djibnet.com: Et Si L'afrique Devenait Une Puissance? - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Et Si L'afrique Devenait Une Puissance? Exemples Sur Djibouti Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   nagadaf Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
80
Inscrit :
13-février 07

Posté 16 décembre 2007 - 07:46

Bafoué et recalé à l’ordre de la pauvreté, vidé de sa progéniture par des traites sans pitié qui a duré plus de 500 ans, le continent africain combat à l’aune de nos jours à revenir à ses trousses. Un chemin parfois tumultueux et risquant, il se bat, fier et infatigable pour rattraper son retard démographique. En 2007, l’Afrique subsaharienne compte à elle seule 765 millions d’habitants, c’est déjà plus que les Etats-Unis et l’Europe réunis. Déjà, l’Ethiopie à elle seule compte 78 millions d’habitants qui doubleront en 2025.La Somalie va également doubler sa population d’ici 2025 malgré la guerre, la famine et les maladies. Aucun pays africain ne connaître une régression de sa population. Dans 18 ans, Djibouti aura passé le cap d’1,5 millions d’habitants avant d’atteindre 2 millions en 2050.Seul l’Afrique du Sud régressera en matière de fécondité dû essentiellement à la forte mortalité causée par le Sida. Malgré ce virus dangereux, le reste de la démographie africaine ne cessera de croître.

Une croissance économique africaine prometteuse

Il est certain qu’une population croissante est bien pour le développement d’un pays, puisque le nombre d’actifs croît en même temps que le taux de fécondité affiché. Si le développement humain suit son cours et que les jeunes sont de plus en plus formés, alors, il faudra s’attendre à plus de développement économique. Puisque le développement est lié en lui-même avec l’éducation, la santé et une démographie importante, pourquoi l’Afrique connaîtra des graves crises ?

Certains commentaires affichés ici et là après recherche sur google pour les prévisions africaines en 2050 sont souvent rédigés par des européens, ce qui assombrit en l’occurrence l’avenir démographique africaine comme d’habitude.

Si les africains s’intéressent d’avantage à apprendre plus de techniques pour manipuler les machines et les maîtriser, ils les récréeront à leurs guises et à leurs goûts dans l’avenir, et ceci empêchera de les acheter à l’Europe comme ils font de nos jours. Les africains sont donc sensés à accumuler plus de pratiques que de théoriques dans l’avenir.

Ainsi, le nombre d’étudiants africains sur les bancs des écoles techniques asiatiques ne cessera d’augmenter, du fait que la vie est moins chère en Asie qu’elle ne l’est en Europe, sans oublier la difficulté pour obtenir un visa pour l’Europe. De plus, les Etats africains ou les entreprises privées africaines seront sans cesses amenées à importer des matériaux de l’Asie.

Ainsi, si le nombre de techniciens et d’ingénieurs chercheurs augmentent, sans oublier la richesse de la matière première en Afrique, il doit sans doute y avoir une industrialisation africaine dans l’avenir. Les africains pourront atteindre ainsi une autosuffisance. Ainsi, il est à rappeler aux parents que s’ils veulent envoyer leurs progénitures dans un pays, il faut les amener là il faut, c'est-à-dire en Asie, que ça soit en Chine, en Inde ou en Malaisie, et les conseiller plutôt à des métiers techniques et pratiques, qui peuvent ouvrir à des recherches en ingénierie pour plus tard.

Le but du jeu serait de garder espoir et de miser sur ces jeunes qui naissent de nos jours, c’est eux qui relèveront l’Afrique en 2050 et feront d’elle une puissance économique et militaire. Ces jeunes doivent avoir le maximum d’éducation, de santé, c’est pour cela que l’on parle toujours de ces deux éléments qui sont cruciaux pour l’avenir d’un pays. La négligence d’un d’eux emmène souvent à la faillite d’une nation ou d’un Etat. C’est le cas dans l’Afrique d’aujourd’hui, puisque la seule chose que nos colonisateurs ont fait de nous, c’est être notre ennemi.

Le pouvoir doit être transmis rapidement aux générations suivantes

Le fait de ne pas transmettre le pouvoir aux autres générations aggrave les situations politiques en Afrique, puisque les dirigeants ne changent pas, la mentalité ne change pas. Le fait de laisser le pouvoir aux arrivants donne plus de fraîcheur et de dynamisme et limite la corruption au sein des Etats. On ne peut avoir de fraîcheur dans l’économie d’un pays si on fait juste un remaniement ministériel, par contre si le dirigeant lui-même quitte la barque, il peut y avoir du dynamisme et de la fraîcheur au sein de l’équipe qui dirige un pays. Par un simple exemple dans notre pays qu’est Djibouti, regardez ce qu’a fait le voleur des finances publiques M Ali Farah Assoweh. C’est exactement ce qui se passe au sein de l’Afrique même, car plus un président reste, plus il devient voleur et plus, il en met un voleur pour gérer les deniers publics et moins on s’en prend à lui puisqu’il est caché par ce dernier dont il a mis en place. Et ainsi, les comptes de l’Etat sont vidés sans penser aux générations futures. Bref, plus ça reste, plus ça devient pire, puisque l’inflation ne se maîtrise plus, le chômage perdure, l’éducation s’effrite, sans parler de la santé qui devient de plus en plus chère. C’est ainsi que l’Essor économique pour une Afrique riche dans l’avenir se perd.

Plus de justices

Les dirigeants des pays africains doivent d’abord donner le bon exemple à leurs citoyens. Les citoyens eux-mêmes doivent être également responsables de leurs actes. Ainsi, si tout le monde paie pour ses fautes commises, alors il y aura plus de justice et plus de prospérité. On ne peut en aucun cas garder par exemple, une personne qui détourne les deniers publics dans l’équipe dirigeante, il faut à tout prix l’écarter et le faire payer pour ses forfaits aux sût et vu de tout le monde. Quand ça pue dans la maison, il faut nettoyer, et l’Afrique a besoin de cela aujourd’hui, plus de justice pour les citoyens, plus de transparence dans les deniers publics, plus de respect des droits de l’homme. Rien ne va dans un pays quand, c’est le frère de la première dame qui signe les billets de banques, quand, quelques infortunés hommes en tenue malmènent un défenseur des droits de l’homme sous l’ordre de quelques appels téléphoniques, quand un voyou gère les deniers publics et quand c’est la première dame du pays qui souffle le chaud et le froid pour le choix de l’équipe gouvernemental. Si, c’est ça le progrès de l’Afrique, laissez moi vous dire que l’Afrique a tout faux.

A Suivre…

Ce message a été modifié par nagadaf - 16 décembre 2007 - 08:00 .

0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet