djibnet.com: Que Doit On Faire Afin De Préparer La Transition De 2011? - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Que Doit On Faire Afin De Préparer La Transition De 2011? La nécessité d'une approche globale de l’opposition Djiboutienne. Noter : -----

Sondage : Un homme au pouvoir n'a qu'un seul parti à prendre, le sien qui le maintiendra au pouvoir. [J-J Richard] (4 membre(s) ont votés)

Les 12 Revendications de ce Plan d'actions

  1. Faut t’il juste attendre le moment du vote en 2011, pour nous faire dire encore une fois d'utiliser inutilement l'arme du boycotte? (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

  2. Où, ce Plan d'Action est la base nécessaire pour agir et trouver un consensus démocratique... (4 votes [100.00%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 100.00%

Les Partis et Mouvements d'oppositions

  1. Doivent-ils oublier notre passé pour nous condamner à le répéter en optant encore une fois pour une gouvernance tribale? (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

  2. Nous voulons dorénavant des vraies démocrates à la direction des affaires de notre République avec la participation du peuple. (4 votes [100.00%] - Voir)

    Pourcentage des votes : 100.00%

Vote Les invités ne peuvent pas voter

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Doleances

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
206
Inscrit :
08-décembre 09

Posté 13 décembre 2009 - 09:11

Du Collectif : DOLÉANCES DU PEUPLE DJIBOUTIEN

À : Tous les partis et Mouvements politique Djiboutien au pays comme dans la diaspora.
CC : Veuillez SVP faire acheminer ce courriel à tout autre parti et intéressés(es) par cette démarche.

Sujet : La nécessité d'une approche globale de l’opposition sur les règles, les principes et les aspects incontournables de tout processus démocratique crédible rendant la voix au peuple Djiboutien, d’ici les élections de 2011.

Qui sommes-nous?

En juin 2009, nous étions un petit groupe de 35 individus de toutes tendances ou convictions politiques et de diverses nationalités de pays d’accueil dont des citoyens Canadiens, Américains, Britannique, Français, Belges et Hollandais avec la seule et même passion commune de promouvoir le changement dans notre mère patrie; la République de Djibouti.

Suite à une longue réflexion du groupe initial et un consensus sur les possibilités et les démarches en forme de plan d’actions, nous avons lancé une communication courriel en chaîne ralliant à la cause un peu plus de 30 000 Djiboutiens(nes) établis(es) en grande partie dans la diaspora sous la raison sociale; Doléances du Peuple Djiboutien.

Notre collectif n’a nullement l’ambition de devenir un parti politique mais un outil de communication en vue des prochaines élections.

Consensus du Collectif:

Ayant tous mis à ce jour, inconsciemment, l’emphase sur ce qui nous divisait plutôt que ce qu’on avait en commun en tout cas pour certains, au grand plaisir de CEUX qui en n’ont tiré profits, notre collectif est arrivé au consensus suivant :

* La mémoire nous rappelle qu’on n’a pas besoins forcement d’être d’un clan, d’une tribu, d’une race ou d’une mouvance politique pour faire ce qui est juste.
* Des divisions inutiles sur des lignes de parties en ce moment, serait nous résigner encore une fois à des boycottes d’élections au grand bonheur d’IOG. Surtout lorsqu’on connait en général de nos parties d’oppositions que leur dénominatif et la personnalité souvent autoproclamés ou propulsés du jour au lendemain aux fonctions de président de parties. Sans adhérant, sans participation ou consultation de leur base quand ils ont en une, n’ayant jamais fais l’effort d’exposer aux Djiboutiens leur projets de société dans les réformes politiques, institutionnelles, économiques et le développement qu’ils envisagent d’entreprendre afin de présenter au peuple des choix d’alternatives clairs.
* Les options devant nous pour 2011 après 32 ans de galère sont les suivantes :

* Résumer nos attentes à un changement dans la continuité pour les intérêts partisans d’un groupe ou d’une minorité afin de substituer une dictature par une autre ou des individus sur des critères claniques ou tribales dans la conduite des affaires du pays, prouverait la logique macabre d’IOG du manque d’alternative capable de prendre le flambeau.
* Non aux fraudes et aux lois électorales loin de représenter les réalités démographiques des régions.
* Les membres de l’assemblée nationale doivent être dorénavant composé d’élus du peuple et non nommés par un président.
* Jamais plus un président accumulant toutes les fonctions dont celui de chef du gouvernement en se complaisant dans le rôle d’un monarque.
* Séparation du pouvoir exécutif, législatif et judiciaire.
* La liberté, l’égalité, l’équité et la justice pour tous les Djiboutiens(nes)

Sa serait encore manquer une autre chance de sortir l’opposition de la marginalisation et le pays de ce marasme si on s’entend pas sur ces principes fondamentaux de la vie en démocratie.


L’immobilisme et le silence faisant de nous tous des complices, la conscience nous demande d’agir.

Les rumeurs lancées depuis un certains temps comme à l’accoutumé sur les intentions d’IOG, afin de s’informer des tendances et préparer le peuple à sa décision finale, nous laisse penser qu’il compte encore une fois sur ce silence complice favorable, pour violer cette constitution en ce représentant lui-même pour un troisième mandat, ou en employant le stratagème Poutine en imposant son épouse comme seule candidate ou un de ses valets pour éviter la justice et rendre des comptes.

NOTRE COLLECTIF À LA FERME CONVICTION QU’UN ÉTAT DÉMOCRATIQUE ET UNE SITUATION POLITICO-ÉCONOMIQUE FAVORABLE FERA DE DJIBOUTI UN PAYS SOLIDAIRE ET STABLE FACE AUX PRESSIONS ET LES INFLUENCES RÉGIONALES.

Les conjonctures sont là, il faut juste savoir les utiliser intelligemment en y mettant l’effort nécessaire.

Tous les membres du Collectif ont été invités à écrire, rencontrer et sensibiliser les pouvoirs publics et les institutions internationales présentent dans leur pays d’accueil.

Si les politiciens de ces pays d’accueil peuvent eux se mêler des affaires Africaines, ils ne peuvent pas nous refuser de les sensibiliser sur nos préoccupations.

Pour ceux qui suivent les nouvelles sur la politique Américaine (USA), ils savent que les républicains minoritaires aujourd’hui au Congrès ne cherchent et demandent que ce genre d’éclats pour s’en prendre à l’administration à tort ou à raison d’ailleurs, mais notre soucis serait de saisir cette occasion en organisant des manifestations en règle une fois par mois devant le Congrès à Washington (DC) et les ambassades des USA partout ou ils se trouvent tout en écrivant aux Représentants des deux parties pour les sensibiliser à notre cause.

On solliciterait de l’administration Américaine d’user de leur influences dans nos revendications et de faire tenir les promesses du Président Obama de promouvoir la démocratie des peuples en Afrique en commençant par mettre dans la balance du changement, les millions de dollars US octroyés en compensation pour leur présence militaire et en aides au gouvernement IOG.

C’est pourquoi nous convoitons dans le même temps la contribution des démocrates de ce monde pour qu’enfin ces deux puissances Américaine et Française commencent à joindre l’acte à la parole en arrêtant de donner à ce dictateur, la fausse impression qu’ils sont là que pour soutenir son pouvoir quoi qu’il fasse.

Notre Collectif à déjà entrepris des contacts médiatiques et politiques en France aux USA, au prêt de l’UE, ONU et d’ONG pour que les fonds publics du monde libre, en millions de dollars US et d’Euro accordés en aides à ce président, aussi bien que les relations diplomatiques actuelles avec la République de Djibouti soient mises dans la balance du changement afin d’exiger le respect de la constitution et entreprendre les réformes indispensables pour des élections démocratiques libres en 2011, sous la supervision d’observateurs internationaux.


Approche globale de l’opposition : Plan d’Actions pour un front commun

(Ce texte est sujet à modification sur propositions avant signatures des parties.)

1. Empêcher IOG d’amender la constitution en place dans le seul but de rester au pouvoir, d’imposer son épouse à la succession ou un de ses valets qu’il jugera répondre à sa vision de la démocratie et ses critères de sélection.
2. Exiger qu’une question référendaire soit soumise au peuple à la prochaine élection sur la modification de l’article 21 de la constitution afin que le pouvoir exécutif de chef de gouvernement soit assuré par le premier ministre.
3. La création immédiate d’une commission électorale autonome, indépendante et temporaire dont les membres seront désignés par les collectivités des districts et de la région de la capitale mais qui seront soumis dans l’avenir au vote du peuple suite à la reforme électorale.
4. Exiger de ce gouvernement et de la présente assemblée nationale, la réforme et l’adoption d’ici Août 2010, d’une loi électorale basée sur les circonscriptions avec une dose de proportionnelle et un processus qui donne enfin la voix au peuple Djiboutien.
5. On demande la participation de tous les membres de l’assemblée nationale en fonction, de toute formation politique de l’opposition à Djibouti et hors Djibouti et du peuple dans des forums de consultation nationale tenus à la maison du peuple durant ce processus de réforme électorale.
6. Une révision des listes électorales actuelles dans un but de transparence et le respect de la loi sur la nationalité Djiboutienne et le droit de vote en application de l’article 10 de l'Accord de réforme et de concorde civile de Mai 2001. Vérifier l’exactitude et la pertinence des cartes électorales distribuées à date à Djibouti et mettre à jour sinon créer un système d’informations de bases de données électorales par districts avant la fin 2010.
7. La supervision d’observateurs internationaux dans les 5 districts lors des prochaines élections.
8. Réexaminer la composition et le statut du Conseil Constitutionnel avec la participation des mouvements d’oppositions Djiboutien avant la fin 2010.
9. Nous assurer que le destin du pays serait enfin gérer par un système parlementaire d’élus(es) du peuple et NON tribales nommés par le président de la République.
10. On demande au gouvernement de rétablir l’électricité et l’eau courante sans délais.
11. Mettre un terme à la corruption, au favoritisme d’état, au contrôle et la main mise sur les medias et la liberté d’exp​ression.
12. Un urgent ajustement des prix, en déséquilibre par rapport au revenu par habitant et le taux de chômage dépassant les 55% : http://ww4report.com/node/5723


Ø Notre collectif est entrain de sensibiliser par correspondances, les membres du Congrès Américains, les élus de l’Union Européenne, gouvernements, organismes et média influents.

Ø Nous planifions actuellement la tenue de manifestations pacifiques devant le Congrès à Washington et la direction générale de la communication de la Commission Européenne à Bruxelles d’ici quelques semaines.

Ø Nous sommes en même temps entrain de coordonner la tenue à Djibouti même, de manifestations pacifiques pour le changement, sous la supervision de médias Européens, Américains et arabes pour rassurer les manifestants dans leur droit à l’exp​ression et confiner l’instinct répressif du dictateur par la présence de cameras.


DATE DES MANIFESTATIONS À DJIBOUTI :

· LE 08 JANVIER 2010 - 09H AM

· LE 08 MARS 2010 - 09H AM

· LE 08 MAI 2010 - 09H AM

· LE 08 JUILLET 2010 - 09H AM

· LE 08 SEPTEMBRE 2010 - 09H AM

· LE 08 NOVEMBRE 2010 - 09H AM

NOUS SOLLICITONS LA VOIX DE LA RAISON ET LA CONTRIBUTION DE TOUT LES DJIBOUTIENS(NES)AFIN DE NOUS ENGAGER TOUS À RÉTABLIR LA PLEINE DÉMOCRATIE DANS LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI.

DOLÉANCES DU PEUPLE DJIBOUTIEN

Ce message a été modifié par Doleances - 13 décembre 2009 - 09:31 .

Le Collectif Pan-Africain ""Action Groupe for Democracy in Africa"", prend la relève du Collectif ""[b]Doléances du Peuple de Djibouti[/b]"". Après 2 années d'un militantisme de sensibilisation de la masse Djiboutienne sur le déficit démocratique et structurel au Pays des Braves, les membres fondateur de ce dernier viennent de former le parti politique [b]PRIDE[/b] afin de présenter UN PROJET DE SOCIÉTÉ FIABLE au marasme de la chaise vide offerte au dictateur IOG et son système de parti unique à Djibouti.
1

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Quarboche Dileh

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
139
Inscrit :
12-novembre 09

Posté 16 décembre 2009 - 11:54

Masha allah, et tout ca afin de renverser IOG et non de proposer un programme politique fiable pour le developpement du pays et pour son peuple que vous ne pouvez pas representer, puisque que vous etes tous des etrangers ou entrain de l'etre.

Alors un simple conseil, vous voulez du changement a Djibouti, venez montrer votre plan au peuple djiboutien et voir si ils l'acceptent, ou alors venez l'imposer et remplacer une dictature par une autre comme vous l'avez dite.

Vous n'etes qu'une bande de mercenaires sous l'influence d'autres mercenaires, qui souhaitent mettre le pays dans le chaos.
1

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Quarboche Dileh

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
139
Inscrit :
12-novembre 09

Posté 16 décembre 2009 - 12:06

Doleances du peuple djiboutien? mon oeil oui, le peuple djiboutien ne vous connait meme pas, et vous ne connaisser rien de ce peuple.

Vous voulez vous presenter comme un parti representatif du peuple, alors venez sur le sol montrer de quoi vous etes capable. Parce que ca m'etonnerait que le peuple suivent des etrangers.

IOG, certains l'aime et certains non, mais jusqu'a ce jours, il n'y a pas de politicien sur le sol djiboutien capable de lui arriver a la cheville et vous encore pure.

Alors un conseil, continuer a prendre le "caidh" et mendier les papiers.
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Omar.Moukoula

Groupe :
Membres
Messages :
1
Inscrit :
16-décembre 09

Posté 18 décembre 2009 - 03:10

Voila là un sujet d’intérêt, Dieu sait primordiale pour l’avenir de notre pays, sortant de l’ordinaire insignifiant de ce forum.
Oui je persiste et signe ce sondage, pour un consensus démocratique de tous les Djiboutiens.
Les parties qui ce disent d’une opposition, comme le parti au pouvoir d’ailleurs, dont le peuple effectivement ne connait ni le programme politique, économique et social, qui de surplus ne pourraient pas adhérer à ce minimum de toute démocratie, prouveront à ceux qui avaient encore des doutes sur leurs intentions, qu’ils n’ont rien pour ce peuple, à part une autre course au pouvoir d’individus opportuniste, égocentrique, incompétent, dépourvu de tout imagination et résigné à la continuité de cette politique du sectarisme antinomique du développement et de la solidarité sociale.

Une initiative géniale de ce groupe Doléances du Peuple de lancer ce débat surtout et ce n’est là que mon humble opinion, je doute que le dessein de ce président ne soit juste, qu’une question de succession mais plutôt de nous laisser en héritage un autre Liban ou un conflit comparable à celui de la Somali.
Un pays dont il aura vidé les comptes, fait fuir les investisseurs et initié la haine tribale.

Ce résigner à cette alternative et l’attendre sans agir serait approuver et confirmer cette théorie macabre d’IOG, qui prétend être l’acteur de notre stabilité et qu’après lui on se passera même pas le bonjour et Djibouti n’existerait plus géographiquement.

Cher compatriote consultant nous et prenant notre destin en main.

O. Moukoula

0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet