djibnet.com: L'appel Aux Violences Et La Guerre Civile À Djibouti, Lancé Par Le - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

L'appel Aux Violences Et La Guerre Civile À Djibouti, Lancé Par Le Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Doleances Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
206
Inscrit :
08-décembre 09
Gender:
Male

Posté 08 janvier 2011 - 02:25

L'appel aux violences et la guerre civile à Djibouti, lancé par le Voyou de la République de Djibouti.

(PROPOSITION DU PRIDE EN BAS DE CE MESSAGE. NOUS SOLLICITONS HUMBLEMENT, LA RÉACTION ET LA PARTICIPATION DE TOUS LES LEADERS DE L'OPPOSITION À CETTE INITIATIVE À L'IMAGE DE LA RÉVOLUTION ORANGE D'UKRAINE)

Image IPB
Dans son discours de candidature de la fin décembre 2010 pour la présidentielle d'avril 2011, suite à l'amendement de la constitution entrepris par ses nominés à l'Assemblée Nationale, le Cancer de la politique djiboutienne sous le couvre-chef de président irresponsable, le fils de Diré-Dawa Ismael Omar Guelleh, vient de lancer UN APPEL À LA GUERRE CIVILE, en déclarant dans un style des plus pernicieux, que sa vie était MENACÉE et que si son clan désirait le maintenir éternellement au pouvoir, il faudrait que ce clan veille à sa sécurité, dans ses mots en Somalie et je cite : "" WAANE NI MAQLEYE, SII JOOG BAAD TIRAXDEENE, XADAA II ILLAALIYA ""

Le désastre Somalien est loin d'avoir été un élan patriotique mais plutôt clanique, tribale et Il est temps que nous Africains, apprenions à lutter pour une cause autre que ces bassesses de la nature, dans l'intérêt d'une notion plus universelle comme la cause du pays qui nous a vu naitre ; la mère patrie.
L'Afrique est malheureusement encore désespérément aveugle devant cette nécessité qui joue en la faveur de nos despotes sur commande, nous sommes encore et toujours victimes des mêmes subtilités vieilles de plusieurs siècles qui ont détruis nos pharaons et empires, nous ont imposé l'esclavage, initié nos guerres et divisé le continent en 53 États pour mieux nous exploités à l'image du Soudan dont la scission est programmée dans ce mois de janvier 2011, force est de constater que nous sommes maintenus en colonie et en réserve naturelle pour le bien être de l'occident.

Djibouti étant en plein dans ce sombre tableau des influences extérieurs néfastes, pourquoi les Djiboutiens devraient-ils continuer à être humiliés en acceptant un 3ème mandat de cet expatrié de Diré-Dawa qui depuis 33 ans est passé de la table des jeux de carte comme passe temps avec son ami Mohamed Ali Sahel, à la lueur d'un réverbère du quartier 4, à Chef de Cabinet de son oncle durant 20 ans et 12 ans à la tête de l'État ou il n'a de cesse placé son clan et amis pour mieux nous dévaliser et nous gérer à sa guise, pendant qu'il investit nos maigres richesses hors frontières, dans un château dans sa ville natale de Diré-Dawa, un nouveau palace sur 10 000 m2 à Addis-Abeba, des villas en Europe et des complexes d'affaires aux USA. Ce pays qu'il gouverne d'une main de fer, n'aurait-il pas été mieux lotis avec tous ces investissement qui font le bonheur de la main d'œuvre ailleurs.

L'Afrique ne mettra un terme à cette imposture de la « communauté internationale» qui dans des parodies sélectives des plus infâmes, administre la justice et la démocratie, selon des critères basés juste sur leurs intérêts politico-économiques ou géo-stratégiques et ceux de leurs multinationales exploitant les richesses de l'Afrique.

On n'aura jamais autant entendu parler en Afrique, de cette « communauté internationale » que ces dernières semaines. Alors, le citoyen ordinaire se demande : « qui est-elle ? »

Une dangereuse nébuleuse de l'après guerre froide qui se pose en garant du droit international, mais ses exigences varient selon l'actualité et les intérêts en jeux. Ses membres sont, entre autres :
  • Le Conseil de Sécurité - une institution non démocratique dont les résolutions sont ignorées par l'État d'Israël, protégé par les États-Unis, ceux-là même qui ont envahi l'Irak au nom d'armes de destruction massive sachant bien qu'ils n'existaient pas selon les preuves mises à jours par Wikileaks dernièrement.
  • L'Union Européenne (UE) - dont les desseins sont clairs à travers les Accords de Partenariat Économique (APE) qu'elle tient à imposer aux pays ACP.
  • La France - dont les forfaits passé et présent sont brillamment illustrés par le documentaire de Patrick Benquet : La Françafrique, voir lien pour les vidéos : <a href="http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI" target="_blank">http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI
  • Le FMI et la Banque mondiale qui dans un monde autre que celui-ci auraient dû être traduits devant la justice internationale pour crime contre l'humanité.
  • Et enfin et non des moindres, la Cour Internationale de Justice : L'épée de Damoclès, l'arme de la peur et du chantage, le loup contre les agneaux indociles, comme le résumait si bien l'avocat Jacques Vergès : ""Je préfère parler plutôt d'injustice internationale..... Les magistrats de la Cour internationale sont atteints de ce qu'on appelle un daltonisme au noir. Le dalton ne voit pas certaines couleurs. Ils ne voient que le noir. Si vous allez à la Cour internationale, tous les inculpés sont noirs, pas parce qu'il ne s'est rien passé à Gaza ou encore à la prison d'Abugraïb ou ailleurs...""
Quant à l'Union Africaine (UA) son fonctionnement est à l'image des Etats et leur despotes du pré carré français ou impérialiste : frileuse, financièrement dépendante, plus à l'écoute des grandes puissances et des institutions de Bretton Woods qu'à la famine et la souffrance des enfants de l'Afrique.

La nouvelle stratégie de l'hexagone consisterait à appeler en renfort l'ONU afin de procéder au sacre de leur valet. C'est le cas de la Côte-d'Ivoire ces derniers jours où le cynisme, et la forfaiture du droit de la force de l'impérialisme prime sur la force du droit national et international. 50 ans après les indépendances africaines, le néocolonialisme français n'a pas perdu de sa vigueur d'antan, face aux menaces et aux jeux des influences sur le continent avec le reveil du géant Chinois, la France a repris le haut du pavé.

Ce qui se passe en Côte-d'Ivoire est inédit, injuste, humiliant, déshonorant et criminel pour toute l'Afrique. Cela devrait interpeller tous les patriotes africains car quelles que soient nos divergences confessionnelles, politiques et idéologiques, il serait de notre devoir de combattre l'inacceptable et cette pensée unique que l'impérialisme occidental, au nom de l'esprit de la suprématie coloniale occidentale, se doit d'imposer sa volonté au détriment des peuples de notre continent est en soi la calamité et l'infantilisation permanente de notre continent par l'occident s'arrogeant d'un « Droit divin » au dessus de nos institutions, nos organisations politiques, militaires, économiques, culturelles, auxquelles l'Afrique doit mettre un terme. Chaque coin du monde a ses idiots, cyniques et ses dévoués, tous relatifs, mais ceux qui n'ont toujours rien compris, ce sont les africains. Et pourquoi ? Une tare congénitale sans doute ? ....... Les causes sont multiples certes mais doivent être extériorisées car la crédulité de cette minorité d'Africains qui soutiennent les volontés politiques d'autres au détriment de leur population est injustifiable voire une traîtrise pour l'avenir du continent.

La vie s'est toujours déroulée dans un processus de rapports de force. Nul honte d'avoir perdu une bataille voire même la guerre, pire est la résignation et la honte de ne pas lutter pour sa dignité et ses convictions, de ne pas résister ou ne pas pouvoir se redresser, si on désire que de nos cendres naissent des milliers et des millions qui nous citent en référence, il faudra que notre génération comme souligné par Frantz Fanon, dans une relative opacité, découvre sa mission, l'accomplir ou la trahir.

C'est pourquoi, devant ce constat d'impuissance de nos partis d'oppositions qui perdure depuis indépendance et leur incapacité à présenter une alternative viable dans une coalition porteuse d'un quelconque espoir, d'une part et notre volonté d'enfin réclamer ces droits civils et politiques inaliénables de tout humain de vivre libre dont nous avons été dépossédés, le PRIDE et ses membres mettent de l'avant cette unième initiative afin de forcer un consensus et ce laissé-allé d'un défaitisme inacceptable devant cette colère visible du peuple et leur rejet du 3ème mandat partout sur le territoire.

Par conséquent, dans notre volonté de rejeter la continuité et imposer ce changement dû, le PRIDE appel, la population de Djibouti, tous nos compatriotes, à écrire dorénavant leur propre histoire, la tête haute, digne enfant du pays des braves, en signifiant au VOYOU de la République de Djibouti, leur refus catégorique de l'absurdité de cette gestion catastrophique du pays, un NON au favoritisme et la division du peuple, un NON à la ruine et le dépouillement du pays, NON à la corruption et l'injustice devenus traditions, dans une manifestation PACIFIQUE à laquelle seront conviés tous nos compatriotes des 5 régions et la capitale, le 25 Février 2011.

On ne quittera les rues que lorsque le Voyou IOG et sa clic de mercenaires à la tête du régime auront cédé le pouvoir à la Présidente de la Cour Suprême selon la constitution, afin de mettre en place un gouvernement de transition qui reportera l'élection du 8 avril 2011 à une date ultérieure et s'attèlera à remettre le pays sur les rails de la démocratie et la justice en réformant la constitution, les institutions et la loi électorale.

J'invite tous mes compatriotes des partis de l'opposition, ou qu'ils soient, à supporter cette initiative comme le seul recours devant nous, pouvant faire pencher le pouvoir et forcer le changement, avant qu'il nous impose, encore une fois, la sienne.

Commençons à en négocier les termes, là de suite, le temps presse chers compatriotes et que chaque parti commence à sensibiliser le peuple et les médias sur cette échéance.


Bourhan M. Ali (Alias Abou Amin)
Sécrétaire Général du PRIDE
http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI
Blog PRIDE : http://doleancesdupe...en.blogspot.com

Ce message a été modifié par Doleances - 08 janvier 2011 - 02:27 .

Le Collectif Pan-Africain ""Action Groupe for Democracy in Africa"", prend la relève du Collectif ""[b]Doléances du Peuple de Djibouti[/b]"". Après 2 années d'un militantisme de sensibilisation de la masse Djiboutienne sur le déficit démocratique et structurel au Pays des Braves, les membres fondateur de ce dernier viennent de former le parti politique [b]PRIDE[/b] afin de présenter UN PROJET DE SOCIÉTÉ FIABLE au marasme de la chaise vide offerte au dictateur IOG et son système de parti unique à Djibouti.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 09 janvier 2011 - 09:02

Voir le messageDoleances, le 08 janvier 2011 - 02:25 , dit :

L'appel aux violences et la guerre civile à Djibouti, lancé par le Voyou de la République de Djibouti.

(PROPOSITION DU PRIDE EN BAS DE CE MESSAGE. NOUS SOLLICITONS HUMBLEMENT, LA RÉACTION ET LA PARTICIPATION DE TOUS LES LEADERS DE L'OPPOSITION À CETTE INITIATIVE À L'IMAGE DE LA RÉVOLUTION ORANGE D'UKRAINE)

Image IPB
Dans son discours de candidature de la fin décembre 2010 pour la présidentielle d'avril 2011, suite à l'amendement de la constitution entrepris par ses nominés à l'Assemblée Nationale, le Cancer de la politique djiboutienne sous le couvre-chef de président irresponsable, le fils de Diré-Dawa Ismael Omar Guelleh, vient de lancer UN APPEL À LA GUERRE CIVILE, en déclarant dans un style des plus pernicieux, que sa vie était MENACÉE et que si son clan désirait le maintenir éternellement au pouvoir, il faudrait que ce clan veille à sa sécurité, dans ses mots en Somalie et je cite : "" WAANE NI MAQLEYE, SII JOOG BAAD TIRAXDEENE, XADAA II ILLAALIYA ""

Le désastre Somalien est loin d'avoir été un élan patriotique mais plutôt clanique, tribale et Il est temps que nous Africains, apprenions à lutter pour une cause autre que ces bassesses de la nature, dans l'intérêt d'une notion plus universelle comme la cause du pays qui nous a vu naitre ; la mère patrie.
L'Afrique est malheureusement encore désespérément aveugle devant cette nécessité qui joue en la faveur de nos despotes sur commande, nous sommes encore et toujours victimes des mêmes subtilités vieilles de plusieurs siècles qui ont détruis nos pharaons et empires, nous ont imposé l'esclavage, initié nos guerres et divisé le continent en 53 États pour mieux nous exploités à l'image du Soudan dont la scission est programmée dans ce mois de janvier 2011, force est de constater que nous sommes maintenus en colonie et en réserve naturelle pour le bien être de l'occident.

Djibouti étant en plein dans ce sombre tableau des influences extérieurs néfastes, pourquoi les Djiboutiens devraient-ils continuer à être humiliés en acceptant un 3ème mandat de cet expatrié de Diré-Dawa qui depuis 33 ans est passé de la table des jeux de carte comme passe temps avec son ami Mohamed Ali Sahel, à la lueur d'un réverbère du quartier 4, à Chef de Cabinet de son oncle durant 20 ans et 12 ans à la tête de l'État ou il n'a de cesse placé son clan et amis pour mieux nous dévaliser et nous gérer à sa guise, pendant qu'il investit nos maigres richesses hors frontières, dans un château dans sa ville natale de Diré-Dawa, un nouveau palace sur 10 000 m2 à Addis-Abeba, des villas en Europe et des complexes d'affaires aux USA. Ce pays qu'il gouverne d'une main de fer, n'aurait-il pas été mieux lotis avec tous ces investissement qui font le bonheur de la main d'œuvre ailleurs.

L'Afrique ne mettra un terme à cette imposture de la « communauté internationale» qui dans des parodies sélectives des plus infâmes, administre la justice et la démocratie, selon des critères basés juste sur leurs intérêts politico-économiques ou géo-stratégiques et ceux de leurs multinationales exploitant les richesses de l'Afrique.

On n'aura jamais autant entendu parler en Afrique, de cette « communauté internationale » que ces dernières semaines. Alors, le citoyen ordinaire se demande : « qui est-elle ? »

Une dangereuse nébuleuse de l'après guerre froide qui se pose en garant du droit international, mais ses exigences varient selon l'actualité et les intérêts en jeux. Ses membres sont, entre autres :
  • Le Conseil de Sécurité - une institution non démocratique dont les résolutions sont ignorées par l'État d'Israël, protégé par les États-Unis, ceux-là même qui ont envahi l'Irak au nom d'armes de destruction massive sachant bien qu'ils n'existaient pas selon les preuves mises à jours par Wikileaks dernièrement.
  • L'Union Européenne (UE) - dont les desseins sont clairs à travers les Accords de Partenariat Économique (APE) qu'elle tient à imposer aux pays ACP.
  • La France - dont les forfaits passé et présent sont brillamment illustrés par le documentaire de Patrick Benquet : La Françafrique, voir lien pour les vidéos : <a href="http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI" target="_blank">http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI
  • Le FMI et la Banque mondiale qui dans un monde autre que celui-ci auraient dû être traduits devant la justice internationale pour crime contre l'humanité.
  • Et enfin et non des moindres, la Cour Internationale de Justice : L'épée de Damoclès, l'arme de la peur et du chantage, le loup contre les agneaux indociles, comme le résumait si bien l'avocat Jacques Vergès : ""Je préfère parler plutôt d'injustice internationale..... Les magistrats de la Cour internationale sont atteints de ce qu'on appelle un daltonisme au noir. Le dalton ne voit pas certaines couleurs. Ils ne voient que le noir. Si vous allez à la Cour internationale, tous les inculpés sont noirs, pas parce qu'il ne s'est rien passé à Gaza ou encore à la prison d'Abugraïb ou ailleurs...""
Quant à l'Union Africaine (UA) son fonctionnement est à l'image des Etats et leur despotes du pré carré français ou impérialiste : frileuse, financièrement dépendante, plus à l'écoute des grandes puissances et des institutions de Bretton Woods qu'à la famine et la souffrance des enfants de l'Afrique.

La nouvelle stratégie de l'hexagone consisterait à appeler en renfort l'ONU afin de procéder au sacre de leur valet. C'est le cas de la Côte-d'Ivoire ces derniers jours où le cynisme, et la forfaiture du droit de la force de l'impérialisme prime sur la force du droit national et international. 50 ans après les indépendances africaines, le néocolonialisme français n'a pas perdu de sa vigueur d'antan, face aux menaces et aux jeux des influences sur le continent avec le reveil du géant Chinois, la France a repris le haut du pavé.

Ce qui se passe en Côte-d'Ivoire est inédit, injuste, humiliant, déshonorant et criminel pour toute l'Afrique. Cela devrait interpeller tous les patriotes africains car quelles que soient nos divergences confessionnelles, politiques et idéologiques, il serait de notre devoir de combattre l'inacceptable et cette pensée unique que l'impérialisme occidental, au nom de l'esprit de la suprématie coloniale occidentale, se doit d'imposer sa volonté au détriment des peuples de notre continent est en soi la calamité et l'infantilisation permanente de notre continent par l'occident s'arrogeant d'un « Droit divin » au dessus de nos institutions, nos organisations politiques, militaires, économiques, culturelles, auxquelles l'Afrique doit mettre un terme. Chaque coin du monde a ses idiots, cyniques et ses dévoués, tous relatifs, mais ceux qui n'ont toujours rien compris, ce sont les africains. Et pourquoi ? Une tare congénitale sans doute ? ....... Les causes sont multiples certes mais doivent être extériorisées car la crédulité de cette minorité d'Africains qui soutiennent les volontés politiques d'autres au détriment de leur population est injustifiable voire une traîtrise pour l'avenir du continent.

La vie s'est toujours déroulée dans un processus de rapports de force. Nul honte d'avoir perdu une bataille voire même la guerre, pire est la résignation et la honte de ne pas lutter pour sa dignité et ses convictions, de ne pas résister ou ne pas pouvoir se redresser, si on désire que de nos cendres naissent des milliers et des millions qui nous citent en référence, il faudra que notre génération comme souligné par Frantz Fanon, dans une relative opacité, découvre sa mission, l'accomplir ou la trahir.

C'est pourquoi, devant ce constat d'impuissance de nos partis d'oppositions qui perdure depuis indépendance et leur incapacité à présenter une alternative viable dans une coalition porteuse d'un quelconque espoir, d'une part et notre volonté d'enfin réclamer ces droits civils et politiques inaliénables de tout humain de vivre libre dont nous avons été dépossédés, le PRIDE et ses membres mettent de l'avant cette unième initiative afin de forcer un consensus et ce laissé-allé d'un défaitisme inacceptable devant cette colère visible du peuple et leur rejet du 3ème mandat partout sur le territoire.

Par conséquent, dans notre volonté de rejeter la continuité et imposer ce changement dû, le PRIDE appel, la population de Djibouti, tous nos compatriotes, à écrire dorénavant leur propre histoire, la tête haute, digne enfant du pays des braves, en signifiant au VOYOU de la République de Djibouti, leur refus catégorique de l'absurdité de cette gestion catastrophique du pays, un NON au favoritisme et la division du peuple, un NON à la ruine et le dépouillement du pays, NON à la corruption et l'injustice devenus traditions, dans une manifestation PACIFIQUE à laquelle seront conviés tous nos compatriotes des 5 régions et la capitale, le 25 Février 2011.

On ne quittera les rues que lorsque le Voyou IOG et sa clic de mercenaires à la tête du régime auront cédé le pouvoir à la Présidente de la Cour Suprême selon la constitution, afin de mettre en place un gouvernement de transition qui reportera l'élection du 8 avril 2011 à une date ultérieure et s'attèlera à remettre le pays sur les rails de la démocratie et la justice en réformant la constitution, les institutions et la loi électorale.

J'invite tous mes compatriotes des partis de l'opposition, ou qu'ils soient, à supporter cette initiative comme le seul recours devant nous, pouvant faire pencher le pouvoir et forcer le changement, avant qu'il nous impose, encore une fois, la sienne.

Commençons à en négocier les termes, là de suite, le temps presse chers compatriotes et que chaque parti commence à sensibiliser le peuple et les médias sur cette échéance.


Bourhan M. Ali (Alias Abou Amin)
Sécrétaire Général du PRIDE
http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI
Blog PRIDE : http://doleancesdupe...en.blogspot.com

:D :D :D
Abou!!!!
tu jetes l'eponge....
Dans ton dernier email,tu m'avais jure de dissoudre Doleances...
Et je te vois avec PRIDE!!!!
Qu'est ce que cela veut dire??
Tu crees un parti tous les 4 mois!!! :D
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Warsameh Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
751
Inscrit :
08-janvier 09
Gender:
Male

Posté 09 janvier 2011 - 03:41

Voir le messagediplomat101, le 09 janvier 2011 - 01:02 , dit :

:D :D :D
Abou!!!!
tu jetes l'eponge....
Dans ton dernier email,tu m'avais jure de dissoudre Doleances...
Et je te vois avec PRIDE!!!!
Qu'est ce que cela veut dire??
Tu crees un parti tous les 4 mois!!! :D


Diplo, pour la première fois depuis longtemps tu m'as fais rire et ke je suis d'accord avec toi. Cet Abou, avec ses partis politiques aux milliers d'adhérents qui sortent de la terre comme cela comme du champignon amuse bien la gallérie. En fait ce sont des clowns pareils qui fassent mal a la crédibilité de la lutte contre IOG et, il a beau changé du forum politique a celui de forum général, il n'en reste pas moins qu'il fasse plus sourire qu'a le prendre au sérieux.
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 09 janvier 2011 - 08:33

Voir le messageWarsameh, le 09 janvier 2011 - 03:41 , dit :

Diplo, pour la première fois depuis longtemps tu m'as fais rire et ke je suis d'accord avec toi. Cet Abou, avec ses partis politiques aux milliers d'adhérents qui sortent de la terre comme cela comme du champignon amuse bien la gallérie. En fait ce sont des clowns pareils qui fassent mal a la crédibilité de la lutte contre IOG et, il a beau changé du forum politique a celui de forum général, il n'en reste pas moins qu'il fasse plus sourire qu'a le prendre au sérieux.

Il n'a pas compri que les gens a travers ses differents partis ne retiennent qu'une seule chose:
C'est toujours Abou qui est a l'origine de tous ces partis...
Et que meme si Obama l'embauche ,il restera toujours Abou :D :D ...

Doleances OU pride .... Tu ne changeras jamais comme thorgal.... =D>
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   labo22 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 456
Inscrit :
21-décembre 09
Gender:
Male

Posté 09 janvier 2011 - 10:57

Image IPB

Piggy KU BOOD BOOD ADAA BOORANEH


Well done Mr. Doleance, I don’t see why some my brothers except diplomat (GOOLWADE 101) don’t get it, Mr. Doleance just only suggested one of the many ways to get rid-of Pioggy. The following are some of what Wikileaks pre-maturely exposed that may elaborate a bit more of what Mr. Doleance said;

For centuries, African rulers have done tremendous harm to Africans equal to that of the European colonizers by selling Africans to Western slave masters and by allowing foreigners to exploit Africa for their selfish interests. The exploitation of Africa using African rulers is pervasive. African resources are exploited by the West and other powers using African leaders who work for the interest foreign powers. These include rulers such as Piggy of Djibouti, Yoweri Museveni of Uganda, Mwai Kibaki of Kenya and the notorious Meles Zenawi of Ethiopia amongst others.

These rulers such as Piggy do not represent African interest, but worse, everything that they pursue is at the expense of the people they are supposed to lead. In the process, they are destroying the harmony, cultural heritage, the economies, health, agriculture and customs of the people in Africa. They are standing on the way of traditional cross-border trade amongst neighbourly countries by igniting wars in an effort to fulfil the interests of their masters.

Over the years this tactic was used by many international actors. Since World War II, US governments have empowered and employed African strong Men to do their bidding in Africa extensively. During George W Bush´s administration however, the roles of these surrogates have expanded into many areas to achieve different geopolitical interests. They are being used as advocates for African related matters at the UN, as peacekeepers in sensitive areas where direct Western military involvement could conjure up anti-Western backlash and for PR purposes around the world. They are providing cover for Western powers to pursue questionable strategic interests and provide unfettered access into the countries of interest. The sole purpose is to exploit resources; and always at the expense of the lives and livelihoods of the people.

The human rights records of these surrogate African rulers are abysmal and should put them in jail for crimes against humanity. Their grade for governance is, Fail. The futures of the countries they lead are bleak. They are looting the resources and have neglected the infrastructures; health, agriculture, education and business opportunities are limited to the privileged few and foreigners. Their countries are ready to disintegrate from religious, ethnic and regional strife. We saw this in Kenya during the 2007 election-violence that paralyzed the country and in Ethiopia, during the May of 2005 sham election, with Ethiopians taking to the streets to protest against the criminal Meles regime, which responded by massacring innocent students by sharp shooters while the world witnessed in horror. Recently Piggy of Djibouti is trying to eliminate all the opposition leaders by technicality so as to avoid the Ivorian situation.

Piggy is one of the Key US operative in region after Museveni of Uganda. The atrocities committed throughout the region by these rootless rulers, is a shameful reminder of the warped justice Africans are subjected to. The West is making a mockery of justice as they employ it at will based on their geopolitical economic interests. Those on the payroll of the West can commit any crime ala Piggy of Djibouti,Yoweri Museveni, Meles Zenawi, Mwai Kibaki and others while The International Criminal Court (ICC) looks the other way. But if you fail to tow to the whims of the West you are certain to face the fury of justice, or threat of it, as we have seen attempted on Sudan´s Omar Al Bashir.

It’s evident the west to use a rulers like Piggy to install a puppet government in Somalia and employ Yoweri Museveni who cannot keep peace and stability in his own country but at on behalf of his masters, he sent Ugandan forces into Somalia as peace keeping forces with disastrous results. Ugandan troops are mowing civilian populations from behind their barracks in Mogadishu using heavy artillery. He does that because that is how he makes money. The Somalis are unfortunately surrounded by leaders that entirely depend on Western support and as a result they are suffering mightily with no one to speak on their behalf. That is why Somalia cannot free itself from perpetual misery.

The geopolitical games at play are bearing deadly consequences for the people in the Horn of Africa in particular and Africa in general. The conflicts are widening and the international actors are desperate to assume full control using any means at their disposal. They use political, economic and military pressure to achieve their objectives. They are imposing leaders on the people of Africa and the weaker the leader the easier for them to control, exploit and impose their will.

The problem with this approach is that it is impossible to achieve. It is a fool´s dream certain to create human calamity much worse than the holocaust. It´s already created tremendous loss of life and resources with dire ramification for future generations. It is certain to fail for many reasons:

Firstly, the problems are overlapping and the issues interlock creating chains across borders and throughout the region. Unlike the Middle East, the situation and actors in the Greater Horn region remains unsettled. It is impossible for any imposed leader to be effective because of the complicated ethnic makeup of the region. Kenya and Ethiopia have Oromo ethnic population, Ethiopia and Somalia share Ogaden while Djibouti, Ethiopia, Eritrea and Somalia share the Afar and/or Issas´ and on and on. These overlap is multiplied across borders throughout the entire region. Many of these nationalities are fighting for some form of recognition, and in some cases they are fighting for total independence as in the case of the Ogaden. There are border issues, ungovernable and ungoverned areas. There are regions that claim to be independent and operate independently as in the case of Somaliland and Puntland.

At the height of the Bush era war-of-terror, Chinese oil explorers were killed in the Ogaden while under the protection and guidance of Ethiopian army. US oil companies´ have had licenses to explore oil in the Ogaden since 1945. The Ogaden National Liberation Front (ONLF) is claiming to have controlled sizeable territories from Ethiopian forces, which is a major development! While at the same time, the US operatives like David Shinn, in a complete change of tone, is accusing Ethiopia of human rights violation in the Ogaden. This is taking place in the backdrop of what is taking place in Somalia, a country that once claimed Ogaden as her own and went to war for it in 1976-1978. Consecutively, the US is trying to assert control in Somalia by putting in place a transitional government hatched by the failed diplomat Dr. Jendayie Frazer in Djibouti at the waning hours of the Bush Administration. Furthermore, in the same period, to satisfy foreign interest, Djibouti started unprovoked conflict against Eritrea and on and on…

Thirdly, the leaders in the region are susceptible to the very conflicts hatched by the West. Since they are surrogates and dependent on Western direct support, they have to parrot any agenda being pushed. It is to be recalled Dr. Jendayie Frazer threatened to place Eritrea on the List of States that Sponsor Terror. To satisfy Dr. Frazer, from the offices of African Union in Addis Ababa, the surrogates led by Meles Zenawi went on full gear to blame Eritrea for the problems plaguing Somalia. The Irony is these countries are key-parties to the conflict in Somalia.


1-down-many-2-go
Suppression of Free Speech

Djibnet created online GABOOD or Sheraton hotel Djibouti with Ahmed Bouh its gate keeper, just in case no one has noticed!! Why I can NOT post anything IS ? mark!!!

labo222@googlemail.com
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Doleances Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
206
Inscrit :
08-décembre 09
Gender:
Male

Posté 10 janvier 2011 - 03:25

Hi brother Labo,
Happy new year my friend.

And please have some mercy upon on light-minded, unprincipled creatures with devoid personality.


En ce qui me concerne DIPLOMAT-101, je comprend que vous soyez un diminué à sens unique, mais faites un effort, depuis le temps que mes conseils vous ont été prodigués, je pensais que vous aviez compris, je n'échange mes pensées qu'avec des gens dignes, de principes et à la hauteur de leur conviction.

Tant que vous vous cacherez derrière un pseudo, que vous défendiez votre maître ou votre bonne, à mes yeux vous ne serez qu'une chatte sur le dos, les pattes en l'air à la quête de l'attention du maître....MIOUW MIOUW MIOUW..... :)

Affichez votre tronche et vos fonctions bien sure si différent que 'PROSTITUÉE INTELLECTUELLE' et je me ferai un plaisir d'honorer vos commentaires.

Cordialement,
Le Collectif Pan-Africain ""Action Groupe for Democracy in Africa"", prend la relève du Collectif ""[b]Doléances du Peuple de Djibouti[/b]"". Après 2 années d'un militantisme de sensibilisation de la masse Djiboutienne sur le déficit démocratique et structurel au Pays des Braves, les membres fondateur de ce dernier viennent de former le parti politique [b]PRIDE[/b] afin de présenter UN PROJET DE SOCIÉTÉ FIABLE au marasme de la chaise vide offerte au dictateur IOG et son système de parti unique à Djibouti.
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet