djibnet.com: Ali Aref Bourhan - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Ali Aref Bourhan un autre Hassan Gouled ?? Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Xirsi Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
441
Inscrit :
10-juin 08
Location:
U.S. Department of Homeland Security Washington, D.C. 20528
Interests:
Preserving our Freedoms ...

Posté 16 juillet 2008 - 09:01

Bonjour Ely,

Ali Aref Bourhan n'as jamais eu la sympathie des Afars d'une part et deuxio il n'as jamais beneficie du soutient de la communaute Somali de Djibouti.Alors que Ahmed Dini a eu le soutient non seulement des Afars et des Somalis de Djibouti. Il a été un des rares opposant à avoir beneficier du soutiens des djiboutiens de toute communaute confondu contrairement à Ali Aref. Ali Aref était t-il comme Gouled, l'homme des Français comme fut Hassan Gouled ?
Le nouveau national socialisme c'est la Laicite
Buy American
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Ely Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 366
Inscrit :
13-mai 03
Location:
Canada

Posté 17 juillet 2008 - 06:08

Bonjour Hirsi;

Cali Caref est un personnage clef de notre histoire et de celle de la region. Beaucoup de littératures a été écrite sur lui; Du cote Afar, avec une connotation sympathique, je te suggere les livre de Mohamed Aden - Sombloloho Djibouti La Chute Du Président Ali Aref-

En bref résumé, Ali Caref fut un personnage controversé et polarisant; Il est le descendant d'une famille des nobles de la Région de Zeila; Les rumeurs veulent qu'il est de descendance Turque ce qui remet en question le fait qu'il soit Afar mais une chose est sure, vu le cosmopolitisme de Zeila a l'époque de ses ancêtres, sont héritage doit certainement contenir du sang étranger qui est d'ailleurs trahit par ses traits physiques pas très africains pour le moindre. Dans les années 40, il fut parti des jeunes gens éduqués de la Cote Française des Somalis; Il fut introduit dans la politique par Feu Maxamud Xarbi Farax; Il fut un brillant orateur et un politique tacticien; Il escalade hiérarchie de la nomenclature politique de l'époque et se présente comme un homme afar incontournable;

Pour faire une longue histoire court, il devint très vite l'homme de la France a Djibouti par opposition au nationalisme irrédentiste somali de Xarbi; Gouled qui voulait se débarrasser coûte que coûte de Xarbi et qui s'opposait systématiquement a lui, appliqua l'adage de l'ennemi de mon ennemi est mon ami; Il soutient Aref et ainsi entra dans son gouvernement. Cali Caref par cette force des choses devint le porte flambeau Afar avec le soutient et la complicité de la France marre de l'intransigeance somalie; le contexte de la région et l'émergence de la notion Grande Somalie soutenue par Maxamoud Xarbi le prédisposèrent a devenir un fervent anti somali primaire;

Prenons un raccourci et sautons vers les années 60 et 70; lorsque Gouled se ralliât a la cause de l'indépendance, il convint Dini de le rejoindre car sans les afars, gouled savait qu'il n'y aurait pas d'indépendance. Par contre, Ali Aref, de son cote, borné et aveuglé par sa haine, il s'entêtait a créer une Djibouti, indépendante ou pas, mais a majorité Afar et dominée par les Afars; Pour cela , d'un cote il prit un certain nombre de mesures particulièrement sévères contre les somalis de Djibouti et et de l'autre, il favorisa les afar; C'est ainsi donc qu'une grande partie des citoyens djiboutiens d'origines somalie furent déchus de leur nationalité et déportés vers L'Éthiopie et la somalie; D'autres furent congédiées de leur emplois et cantonne a la misère; le cas le plus célèbre étant celui des dockers du Port de Djibouti, remplaces par des afars immigres de L'Éthiopie qui obtinrent la citoyenneté, l'emploi et une nouvelle citée appelée Arhiba. Ensuite, ce fut la création d'une élite Afar destinée a diriger le pays en remplacement a celle essentiellement somalie et arabe qui gérait le territoire jusqu'à date et la création de la cite d'Einguelah; Pour cela et beaucoup d'autres actes criminelles, les somalis le haïssaient et la République de Somalie le condamnant a mort par contumace, lui et son Acolyte (Ali Sylaye - le gendarme assassin qui vit au Canada maintenant-);

Pour ce qui concerne Dini, c'est que tout simplement les somalis l'adoraient et a mon avis doivent le faire indéfiniment car il est le véritable père de la nation djiboutienne telle qu'elle existe aujourd'hui. Les afars mettent sur son dos le fait qu'il ne s'est pas assuré sur le destin des afars avant de donner sa confiance totale a Gouled qui l'a trahit d'ailleurs après l'indépendance il faut le souligner; Su ce point, les afars ont raisons car Gouled n'a pas pu attendre plus de trois mois avant d'enlever tous les pouvoirs de Dini, premier ministre, par décret présidentiel et le rendre ainsi comme un premier ministre d'opérette a la Barkat Gourad; Les Afars se sentirent trahis par lui quand aux somalis, ils ont vite oubliés qu'ils devaient tout a lui; Triste tragédie pour un homme destiné a être un homme d'État mais qui a finit sa vie un peu comme il l'avait commencé: dans la lutte pour le droit et la justice de tous les djiboutiens. Pour comprendre l'amertume des afars envers lui et sa politique, je te suggérés le livre de Dr Cali Coubba " Ahmed Dini et la Politique a Djibouti".

Ce message a été modifié par Ely - 17 juillet 2008 - 06:29 .

"C'est une erreur de croire nécessairement faux ce qu'on ne comprend pas."
MAHATMA GANDHI (1869 - 1948)

"C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire."
JEAN DE LA BRUYÈRE (1645 - 1696)

"La religion est l'opium du peuple"
Karl Marx (1818-1883)
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   sourcil Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 150
Inscrit :
28-septembre 06

Posté 17 juillet 2008 - 07:07

Ely, là, tu vas un peu trop loin dans ton discours de réluire les vieilles bottes d'Ali Aref. Je n'irai pas par quatre chemins, et je ne conseillerai pas de lire du ragot. J'étais petit, j'étais adolescent, j'étais adulte, je ne cessais jamais de demander autour de moi l'histoire d'Ali Aref à Djibouti, on m'a toujours répondu:

C'était sanglant !

Et là: Break !
Ma souffrance sera égale à la tienne, ni plus, ni moins.
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   BOSS68 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
2 274
Inscrit :
13-avril 07
Location:
en demenagement

Posté 17 juillet 2008 - 08:38

Voir le messagesourcil, le Thursday 17 July 2008, 16:07, dit :

C'était sanglant !

Ya rien a rajouté ! Aref et son ami le Captain Silaye de la gendarmerie ont beaucoup a ce reproché. Jamais sera oublier ce qu'ils ont commis a l'encontre des partisans de l'independance.
Slogon Singapour:--- " Nous ne sommes pas les plus riches, nous ne sommes pas les plus puissants, et nous ne sommes pas les plus nombreux. Nous devons donc pour nous faire une place au soleil être parmi les plus capables et les plus instruits "
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   aqil Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
282
Inscrit :
31-mars 06
Location:
Djibnet

Posté 19 juillet 2008 - 07:58

='Ely' date='Thursday 17 July 2008, 15:08' post='118841']

Citation

En bref résumé, Ali Caref fut un personnage controversé et polarisant; Il est le descendant d'une famille des nobles de la Région de Zeila; Les rumeurs veulent qu'il est de descendance Turque ce qui remet en question le fait qu'il soit Afar mais une chose est sure, vu le cosmopolitisme de Zeila a l'époque de ses ancêtres, sont héritage doit certainement contenir du sang étranger qui est d'ailleurs trahit par ses traits physiques pas très africains pour le moindre.


Son vrai nom devrait etre Ali Von Aref ou Ali De Aref :P . Non, honnetement depuis quand un titre de noblesse existe -t-il chez nous avec tous les privileges que cela comporte a part le titre fictif de pacha que son arriere-grand pere, marchand d'esclaves, s'etait approprie ? Ali Aref n'a absolument rien a avoir avec Zayla. Le seul lien qu'il a avec " l'ancienne cite des Harla" est du au commerce que faisait son arriere-grand-pere avec les habitants de cette ville. Toutefois Aboubaker Pacha a toujours demeure a tadjourah comme l'atteste bien son ennemi jure de l'epoque Henri de Monfreid. Ali Aref est plutot originaire de Tadjourah puisqu'il appartient au clan des Assoba. Les Assobas vivent essentiellementt dans les districts de Tadjourah et d'Obocks et parmis eux on trouve ceux qu'ils appellent "les Assobas d'adoption" parce que selon la legende il auraient eu des ancetres turques. Meme avec son teint legerement claire, rien ne le distingue du commun des djiboutiens. Dileita, notre actuel premier ministre est Assoba lui-aussi.

Citation

Prenons un raccourci et sautons vers les années 60 et 70; lorsque Gouled se ralliât a la cause de l'indépendance, il convint Dini de le rejoindre car sans les afars, gouled savait qu'il n'y aurait pas d'indépendance.


Dini ne s'est jamais rallie au mouvement independantiste dans les annees 60. Meme lors du referendum de 1967, il fut un des tres grands partisans du OUI a la France. C'est vers le milieu des annees 70 et avec la creation de la LPAI que celui-ci rejoint Hassan Gouled et le camp des independandistes.


Citation

Pour comprendre l'amertume des afars envers lui et sa politique, je te suggérés le livre de Dr Cali Coubba " Ahmed Dini et la Politique a Djibouti".

Ali Coubba est un tres grand tribaliste qui veut afariser l'histoire de Djibouti. Il a voulu construire une nouvelle histoire pour son leader du Frud ( de l'epoque). Il devient le chantre de Dini et le couvre d'eloges dans ses livres. Dans son livre pamphlet " une nation en otage" il fustige toutes les autres composantes du pays et en premier lieu les issas qu'il accuse de tous les torts inimaginables. Donc pour moi Ali Coubba n'est pas un historien impartial. C'est quelqu'un qui est ronge par la haine. Je ne recommande a personne de prendre pour references ses ecrits. Par contre, je ne connais pas en detail l'histoire de Silaye, a part le fait qu'il ait torture et tue beaucoup des somalis durant le regne d'Ali Aref.

Ce message a été modifié par aqil - 19 juillet 2008 - 08:09 .

0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   kundilee Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 223
Inscrit :
10-février 07

Posté 20 juillet 2008 - 11:48

C'est la première fois que j'entends que la famille Aref est originaire de Zeila. Peut-être tu as raison Ely, mais peux-tu élaborer et nous donner tes sources?

Mais je te suis sur l'origine turque des Aref, ce n'est pas une légende.
J'ai quelques connaissances(très limitées) de la Turquie, et ce que je peux garantir c'est que les noms Aref et Bourhan sont bel et bien turcs.

Sinon, sur le bilan d'Ali Aref, il fut exécrable et cherchait à établir une suprématie ethnique à Djibouti avec la bénédiction des autorités coloniales.
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   kamilcool100 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
510
Inscrit :
03-avril 05
Location:
London

Icône du message  Posté 20 juillet 2008 - 09:05

Mefiez vous des historiens sur l histoire de Djibouti.


la plupart de cas c est:

"Raconte moi ton Histoire, je tu te dirai Qui es"

il y a 3 version.

la version Afar .
la version somali.
et la version francaise qui est de loin la plus ridicule.

A savoir l origine du Nom djibouti, et plusieures evenement majeurs qui se sont passes durant la creation de notre jeune Nation.
[size="1"][/size][color="#800080"]Rien de plus le lion est fait de mouton assimile[/color]
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet