djibnet.com: La Guerre Des Nerfs A Déjà Commencé - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Guerre Des Nerfs A Déjà Commencé The war of nerves has begun Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   ilyas08 Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
66
Inscrit :
29-février 08

Posté 31 juillet 2009 - 09:21

Le projet du président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) de modifier la Constitution afin de pouvoir briguer un troisième mandat à la présidentielle de 2011 ne fait pas l'unanimité, y compris au sein du parti gouvernemental RPP et de l'ethnie issa, politiquement dominante.Du coup, une certaine nervosité gagne le couple présidentiel qui s'emploie à renforcer ses positions et ne tolère aucune voix dissonante. Au risque d'élargir encore un peu plus le cercle des mécontents. Haro sur les dissidents. Après la chanteuse Nima Djama Miguil incarcérée en juin (LOI nº1264), le poète en langue somali Ahmed Darar Robleh, dit Arsanyo, a été arrêté le 2 juillet et condamné le 19 juillet à six mois de prison ferme pour avoir composé des vers critiquant le régime.Ce poète est un Issa Odahgob, sous-clan de plus en plus suspect aux yeux présidentiel car un de ses membres éminents, l'homme d'affaires Abdourahman Boreh, a rejoint le club des opposants en exil.


Par ailleurs, après avoir obtenu en avril la tête du directeur de publication de La Nation (LOI nº1260), le premier ministre Dileita Mohamed Dileita a limogé, le 26 juillet, le directeur de la Radio télévision de Djibouti (RTD), Abdi Atteyeh Abdi .Comme il refusait d'évacuer son bureau - estimant que nommé par décret présidentiel, il ne pouvait être licencié que de la même manière -, il a été menotté et embarqué par la police, avant d'être remplacé par son adjoint Arreh Warsama. En réalité, son poste serait destiné à Idriss Ahmed Youssouf, un ex-enseignant apparenté à la famille de Kadra Mahmoud Haïd, la première dame. Atteyeh est un parent du ministre de l'intérieur Yacine Elmi Bouh, qui a très mal pris son éviction. Ce dernier avait déjà réagi violemment contre les propos du ministre de la communication, Ali Abdi Farah, critiquant le directeur de la RTD lors d'un conseil des ministres. Mais finalement, l'équipe de la première dame, dont Ali Abdi fait partie, a obtenu gain de cause sur le ministre de l'intérieur, qui est soupçonné de ne pas ëtre très chaud pour qu'IOG brigue un autre mandat.


Le danger peut venir du Nord. Le conflit frontalier avec l'Erythrée a modifié la perception du gouvernement djiboutien sur le FRUD-armé : ces rebelles afars présents dans les montagnes au Nord du pays constitueraient un sérieux danger militaire s'ils recevaient une aide de l'Erythrée. Pour l'instant, par faiblesse ou par calcul politique, leur stratégie n'est pas de précipiter une confrontation avec l'armée. Ils cherchent plutôt à gagner des sympathies chez les militaires et parmi les chefferies tribales. D'où la réaction du gouvernement : les ministres de la défense, Ougouré Kiflé, et des affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, se sont rendus à Ayri (dans les Monts Mabla), le 23 juillet, pour demander aux chefs coutumiers locaux d'être vigilants vis-à-vis des rebelles et d'informer les militaires de leur mouvements. Ces chefs coutumiers ont répondu qu'ils craignaient davantage le comportement hostile des soldats gouvernementaux que l'attitude des rebelles. Abakari Abdallah, le chef des Ma'andita, a même rappelé à Ougouré Kiflé qu'ils étaient ses ex-compagnons de lutte. Deux jours plus tard, les ministres de l'intérieur, Yacine Elmi Bouh, et de l'agriculture, Abdoulkader Kamil, se rendaient transférer vers les plaines les populations des zones montagneuses où sont installés des éléments du FRUD. Des chefs coutumiers ont réagi avec humour, affirmant qu'ils se déplaceront dès qu'il pleuvra sur les plaines, afin d'y trouver de meilleurs pâturages.Les deux ministres ont insisté pour que les notables d'Obock récupèrent les cinq jeunes gens qui étaient partis rejoindre le FRUD-armé la veille de la mission ministérielle. L'opposition se cherche à Paris. Dans cette nouvelle conjoncture politique, les dirigeants du FRUD-armé aimeraient bien fédérer les opposants à un troisième mandat d'IOG.Le président du FRUD, Mohamed Kadamy, n'a pas hésité à rencontrer Abdourahman Boreh par deux fois à Paris. Deux autres fois, Kadamy et Boreh se sont retrouvés en compagnie du président du MRD, Daher Ahmed Farah. D'autres dirigeants de l'opposition ont eu séparément des discussions informelles avec le FRUD-armé. Ils sont tombés d'accord pour s'opposer ensemble au troisième mandat d'IOG. Certains ont proposé une rencontre de toutes les forces de l'opposition d'ici trois mois.Mais on est encore très loin d'une alliance et d'un éventuel candidat commun à la présidentielle de 2011.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 03 août 2009 - 02:37

Voir le messageilyas08, le 31 July 2009 - 06:21 PM, dit :

Le projet du président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) de modifier la Constitution afin de pouvoir briguer un troisième mandat à la présidentielle de 2011 ne fait pas l'unanimité, y compris au sein du parti gouvernemental RPP et de l'ethnie issa, politiquement dominante.Du coup, une certaine nervosité gagne le couple présidentiel qui s'emploie à renforcer ses positions et ne tolère aucune voix dissonante. Au risque d'élargir encore un peu plus le cercle des mécontents. Haro sur les dissidents. Après la chanteuse Nima Djama Miguil incarcérée en juin (LOI nº1264), le poète en langue somali Ahmed Darar Robleh, dit Arsanyo, a été arrêté le 2 juillet et condamné le 19 juillet à six mois de prison ferme pour avoir composé des vers critiquant le régime.Ce poète est un Issa Odahgob, sous-clan de plus en plus suspect aux yeux présidentiel car un de ses membres éminents, l'homme d'affaires Abdourahman Boreh, a rejoint le club des opposants en exil.


Par ailleurs, après avoir obtenu en avril la tête du directeur de publication de La Nation (LOI nº1260), le premier ministre Dileita Mohamed Dileita a limogé, le 26 juillet, le directeur de la Radio télévision de Djibouti (RTD), Abdi Atteyeh Abdi .Comme il refusait d'évacuer son bureau - estimant que nommé par décret présidentiel, il ne pouvait être licencié que de la même manière -, il a été menotté et embarqué par la police, avant d'être remplacé par son adjoint Arreh Warsama. En réalité, son poste serait destiné à Idriss Ahmed Youssouf, un ex-enseignant apparenté à la famille de Kadra Mahmoud Haïd, la première dame. Atteyeh est un parent du ministre de l'intérieur Yacine Elmi Bouh, qui a très mal pris son éviction. Ce dernier avait déjà réagi violemment contre les propos du ministre de la communication, Ali Abdi Farah, critiquant le directeur de la RTD lors d'un conseil des ministres. Mais finalement, l'équipe de la première dame, dont Ali Abdi fait partie, a obtenu gain de cause sur le ministre de l'intérieur, qui est soupçonné de ne pas ëtre très chaud pour qu'IOG brigue un autre mandat.


Le danger peut venir du Nord. Le conflit frontalier avec l'Erythrée a modifié la perception du gouvernement djiboutien sur le FRUD-armé : ces rebelles afars présents dans les montagnes au Nord du pays constitueraient un sérieux danger militaire s'ils recevaient une aide de l'Erythrée. Pour l'instant, par faiblesse ou par calcul politique, leur stratégie n'est pas de précipiter une confrontation avec l'armée. Ils cherchent plutôt à gagner des sympathies chez les militaires et parmi les chefferies tribales. D'où la réaction du gouvernement : les ministres de la défense, Ougouré Kiflé, et des affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, se sont rendus à Ayri (dans les Monts Mabla), le 23 juillet, pour demander aux chefs coutumiers locaux d'être vigilants vis-à-vis des rebelles et d'informer les militaires de leur mouvements. Ces chefs coutumiers ont répondu qu'ils craignaient davantage le comportement hostile des soldats gouvernementaux que l'attitude des rebelles. Abakari Abdallah, le chef des Ma'andita, a même rappelé à Ougouré Kiflé qu'ils étaient ses ex-compagnons de lutte. Deux jours plus tard, les ministres de l'intérieur, Yacine Elmi Bouh, et de l'agriculture, Abdoulkader Kamil, se rendaient transférer vers les plaines les populations des zones montagneuses où sont installés des éléments du FRUD. Des chefs coutumiers ont réagi avec humour, affirmant qu'ils se déplaceront dès qu'il pleuvra sur les plaines, afin d'y trouver de meilleurs pâturages.Les deux ministres ont insisté pour que les notables d'Obock récupèrent les cinq jeunes gens qui étaient partis rejoindre le FRUD-armé la veille de la mission ministérielle. L'opposition se cherche à Paris. Dans cette nouvelle conjoncture politique, les dirigeants du FRUD-armé aimeraient bien fédérer les opposants à un troisième mandat d'IOG.Le président du FRUD, Mohamed Kadamy, n'a pas hésité à rencontrer Abdourahman Boreh par deux fois à Paris. Deux autres fois, Kadamy et Boreh se sont retrouvés en compagnie du président du MRD, Daher Ahmed Farah. D'autres dirigeants de l'opposition ont eu séparément des discussions informelles avec le FRUD-armé. Ils sont tombés d'accord pour s'opposer ensemble au troisième mandat d'IOG. Certains ont proposé une rencontre de toutes les forces de l'opposition d'ici trois mois.Mais on est encore très loin d'une alliance et d'un éventuel candidat commun à la présidentielle de 2011.


Armé ou pas armé, nous n'acceptons plus qu'iog reste au pouvoir. Iog doit partir pour sa propre vie.
1

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Dona del fuego Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
938
Inscrit :
03-juillet 03

Posté 03 août 2009 - 03:08

Voir le messageilyas08, le 31 July 2009 - 06:21 PM, dit :

Certains ont proposé une rencontre de toutes les forces de l'opposition d'ici trois mois.Mais on est encore très loin d'une alliance et d'un éventuel candidat commun à la présidentielle de 2011.


L'éternel point de division sera t'il dépassé à savoir l'identité du candidat commun?
Si oui on est peut être pas loin d'une nvlle ère....
L'avenir de l'homme, c'est la femme.

Louis Aragon.

Ce qui est le plus beau chez une Femme c'est sa dignité, et non seulement son corps. Mais il faut être digne pour pouvoir s'en rendre compte!

Unknown

Femme noire, femme obscure
Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta
peau.

Senghor
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Garaad Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
123
Inscrit :
09-janvier 07

Posté 03 août 2009 - 03:17

Voir le messagefreeman, le 03 August 2009 - 01:37 PM, dit :

Armé ou pas armé, nous n'acceptons plus qu'iog reste au pouvoir. Iog doit partir pour sa propre vie.

Nous tournons toujours autour des sujets plus ou moins intéressants, comment n'êtes vous pas concerner par l'avenir de Djibouti et les perspectives d'avenir, réagissez, la clic de mafieux au pouvoir suit bien la pression et mesure la température de la situation, alors saisissez vous de ce sujet, c'est comme même une presse tangible qui rapporte ses nouvelles et ça reflète bien la vrai pagaille au sommet, et cela vous concerne qui que vous soyez.

Réveillez vous, même si vous êtes en otage,nous compatissons et nous sommes solidaires.

Bientôt la libération de Djibouti et des djiboutiens.
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   samarone Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
100
Inscrit :
20-mai 09

Posté 04 août 2009 - 03:00

la liberation de nima djama ou le combat des droits des djiboutiens, lequels est la vraie cause pour tous ces cris alarmants.Voila ma question ,pourquoi IOG est devenu dictateur juste quelques temps,a cause de NIMA DJAMA ou a cause de KHADRA HAID? VOILA UN PAYS CONCERNER PAR LES PROBLEMES DES DEUX PERSONNES ET NON L'INTERET DE TOUS LES DJIBOUTIENS ,CE PAYS s'appelle djibouti .
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   EsCoBaR Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
387
Inscrit :
26-juin 03
Location:
Djibooty

Posté 04 août 2009 - 09:44

Image IPB

I luv u like a Fat Kid luv Food
I rep my country

It's my duty to please that booty,
I luv u Djibooty!

Terre a Nous!
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 04 août 2009 - 04:21

Voir le messagesamarone, le 04 August 2009 - 12:00 AM, dit :

la liberation de nima djama ou le combat des droits des djiboutiens, lequels est la vraie cause pour tous ces cris alarmants.Voila ma question ,pourquoi IOG est devenu dictateur juste quelques temps,a cause de NIMA DJAMA ou a cause de KHADRA HAID? VOILA UN PAYS CONCERNER PAR LES PROBLEMES DES DEUX PERSONNES ET NON L'INTERET DE TOUS LES DJIBOUTIENS ,CE PAYS s'appelle djibouti .


Arrêtez de confondre tout!
Iog est le chef de la dictateur. Il n'est pas devenu dictateur.
Il a été un de premier à créer ou consolider le système dictatorial autour de gouled.
Ensuite, il a pris la suite pour le perfectionner et l'utiliser à son guise.
Je sais qu'il y a des gens qui perdent leur temps en critiquant la femme du dictateur, mais le problème du mal djiboutien s'appelle : iog.
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   hangool_la_tuuray Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
171
Inscrit :
05-août 09
Gender:
Male
Interests:
Qolxad sifayn iyo soofayn,
Wilwile, Guux, Baarcade
Reer oodis iyo geela lisidl
Loox banaan bood-bood
Haasaawe baadiye

Posté 09 août 2009 - 10:24

Voir le messageGaraad, le 03 août 2009 - 03:17 , dit :

Nous tournons toujours autour des sujets plus ou moins intéressants, comment n'êtes vous pas concerner par l'avenir de Djibouti et les perspectives d'avenir, réagissez, la clic de mafieux au pouvoir suit bien la pression et mesure la température de la situation, alors saisissez vous de ce sujet, c'est comme même une presse tangible qui rapporte ses nouvelles et ça reflète bien la vrai pagaille au sommet, et cela vous concerne qui que vous soyez.

Réveillez vous, même si vous êtes en otage,nous compatissons et nous sommes solidaires.

Bientôt la libération de Djibouti et des djiboutiens.


OK.
On se réveille! On donne un grand coup de hangool dans le postérieur d'IOG...
Et après ça, où on va? Selon toi, qui devrions-nous suivre comme leader?
Allow hangoolkaygaa xun ee la iska turay, laga marmi maayo!
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   degan_qurux Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
49
Inscrit :
20-mars 09

Posté 09 août 2009 - 11:09

Voir le messagehangool_la_tuuray, le 09 August 2009 - 10:24 PM, dit :

OK.
On se réveille! On donne un grand coup de hangool dans le postérieur d'IOG...
Et après ça, où on va? Selon toi, qui devrions-nous suivre comme leader?
Allow hangoolkaygaa xun ee la iska turay, laga marmi maayo!


salut a tous ,
je reponds a ta question hangool la tuuray .cette fois laisse aux femmes djiboutiennes pour bien gouverne le pays.on a besion une femme presidente et une femme premiere ministres. les hommes doivent suivre l ordre que donnent les femmes.le pays va devenir un petit paradis.
voila cest que je propose , je sais que vous allez rigoler sur cette idee mais vraiment les femmes djiboutiennes sont plus productives que les hommes qui passent leur temps a brouter comme une chevre.
l economie djiboutien pourrait augmenter si les femmes etaient au pouvoir.
je sais que vous allez dire que une femme muslimante ne peut pas etre presidente mais meme pakistan cest un pays muslimant et ils ont eu une presidente allah arxamu.
anyway j attends votre reponse a cette idee.
donnez votre opinion ?
merci a tous
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   freeman Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 885
Inscrit :
19-mai 08

Posté 10 août 2009 - 12:47

Voir le messagedegan_qurux, le 09 August 2009 - 08:09 PM, dit :

salut a tous ,
je reponds a ta question hangool la tuuray .cette fois laisse aux femmes djiboutiennes pour bien gouverne le pays.on a besion une femme presidente et une femme premiere ministres. les hommes doivent suivre l ordre que donnent les femmes.le pays va devenir un petit paradis.
voila cest que je propose , je sais que vous allez rigoler sur cette idee mais vraiment les femmes djiboutiennes sont plus productives que les hommes qui passent leur temps a brouter comme une chevre.
l economie djiboutien pourrait augmenter si les femmes etaient au pouvoir.
je sais que vous allez dire que une femme muslimante ne peut pas etre presidente mais meme pakistan cest un pays muslimant et ils ont eu une presidente allah arxamu.
anyway j attends votre reponse a cette idee.
donnez votre opinion ?
merci a tous


La question ne doit pas se poser en terme de qui, mais de quelles institutions!
Une fois, créer des institutions démocratiques qui protègent le peuple djibouti! N'importe qui peut se proposer candidat ou candidate!
La question n'est pas non plus tribale, ni familliale, les djiboutiens choisiront des hommes et des femmes qui sont capables de reformer leur pays. S'ils n'atteignent les objectifs fixés lors des élections, ils seront changés aux élections suivantes, ainsi va la démocratie!
Ne vous focalisez pas quel leader ou élu ou tribu, mais quelles institutions faut-il mettre en place!
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet