djibnet.com: Un Message A Notre Frère Arreh! - djibnet.com

Aller au contenu

  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Un Message A Notre Frère Arreh! Noter : -----

#16 L'utilisateur est hors-ligne   Zieg Heil Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
428
Inscrit :
06-septembre 09
Gender:
Male
Location:
D J I B O U T I

Posté 20 juillet 2010 - 02:24

Salut tout le monde,

Je suis vraiment ému par ce que vous postez, et surtout la façon dont vous argumentez. Je ne vous ai pas lâché tout au long de ce sujet, et ce que j’ai vraiment eu comme émotion stimulatrice qui me crée l’effet de substance excitante est que certains ont la conviction que l’« occidentalisation » de nos coutumes et mœurs ferait bonne affaire. On ne puis se permettre de faire ainsi, à moins que les coutumes elles-mêmes ne nous fassent défaut !
En plus, le tribaliste est blâmé par ici, loué par là, lorsque d’autres en restent indifférents.
Moi, je ne me laisse emporté par l’emprise de ce phénomène qu’est le clanisme, d’ailleurs très répandu de nos jours dans ce coin de la corne d’Afrique, mais je suis pour un divorce total de la culture occidentale et celle des Somalis ou Afar.
Cette culture a longtemps existé, sous différentes formes, mais est-elle restée la même. Et c’est l’essentiel. Sauf qu’actuellement, nous vivons des jours difficiles. La belle tradition prend une face toute différente, surtout chez les jeunes qui se déplacent à pas de géant, projetant leurs regards vers une culture qui n’est point la leur. Ils se retrouvent loin devant la leur, sans surtout atteindre l’objectif.
Et ce qui amène le problème du tribalisme, ce que quand leurs parents (chez qui la culture semble être vivante…) essaient de leur apprendre leur origine, leurs ancêtres, leurs valeurs… et bien sûr leurs tribus, les choses tournent mal et l’on est susceptible d’être épris de la valeur morale de sa tribu. De là, les gens s’amusent avec le phénomène au point de se référer au clan pour interpeller quelqu’un.
Pendant des centaines d’année, le Xeer Issa a existé, la coutume Afar aussi… Par contre, le tribalisme primaire est ce qui met en danger l’existence-même et la sainteté de ladite culture.
La seule solution à ce problème est, je le répète, le divorce sans concession de notre culture avec celle de l’occident.
Sinon, les générations futures auront un mal permanent à se reconnaître dans ce qu’on appelle la « société primitive ».

MX
[i][b]"If the freedom is short of weapons, we must compensate with willpower." A.H

"I have more respect for the man who lets me know where he stands, even if he is wrong, than the one who comes like an angel while he is nothing but a devil..." MX

"On ne peut pas dévorer le diable sans en avoir avalé les cornes..." J.Staline[/b][/i]
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   Arreh Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
905
Inscrit :
16-novembre 04
Gender:
Male
Location:
Terrien
Interests:
speculation contemplative, extatique

Posté 20 juillet 2010 - 02:42

Frere Djib-libre

On s'accorde qu'a Djibouti en ce moment il n'ya pas de systeme politique dans aucun sens donne, ni dans les methodes traditionelles ni selon cette democratie que je trouve parfois irritante quand certains se dissimulent derriere. Certains avancent que les systemes de pouvoir sont present et enumere les phrases apprise, mais dans la realite il ya une absence totale du principe abstrait de la Loi ce qui nous laisse dans une zone grise que je qualifie tout le temps de bricolage politique.

Depuis le debut de mes interventions ma recherche s'inscrivait dans une optique de consensus et de la creation d'un systeme constitutionel qui reflete bien nos realites sans laisser rien au hasard. Mon insistence sur les issas et les afars est juste une question de priorite car tout systeme politique qui sera mis en place qui nie ces realites serait un grand prejudice qui nous menerait droit dans des crises insurmontables. Quand ta maison brule, il faut d'abord penser a eteindre le feu plutot que compter les degats causes par le feu.

Il nous faudrait un systeme que dans lequel tout le monde se retrouve, avec une ossature qui incorpore l'ensemble de nos valeurs, il faut entendre nos valeurs en premier la Religion dans un sens de foi et moralite car les sages du Xeer et du Sultana etaient avant tout des hommes pieux et integres, a la difference de nos elites dirigeantes qui passent leurs soirees au Club Nautique et au Club Cheminot qui se saoulent jusqu'aux premieres heures de la journee.

L'exemple du systeme traditionel somalien que le president du fait de son age tranche sur les decisons est encore une fois une perversion du syteme des institutions traditionelles par les belettes engraisses.Ceci est inexistante par exemple dans le systeme du Xeer, Ugaas wu guudoomiyaa ee ma gooyo, l'Ougass preside mais ne tranche pas l'affaire, il est donc claire que meme l'Ougass qui represente la magistrature supreme du systeme n'a aucun pouvoir dans les decisions prise par le conseil du Gande, alors qu'en dirais-tu d'un president qui dirige une petite entite ayant vu le jours a la suite d'un pure accident de l'histoire.

Il est malheureux que nos elites intellectuelles aient atteint de paresse intellectuelle depuis longtemps, et n'ont songe a aucun moment de faire le menage dans nos sytsemes politiques et creer un systeme propre a nous avec l'exercice d'une autorite et d'un pouvoir reel. Il serait ideal par exemple de creer une chambre haute genre Senat qui prend ses assise sous les arbres dans les oueds du Nord et Sud, dans les quartiers des villes, proche de leur base, independante financierement , qui dispose d'un echo important sur la population, cela pourrait a bien d'egards controler la masse et en meme temps nous premunir que des dictateurs hypothequent notre existence et cela serait valable pour toute l'afrique.

Ce verset du Coran " il n'ya rien de bon dans la pluspart des reunions qui se tiennent en secret, hormis celles qui ordonnent la charite, ou exhortent le bien ou cherchent a aplanir le different entre les hommes,"

Pour moi il est primordial de chercher des solutions qui nous servent sur le long terme sans oublier aucune composante et etablir avec sagesse un systeme qui doit refleter tout le monde. J'ai horreur de m'embarquer dans un bateau sans mat et me lancer dans l'ocean, je crois plutot a l'ordre des choses et reconnaitre les priorites.

Salamoulaahi layakoum

Ma Maman
Mine intarissable d'amour et de tendresse pour moi
Apres Allah et Son Messager a la cime des origines de mes emois
En realite maman tu es ma principale porte d'entree vers la felicite divine
Ceci corrobore par tant de hadiths authentiques et nullement une chose vaine
Arreh
0

#18 L'utilisateur est hors-ligne   Mirgan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
668
Inscrit :
17-janvier 09

Posté 21 juillet 2010 - 04:38

[/quote]
Les systèmes traditionnels sont basés sur le principe du consensus, alors que la démocratie occidentale est fondée sur la loi de la majorité
[/quote]

Tout est résumé dans cette phrase. Notre solution tenait donc qu'à une phrase :

"Les systèmes traditionnels sont basés sur le principe du consensus, alors que la démocratie occidentale est fondée sur la loi de la majorité
".

Le mot consensus. Tout est dans ce mot. Je suis subjugué par ce mot. La réponse aux maux dont souffre l'Afrique toute entière réside dans ce mot: Consensus

Pourquoi donc ne pas créer un nouveau système d'organisation sociale et politique : Le consensualisme ? ou encore plus exotique la consentrie ?

Dans nos langues respectives ça renvoyerait à l'idée du célèbre verdict de l'Arbre : Caxa ou en Somali : Geed.

La démocratie a permis en Afrique aux hommes sans foi ni loi de régner en maitres à la tête de leurs pays respectifs. La démocratie fonctionne peut-être dans les pays ou la tribu ou le groupe n'a pas d'existence officielle mais ou l'individu prend toute sa place. Ce qui n'est pas le cas des pays africains.


Nos pays sont de tradition collectiviste et non individualiste. C'est là les noeuds du problème.

Mes chers amis, vous avez posé le problème et analysé finement la situation kafkaienne dans laquelle nous nous sommes enfoncés.
Cette situation, nous l'héritons de la colonisation depuis que l'homme blanc est venu foutre le bordel chez nous, depuis que l'Afrique a été morcelé en plusieurs pays sans tenir compte des considérations ethniques de ses occupants.
C'est ainsi que les Afars se sont retrouvés divisés en 3 parties et les Somalis en 5.

Pour sortir de cet état de fait, vous avez trouvé la solution et l'honneur vous en revient. Voila des Djiboutiens qui font honneur aux leurs. J'en suis fier Wallahi.

Je veux d'abord vous laisser la parole avant que je ne vous fasse état de mon point de vue sur ce nouveau système que nous devons créer tôt ou tard pour le bien être de nos enfants et de l'Afrique tout entier.

La démocratie n'a plus sa place dans nos sociétés africaines. Pourquoi les appelez-vous traditionnelles ? Ne vivons-nous pas dans une époque moderne ?

C'est qui est traditonnel c'est vos états d'esprit qui êtes restés étroits jusqu'à ne pas faire la différence entre le fait d'appartenir à une tribu, chose qui n'est pas mauvaise en soi et le fait de tribaliser son appartenance ethinque, chose qui constitue un frein à la coexistence pacifique entre les communautés.

Traité da la Consentrie
. Je le vois comme ça notre avenir. Ce n'est ni moi ni vous qui l'avons inventé. Ce traité existe depuis la nuit de temps dans toutes les sociétés africaines. Mais, il n'a pas été transposé à ladite société "moderne" ou à l'Etat moderne.

@Wakaan

Mon cher ami, l'Ugas chez les Issas est désigné parmi un groupe d'homme appartenant exclusivement qu'à une seule tribu, le Wardiiq et non élu. De la même manière chez les Afars, seuls les Qasah Yamara sont les détenteurs du pouvoir de Sultanat ou la succession des Sultans est héréditaire comme en Awsa et à Bixu ou encore d'une même famille comme à Tadjourah ou Rahayto.

Alors, comment oses-tu comparer ces systèmes avec celui du Président de la République ?
Un président est élu au suffrage universel, ce qui n'est pas le cas des Sultanats ou Chefferies.

A tantôt.
0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   Mabrouka Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
141
Inscrit :
10-juin 09
Location:
Paris

Posté 21 juillet 2010 - 02:13

Salam à tous
Je suis vraiment épatée par ce que je viens de lire dans ce post et je partage entièrment cette fierté de Mirgan de savoir que des têtes aussi incroyable existent chez nos compatriotes.
Et sincérement c'est de loin la meilleure analyse politique que j'ai pu voir dans ce forum ou dans la vie tout court venant surtout de Djib-libre, Arreh et Boustos.
Je savais un peu sur notre frère Djib-libre apres avoir eu la chance de lire des nombreux post qu'il avait initié et comme j'ai deja fait remarquer il ecrivait dans un celebre journal africain avec ce meme pseudo. J'aime lorsque le savoir des uns s'ajoutent pour donner de quelque chose de meilleur et comme disait si justement frere Arreh en citant un verset " les savants et les non-savants ne sont pas egaux" et sincerement je n'ai rien à ajouté et tout est dit et pour renforcer la pensée je reprendrais un paragraphe de Djib-libre.


"Un célébre anthropologue sud-americain disait "un être humain n’est un être humain qu’à travers les êtres humains" Ainsi, tout être humain ne devient véritablement être humain que grâce à sa relation avec d’autres êtres humains. Sous ce regard, les querelles et les conflits entre humains sont dommageables pour l’ensemble du réseau relationnel et doivent donc être traités d’une manière constructive. Une démocratie ne peut fonctionner que si tous ses participants osent exprimer leurs désaccords et que ce débat est respecté par le pouvoir"

Tout est resumé et j'aime ce mot constructive car on assène par coup des lois afin de frustré beaucoup.

Que le débat se poursuit !!

0

#20 L'utilisateur est hors-ligne   waakan Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
899
Inscrit :
28-avril 09

Posté 22 juillet 2010 - 08:10

Voir le messageMirgan, le 21 July 2010 - 04:38 AM, dit :

@Wakaan

Mon cher ami, l'Ugas chez les Issas est désigné parmi un groupe d'homme appartenant exclusivement qu'à une seule tribu, le Wardiiq et non élu. De la même manière chez les Afars, seuls les Qasah Yamara sont les détenteurs du pouvoir de Sultanat ou la succession des Sultans est héréditaire comme en Awsa et à Bixu ou encore d'une même famille comme à Tadjourah ou Rahayto.

Alors, comment oses-tu comparer ces systèmes avec celui du Président de la République ?
Un président est élu au suffrage universel, ce qui n'est pas le cas des Sultanats ou Chefferies.

A tantôt.


Frere Mirgan
Il existe deux systemes , le suffrage universel Direct et le suffrage universel indirect.
Donc je peux dire que les afar et issa ont choisi a ce que le Sultant/Ugaas soit de tel ou tel autre tribue ( groupe de personne). ET ceux dernier choisiront leur Guide ( Ugaas ou sultant).
Voila pourquoi je dis qu'il n'y a pas une si grande difference entre nos droit coutumiers et la democratie.
Voila pourquoi je prefere ne pas me cacher derriere des appelation et que je suis convaincu que djibouti a juste besoin d'une democratie.

Ce message a été modifié par waakan - 22 juillet 2010 - 08:10 .

0

#21 L'utilisateur est hors-ligne   boustos Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
414
Inscrit :
06-décembre 03

Posté 22 juillet 2010 - 08:24

Voir le messageMirgan, le 21 July 2010 - 02:38 AM, dit :


Traité da la Consentrie
. Je le vois comme ça notre avenir. Ce n'est ni moi ni vous qui l'avons inventé. Ce traité existe depuis la nuit de temps dans toutes les sociétés africaines. Mais, il n'a pas été transposé à ladite société "moderne" ou à l'Etat moderne.


Mirgan, je dois avouer que moi aussi je suis séduit par ce mot Consensus, tant qu'il porte en lui-même toute la sagesse et le partage dont nous devions être les détenteurs!

Dans le cadre de mon travail, j'ai découvert un mode de gouvernance et de gestion de conflit nommé la Sociocratie. Ce mode de gouvernance place le consensus au centre des decisions dans une entreprise. Lors d'une réunion de travail, nous devons tous être d'accord sur la décision à prendre et il doit y avoir zéro objection. Si quelqu'un se manifeste autour de la table et dit qu'il n'est pas d'accord avec la proposition initiale, il doit amender et nous allons faire un autre tour de table, et ainsi de suite jusqu'à que tout le monde tombe d'accord et c'est juste à ce moment là que le proposition est acceptée et que la decsion peut être mise en oeuvre.

Même si le processus peut paraître long et studieux parfois ennuyant, n'empêche qu'il est fructueux et accorde de l'importance à toute le monde autour de la table, parfois ça donne plus de confiance à certains qui paraissent plus en retrait que d'autres. La structure devient ainsi horizontale et le directeur est au même niveau que les employés pour ainsi prendre une decision collégiale et à l'unanimité.

Cette mode de gouvernance m'a réllement séduit et je fais un parallèlisme avec le Geed! Et j'ai trouvé des points de similutude fort intéressants et je me disais qu'on pouvait adapter cet outil à nos réalités locales et à nos structures fonctionnelles et traditionnelles. Celà serait un outil propre à nous, fait par nous et pour nous.

Je n'ai jamais été séduit par la démocratie ou cette idéologie qui nous est venue d'ailleurs et imposée par des gens qui ne vivent pas les mêmes réalités que nous et qui ne se gênent pas de fouler au sol nos valeurs, nos traditions et notre façon de vivre.

Le consensus permettrait de mettre toutes composantes communautaires du pays autur de la table et chacun pourrait donner son avis. Ainsi après discussion, nous serions capable de prendre en compte tous les avis de chacun pour en faire un joli bouquet d'idées capable de galvaniser les troupes et surtout qu'ils aient le sentiment d'appartenir à une même famille qui travaille pour un seul obkectif: celui de faire ce coin si aride un paradis pour chaque enfant djiboutien et qu'il se sente fier d'être djiboutien avant d'être fier d'être Arabe, Afar ou Somali.

Ce petit pays est à la croisée des chemins et pour éviter de sombrer comme malheureusement a été la Somalie, il faut des structures fortes et authentiques que d'avoir des modèls souvent complexes bricolés par des puissances qui ne voient que leurs interêts et ne se soucient guère des populations qui vivent la réalité souvent injuste et dramatique de leurs politiques de soutien pour ceux qui oppressent, volent, dilapident les deniers publics et font mourrir de faim des pauvres personnes sans défense.
0

#22 L'utilisateur est hors-ligne   boustos Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
414
Inscrit :
06-décembre 03

Posté 22 juillet 2010 - 08:48

Voir le messageArreh, le 20 July 2010 - 12:42 PM, dit :



L'exemple du systeme traditionel somalien que le president du fait de son age tranche sur les decisons est encore une fois une perversion du syteme des institutions traditionelles par les belettes engraisses.Ceci est inexistante par exemple dans le systeme du Xeer, [b]Ugaas wu guudoomiyaa ee ma gooyo, l'Ougass preside mais ne tranche pas l'affaire, il est donc claire que meme l'Ougass qui represente la magistrature supreme du systeme n'a aucun pouvoir dans les decisions prise par le conseil du Gande, alors qu'en dirais-tu d'un president qui dirige une petite entite ayant vu le jours a la suite d'un pure accident de l'histoire.


Arreh,il est drôle de voir comment l'avénement du nouveau ugass était célébré politiquement par l'élite politique au pouvoir, tu les voyais s'afficher devant les caméras pour la cérémonie de courronnenement de l'Ugaas et autres récéptions bien arrosées pour sa venue à Djibouti. Si au moins le Président et sa clique s'inspirait du Xeer Issa au lieu de se photographier aux côtés de l'ugass pour marquer le coup, ils auraient eu plus d'égard et de respect de la part de tout le monde. Mais au contraire, ils préferent pavanner et se targuer d'avoir participer au processus du rapt de l'ugass et dépenser des sommes astronomiques pour surtout épater et tirer sur la fibre tribale en jouant avec les symboles.

Arreh dit :

Ce verset du Coran " il n'ya rien de bon dans la pluspart des reunions qui se tiennent en secret, hormis celles qui ordonnent la charite, ou exhortent le bien ou cherchent a aplanir le different entre les hommes,"


Le jour où nos dirigeants s'inspireront du Coran, ce jour-là n'est pas prêt d'arriver car celà va signifier la fin des haricots pour eux. Mais par contre, le Président ne se gêne pas de sortir quelques versets et autres références du prophête Mohammad (CSW) lors de ses discours à la nation mais que dire le jour où ces même versets vont temoigner contre lui! Sub'xanallah
0

#23 L'utilisateur est hors-ligne   trainer Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
123
Inscrit :
15-juillet 10

Posté 22 juillet 2010 - 10:26

Voir le messageUn Djib-libre, le 18 juillet 2010 - 02:49 , dit :

Salut tout le monde,
Sujet interessant qui me permet de sortir de ma grotte afin de mettre mon grin de sel.
Souvent, les carences en démocratie et le sentiment ethnique sont considérés comme les causes des conflits. Je préfére pour ma part me concentrer sur l’influence des chocs historiques sur les institutions politiques et la redevabilité du pouvoir.

Dans la plupart des analyses actuelles sur notre pays, la période avant la colonisation ou même avant l’indépendance n’est pas prise en compte et si elle l’est, c’est simplement pour expliquer l’articulation ethnique des conflits comme par exemple la rivalité historique entre tel tribu et un autre, alors qu’en fait ces identités sont beaucoup plus fluctuantes qu’on ne le pense.
Il est saint de reconnaitre quand meme que certains clans sont plus meritant que d'autres pour l'accession à l'independance.
Et dire qu'on est tous égaux dans un pays en terme de droit oui mais je pense pas que c'est valable en terme d'effort ce qui explique que certains de nos concitoyens ne se sentent pas concernés au fond d'eux de l'avenir de Djibouti par exemple.
Il serait hytopique quand meme d'imaginer une democratie à l'occidentale ou y aurais pas d'appartenance à un clan.
J'aime l'idée qu'on est en avant garde les lois coutumiers pour combler les errements du système juridique post independance imposé. Dont celle que je connais mieux de la confédération des tribus Issas est donc régie par un droit coutumier (Xeer) qui comprend un code pénal, une constitution politique et un ensemble de règles d’éthique sociale. Sa première vocation est de sauvegarder la cohésion sociale et de restaurer la paix à travers des mécanismes complexes de régulation des conflits et de l’exercice du pouvoir. Et meme si ces mécanismes ont été manipulés et coupés de leur philosophie politique, auquel se rajoutent les défis de la mondialisation et de la loi du plus fort, ils en demeurent enocre les plus efficaces à mes yeux.
Pour vous donnez un exemple parfait, celui de la Somalie nous montre comment le discrédit d’anciennes coutumes peut mener au conflit et au dépit de la démocratie. En Somalie, la constitution ou loi coutumière (Xeer) fut abandonnée par le dictateur Siyad Barré, qui a pris le pouvoir en 1969 avec un coup d’Etat, dans une volonté d’inscrire la modernisation de la Somalie dans l’esprit du modèle socialiste. Mais si Barré a également tenté par tous les moyens de réduire l’organisation clanique et les autorités locales, c’était dans le but de renforcer son gouvernement central.Par le moyen législatif, l’Etat a pris le contrôle des aspects les plus sensibles de la vie sociale, politique et économique, précédemment pris en charge par les clans ou les chefs de villages, suivant ainsi la tradition de la Xeer. Barré mit également en place une organisation pan-somalienne, devant regrouper l’ensemble du peuple somalien, dans le but de remplacer les allégeances claniques. C’est ainsi qu’a émergé une nouvelle élite politique urbaine dont les revenus dépendaient exclusivement des ressources de l’Etat. Cette élite urbaine a alors lutté pour son enrichissement en s’assurant l’accès à l’appareil d’Etat. Ce mouvement prit alors le nom de tribalisme ou clanisme, bien qu’il n’y a rien à voir entre ce phénomène et celui de la traditionnelle médiation inter-tribale ou inter-clanique. Alors que l’Etat devenait la première source de revenus, la compétition au sein de l’élite urbaine se jouait de plus en plus suivant des préférences généalogiques, mais sans restriction par la loi coutumière (Xeer). Et vous êtes d'accord que cette forme des néo elites urbaine et bien presente de nos jours à Djibouti en privilegiant avant tout leur épanouissement personnel certe ephémère.
En retirant le pouvoir au niveau local et en sapant la loi coutumière, Barré a également sapé les fondements du système traditionnel de règlement des conflits et d’équilibre des pouvoirs qui avait été institués depuis des années.

Bien que je partage pas votre admiration du sytème Somaliland je reconnais qu'il y est un flechissement par rapport à leur revendications prémieres.

Bien à vous.

arreh na pas tort sur ton ID, welcome back cher ami j avais attendu longtemp pour avoir cet opportuniter de t ecrire.
vous etes tou les deux des modeles a suivre,
j en rajouterais pas plus, mais merci d etre sorti de ta grotte... =D>
0

Partager ce sujet :


  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet