djibnet.com: Un Enfant Q7 - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Un Enfant Q7 Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Ely Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 366
Inscrit :
13-mai 03
Location:
Canada

Posté 02 juillet 2008 - 04:39

Je fut un enfant du Q7. J'utilise le passé pour mieux illustrer mon argument. J'ai été formé a la moule typique d'un environnement ou l'identité est toujours exaspérée. Mes parents m'inculquèrent le fait que la société dans laquelle nous vivions fonctionne avec des repères bien définis et que chacun doit savoir tenir son rôle et reconnaître sa place.

L'histoire commence entre mon père et moi; Il m'expliqua que je suis l'aboutissement d'une longue ligne de guerrier; A commencer par mon pere, le fil va d'homme a homme; Cela inclus la famille proche, les cousins, et les oncles. Pas ceux du cote maternel mais ceux paternel seulement. A ma question de savoir pourquoi le choix du paternel, vint la réponse que mon identité est ainsi définie. Je suis le fils de X qui lui est le fils de y qui a son tour est celui de Z etc...Ainsi, la ligne de mes ancêtres s'étend vers un lointain patriarche qui donna son nom a notre clan. Sur le chemin, le nombre de cousin augmenta largement a chaque nœud de l'arbre ou les branches se séparent. Ainsi donc que j'ai appris que mes cousins sont très nombreux et habitent partout, même au delà de Q7, de la ville de Djibouti, de la république de Djibouti mais aussi qu'ils peuplaient l'Ethioipie et la Somalie. Au début, je fut ravit, J'ai même dit a un de mes multitude d'oncles que nous sommes fortune d'avoir une famille tant élargie mais mon enthousiasme s'estompa lorsque j'ai compris que je ne pouvais les rencontrer un par un. Néanmoins, ceci me donna de quoi se vanter a l'école et de menacer les caïds qu'ils auront a faire a une grande partie des habitants de la région s'ils ne me foutaient pas la paix.

Les choses auraient put rester ainsi pour un moment si mon père ne me précisa pas que sous la grande coupole de notre tribu, existe des sous groupe; il ajouta qu'on les appelle des branches et que, nous, nous nous tenons sur une de ses branches; Sous mes yeux inquisiteurs et inquiet, il s'empressa d'ajouter, que notre branche était la plus noble. Ainsi, j'apprenais, que sur les milliers de mes cousins a travers toute la région, certains avait plus de poids que d'autres et même que j'avais le privilège d'appartenir aux nobles. Au fur et a ma mesure que mon éducation clanique augmentait, je commençais a voir le clan avec des yeux différents: ça gonfle l'ego, ça rassure et sa donne un sens d'appartenance. Un jour, j'arrive a la maison, et je cours expliquer a mon père que mon cousin Robleh n'est pas d'accord sur ma définition des chose sur le clan. Il se trouve que son père a lui, lui est fourni une définition différente. Dans sa version, il est d'accord avec moi que tous les deux, nous appartenons a la branche des nobles mais que lui, appartient a un autre sous groupe dont je n'ai même pas entendu le nom jusqu'à date et qui sont les nobles des nobles. Mon père m'appela prés de lui, me caressa la tête quelques secondes afin de me calmer, me laisse prendre une gorgée de son thé, attrape quelques feuilles de khat qu'il les engouffre dans sa bouche, me prend la tête une nouvelle fois et commence a m'expliquer, qu'il avait omis de me dire que nous, mon cousin et moi appartenions chacun a un genoux différent, pire encore a deux autres sous-genoux d'espace différents. Autrement dit, pour rejoindre notre ancêtre commun a Robleh et moi, chacun de nous doit traverser deux sous-genoux. Et alors, luis ai-je dit; sommes nous nous toujours les nobles? Mon père arête sa mastication du khat et me dit, oui fiston (abo), nous sommes les nobles mais, lorsque tu seras un peu plus grand, tu comprendra que la noblesse ne se hérite pas pas des ancêtres mais se manifeste par le caractère, la foi, le courage ainsi que par ta compassion. Ainsi toi et Robleh pouviez être des nobles mais pas de descendant de noble.

Depuis, l'enfant de Q7 a grandit, a voyagé et a rencontré des tribus et des genoux qu'il n'aurait jamais pu imaginer a Q7. Il rencontra des tribus don le teins du noir va du café crème au noir d'ébène; dont la couleur de la peau va de la couleur tomate a la blancheur de la neige du Pôle Nord. Des yeux bridés et des yeux bleus. Il se rendit compte que la noblesse nombrilisme de Robleh qui m'avait tant agacé jadis n'est qu'une futilité insignifiante. Il se rendit compte aussi que sa noblesse a lui, comme la si bien prédit son père, se définit par ses actes a lui et son interaction avec les autres. Que l'identité culturelle nous permet de nous donner un sens a notre vie et ne doit pas nous empêcher d'aimer et de respecter nos concitoyens d'où qu'ils viennent a l'origine et de ne pas les remettre en question a cause de leurs ancêtres. Nul part ailleurs au monde n'est ceci mis en pratique que dans mon pays d'adoption. Citoyen, nous venons de fêter le jour nationale; autour d'une table, des yeux bridés, des plumes d'indien, des yeux bleus, des tresses et des cheveux crépus ainsi qu'un gars de Q7 don son père lui a appris qu'un arbre généalogique n'est rien d'autre qu'une pièce d'identité dans un environnement nomade et que le reste doit être dicte par ses valeurs humaines et citoyennes.

Ce message a été modifié par Ely - 02 juillet 2008 - 04:46 .

"C'est une erreur de croire nécessairement faux ce qu'on ne comprend pas."
MAHATMA GANDHI (1869 - 1948)

"C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire."
JEAN DE LA BRUYÈRE (1645 - 1696)

"La religion est l'opium du peuple"
Karl Marx (1818-1883)
0

#2 _Slander (guest)

Groupe :
Invités

Posté 03 juillet 2008 - 12:54

Voir le messageEly, le Wednesday 2 July 2008, 13:39, dit :

Je fut un enfant du Q7. J'utilise le passé pour mieux illustrer mon argument. J'ai été formé a la moule typique d'un environnement ou l'identité est toujours exaspérée. Mes parents m'inculquèrent le fait que la société dans laquelle nous vivions fonctionne avec des repères bien définis et que chacun doit savoir tenir son rôle et reconnaître sa place.

L'histoire commence entre mon père et moi; Il m'expliqua que je suis l'aboutissement d'une longue ligne de guerrier; A commencer par mon pere, le fil va d'homme a homme; Cela inclus la famille proche, les cousins, et les oncles. Pas ceux du cote maternel mais ceux paternel seulement. A ma question de savoir pourquoi le choix du paternel, vint la réponse que mon identité est ainsi définie. Je suis le fils de X qui lui est le fils de y qui a son tour est celui de Z etc...Ainsi, la ligne de mes ancêtres s'étend vers un lointain patriarche qui donna son nom a notre clan. Sur le chemin, le nombre de cousin augmenta largement a chaque nœud de l'arbre ou les branches se séparent. Ainsi donc que j'ai appris que mes cousins sont très nombreux et habitent partout, même au delà de Q7, de la ville de Djibouti, de la république de Djibouti mais aussi qu'ils peuplaient l'Ethioipie et la Somalie. Au début, je fut ravit, J'ai même dit a un de mes multitude d'oncles que nous sommes fortune d'avoir une famille tant élargie mais mon enthousiasme s'estompa lorsque j'ai compris que je ne pouvais les rencontrer un par un. Néanmoins, ceci me donna de quoi se vanter a l'école et de menacer les caïds qu'ils auront a faire a une grande partie des habitants de la région s'ils ne me foutaient pas la paix.

Les choses auraient put rester ainsi pour un moment si mon père ne me précisa pas que sous la grande coupole de notre tribu, existe des sous groupe; il ajouta qu'on les appelle des branches et que, nous, nous nous tenons sur une de ses branches; Sous mes yeux inquisiteurs et inquiet, il s'empressa d'ajouter, que notre branche était la plus noble. Ainsi, j'apprenais, que sur les milliers de mes cousins a travers toute la région, certains avait plus de poids que d'autres et même que j'avais le privilège d'appartenir aux nobles. Au fur et a ma mesure que mon éducation clanique augmentait, je commençais a voir le clan avec des yeux différents: ça gonfle l'ego, ça rassure et sa donne un sens d'appartenance. Un jour, j'arrive a la maison, et je cours expliquer a mon père que mon cousin Robleh n'est pas d'accord sur ma définition des chose sur le clan. Il se trouve que son père a lui, lui est fourni une définition différente. Dans sa version, il est d'accord avec moi que tous les deux, nous appartenons a la branche des nobles mais que lui, appartient a un autre sous groupe dont je n'ai même pas entendu le nom jusqu'à date et qui sont les nobles des nobles. Mon père m'appela prés de lui, me caressa la tête quelques secondes afin de me calmer, me laisse prendre une gorgée de son thé, attrape quelques feuilles de khat qu'il les engouffre dans sa bouche, me prend la tête une nouvelle fois et commence a m'expliquer, qu'il avait omis de me dire que nous, mon cousin et moi appartenions chacun a un genoux différent, pire encore a deux autres sous-genoux d'espace différents. Autrement dit, pour rejoindre notre ancêtre commun a Robleh et moi, chacun de nous doit traverser deux sous-genoux. Et alors, luis ai-je dit; sommes nous nous toujours les nobles? Mon père arête sa mastication du khat et me dit, oui fiston (abo), nous sommes les nobles mais, lorsque tu seras un peu plus grand, tu comprendra que la noblesse ne se hérite pas pas des ancêtres mais se manifeste par le caractère, la foi, le courage ainsi que par ta compassion. Ainsi toi et Robleh pouviez être des nobles mais pas de descendant de noble.

Depuis, l'enfant de Q7 a grandit, a voyagé et a rencontré des tribus et des genoux qu'il n'aurait jamais pu imaginer a Q7. Il rencontra des tribus don le teins du noir va du café crème au noir d'ébène; dont la couleur de la peau va de la couleur tomate a la blancheur de la neige du Pôle Nord. Des yeux bridés et des yeux bleus. Il se rendit compte que la noblesse nombrilisme de Robleh qui m'avait tant agacé jadis n'est qu'une futilité insignifiante. Il se rendit compte aussi que sa noblesse a lui, comme la si bien prédit son père, se définit par ses actes a lui et son interaction avec les autres. Que l'identité culturelle nous permet de nous donner un sens a notre vie et ne doit pas nous empêcher d'aimer et de respecter nos concitoyens d'où qu'ils viennent a l'origine et de ne pas les remettre en question a cause de leurs ancêtres. Nul part ailleurs au monde n'est ceci mis en pratique que dans mon pays d'adoption. Citoyen, nous venons de fêter le jour nationale; autour d'une table, des yeux bridés, des plumes d'indien, des yeux bleus, des tresses et des cheveux crépus ainsi qu'un gars de Q7 don son père lui a appris qu'un arbre généalogique n'est rien d'autre qu'une pièce d'identité dans un environnement nomade et que le reste doit être dicte par ses valeurs humaines et citoyennes.


Pas mal, serieusement c'est pas mal du tout. Gaalka dil oo gartisana sii, donc là sincèrement je te dis félicitation Ely. Un moment j'avais l'impression de lire le meilleur roman de ma vie après Kouakou. :D . just a joke.

Non plus serieusement bravo pour cet essai romancé d'un sujet aussi crucial que le tribalisme chez nous.

Mais let me make some remarks about this.

D'abord, il nous faudrais prendre ton texte par exemple en faire des tracts et le distribuer aux milliers de djiboutiens. Je suis sûr tout le monde s'y reconnaitre facilement dedans.

Au moins il faudrait étudier à l'école ( ce que tu viens de dire ) comment la noblesse, le courage, la richesse, la déchéance, la défaite, l'humiliation n'a rien d'héréditaire encore moins de clanique au lieu de nous apprendre " nos ancetres les gaulois ". Ceci attenuerait le ravage du communautarisme stupide à base de clan de notre société et dévélopperait la richesse de l'exp​ression des individualités.

Ensuite, c'est malheureux de dire, mais le tribalisme est un peu plus lourd, plus tragique et n'a rien d'aussi enfantin que ton récit. Certains ont perdu des parents ou grands parents pour ces genres de considerations et donc en ont gardé une sensibilité à la fleur de peau sur ce sujet.
Donc faire face à ce fléau ça ne pourra pas être aussi triviale que ton cas. Il nous faudra refléchir aux remèdes et se donner le courage d'abondonner ou dois-je dire pour être plus précis moderniser le système de nos ancestres.
Nous sommes ici à peu près tous d'accord que le tribalisme est la gangrene de notre société, mais nous le sommes beaucoup moins quant à la methode pour l'éradiquer. En attendant, voici la jeune génération censée oublier ce système archaique pour se construire une autre système qui sont attaché plus que leurs aieuls et de la pire des manière à ce système de tribalisme. Tu leur donne des Kalachnikov K47 et des roquets à la place de la souris et du clavier, djibnet deviendrait la nouvelle mogadiscio.

Vraiment c'est urgent de crever ces abces pour avoir des nouvelles graines pour notre avenir.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   kamilcool100 Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
510
Inscrit :
03-avril 05
Location:
London

Icône du message  Posté 03 juillet 2008 - 11:10

Voir le messageSlander, le Wednesday 2 July 2008, 23:54, dit :

Pas mal, serieusement c'est pas mal du tout. Gaalka dil oo gartisana sii, donc là sincèrement je te dis félicitation Ely. Un moment j'avais l'impression de lire le meilleur roman de ma vie après Kouakou. :D . just a joke.

Non plus serieusement bravo pour cet essai romancé d'un sujet aussi crucial que le tribalisme chez nous.

Mais let me make some remarks about this.

D'abord, il nous faudrais prendre ton texte par exemple en faire des tracts et le distribuer aux milliers de djiboutiens. Je suis sûr tout le monde s'y reconnaitre facilement dedans.

Au moins il faudrait étudier à l'école ( ce que tu viens de dire ) comment la noblesse, le courage, la richesse, la déchéance, la défaite, l'humiliation n'a rien d'héréditaire encore moins de clanique au lieu de nous apprendre " nos ancetres les gaulois ". Ceci attenuerait le ravage du communautarisme stupide à base de clan de notre société et dévélopperait la richesse de l'exp​ression des individualités.

Ensuite, c'est malheureux de dire, mais le tribalisme est un peu plus lourd, plus tragique et n'a rien d'aussi enfantin que ton récit. Certains ont perdu des parents ou grands parents pour ces genres de considerations et donc en ont gardé une sensibilité à la fleur de peau sur ce sujet.
Donc faire face à ce fléau ça ne pourra pas être aussi triviale que ton cas. Il nous faudra refléchir aux remèdes et se donner le courage d'abondonner ou dois-je dire pour être plus précis moderniser le système de nos ancestres.
Nous sommes ici à peu près tous d'accord que le tribalisme est la gangrene de notre société, mais nous le sommes beaucoup moins quant à la methode pour l'éradiquer. En attendant, voici la jeune génération censée oublier ce système archaique pour se construire une autre système qui sont attaché plus que leurs aieuls et de la pire des manière à ce système de tribalisme. Tu leur donne des Kalachnikov K47 et des roquets à la place de la souris et du clavier, djibnet deviendrait la nouvelle mogadiscio.

Vraiment c'est urgent de crever ces abces pour avoir des nouvelles graines pour notre avenir.


On attend la suite quand t as demenage Au Q6 :D
et ton passage a balballa :)
A suivre....
et ton petit detour a gabode :lol:
[size="1"][/size][color="#800080"]Rien de plus le lion est fait de mouton assimile[/color]
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   amirouche Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
3 387
Inscrit :
28-mars 05
Location:
face a la mer et face a la terre.
Interests:
DIEU BENISSE LA POP ANGLAISE, THANKS GOD.<br /><br />heureux soit les feles qui ecoutent cette bonne musique.

Posté 03 juillet 2008 - 11:20

lui c'est pluto à mon retour de parkland :(( :lol: Visiter mon site


to kamilcool

u woont in Amsterdam? lang geleden dat ek niet langer de oprit. sorry mijn Nederlands taal is niet verschrikkelijk, ek heb meer studerde afrikaans taal.maar het maakt mij blij te zien dat mensen uit de bodem. my broer, hoe zal Amsterdam? :P

Ce message a été modifié par amirouche - 03 juillet 2008 - 11:38 .

..."le subjonctif est le mode du doute et de l esperance. le subjonctif est le mode de l amour"...Erik Orsena


..." pourquoi t'as pas fait la vaisselle?" ..." des que j'ai fini mon cours de sophisme, non seulement tu seras convaincue que je l'ai faite, mais en plus, tu seras persuadée que c'est à ton tour de la faire." Charb

absolument fane de LIYA KEBEDE<<>>>>
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Muslin Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 276
Inscrit :
02-juillet 08
Gender:
Not Telling

Posté 04 juillet 2008 - 01:15

A Ely,
Ton recit et l'elevation de ta conscience sont formidables mais...ça reste quand même fragile...aussi fragile quà Q7.
Une question,please!
Que s'est-il produit après le 11 Sep en Amerique? et les Attentats dans le metro en Angleterre?
Comme disait Chateaubriant "Avec Dieu tout est grand, sans Dieu tout est petit"
Alors ta conscience est encore au premier stade de developpement.
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   yeux de biche_ Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 315
Inscrit :
07-septembre 07
Gender:
Female
Interests:
j'aime la lecture , la science , la culture et surtout l'histoire !

Posté 05 juillet 2008 - 12:14

Voir le messageEly, le Wednesday 2 July 2008, 14:39, dit :

Je fut un enfant du Q7. J'utilise le passé pour mieux illustrer mon argument. J'ai été formé a la moule typique d'un environnement ou l'identité est toujours exaspérée. Mes parents m'inculquèrent le fait que la société dans laquelle nous vivions fonctionne avec des repères bien définis et que chacun doit savoir tenir son rôle et reconnaître sa place.

L'histoire commence entre mon père et moi; Il m'expliqua que je suis l'aboutissement d'une longue ligne de guerrier; A commencer par mon pere, le fil va d'homme a homme; Cela inclus la famille proche, les cousins, et les oncles. Pas ceux du cote maternel mais ceux paternel seulement. A ma question de savoir pourquoi le choix du paternel, vint la réponse que mon identité est ainsi définie. Je suis le fils de X qui lui est le fils de y qui a son tour est celui de Z etc...Ainsi, la ligne de mes ancêtres s'étend vers un lointain patriarche qui donna son nom a notre clan. Sur le chemin, le nombre de cousin augmenta largement a chaque nœud de l'arbre ou les branches se séparent. Ainsi donc que j'ai appris que mes cousins sont très nombreux et habitent partout, même au delà de Q7, de la ville de Djibouti, de la république de Djibouti mais aussi qu'ils peuplaient l'Ethioipie et la Somalie. Au début, je fut ravit, J'ai même dit a un de mes multitude d'oncles que nous sommes fortune d'avoir une famille tant élargie mais mon enthousiasme s'estompa lorsque j'ai compris que je ne pouvais les rencontrer un par un. Néanmoins, ceci me donna de quoi se vanter a l'école et de menacer les caïds qu'ils auront a faire a une grande partie des habitants de la région s'ils ne me foutaient pas la paix.

Les choses auraient put rester ainsi pour un moment si mon père ne me précisa pas que sous la grande coupole de notre tribu, existe des sous groupe; il ajouta qu'on les appelle des branches et que, nous, nous nous tenons sur une de ses branches; Sous mes yeux inquisiteurs et inquiet, il s'empressa d'ajouter, que notre branche était la plus noble. Ainsi, j'apprenais, que sur les milliers de mes cousins a travers toute la région, certains avait plus de poids que d'autres et même que j'avais le privilège d'appartenir aux nobles. Au fur et a ma mesure que mon éducation clanique augmentait, je commençais a voir le clan avec des yeux différents: ça gonfle l'ego, ça rassure et sa donne un sens d'appartenance. Un jour, j'arrive a la maison, et je cours expliquer a mon père que mon cousin Robleh n'est pas d'accord sur ma définition des chose sur le clan. Il se trouve que son père a lui, lui est fourni une définition différente. Dans sa version, il est d'accord avec moi que tous les deux, nous appartenons a la branche des nobles mais que lui, appartient a un autre sous groupe dont je n'ai même pas entendu le nom jusqu'à date et qui sont les nobles des nobles. Mon père m'appela prés de lui, me caressa la tête quelques secondes afin de me calmer, me laisse prendre une gorgée de son thé, attrape quelques feuilles de khat qu'il les engouffre dans sa bouche, me prend la tête une nouvelle fois et commence a m'expliquer, qu'il avait omis de me dire que nous, mon cousin et moi appartenions chacun a un genoux différent, pire encore a deux autres sous-genoux d'espace différents. Autrement dit, pour rejoindre notre ancêtre commun a Robleh et moi, chacun de nous doit traverser deux sous-genoux. Et alors, luis ai-je dit; sommes nous nous toujours les nobles? Mon père arête sa mastication du khat et me dit, oui fiston (abo), nous sommes les nobles mais, lorsque tu seras un peu plus grand, tu comprendra que la noblesse ne se hérite pas pas des ancêtres mais se manifeste par le caractère, la foi, le courage ainsi que par ta compassion. Ainsi toi et Robleh pouviez être des nobles mais pas de descendant de noble.

Depuis, l'enfant de Q7 a grandit, a voyagé et a rencontré des tribus et des genoux qu'il n'aurait jamais pu imaginer a Q7. Il rencontra des tribus don le teins du noir va du café crème au noir d'ébène; dont la couleur de la peau va de la couleur tomate a la blancheur de la neige du Pôle Nord. Des yeux bridés et des yeux bleus. Il se rendit compte que la noblesse nombrilisme de Robleh qui m'avait tant agacé jadis n'est qu'une futilité insignifiante. Il se rendit compte aussi que sa noblesse a lui, comme la si bien prédit son père, se définit par ses actes a lui et son interaction avec les autres. Que l'identité culturelle nous permet de nous donner un sens a notre vie et ne doit pas nous empêcher d'aimer et de respecter nos concitoyens d'où qu'ils viennent a l'origine et de ne pas les remettre en question a cause de leurs ancêtres. Nul part ailleurs au monde n'est ceci mis en pratique que dans mon pays d'adoption. Citoyen, nous venons de fêter le jour nationale; autour d'une table, des yeux bridés, des plumes d'indien, des yeux bleus, des tresses et des cheveux crépus ainsi qu'un gars de Q7 don son père lui a appris qu'un arbre généalogique n'est rien d'autre qu'une pièce d'identité dans un environnement nomade et que le reste doit être dicte par ses valeurs humaines et citoyennes.

bravo , c'est si "djiboutien" ....merci pr ces belles lignes !
ils ne sont plus grands  que parce que nous sommes à genou, alors levons-nous . Etienne de la boétie

Seuls l'art et la science élèvent l'homme jusqu'à la divinité. ludwig van Beethooven

Les mathématiques sont une gymnastique de l'esprit et une préparation à la philosophie. Isocrate

Moise a dit : Tout est loi
Jesus a dit : Tout est amour
Marx a dit : Tout est argent
Puis Freud a dit : Tout est sexe
Et puis Einstein est venu et il a dit : Tout est relatif !

''pardonner pour mieux vivre '' Nelson Mandela

"
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   bouchra Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
656
Inscrit :
19-septembre 07
Gender:
Female
Location:
France
Interests:
djibouti, djibouti et djibouti pour le reste je fais le necessaire

Posté 05 juillet 2008 - 03:21

Voir le messageEly, le Wednesday 2 July 2008, 13:39, dit :

Je fut un enfant du Q7. J'utilise le passé pour mieux illustrer mon argument. J'ai été formé a la moule typique d'un environnement ou l'identité est toujours exaspérée. Mes parents m'inculquèrent le fait que la société dans laquelle nous vivions fonctionne avec des repères bien définis et que chacun doit savoir tenir son rôle et reconnaître sa place.

L'histoire commence entre mon père et moi; Il m'expliqua que je suis l'aboutissement d'une longue ligne de guerrier; A commencer par mon pere, le fil va d'homme a homme; Cela inclus la famille proche, les cousins, et les oncles. Pas ceux du cote maternel mais ceux paternel seulement. A ma question de savoir pourquoi le choix du paternel, vint la réponse que mon identité est ainsi définie. Je suis le fils de X qui lui est le fils de y qui a son tour est celui de Z etc...Ainsi, la ligne de mes ancêtres s'étend vers un lointain patriarche qui donna son nom a notre clan. Sur le chemin, le nombre de cousin augmenta largement a chaque nœud de l'arbre ou les branches se séparent. Ainsi donc que j'ai appris que mes cousins sont très nombreux et habitent partout, même au delà de Q7, de la ville de Djibouti, de la république de Djibouti mais aussi qu'ils peuplaient l'Ethioipie et la Somalie. Au début, je fut ravit, J'ai même dit a un de mes multitude d'oncles que nous sommes fortune d'avoir une famille tant élargie mais mon enthousiasme s'estompa lorsque j'ai compris que je ne pouvais les rencontrer un par un. Néanmoins, ceci me donna de quoi se vanter a l'école et de menacer les caïds qu'ils auront a faire a une grande partie des habitants de la région s'ils ne me foutaient pas la paix.

Les choses auraient put rester ainsi pour un moment si mon père ne me précisa pas que sous la grande coupole de notre tribu, existe des sous groupe; il ajouta qu'on les appelle des branches et que, nous, nous nous tenons sur une de ses branches; Sous mes yeux inquisiteurs et inquiet, il s'empressa d'ajouter, que notre branche était la plus noble. Ainsi, j'apprenais, que sur les milliers de mes cousins a travers toute la région, certains avait plus de poids que d'autres et même que j'avais le privilège d'appartenir aux nobles. Au fur et a ma mesure que mon éducation clanique augmentait, je commençais a voir le clan avec des yeux différents: ça gonfle l'ego, ça rassure et sa donne un sens d'appartenance. Un jour, j'arrive a la maison, et je cours expliquer a mon père que mon cousin Robleh n'est pas d'accord sur ma définition des chose sur le clan. Il se trouve que son père a lui, lui est fourni une définition différente. Dans sa version, il est d'accord avec moi que tous les deux, nous appartenons a la branche des nobles mais que lui, appartient a un autre sous groupe dont je n'ai même pas entendu le nom jusqu'à date et qui sont les nobles des nobles. Mon père m'appela prés de lui, me caressa la tête quelques secondes afin de me calmer, me laisse prendre une gorgée de son thé, attrape quelques feuilles de khat qu'il les engouffre dans sa bouche, me prend la tête une nouvelle fois et commence a m'expliquer, qu'il avait omis de me dire que nous, mon cousin et moi appartenions chacun a un genoux différent, pire encore a deux autres sous-genoux d'espace différents. Autrement dit, pour rejoindre notre ancêtre commun a Robleh et moi, chacun de nous doit traverser deux sous-genoux. Et alors, luis ai-je dit; sommes nous nous toujours les nobles? Mon père arête sa mastication du khat et me dit, oui fiston (abo), nous sommes les nobles mais, lorsque tu seras un peu plus grand, tu comprendra que la noblesse ne se hérite pas pas des ancêtres mais se manifeste par le caractère, la foi, le courage ainsi que par ta compassion. Ainsi toi et Robleh pouviez être des nobles mais pas de descendant de noble.

Depuis, l'enfant de Q7 a grandit, a voyagé et a rencontré des tribus et des genoux qu'il n'aurait jamais pu imaginer a Q7. Il rencontra des tribus don le teins du noir va du café crème au noir d'ébène; dont la couleur de la peau va de la couleur tomate a la blancheur de la neige du Pôle Nord. Des yeux bridés et des yeux bleus. Il se rendit compte que la noblesse nombrilisme de Robleh qui m'avait tant agacé jadis n'est qu'une futilité insignifiante. Il se rendit compte aussi que sa noblesse a lui, comme la si bien prédit son père, se définit par ses actes a lui et son interaction avec les autres. Que l'identité culturelle nous permet de nous donner un sens a notre vie et ne doit pas nous empêcher d'aimer et de respecter nos concitoyens d'où qu'ils viennent a l'origine et de ne pas les remettre en question a cause de leurs ancêtres. Nul part ailleurs au monde n'est ceci mis en pratique que dans mon pays d'adoption. Citoyen, nous venons de fêter le jour nationale; autour d'une table, des yeux bridés, des plumes d'indien, des yeux bleus, des tresses et des cheveux crépus ainsi qu'un gars de Q7 don son père lui a appris qu'un arbre généalogique n'est rien d'autre qu'une pièce d'identité dans un environnement nomade et que le reste doit être dicte par ses valeurs humaines et citoyennes.



merci...........moi aussi, suis de ce fabuleux q7
merci surtout pour ce texte qui à lui tout seul pourrait nous guérir de ce mal: le tribalisme...
bravo à cet hyme à nos valeurs humaines...
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet