djibnet.com: Le Club De L'amical - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le Club De L'amical An 1798 Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   sourcil Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 150
Inscrit :
28-septembre 06

Posté 15 septembre 2010 - 11:24

L'histoire a été raconté par un grand parent decédé au fin fond des montagnes d'Ali Sabieh en 1942.
Une centaine de guerriers se regroupèrent un jour pour former "le club de l'amical" après avoir réussi à chasser de leurs territoires des animaux sauvages carnivores qui devoraient tout ce qui etait fraicheur et vie aux alentours.
"le club de l'amical" ont connu des obstacles, beaucoup de peripeties comme par exemple:
Une invasion d'une tribu barbare animée de la soif de deposseder de leur terre. Mais la encore,"le club de l'amical", par son raisonnement tacite et juste a compris que ces barbares etaient leur semblable perdus, a la recherche d'un peu d'espoir. "Le club de l'amical" se fut donc un devoir de les integrer parmi eux, dans la civilisation, et de les guider afin de se consolider pour ne jamais trebucher.
L'histoire raconte que ce club etait le meilleur justicier, que leur raisonnement etait doté d'une sagesse profonde, que la paix et l'epanouissement etait leur seul but. Elle est couronnée de bien de faits captivants et emouvants.Ces dernièrs sont véritablement longs à énumérer mais enormement démonstratifs.
Ma souffrance sera égale à la tienne, ni plus, ni moins.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Kazoo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
132
Inscrit :
10-février 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti

Posté 15 septembre 2010 - 05:01

Et la belle histoire finit comment?
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   sourcil Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 150
Inscrit :
28-septembre 06

Posté 16 septembre 2010 - 09:17

Ce club totalement confiant en eux même pouvait distinguer entre le bon filon et le maillon faible et savait donner du poids aux vrais "wadani".Ce dernier pouvait être de n'importe quel tribut mais était reconnu comme un vrai citoyen.On le reconnaissait par la façon dont il sautait pour arracher le joli voile de la fille pendant le "wilwileh". On pouvait même être blanc pour faire partie de club, mais la priorité était donné aux vrais natifs de la contrée, ceux dont le sol connaissait ses ancêtres. Personne ne pouvait venir de loin et réclamer sa part du gâteau, il fallait être là depuis des générations et des générations.
La vie était belle et ordonnée, le paysage apocalyptique témoignait de la force que pouvait avoir ces guerriers d'un autre temps.

Ce message a été modifié par sourcil - 16 septembre 2010 - 09:19 .

Ma souffrance sera égale à la tienne, ni plus, ni moins.
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet