Les dictateurs des pays arabes anticipent avec des actions sociales en rivalisant d’innovation, certains donnent des liquidités c’est le cas de l’Arabie Saoudite et du Koweit, d’autres comme la Syrie diminuent le prix du chauffage et des denrées alimentaires. Chez nous ? Rien, que dalle. Il n’y a rien à voir circulez. On ne change pas de stratégie : ce sont toujours les interminables tournées dans les régions et les ateliers de formation qui saturent et qui encombrent les écrans (pardon 1 seul écran) télés. Aucune initiative envers les jeunes et les chômeurs. L’opposition, elle, fait l’objet d’arrestation, comme d’habitude, n’en parlons mm de négociation.

Alors qu’une diminution du prix du kilowat de l’Etablissement De Djama (EDD) aurait donnée une bouffée d’air chez la population qui suffoque, en été, dans des 4m².

Ces derniers temps, tout le monde a constaté qu’au plus niveau du régime la panique saute aux yeux : discours et interview du président à la fois compassionnelle et violent, apparition successives de tt les gros éléments du régime pour des faits mineurs par rapport à ce qui ce passe ailleurs. Tout ce cela est dissimulé derrière un calme apparent. De fois on se dit qu’un allez simple, dans un avion dallo, un vendredi comme pour les Ben Ali, n’est pas à l’ordre du jour dans les couloirs de hara mous. Bientôt ils se rendront compte de la réalité et seront obligés de faire des concessions. Quand ? On ne sait pas. Mais avec ce rythme là, la caméra d’Aljazeera risque de se poser sur les toits du bâtiment Ibrahim Dheere, dans moins d’une année, pour filmer un peuple djib enfin réveillé et assoiffé de liberté. Attendons sagement notre tour, il n’ya qu’une seule chaine crédible pour 22 pays arabes.

Les 1000 personnes, peut être plus, qui se sont réunis le vendredi 18, au terrain hassan gouled, ont coulés beaucoup de salives, à défaut d’encres, chez les responsables du pays qui se sont succédés à la télé pour dire la même chose : aucun pitié pour les casseurs. Qui peut s’interpréter : tuer les poulets pour faire peur aux singes pour qu’il n’y ait pas de précédents. C’est une méthode soviétique qui risque de se retourner contre eux.

Chère Président, écoute la volonté du peuple et laisse le 3ème mandat, tu rentreras dans l’histoire.

=D> =D>
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet