djibnet.com: Quel Avenir Pour Nos Artistes à Djibouti - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Quel Avenir Pour Nos Artistes à Djibouti "fananekii wadaniga fiqiirnimo maxa baday" Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   boustos Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
414
Inscrit :
06-décembre 03

Icône du message  Posté 21 avril 2006 - 02:51

Bonjour!

Il n'est point société sans sa culture!!

Il se trouve qu'à Djibouti, beaucoup des artistes nous ont bercés avec leurs chansons melodieuses,d'autres avec leurs sketchs tout droit sortis des travers de la société djiboutienne! Les artistes sont le rempart contre la dépravation qui guette une société, ils sont les gardiens et les eveilleurs des consciences pour denoncer et prevenir contre le mal qui risque de faire jeter le discredit sur les moeurs d'un peuple!

Hélas, il se trouve qu'à Djibouti, l'art ne fait pas vivre son Homme et beaucoup de artistes militants de première heure pour l'emancipation et l'independance de notre jeune Republique se retrouvent dans des habitations délabrées et n'arrivent pas à faire vivre leurs familles...ce qui est honteux pour un pays qui devait les célébrer comme des héros! D'autres aristes meurent ou souffrent dans l'indifférence- à l'image de Hanjo bouh- alors que leurs oeuvrent ne cessent pas de passer en boucle sur les ondes de la Radio djiboutienne.

Il est invraisemblable que ces artistes hors-pair soient oubliés et vivent dans la "merde" sans aucun soutien de l'Etat !

Quand je lis dans la Nation, le calvaire que vit Hanjo Bouf, je me suis posé la question: est-ce qu'on a choisi de tuer à petit feu l'art djiboutien en ne faisant rien pour ces artistes? ou la lachété humaine a fait que ces hommes et femmes- qui ont rendu un grand service à la société djiboutienne toute entière- sont sacrifiés sur l'autel de l'indifférence ?

Quand je vois certains artistes comme Nimo Djama,Fatouma ahmed ou Père robert qui ont fui le pays parce qu'ils ont su que leur liberté de chanter était remise en question et qu'ils n'arriveraient à vivre de leur métier, je leur donne raison puisque les artises restés au pays n'ont pas d'avenir et n'arrivent même pas à joindre les deux bout...quel drame! quel ingratitude et enfin quelle indifférence;;..chapeau les responsables!!!

A qui la faute?
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Lola Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
441
Inscrit :
21-mars 05

Posté 21 avril 2006 - 07:06

They are in wrong place at the wrong time! :blink: ......They should come to the west and entertain the ex-djibs once in a while! :P
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   hachem Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
96
Inscrit :
27-mars 06

Posté 21 avril 2006 - 10:53

salam,
Nos artistes ne veulent pas de la charité. ils reclament simplement leus biens spoliés. Leurs oeuvres passent en boucle à la rtd. Un salaire digne serait une juste reparation de la part de l'état en attendant une loi sur le copyright
[url="http://del.icio.us/djiboutien"]delicious[/url]
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   saredo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
176
Inscrit :
21-avril 06

Posté 21 avril 2006 - 04:51

L'inorganisation des artistes djiboutiens est une ampleur qui fait dégat, ah j'aimerai tant ien chanter mais avec ki?
J'aimerai danser, chanter, faire du bruit, mais je cherche un groupe, quelque chose de ce genre koi.
oh hanja bouf, desolé, mais c'est la vie qui est comme ça, c'est dûr.C'est la faute à personne boustos, c'est la vie.
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet