djibnet.com: A Bitter History Lesson - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

A Bitter History Lesson Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   BOUDICA Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
64
Inscrit :
13-décembre 05

Posté 10 octobre 2007 - 12:23

Histoire ou Speculation



Du 19eme siècle au mi-1977= Djibouti est sous la gouvernance française.
Le peuple est uni, luttant pour de l indépendance son
pays.

27 juin 1977= le pays obtint son indépendance. Le peuple est toujours uni. Le système
des tribus est seulement utilise’ pour la répartition des postes
gouvernementaux.


Fin 1977 -1978= la guerre entre la Somalie et l Ethiopie est a son apogée.
L’afflux des réfugies somalis d Ethiopie vers Djibouti (majoritairement
d’origine Issa) commence.


1978-1988= le flux continue.
Les réfugies font face au problème d’intégration. Comment s intégrer dans
une societe déjà établie et unie ? Solution : Diviser : raviver une idée importée
par les colons français.

Pour affaiblir le mouvement d’indépendance Djiboutienne et réduire le support rapporte’ par leurs frères de la Somalie, les français changerent le nom de »la cote française des somalis (Somali coast) « (qui était le pilier du soutien somalien a la résistance), le remplacant par » territoire français des afars et des issas », ainsi excluant les autres clans qui étaient aussi nationaux (et nationalistes) que ces derniers.
les nouveux arrivants utiliserent cette idee, ainsi empoisonnant une jeunesse trop naive et troublant l'entitee djiboutienne.
L’idée de division marcha, ces réfugies s’intégrèrent ainsi s’appropriant de cette nouvelle terre, soutenus par leurs cousins djiboutiens (d'origine issas). Ceci créa une certaine déception et rancœur chez les jeunes originairement des autres clans.


1988-1990= une nouvelle vague de réfugies arrive. Cette fois-ci en provenance du Nord
de la somalie (l’ex-Somaliland)- majoritairement Issaq et Samaroon.
Ces derniers luttaient pour ou contre le regime somalien en place.

Pour avoir un maximum de soutien a leurs causes, il fallait créer un
sentiment d'appartenance et nationaliste (somalilandais) chez leur cousins
djiboutiens. Profitant ainsi d’un jeune esprit déjà déçu et blesse’ par la
ségrégation qu il subit dans son propre pays. Beaucoup cédèrent au point de
nier leur nationalité djiboutienne.


1990- maintenant= Une grande partie des djiboutiens se sont expatries.
Les réfugies éthiopiens ont pris la direction du pays. Les réfugies
somaliens profitent toujours du désarroi (de la frustration, de la deception) de
leur cousins djiboutiens. Le tribalisme s'encre au sein de la société (aussi bien au
pays qu a l’étranger).
Par Oday Cabdulleh



No hard feelings just transmitting a piece of history. :)
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Desaxee Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
6 658
Inscrit :
11-mai 03

Posté 10 octobre 2007 - 01:42

Voir le messageBOUDICA, le Tuesday 9 October 2007, 22:23, dit :

Histoire ou Speculation

Du 19eme siècle au mi-1977= Djibouti est sous la gouvernance française.
Le peuple est uni, luttant pour de l indépendance son
pays.

27 juin 1977= le pays obtint son indépendance. Le peuple est toujours uni. Le système
des tribus est seulement utilise’ pour la répartition des postes
gouvernementaux.
Fin 1977 -1978= la guerre entre la Somalie et l Ethiopie est a son apogée.
L’afflux des réfugies somalis d Ethiopie vers Djibouti (majoritairement
d’origine Issa) commence.
1978-1988= le flux continue.
Les réfugies font face au problème d’intégration. Comment s intégrer dans
une societe déjà établie et unie ? Solution : Diviser : raviver une idée importée
par les colons français.

Pour affaiblir le mouvement d’indépendance Djiboutienne et réduire le support rapporte’ par leurs frères de la Somalie, les français changerent le nom de »la cote française des somalis (Somali coast) « (qui était le pilier du soutien somalien a la résistance), le remplacant par » territoire français des afars et des issas », ainsi excluant les autres clans qui étaient aussi nationaux (et nationalistes) que ces derniers.
les nouveux arrivants utiliserent cette idee, ainsi empoisonnant une jeunesse trop naive et troublant l'entitee djiboutienne.
L’idée de division marcha, ces réfugies s’intégrèrent ainsi s’appropriant de cette nouvelle terre, soutenus par leurs cousins djiboutiens (d'origine issas). Ceci créa une certaine déception et rancœur chez les jeunes originairement des autres clans.
1988-1990= une nouvelle vague de réfugies arrive. Cette fois-ci en provenance du Nord
de la somalie (l’ex-Somaliland)- majoritairement Issaq et Samaroon.
Ces derniers luttaient pour ou contre le regime somalien en place.

Pour avoir un maximum de soutien a leurs causes, il fallait créer un
sentiment d'appartenance et nationaliste (somalilandais) chez leur cousins
djiboutiens. Profitant ainsi d’un jeune esprit déjà déçu et blesse’ par la
ségrégation qu il subit dans son propre pays. Beaucoup cédèrent au point de
nier leur nationalité djiboutienne.
1990- maintenant= Une grande partie des djiboutiens se sont expatries.
Les réfugies éthiopiens ont pris la direction du pays. Les réfugies
somaliens profitent toujours du désarroi (de la frustration, de la deception) de
leur cousins djiboutiens. Le tribalisme s'encre au sein de la société (aussi bien au
pays qu a l’étranger).
Par Oday Cabdulleh



No hard feelings just transmitting a piece of history. :)


Ohh La!! On dirait une lecon d'histoire racontee par un aveugle...
Boudica,
Djibouti a toujours ete une terre d'immigration, tu peux pas dire les refugies issas ou afars, c'est leur terre, ils peuvent pas etre refugie au sein de leurs propre pays car justement ce sont des nomades.
Tu peux pas analyser le mouvement de population de djibouti avec le mot "immigration", la societe somalie est fondee sur les eres de paturage des differents clans. Y'a pas de frontieres, de barrieres..

Les Issas ou afars de fin des annees 70, debut des annees 80 qui sont arrive a djibouti se sont bien integre, ils ont obtenu la nationalite rapidement et n'ont pas cree des jaloux, c'est koi ces histoires? :blink:
Quels probleme d'integration? Tu peux nous en citer?

Meme similarite avec les populations de Somalie du Nord, que je sache ils n'ont eu aucun probleme d'integration, ceux qui voulaient rester ont ete naturaliser, les autres sont retournes en Somalie quand la Somaliland a prospere.... Djibouti a naturalise massivement des gens nes hors djibouti car notre pays est fondee sur les deplacements de differentes populations comme les Etats-Unis. La communaute arabe ou recemment la communaute ethiopienne est un exemple. Les somalis ou afars n'en parlons pas.

Quant a ces histoires de jeunes Issack/Samarone nieant leur nationalite djiboutienne, mais ou sont-ils, je n'ai jamis croise UN seul.... C'est un Mythe.... Ils nient rien du tout ils ont fiers du progres et de la prosperite du pays de leurs parents....

ET puis c'est qui ces refugies somaliens qui profitent du desarroi des djiboutiens.. :blink: ?

QU'est ce que c'est ca? Delire total.... Bissinka
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   kundilee Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
1 223
Inscrit :
10-février 07

Posté 10 octobre 2007 - 10:00

Voir le messageBOUDICA, le Tuesday 9 October 2007, 21:23, dit :

Histoire ou Speculation




[b]No hard feelings just transmitting a piece of history. :)


Bon je vais pas remettre à l'endroit ce tissu de mensonges parce que:1)j'ai pas envie de m'engluer dans des considérations claniques
2) faire la leçon d'histoire, pourtant bien nécessaire, est inutile avec une raclure révisionniste comme toi

mais sache-le falsificatrice de mes deux, ton histoire est fausse de bout en bout.

Que tu aies cru à ce torchon électronique , ça en dit long sur ton niveau de réflexion: un reptile a plus de jugeote que toi.

Minable vermine.
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet