djibnet.com: La Voix De Djibouti. - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Voix De Djibouti. Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Abdulkader Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
99
Inscrit :
22-mars 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti
Interests:
Socio-Politique economique.

Posté 05 février 2011 - 02:03

Quand les présidents somalien et somalilandais soutiennent le dictateur Guelleh

Le président du Gouvernement national de transition somalien, Cheik Chérif Cheik Ahmed, s’est prononcé pour un troisième mandat du dictateur Ismaël Omar Guelleh lors de sa visite à Djibouti des 16 et 17 janvier 2011. De même, le président du Somaliland, Ahmed Mohamed Mahamoud dit Silanyo, a exprimé son soutien au troisième mandat dictatorial dans un communiqué officiel publié le 22 janvier 2011. Le parti Koulmiyé au pouvoir au Somaliland a fait de même le 25 janvier 2011. De plus, la Première Dame du Somaliland a participé à une soirée de soutien au troisième mandat dictatorial de Guelleh organisée le 30 janvier 2011 à l’hôtel Mansour de Hargeissa. Le parti somalilandais d’opposition Ucid s’est, lui, étonné de ce soutien de Silanyo, de son épouse et de son parti Koulmiyé au dictateur djiboutien, dans un communiqué rendu public le 1er février 2011. Il y a vu la confirmation de l’influence du dictateur Guelleh sur l’administration Silanyo. Selon Ucid, Ismaël Omar Guelleh aurait même financé la campagne électorale de Silanyo et ainsi impacté les résultats du scrutin présidentiel du 26 juin 2010 au Somaliland.

En tout cas, soutenir un dictateur, vomi par son peuple, comme l’était hier Mohamed Siyad Barreh en Somalie, ne grandit personne, encore moins des chefs d’État. Il est particulièrement surprenant qu’un homme tel que le président Silanyo, qui a combattu armes à la main le dictateur Siyad Barreh et qui s’est battu pour l’alternance démocratique en son pays, prenne ainsi le parti du dictateur Guelleh, ce qui revient à dénier au peuple djiboutien le droit démocratique de choisir librement son président de la République. Sans doute les déclarations des présidents somalien et somalilandais constituent-elles des actes inamicaux et attentatoires à la dignité du peuple djiboutien.

A un moment où les peuples arabo-africains se mobilisent contre leurs dictateurs et engrangent des victoires, à un moment où le dictateur Ben Ali de Tunisie, tant admiré par Ismaël Omar Guelleh, a été déposé par ses concitoyens, à un moment où le dictateur au long cours Hosni Moubarak est forcé par la rue égyptienne à annoncer son départ, pour ne citer que ces deux exemples, les présidents Silanyo et Chérif ne prennent pas date avec l’Histoire.

L’arrogance du beau-frère Djama Haïd du dictateur Guelleh n’a pas de limites

Le beau-frère du dictateur Ismaël Omar Guelleh, Djama Mahamoud Haïd, inamovible gouverneur de la Banque nationale, bien que sans diplôme ni savoir auto-didactique, est devenu dangereusement arrogant. Il étale au quotidien cette arrogance d’enfant gâté et n’épargne rien ni personne en dehors du couple présidentiel dont il est la créature. Sa dernière sortie se passe de commentaire. En effet, selon des témoignages recueillis par La Voix de Djibouti, Djama Mahamoud Haïd a traité de «putes afares» (citation) le Premier ministre Dileita Mohamed Dileita, le président du FRUD rallié, Ali Mohamed Daoud dit Jean-Marie, ainsi que leurs collaborateurs afars. Cela s’est produit le 20 janvier 2011 au Club Hippique de Djibouti-ville, lors de l’auto-investiture d’Ismaël Omar Guelleh pour le troisième mandat dictatorial sous la bannière de l’UMP, mise en scène dont le gouverneur protégé de la Banque nationale était la cheville-ouvrière. Aux yeux du beau-frère Djama, les hauts dignitaires qu’il a injuriés sans la moindre retenue, n’ont pas forcé assez de figurants à venir à cette mise en scène.

Toute injure est bassesse, à plus forte raison lorsqu’elle émane d’un adulte, qui se dit responsable de surcroît. C’est d’autant plus intolérable que, au-delà des personnes visées, Djama Mahamoud Haïd a offensé une grande composante de la communauté nationale. Mais, direz-vous, le beau-frère a de qui tenir: le dictateur Ismaël Omar Guelleh a récemment traité des personnalités politiques adverses en des termes similaires.

Alors, pour que cessent l’infamie et les souffrances, ce régime doit partir.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Barrah Patrol Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
721
Inscrit :
01-juin 07
Gender:
Male

Posté 05 février 2011 - 06:56

Voir le messageAbdulkader, le 05 February 2011 - 05:03 AM, dit :

Quand les présidents somalien et somalilandais soutiennent le dictateur Guelleh

Le président du Gouvernement national de transition somalien, Cheik Chérif Cheik Ahmed, s'est prononcé pour un troisième mandat du dictateur Ismaël Omar Guelleh lors de sa visite à Djibouti des 16 et 17 janvier 2011. De même, le président du Somaliland, Ahmed Mohamed Mahamoud dit Silanyo, a exprimé son soutien au troisième mandat dictatorial dans un communiqué officiel publié le 22 janvier 2011. Le parti Koulmiyé au pouvoir au Somaliland a fait de même le 25 janvier 2011. De plus, la Première Dame du Somaliland a participé à une soirée de soutien au troisième mandat dictatorial de Guelleh organisée le 30 janvier 2011 à l'hôtel Mansour de Hargeissa. Le parti somalilandais d'opposition Ucid s'est, lui, étonné de ce soutien de Silanyo, de son épouse et de son parti Koulmiyé au dictateur djiboutien, dans un communiqué rendu public le 1er février 2011. Il y a vu la confirmation de l'influence du dictateur Guelleh sur l'administration Silanyo. Selon Ucid, Ismaël Omar Guelleh aurait même financé la campagne électorale de Silanyo et ainsi impacté les résultats du scrutin présidentiel du 26 juin 2010 au Somaliland.

En tout cas, soutenir un dictateur, vomi par son peuple, comme l'était hier Mohamed Siyad Barreh en Somalie, ne grandit personne, encore moins des chefs d'État. Il est particulièrement surprenant qu'un homme tel que le président Silanyo, qui a combattu armes à la main le dictateur Siyad Barreh et qui s'est battu pour l'alternance démocratique en son pays, prenne ainsi le parti du dictateur Guelleh, ce qui revient à dénier au peuple djiboutien le droit démocratique de choisir librement son président de la République. Sans doute les déclarations des présidents somalien et somalilandais constituent-elles des actes inamicaux et attentatoires à la dignité du peuple djiboutien.

A un moment où les peuples arabo-africains se mobilisent contre leurs dictateurs et engrangent des victoires, à un moment où le dictateur Ben Ali de Tunisie, tant admiré par Ismaël Omar Guelleh, a été déposé par ses concitoyens, à un moment où le dictateur au long cours Hosni Moubarak est forcé par la rue égyptienne à annoncer son départ, pour ne citer que ces deux exemples, les présidents Silanyo et Chérif ne prennent pas date avec l'Histoire.

L'arrogance du beau-frère Djama Haïd du dictateur Guelleh n'a pas de limites

Le beau-frère du dictateur Ismaël Omar Guelleh, Djama Mahamoud Haïd, inamovible gouverneur de la Banque nationale, bien que sans diplôme ni savoir auto-didactique, est devenu dangereusement arrogant. Il étale au quotidien cette arrogance d'enfant gâté et n'épargne rien ni personne en dehors du couple présidentiel dont il est la créature. Sa dernière sortie se passe de commentaire. En effet, selon des témoignages recueillis par La Voix de Djibouti, Djama Mahamoud Haïd a traité de «putes afares» (citation) le Premier ministre Dileita Mohamed Dileita, le président du FRUD rallié, Ali Mohamed Daoud dit Jean-Marie, ainsi que leurs collaborateurs afars. Cela s'est produit le 20 janvier 2011 au Club Hippique de Djibouti-ville, lors de l'auto-investiture d'Ismaël Omar Guelleh pour le troisième mandat dictatorial sous la bannière de l'UMP, mise en scène dont le gouverneur protégé de la Banque nationale était la cheville-ouvrière. Aux yeux du beau-frère Djama, les hauts dignitaires qu'il a injuriés sans la moindre retenue, n'ont pas forcé assez de figurants à venir à cette mise en scène.

Toute injure est bassesse, à plus forte raison lorsqu'elle émane d'un adulte, qui se dit responsable de surcroît. C'est d'autant plus intolérable que, au-delà des personnes visées, Djama Mahamoud Haïd a offensé une grande composante de la communauté nationale. Mais, direz-vous, le beau-frère a de qui tenir: le dictateur Ismaël Omar Guelleh a récemment traité des personnalités politiques adverses en des termes similaires.

Alors, pour que cessent l'infamie et les souffrances, ce régime doit partir.


C'est malheureux de le dire mais on dirait que le peuple Djiboutien est complement nase et aime souffrir. Pourquoi les gens tolerent ces ogres? C'est la question qu'on se pose constamment. Est ce qu'on est plus stupide a Djibouti que dans les autres pays Arabes? Est ce qu'on est plus lache a Djibouti? Est ce qu'on est plus tribaliste? Est ce qu'on est plus fou? Est ce qu'on est plus ignorant? Est ce qu'on est plus feminin? Est ce qu'on est plus individualiste? Est ce qu'on est moins patriote? pourtant c'est le pays le plus pauvre et misereux des pays Arabes.
Wallahi, si les Djiboutiens ne saisissent pas cette occasion pour se debarraser de ces ogres, il faut dechirer son passport Djiboutien, jetter le drapeau dans la poubelle et oublier Djibouti. Les Djiboutiens n'ont plus d'excuses pour ne pas manifester contre IOG et s'ils ne manifestent plus, ca veut dire qu'ils veulent le garder, alors a ce moment la, il ne faut plus critiquer IOG mais plutot se demander pourquoi les Djiboutiens sont si cons.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Zieg Heil Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
428
Inscrit :
06-septembre 09
Gender:
Male
Location:
D J I B O U T I

Posté 06 février 2011 - 07:49

Voir le messageBarrah Patrol, le 05 février 2011 - 06:56 , dit :

C'est malheureux de le dire mais on dirait que le peuple Djiboutien est complement nase et aime souffrir. Pourquoi les gens tolerent ces ogres? C'est la question qu'on se pose constamment. Est ce qu'on est plus stupide a Djibouti que dans les autres pays Arabes? Est ce qu'on est plus lache a Djibouti? Est ce qu'on est plus tribaliste? Est ce qu'on est plus fou? Est ce qu'on est plus ignorant? Est ce qu'on est plus feminin? Est ce qu'on est plus individualiste? Est ce qu'on est moins patriote? pourtant c'est le pays le plus pauvre et misereux des pays Arabes.
Wallahi, si les Djiboutiens ne saisissent pas cette occasion pour se debarraser de ces ogres, il faut dechirer son passport Djiboutien, jetter le drapeau dans la poubelle et oublier Djibouti. Les Djiboutiens n'ont plus d'excuses pour ne pas manifester contre IOG et s'ils ne manifestent plus, ca veut dire qu'ils veulent le garder, alors a ce moment la, il ne faut plus critiquer IOG mais plutot se demander pourquoi les Djiboutiens sont si cons.


Barrah Patrol,
Mon respect tout d'abord.
Par la suite, je te dirais que s'ils règnent au tronc, ce n'est pas parce qu'ils sont plus futés que nous! La révolution repose en nous, mais le réveil n'est pas trop loin.
Dieu seul peut le savoir en ce moment à quel point ils ont la trouille. En plus, les élèves de la Pseudo-Université de Djibouti ainsi que ceux du lycée d'Etat se sont soulevés hier, Samedi 05 Février 2011, pour protester contre le "ministre de d'éducation nationale" qui, disent-ils, reste logé au siège sans résultat tangible pendant le deux mandats du plus grand ogre, le "gros lard IOG".
Resultat: ils ont brulé une motocyclette de la police des trafics routiers et ont pillé plusieurs boutiques de la place.
Au moins, maintenant, IOG sait de quoi les gens de ce pays sont capables de faire. Tout ce que ces ogres s'attendent n'est rien d'autre que la "révolution". Une fois venu le moment, on ne leur donnera pas la chance de fuir, on les capturera tous et les mettra derrière les barreaux, avec un rien entre les mains...
Donc, patience! Pas si vite! On prendra bientôt le dessus.

MX
[i][b]"If the freedom is short of weapons, we must compensate with willpower." A.H

"I have more respect for the man who lets me know where he stands, even if he is wrong, than the one who comes like an angel while he is nothing but a devil..." MX

"On ne peut pas dévorer le diable sans en avoir avalé les cornes..." J.Staline[/b][/i]
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   DIVAD Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
724
Inscrit :
20-juillet 08
Gender:
Male

Posté 06 février 2011 - 10:57

Voir le messageBarrah Patrol, le 05 février 2011 - 04:56 , dit :

C'est malheureux de le dire mais on dirait que le peuple Djiboutien est complement nase et aime souffrir. Pourquoi les gens tolerent ces ogres? C'est la question qu'on se pose constamment. Est ce qu'on est plus stupide a Djibouti que dans les autres pays Arabes? Est ce qu'on est plus lache a Djibouti? Est ce qu'on est plus tribaliste? Est ce qu'on est plus fou? Est ce qu'on est plus ignorant? Est ce qu'on est plus feminin? Est ce qu'on est plus individualiste? Est ce qu'on est moins patriote? pourtant c'est le pays le plus pauvre et misereux des pays Arabes.
Wallahi, si les Djiboutiens ne saisissent pas cette occasion pour se debarraser de ces ogres, il faut dechirer son passport Djiboutien, jetter le drapeau dans la poubelle et oublier Djibouti. Les Djiboutiens n'ont plus d'excuses pour ne pas manifester contre IOG et s'ils ne manifestent plus, ca veut dire qu'ils veulent le garder, alors a ce moment la, il ne faut plus critiquer IOG mais plutot se demander pourquoi les Djiboutiens sont si cons.



le peuple djiboutien est a la recherche d'un candidat à l'immolation pour servir d'etincelle au soulevement du peuple si tu es interessé une route ou une place de la capitale portera ton nom comme a sidi bouzid en tunisie en l'honneur de ton courage :lol:
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet