djibnet.com: L’Etat Djiboutien, Peut-Il Tout Faire ? - djibnet.com

Aller au contenu

  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

L’Etat Djiboutien, Peut-Il Tout Faire ? Noter : -----

#16 L'utilisateur est hors-ligne   Abdulkader Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
99
Inscrit :
22-mars 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti
Interests:
Socio-Politique economique.

Posté 13 août 2010 - 05:11

On a vu ce qui est arrivé à Boreh !!!!
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   Kazoo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
132
Inscrit :
10-février 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti

Posté 14 août 2010 - 12:18

Voir le messagedjibouti25, le 12 août 2010 - 10:09 , dit :

Ton blog est bien écrit et on y trouve beaucoup des choses intéressantes. Mais, je dénote un certain idéalisme naïf qui rompe avec le possible et le faisable dans un contexte donné. De plus, il faut assortir tes propositions d'un programme d'actions concrètes sinon ça reste des vœux pieux. Tous cela relève du bon sens, il n'y a aucune nouveauté et répéter ce que les gens veulent entendre on appelle ça de la démagogie. En tout cas c n'est pas l'intérêt qui manque. Intéressant.


Je te remercie d'avoir bien voulu consulter le blog en question, même si je présume d'après ta réaction que tu n'as fait que survoler l'article et les propositions "concrètes" que j'expose. En effet, lire des livres et réfléchir, discuter, argumenter, convaincre et défendre ses convictions, les appliquer jour après jour, donner l'exemple et ne pas hésiter à en parler autour de soi, éduquer ses enfants dans le repect de soi et d'autrui, tout ceci est concret et applicable au quotidien. Ca demande un peu plus d'efforts que de clavarder sur le forum. Et d'ailleurs, tu n'es pas éloigné de mon point de vue, si tu penses vraiment ce que tu as écrit ci-dessous :

Voir le messagedjibouti25, le 12 août 2010 - 10:09 , dit :

Nous amener à réfléchir sur nous même, balayer d'abord devant notre maison, comme on dit. S'acquitter de notre part de responsabilité. Je suis convaincu que nous ne sommes pas mieux lotis que ceux qu'on critique si nous sommes incapables de faire notre mea culpa.


Ce que je "propose", que nous proposons en fin de compte, c'est de nous améliorer d'abord, avant d'exiger quoi que ce soit à quelqu'un d'autre, qu'il soit notre frère, notre voisin ou notre président.
0

#18 L'utilisateur est hors-ligne   Kazoo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
132
Inscrit :
10-février 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti

Posté 14 août 2010 - 12:34

Voir le messageBalou, le 13 août 2010 - 02:32 , dit :

Article très intéressant et très objectif.

Je crois bien que les jeunes de Weah ni de HolHol n’ont pas besoin de IOG ni des experts de la banque mondiale pour leur dire que leur ville a besoin des arbres pour rendre leur pâturage plus clément. Le changement commence par nous même. Si notre pays est sale, ce n’est pas á cause du gouvernement mais á cause de ces Djiboutiens qui n’ont aucune conscience et jettent leur ordures dans les rues de la ville.

Apres 30 ans d’indépendance, aucun entrepreneur djiboutien n’a pense à investir sur le tourisme ou sur un commerce contribuant non seulement a l’embellissement du pays mais également d’où le retour sur l’investissement est garanti. Regarde Lootah, en cinq ans , il a fait plus que tous les entrepreneur Djiboutiens réunis en 30 ans avec des entreprises qu’il fait pousser comme des champignon au milliers d’opportunité que le marché vierge djiboutien offrent. Et puis ils ont l’audace de le critiquer.

Vraiment, ca n’arrive qu’a Djibouti de voir de personnes possédant des richesses allant au delà des 100 millions des francs et ne savent pas comment investir ou OU investir. A leur mort, les millions qui dormaient dans les comptes des banques locales deviennent une épidémie pour la famille entière ou on parle déjà des partages avant même d’enterrer le défunt.

Mais apres tous , il faut bien trouver un bouc-emissaire ..... pauvre etat..


On dirait bien qu'on vient de dédouaner l'Etat de la plus grande responsabilité, sinon de toute responsabilité!! Ouf, ce n'était pas nos dirigeants qui foutaient le bordel, mais ces foutus citoyens qui jettent leur poubelle n'importe comment, et ces crétins de riches qui sont agrippés à leur sous comme l'oncle de Donald! Eh oui, pauvre Etat, il en a dû voir de toutes les couleurs...
Mais t'inquiète Balou, "Il faut être magal" version Djibouti25 et Kazoo arrivent et vont remettre les fauteurs de trouble à leur place. Alors t'inquiète, tu peux retourner siroter du thé à Wéah ou à Holl-Holl.

Ce message a été modifié par Kazoo - 14 août 2010 - 12:34 .

0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   Balou Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
484
Inscrit :
22-juin 03

Posté 14 août 2010 - 02:01

Citation

tu peux retourner siroter du thé à Wéah ou à Holl-Holl.



J’y ai pensé mais je n’arrive pas a cause des sarcasmes de certains….

Pour le dédouanement, personne n’a fait un constat encore. Je te le dirais quand ca sera le cas….

La société civile de djib vagabonde au gré des opportunités matérielles et immatérielles, au delà de la définition du volontariat et de l’appartenance sociale. Personne ne se charge a réaliser une action de bienfaisance sans chercher de contrepartie monétaire et pire encore les personnes proactive qui entament de tels projets avec sa bonne intention de mécénat sont insultées et humiliées. Des gens qui n’ont pas le cœur d’aider sont juste la pour critiquer, ou cocote à ternir l’image des bonnes âmes. Si l’état devrait intervenir, c’est pour emprisonner ces merdes.

Pour ce qui est du secteur privé, ce n’est pas les Donald qui composent les commerçants de Djibouti qui me fait mal mais plutôt leur ignorance et leur ingratitude á voler les idées novatrices introduites par les jeunes généralement qui n’ont pas tous les moyens financiers nécessaires pour totalement effectuer leur projet.

Une societe civile active et un secteur privé aguichant sont les deux autres facteurs important à considérer au coté de l’état pour définir l’équation de la constitution d’une nation.

Ce message a été modifié par Balou - 14 août 2010 - 02:02 .

0

#20 L'utilisateur est hors-ligne   djibouti25 Icône

Groupe :
Membres
Messages :
7
Inscrit :
03-août 10

Posté 14 août 2010 - 02:23

Voir le messageBalou, le 13 août 2010 - 02:32 , dit :

Article très intéressant et très objectif.

Je crois bien que les jeunes de Weah ni de HolHol n’ont pas besoin de IOG ni des experts de la banque mondiale pour leur dire que leur ville a besoin des arbres pour rendre leur pâturage plus clément. Le changement commence par nous même. Si notre pays est sale, ce n’est pas á cause du gouvernement mais á cause de ces Djiboutiens qui n’ont aucune conscience et jettent leur ordures dans les rues de la ville.

Apres 30 ans d’indépendance, aucun entrepreneur djiboutien n’a pense à investir sur le tourisme ou sur un commerce contribuant non seulement a l’embellissement du pays mais également d’où le retour sur l’investissement est garanti. Regarde Lootah, en cinq ans , il a fait plus que tous les entrepreneur Djiboutiens réunis en 30 ans avec des entreprises qu’il fait pousser comme des champignon au milliers d’opportunité que le marché vierge djiboutien offrent. Et puis ils ont l’audace de le critiquer.

Vraiment, ca n’arrive qu’a Djibouti de voir de personnes possédant des richesses allant au delà des 100 millions des francs et ne savent pas comment investir ou OU investir. A leur mort, les millions qui dormaient dans les comptes des banques locales deviennent une épidémie pour la famille entière ou on parle déjà des partages avant même d’enterrer le défunt.

Mais apres tous , il faut bien trouver un bouc-emissaire ..... pauvre etat..


Merci Balou,
Nous avons manqué de discernement en jetant le discrédit sur l'Etat, ce qui est trop facile, et en ne ménageant pas le moindre effort. Je pense qu'on accorde, à l'État, un rôle démesuré en attendant qu'il se manifeste à tout bout de chemin avec des solutions toutes faites. Faisons ce qui est en notre pouvoir et à notre niveau seulement. Franchement, on manque cruellement de société civile "citoyenne", de fonctionnaire "citoyen" et secteur privé "...", c'est-à-dire conscients des enjeux et des opportunités qui existent dans notre pays et qui lui accordent toute leur attention. La priorité au bled au lieu d'investir massivement ailleurs (Éthiopie, Dubaï, France, etc.), par exemple.
djibouti25
0

#21 L'utilisateur est hors-ligne   Mahmoud Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
187
Inscrit :
04-avril 10
Gender:
Male
Interests:
Politiques

Posté 14 août 2010 - 06:56

Oui mais quand on investie dans le Pays c'est Khadra Haid qui veux tout ramasser après.

La Preuve, la Banque Indosuez va fermer ses Porte, ça prouve qu'à Djibouti y'a pas de Place pour des Grande Banque Qui ont de la Crédibilité !!!

Place aux Banques qui font des Magouilles, et c'est ce qui fait peur aux investisseurs qui soit Etranger ou même Djiboutiens.
0

#22 L'utilisateur est hors-ligne   Kazoo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
132
Inscrit :
10-février 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti

Posté 14 août 2010 - 10:01

Voir le messageBalou, le 14 août 2010 - 02:01 , dit :

J’y ai pensé mais je n’arrive pas a cause des sarcasmes de certains….

Pour le dédouanement, personne n’a fait un constat encore. Je te le dirais quand ca sera le cas….

La société civile de djib vagabonde au gré des opportunités matérielles et immatérielles, au delà de la définition du volontariat et de l’appartenance sociale. Personne ne se charge a réaliser une action de bienfaisance sans chercher de contrepartie monétaire et pire encore les personnes proactive qui entament de tels projets avec sa bonne intention de mécénat sont insultées et humiliées. Des gens qui n’ont pas le cœur d’aider sont juste la pour critiquer, ou cocote à ternir l’image des bonnes âmes. Si l’état devrait intervenir, c’est pour emprisonner ces merdes.

Pour ce qui est du secteur privé, ce n’est pas les Donald qui composent les commerçants de Djibouti qui me fait mal mais plutôt leur ignorance et leur ingratitude á voler les idées novatrices introduites par les jeunes généralement qui n’ont pas tous les moyens financiers nécessaires pour totalement effectuer leur projet.

Une societe civile active et un secteur privé aguichant sont les deux autres facteurs important à considérer au coté de l’état pour définir l’équation de la constitution d’une nation.


Cher ami,
Merci d'avoir répondu aussi calmement à mes sarcasmes. Ceci dit, tu sembles ignorer que les commerçants sont appelés ainsi parce qu'ils font du commerce qui est basé sur la recherche du profit, et la prise de risque est un paramètre qui ne leur fait pas peur, si ce risque est raisonnable. Mais dans un environnement cloisonné, opaque et où les règles qui ont cours ne sont pas celles qui sont écrites, je ne vois pas comment un honnete commerçant consentirait à investir le moindre sou, quelque soit le projet. Il n'existe aucune garantie que l'argent reviendra à l'investisseur, puisqu'aucun tribunal de commerçe n'existe à Djibouti.

Le secteur privé est balisé mon frère, et il ne reste pas une miette de gateau pour le commercant inconnu ou qui veut s'introduire dans le marché. Tout est cloisonné et fermé à double porte, pour le plus grand profit de l'entourage du gouvernement.

Que peut faire l'Etat, encore une fois? Pas tout, c'est vrai. Mais il pourrait décloisonner le secteur privé, clarifier les règles d'octroi des marchés et de concurrence, veiller à leur strict application, créer un tribunal de commerce pour regagner la confiance des investisseurs, locaux notamment. Faire son boulot tout simplement.

Et les citoyens, que peuvent-ils faire? Faire leur boulot eux aussi. Aller au travail, tous les jours et respecter la loi, strictement, en refusant les passe-droit et les entorses aux règlements.
0

#23 L'utilisateur est hors-ligne   mehmon Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
383
Inscrit :
19-octobre 06

Posté 15 août 2010 - 05:50

Debat constructif sur Djibnet, je l'avoue, ce n'est pas tout le temps le cas.

Sinon, maintenant qu'il y a des gens assez lucides parmis nous qui realisent qu'il n'incombe pas a l'Etat de tout faire et que la societe civile a sa part des responsabilites, que faire? Quelle est la prochaine etape? Comment commencer par nous, ceux d'entre nous ici qui defendent une plus grande participation de la societe civile? Que sommes nous prets a faire? Comment nous organiser?
Nous savons tous que la plupart des associations sur place ne remplissent pas leur fonctions, comment combler ce vide? Integrer ces associations fantomes ou plutot creer d'autre (une ou deux) qui prendrons leur responsabilites sociales?

Proposez et discutons sur comment combler ce vide et jouer pleinement notre role de societe civile citoyenne.
0

#24 L'utilisateur est hors-ligne   diplomat101 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
5 544
Inscrit :
28-décembre 09
Gender:
Male
Location:
djibouti....pour l'instant
Interests:
l'art contemporain

Posté 15 août 2010 - 06:02

Voir le messageMahmoud, le 14 août 2010 - 06:56 , dit :

Oui mais quand on investie dans le Pays c'est Khadra Haid qui veux tout ramasser après.

La Preuve, la Banque Indosuez va fermer ses Porte, ça prouve qu'à Djibouti y'a pas de Place pour des Grande Banque Qui ont de la Crédibilité !!!

Place aux Banques qui font des Magouilles, et c'est ce qui fait peur aux investisseurs qui soit Etranger ou même Djiboutiens.


Il est facile de critiquer kadra dans un contexte comme celui du forum...
Il faut avancer des preuves de tes accusations pour prouver tes affirmations!!!
Et plus qu'elle est l'utilite de la banque indosuez,il y a au moins dix banques qui ont ouvert leurs portes!!
La banque indosuez a su tenir la concurrence des nouveaux banques en plus il etait difficile pour un chomeur djiboutien d'ouvrir un compte courant...
La banque indosuez stigmatisait les chomeurs est les bas revenus!! =D> =D>
Mais de plus djibouti est un pays qui a monter d'un cran economiquement dans la banque indosuez ne peut repondre a cette cadence soutenu par le port de doraleh,ils ont besoin de renover leurs systeme financier et amener des banques adapter a la nouvelle economie djiboutienne... =D>
0

#25 L'utilisateur est hors-ligne   djibouti25 Icône

Groupe :
Membres
Messages :
7
Inscrit :
03-août 10

Posté 16 août 2010 - 11:48

Voir le messagemehmon, le 15 août 2010 - 05:50 , dit :

Debat constructif sur Djibnet, je l'avoue, ce n'est pas tout le temps le cas.

Sinon, maintenant qu'il y a des gens assez lucides parmis nous qui realisent qu'il n'incombe pas a l'Etat de tout faire et que la societe civile a sa part des responsabilites, que faire? Quelle est la prochaine etape? Comment commencer par nous, ceux d'entre nous ici qui defendent une plus grande participation de la societe civile? Que sommes nous prets a faire? Comment nous organiser?
Nous savons tous que la plupart des associations sur place ne remplissent pas leur fonctions, comment combler ce vide? Integrer ces associations fantomes ou plutot creer d'autre (une ou deux) qui prendrons leur responsabilites sociales?

Proposez et discutons sur comment combler ce vide et jouer pleinement notre role de societe civile citoyenne.


Merci pour tes remarques positives sur le sujet et les commentaires qui sont de très grande qualité. Je ne peux m'empêcher de rappeler ici la remarque d'un sage que les poids des années lui faisaient dire que "l'intelligence gît dans la société", autrement dit, elle est répandue à travers les personnes qui la compose. On s'en aperçoit à travers les multiples propositions qui entourent cet article. Personne n'a le monopole des bonnes idées et ne devrait surtout pas disposer ou s'arroger tout seul du pouvoir de les imposer sous prétexte qu'elles sont les meilleures.
Et mehmon, tu as raison de poser toutes ces questions, d'ailleurs, c'est vers ce sens que j'ai écrit cet article : nous interroger. Et en guise d'un début de réponse à tes questions, la solution pourrait se trouver dans la formation, la sensibilisation, le renforcement des capacités et un meilleur encadrement des acteurs de la société civile (clarification du cadre juridique qui date d'un siècle, incitation à la formation de fédérations pour décourager les associations mono-personne, établissement des critères de mérite, mettre en place un observatoire de la société civile du niveau d'un centre de réflexion et de suivi du monde associatif, etc.).
Djibouti 25
0

#26 L'utilisateur est hors-ligne   Balou Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
484
Inscrit :
22-juin 03

Posté 16 août 2010 - 02:09

Kazoo,

Je serai d’accord avec toi dans le cadre ou la création d’entreprise est motivée principalement par le profit. Mais chez nous, ce n’est pas le désir de faire profit qui manque mais le comment. Il va á l’encontre de toute personnes décidées à investir de prendre un risque calculé comme on dit, mais nos fameux commerçants ne prennent que des entreprises á zéro risque ou du moins ceux qu’ils croient que ca l’aient. Tu dois certainement te demander ce que doit être un commerce á zéro risque, je veux dire par cela le commerce dont tu vois quelqu’un d’autre faire des profits et que tu t’introduis parce que tu disposes des larges moyens financier á la banque. Le manque d’initiative est ce qui pénalise à notre secteur privé. Nos entrepreneurs locaux connaissent tous comment jouer au dessus du système ou le détourner et cela n’est pas la raison première de leur réticences. C’est le manque d’idée qui est le premier stage de la création d’entreprise et
du développement du secteur privé.

Je ne t’en dis pas la multiplicité des cybercafé, des magasins électroniques, des entrepreneurs BTP, etc… Regarde le marché de d’eau, il ya peine quelques années, il n’y avait pas un seule usine d’embouteillage d’eau alors que maintenant tous le monde s’y met. Après Crystal, il y a eu Iljano, Eau de Tadjourah, et la toute dernière BIO, l’eau du mont d’Arta. Et je ne t’en dis pas les différentes marques qui sont importées. Je ne m’en plains pas d’un cote, Dieu merci la concurrence et le choix. Par contre d’un autre coté, je me battrai pour la créativité. Tu as de l’argent, investi á l’embouteillage des jus (personnellement, le petit jus de Djibouti qui était fabriqué au début des années 90 me manque) et diversifie les services que tu offres á la clientèle. Il faut privilégier la complémentarité plutôt que la concurrence á ce stage.

Au dessus de tout, on a besoin d’un secteur primaire entreprenant et des hommes d’affaires responsable s’engageant à révolutionner le secteur. Si ca t’es tenté, fais moi signe, on pourra devenir partenaire et montrer l’exemple. lool

Bonne journee
0

#27 L'utilisateur est hors-ligne   Kazoo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
132
Inscrit :
10-février 10
Gender:
Male
Location:
Djibouti

Posté 19 août 2010 - 10:37

Voir le messageBalou, le 16 août 2010 - 02:09 , dit :

Kazoo,

Je serai d’accord avec toi dans le cadre ou la création d’entreprise est motivée principalement par le profit. Mais chez nous, ce n’est pas le désir de faire profit qui manque mais le comment. Il va á l’encontre de toute personnes décidées à investir de prendre un risque calculé comme on dit, mais nos fameux commerçants ne prennent que des entreprises á zéro risque ou du moins ceux qu’ils croient que ca l’aient. Tu dois certainement te demander ce que doit être un commerce á zéro risque, je veux dire par cela le commerce dont tu vois quelqu’un d’autre faire des profits et que tu t’introduis parce que tu disposes des larges moyens financier á la banque. Le manque d’initiative est ce qui pénalise à notre secteur privé. Nos entrepreneurs locaux connaissent tous comment jouer au dessus du système ou le détourner et cela n’est pas la raison première de leur réticences. C’est le manque d’idée qui est le premier stage de la création d’entreprise et
du développement du secteur privé.

Je ne t’en dis pas la multiplicité des cybercafé, des magasins électroniques, des entrepreneurs BTP, etc… Regarde le marché de d’eau, il ya peine quelques années, il n’y avait pas un seule usine d’embouteillage d’eau alors que maintenant tous le monde s’y met. Après Crystal, il y a eu Iljano, Eau de Tadjourah, et la toute dernière BIO, l’eau du mont d’Arta. Et je ne t’en dis pas les différentes marques qui sont importées. Je ne m’en plains pas d’un cote, Dieu merci la concurrence et le choix. Par contre d’un autre coté, je me battrai pour la créativité. Tu as de l’argent, investi á l’embouteillage des jus (personnellement, le petit jus de Djibouti qui était fabriqué au début des années 90 me manque) et diversifie les services que tu offres á la clientèle. Il faut privilégier la complémentarité plutôt que la concurrence á ce stage.

Au dessus de tout, on a besoin d’un secteur primaire entreprenant et des hommes d’affaires responsable s’engageant à révolutionner le secteur. Si ca t’es tenté, fais moi signe, on pourra devenir partenaire et montrer l’exemple. lool

Bonne journee


Voici les points sur lesquels je suis d'accord avec toi : le manque de créativité des gens qui disposent d'argent et qui pourraient l'investir quelque part, et le suivisme des Djiboutiens qui s'engouffrent tous dans un filon jusqu'à le saturer.

Ceci dit, je suis convaincu que si les commerçants et les investisseurs avaient assez de garanties (par ex l'existence d'un tribunal du Commerce) et un appui du secteur bancaire ils prendraient des risques. Il y a de plus cette peur ambiante selon laquelle si tu n'as pas "les bons contacts" ou tout simplement si tu n'es "pas né sous la bonne étoile" ton truc ne marchera pas. Les portes ne s'ouvriront pas.
Et les lourdeurs administratives en ont découragé plus d'un. Je ne suis pas pessimiste, mais je pense qu'il ne faut pas se leurrer en se disant qu'il suffit que les investisseurs se "décoincent" et deviennent plus créatifs pour que le secteur privé retrouve un deuxième souffle.
Bonne journée à toi
0

#28 L'utilisateur est hors-ligne   Arreh Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
905
Inscrit :
16-novembre 04
Gender:
Male
Location:
Terrien
Interests:
speculation contemplative, extatique

Posté 23 août 2010 - 03:32

Salaam tout le monde

Depuis le debut du lancement de ce sujet je me suis abstenu de prendre part, non pas par manque d'idees et de propositions a caractere economique mais plutot je suis anime par une obsession de la superstructure politique et institutionelle qui me semble etre la prirorite dans toute societe.
En realite sans la presence d'un systeme et d'institutions transparentes qui en meme temps met en place des planifications a caractere non pas normative mais indicatives, les chances que l'initiative privee aboutit a des resultats sont minimales.

A Djibouti, le systeme est pour moi une coquille vide, il n'ya que les noms et rarement la mission des differentes institutions etatiques sont remplis. Comment pourrais-t-on monter une affaire dans un pays ou rien que pour acheter un timbre fiscale, tu es oblige de supplier des agents insolents et des secretaires au regard de lynx, et sans parler de te procurer les differents documents administratives pour legaliser un projet. Alors qu'a cote, un autre recoit ces papiers au mabraz et pire encore des copies d'un business plan qui appartient a une autre personne ce qui releve de l'espionnage industriel version djiboutienne.

Je me rappelle en 1989, un groupe d'anciens instituteurs amis de mon grand frere ont tente de lancer une exploitation industriel du sel avec des plans d'entreprise tres realisable, ce groupe se sont documente et envisageait jusqu'a l'emballage du sel de cuisine grace a des machines modernes. Les pauvres se sont vus malmene par les differents rouages du systeme qu'ils ont finalement abandonne le projet au bout de deux annees de travail administratives. Aujourdhui certes on me retorquera que les choses ont change, mais e vous dit que c'est devenu plus subtile, comme disait kazoo, il faut avoir des connections ou etre un membre de ces quelques familles ou etre apparente a ces dernieres.

La verite, c'est que les djiboutiens ont aucune confiance a cette machine administrative qui n'existe que sur papier. J'ai songe depuis un moment a un projet tres realisable qui pourrait creer de milliers d'emplois directe ou indirecte et enclenche un cycle de croissance tres prometteur qui pourra durer des dizaines d'annees mais je suis tres pessimites et je n'ai aucune confiance au systeme. C'est pourquoi je suis carrement obsede par la politique et que je songe tout le temps a des systemes qui peuvent baliser notre chemin vers le developpement.

Je pense plutot que l'Etat djiboutien doit creer un espace favorable et transparent pour que l'initiative prive prend un risque raisonnable. Les institutions sont la mais elles sont enrayes par des pratiques tres douteuses qui me font penser a la mafia, d'autres brillent par leur hibernation comme la Court des Comptes.

Mais je pense qu'en ce moment avec les sommes astronomiques que le gouvernement depensent pour la vanite, on pourrait creer un systeme de securite sociale minime qui pourait assurer une certaine dignite aux plus demunis. Ceci couple que l'Etat s'implique dans l'importation des denrees alimentaires et cree des societes publiques pour concurrencer ces commercants sans scrupules qui profitent de la misere et qui cree sorte de ghetto economie. Ainsi un cycle de croissance peut etre relance car les plus demunis pourrant avec les allocations devenir des consommateurs.

Pour ma part je crois que l'Eat ne fait pas assez son travail qui est celui d'orienter l'activite economique.
salamoulaahi alaykoum

Ce message a été modifié par Arreh - 23 août 2010 - 03:40 .

Ma Maman
Mine intarissable d'amour et de tendresse pour moi
Apres Allah et Son Messager a la cime des origines de mes emois
En realite maman tu es ma principale porte d'entree vers la felicite divine
Ceci corrobore par tant de hadiths authentiques et nullement une chose vaine
Arreh
0

#29 L'utilisateur est hors-ligne   hassan farah Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
112
Inscrit :
26-juillet 09

Posté 27 août 2010 - 09:39

ramadam karim apres le butegaz vaut au yemen 300 frd a djibouti ce 5000 frd ce un benefice de 2300% imaginez un benefice de 2300% et aussi personne autre ne peut importe le butegaz au yemen just la famille boreh mais mnt ce la famille quivends le butegaz ce un president non walahi ce un homme affaire voila djibouti mon cheres voila la face cachee de regime ismael omar guelleh.
0

#30 L'utilisateur est hors-ligne   Mahmoud Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
187
Inscrit :
04-avril 10
Gender:
Male
Interests:
Politiques

Posté 28 août 2010 - 01:57

Si j'etait IOG Bobar, j'allais baisser le Prix du Butagaz a 300 fdj ! Au Lieu de 5000 fdj.
Rien que pour n'arguer Boreh.
:P
0

Partager ce sujet :


  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet