djibnet.com: Moumin Bahdon Farax - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Moumin Bahdon Farax CALA: Apres Ismaciil Geedi Xareed, Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Ely Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 366
Inscrit :
13-mai 03
Location:
Canada

Posté 15 juillet 2008 - 08:19

Ce que CALA disait sur Moumin Bahdon:

Description du panthéon goulédien:

Moumin Bahdon Farah: le bras gauche du Seigneur

MBF est un archétype quasi parfait de la politique djiboutienne. Des études sécondaires inachévées, prolongée par une carrière de subalterne de l'administration coloniale. Mais MBF est également un pure produit de la mouvance indépendantiste au sein de laquelle il milite 10 ans durant.

Au lendemain de la décolonisation, il est d'abord nommé au portefeuille stratégique de l'intérieur puis muté pour inéfficience aux affaires étrangères en 1979. A la tête de ce ministère il joue un rôle dualiste.

D'abord, il seconde Hassan Gouled dans l'expédition des relations avec l'ancienne métropôle. Dans ce terrain l'homme de Guérissa s'y connaît mieux que lui et Moumin Bahdon est en réalité un intendant coincé entre les services du ministère de la coopération de l'ambassade de France et le président de la République. Son rôle en matière de diplomatie régionale est aussi limité.

Son rôle en matière de diplomatie régionale est aussi limité, sa connaîssance de la donne stratégique internationale et des conditions d'évolution des société de la Corne de l'Afrique est sommaire. De surcroît Hassan Gouled qui sait combien ses problématiques se déclinent pour Djibouti en question de vie ou de mort, se conserve la haute main dans les marchandages régionaux. MBF accepte et apprend l'art de l'artisanat politique et entérine la relation inégale que l'Ethiopie du haut de ses 25 millions de grèves la faim et de sa dictature ménaçante impose à Djibouti.

Par contre au niveau des relations multilatérales Moumin Bahdon a les coudées franches ... et c'est un piètre joueur. Certes, l'homme en autodidacte motivé se documente sur la plupart des sujets chauds de la prolifération nucléaire dans le tiers monde à la question de l'éradiction de la faim dans le monde mais MBF limité par ses connaissances et très mal conseillé échoue de vendre à ces organisations multilatérales la nécessité d'une assistance plus généreuse en faveur de notre pays. De même MBF échoue à faire bénéficier Djibouti des aides techniques de ces organismes internationales et les bourses de formations de cadres pourissent le plus souvent dans ces dossiers faute de coordination avec le ministère de l'éducation et de planification des ressources humaines qui aujourd'hui encore n'existe pas dans notre pays. Combien d'ingénieur Djibouti dans vingt ans? Quelles expertise faut il acquérir? Comment s'y prendre? Au tant de question responsable de l'indigence structurelle de notre Nation.

Par contre Moumin Bahdon se fait une spécialité dans l'art d'extorquer les Saoudiens et tisse avec les membres de cette dynastie Saoudienne une relation spéciale. Les Saoud enrichie par le boom pétrolier et convaincu par leur mégalomanie de leur rôle historique de "gardien des lieux saints" et défenseur de l'Islam contre le matérialisme historique soviétique trouve chez cet homme un oreil attentif. Moumin se révèle très "moumin" quant on lui parle de la vocation du croissant à triompher du marteau et du faucille. Le Roi et sa suite très peu islamique dans leur conduite souhaitent l'ouverture à Djibouti d'un centre d'endoctrinement Wahabite. Moumin accepte mais il n'y envoyera pas son fils ni lui ni aucun membre de l'oligarchie. Le fanatisme c'est bien ... à condition de le vendre aux plus pauvres. Mais dans ce marché de duppes les Saoudiens se persuadent que Moumin est leur homme sur la scène djiboutienne et appuie son ascension à coup de milliards de Rials et de lobbying auprès du FADES. " Veuillez à ce que Djibouti ne manque de rien" lança un jour le Roi Khaled à l'encontre du directeur de cette institution qui s'empressa de multiplier les prêts à au délà des capacités de remboursement notre économie. Où sont passés ces sous? Elles ont été consommées in fine en Khat Hawaday après un circuit de baqchich et de facture sur élavuées!

Au délà de sa fonction ministérielle Moumin Bahdon est également le principal promoteur du monolithisme politique. Au moment de la décolonisation Hassan Gouled n'avait pas une claire vision de la politique intérieure djiboutienne et toutes les options étaient ouvertes. Mais l'ouverture de la sphère publique a des énemis; les entrepreneurs politiques qui veulent règner en despote sans avoir des comptes à rendre à personnes. Mais officielement Moumin Bahdon invoque une légitimité révolutionaire pour justifier la légitimité de son projet. L'indépendance constitue une victoire sur le colonialisme et ses pratiques politiques qui visent à diviser pour meiux règner.

Moumin Bahdon affirme du haut de son un 1m 56, que son parti le LPA a vocation à intégrer toutes les autres composantes de la scène politiques Djiboutiennes. Ahmed Dini au nom du communautarisme afare s'y oppose et donne à cet habile tacticien l'occasion rêvée de rallier la majorité somalie excéder par le dualisme ethnique Afar/ Somalie qui mine la construction politique Djiboutienne. Les choses sont cependant plus compliqués pour les FLCS qui haut de sa légimité indépendantiste souhaite une coallition gouvernementale associant les partis qui ont vaincu les promoteurs de la colonisation à Djibouti pour servir de fondement à la nouvelle architecture du pouvoir. Mais sait le FLCS affaibli par l'élimination de Gachamaleh et intrumentalise la complexité sociologique du mouvement. Si les intéllectuels du mouvement sont des incorruptibles acquit à la défense de la cause du peuple, la base du mouvement formé de semi analpahbète que Hassan Gouled a aussitôt entrepris de courtiser en les érrigeant en une " armée de libération nationale " ( l'homme de Guérissa savait vanter le nombrilisme nomade) est peu politiser et par conséquent peu militante. En fait Moumin Bahdon et ses amis du parti réussissent leur coup en décapitant le parti puisque Aden Robleh soigné à Paris rejoins. Dans ce tour de passe le trésor du FLCS bien garni par la solidarité du prolétariat disparaît et d'après certain finit dans les poches de Aden Robleh en guise de dote!

Le danger inhérent au monopartisme est le monolithisme politique, les débats qui commencent par "son excellence le père de la Nation" et qui se termine par la même formule incantatoire et l'absence de véritable débat. Mais aussi une mentalité d'appartchik au dessus de toute comptabilité et puisque personne n'est responsable devant le peuple .... mais seulement devant le parti. En somme le danger au monopartisme sont au moins aussi grand que les avantages que l'on espérer tirer de sa constution et Moumin Bahdon et ses collaborateurs ont édifiés cette insainité à Djibouti sont coupables d'avoir abuser ce peuple d'analphabètes que le colonialisme leur laisser en héritage.

Cependant le monopartisme que Moumin Bahdon défendait comme une avancée historique puisque selon lui il permettait de dépasser les divisions claniques se révèle la face idéologique de l'autoritarisme de Hassan GOULED. La transition entre un régime monoparti mais ouvert au débat et une assemblée sénille de grabataires corrompus est désormais faite lorsque en 1982 le RPP institutionalisé à Dikhil supprime les libertés politiques élémentaires et la liberté de presse. Que s'est il passé?

Le parti a d'abord été pris les intéllectuels pansomalistes qui lui reprochent sa myopie congénitale. Ils dénoncent l'absence d'une politique systématique d'acquisition des compétences scienfitiques qui faut il le rappeler peuvent seules permettrent à notre de s'en sortir et enfin le népotisme et l'inpunité qui encourage les comportements de prédateurs. Que dit Moumin Bahdon? Il dénonce le tribalisme de l'integentsia ... et en faisant appel à ce même reflexe tribaliste, il fustige le complot des somalis allogènes contre le bon pétit peuple Issa! Les personnalités de l'Avant Garde Osman Rabeh et Omar Absieh sont traînés de camp de détention, en camp de détention à travers tout le Nord du pays ... avant d'être purement et simplement déchu de leur nationalité: indigne d'être djiboutien!

Imaignez que fait Aden Robleh pendant ce temps? Il est en train de digérer les avantages de sa fonction ministérielle et espère naïvement pouvoir remplacé Hassan Gouled au terme de son second en 1987 autrement dit il compte les heures! Après l'avant garde, c'est le tour des honnêtes de l'Etat de se mobiliser contre le
laxisme, le règne de la gabégie et la corruption qui gangrène le pays tout entier. Le porte flambeau de cette contesttaion n'est autre Mohamed Moussa Ali Tur Tur qui s'élève du haut de sa légitimité citoyenne contre l'infamie du duo Ismaêl Guédi et Moumin Bahdon. Cette contestation est vivement ressenti par les Djiboutois d'origine qui vivent mal l'acsencion des Adhi Jabeen, l'arbitraire dont le régime a fait la preuve lors de la constitution de la Sogik, la généralisation d'une mentalité de nomade à la recherche de butin et la corruption par le délire immobilier des barons du régime lors de l'urbanisation de l'ilôts de Héron. Le régime étouffe l'affaire en renforçant le musellement de la population, en créant une atmosphère de terreur avec tout un cortège de meurtres inexpliqués aussi bien au cimétière d'Hambouli qu'au Terrain Sans Fil. Le plus currieux dans cette histoire c'est que même la famille proche de Gouled n'en sort pas indemme puisque l'on découvre le cadavre d'un des neuveux du président "mort de mannière inexpliquée". Certains critiques ont prétendus que Tur Tur parce qu'il est un Mamassan aurait échappé à la Villa Christophe, rien n'est plus faux. Comme tous ceux qui ont été accusés à tort de complot, il a selon le terme consacré " craché la vérité" c'est à dire signé des aveux sous le coup de la torture et jétés en prison.

Désormais l'ordre règne à Djibouti, Ismaêl Guédi l'administre au pire, Moumin Bahdon assure la logistique politique et IOG joue le rôle d'éffaceur des mal pensants!

La bande entreprend par éliminer, le compétiteur le plus sérieux à la succesion de Gouled: Aden Robleh. Un moment encensé comme le libérateur de Djibouti, le RPP a aussi vanté ces qualités de patriotes pour mieux contrer l'avant garde intellectuelle. Aden Robleh a eu la faiblesse de n'avoir méditer la fable du corbeau et du rénard.

Désormais, la vie politique locale stabilisée, Gouled lance un défit à sa suite et leur annonce son désir de ne pas solliciter. Aden Robleh inspiré par la consomation du joint décide de faire son passé de "résistanté...pour sa perte car le trio infernale ne peut le laisser cette destiné. Alors Ismaêl Guédi fait semblant de faire son boulot et lance un audit de la gestion ministérielle .... comme prévisibles des sommes faramineuses manquent dans les caisses et Ismaêl Guédi en sincère comptable de porter l'affaire devant HASSAN GOULED. Comme toujours est au courant de tout mails il préfère ignorer les détails de l'ingomie de ses collaborateurs. Mais cette fois ci Ismaêl Guédi, appuyé par Moumin Bahdon persite et porte une attaque en règle contre Aden Robleh. Ce dernier en boiteux se défend maladroitement et demande que l'on élargisse l'audit à tous les minisères et se faisant il crée une coallition d'alimentaire contre lui. Gouled préfère garder son silence, Moumin Bahdon fait le tour des répresentations du RPP et destille une haine intéressé. Il postule que l'élimination de Aden Robleh fera de lui le seul Odaxgob en liste pour la succéssion du vieux chef et parvint à rallier la base du parti contre son adversaire. Ismaêl Guédi donne le ton en annonçant la suspension ministérielle de Aden Robleh et ouvre une procdure d'information à son égard tandis que le fantômatique comité central du parti le rélève de toutes ses fonctions officielles. Aden Robleh sait que sa carrière est désormais derrière lui, il décide de prendre la tangente et IOG pourtant au courant de son évasion refuse de faire l'excès de zèle de faire procéder à son arrestation. Peut être entrevoyait il déjà à l'époque la prochaine récuprération de la brebis gâleuse du FLCS.


hommage a un Djibnaute pas comme les autres: CALA

Et mon observation sur lui: Ely
"C'est une erreur de croire nécessairement faux ce qu'on ne comprend pas."
MAHATMA GANDHI (1869 - 1948)

"C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire."
JEAN DE LA BRUYÈRE (1645 - 1696)

"La religion est l'opium du peuple"
Karl Marx (1818-1883)
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   kabriid Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
245
Inscrit :
23-mai 07

Posté 15 juillet 2008 - 09:12

tout à fait Ely: hommage à Cala, qui a été tellement généreux que ça lui a été préjudiciable et aussi hommage à Mendès
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   djibguevara Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
412
Inscrit :
15-juin 07

Posté 15 juillet 2008 - 10:46

Voir le messageEly, le Wednesday 28 May 2003, 21:52, dit :

Salut CALA,

Je suis tres impressionne par tes references historiques aux personnages et lieus mentiones dans ton texte. Je vais peut-etre te surprendre, mais une des personnes cites a un lien de parente avec moi. Le clou, comme on dit, est dans mon pseudo.
J'ai un projet de livre la dessus, si tu veux on peut discuter en prive, donne moi ton e-mail.

Ely


:blink: :blink: :blink:

slt ely

la majeur partis des gens cités dans le post de CALA sont tous des gens qui ont eu un impact negatif dans l'histoire de notre pays. es-tu le fils,un cousin,un neveu ou je ne koi de l'un d entre eux?
j espere pour toi que tu n as pas participé à la chute de notre cité. :D


serieux ely, je voulais te demander "le rescapé" de la generation dorée de DJIBNET,toi ki a connu CALA, comment faire pour le faire revenir dans le village,as tu un mail de lui?
fait kelke chose vieux pour nous permettre de confronter nos kestions de facoon direct aux ecrits de ce homme "précieux".
merci
"celui qui croit à ALLAH et au dernier jour,qu'il dit (écrit) des bonnes choses ou qu'il se taise"le prophète MAHOMET(psl)
"nous devons accepter de vivre africain,c'est la seule façon de vivre libre,de vivre digne"THOMAS SANKARA
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet