djibnet.com: Le Rideau De Kundera - djibnet.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le Rideau De Kundera Cioran et le fascisme Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   akiles Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
71
Inscrit :
11-avril 06
Location:
Canada

Posté 18 avril 2006 - 12:08

« on ne peut pas se moquer avec le même sourire condescendant d’un amant ridicule et du fascisme. »

Le rideau

Bonjour tout le monde,
J’apporte donc ma contribution au sujet du Rideau dont j’ai lu l’extrait dans Lire. Et que j’ai édité ici pour faire court.

En 1937, Cioran, venu de Roumanie, écrit en français et devient l’un des grands écrivains de son temps. Mais dans les années quatre-vingt-dix, le grand règlement de comptes avec le passé arrive et les opinions fascistes du jeune Cioran remonte à la surface. Lorsqu’il meurt 1995, aucun mot dans les journaux sur son œuvre ; « c’est sa jeunesse roumaine qui a -écœuré, fasciné, indigné, inspiré ses scribes funèbres. Ils ont habillé le cadavre du grand écrivain français d’un costume folklorique roumain et l’ont forcé, dans le cercueil, à tenir son bras levé pour un salut fasciste. »

Kundera se rappelle un texte de lui : « … je ne pouvais même pas m’imaginer mon passé; et quand j’y songe maintenant, il me semble me rappeler les années d’un autre. Et c’est cet autre que je renie, tout “moi-même” est ailleurs, à mille lieues de celui qu’il fut. » Et plus loin: « quand je repense à tout le délire de mon moi d’alors, il me semble me pencher sur les obsessions d’un étranger et je suis stupéfait d’apprendre que cet étranger était moi. »

« Mais, dites-vous, continue Kundera, cet étonnement est-il sin-cère ? Bien sûr que oui! Dans sa version ordinaire, tout le monde le connaît: comment avez-vous pu prendre au sérieux ce courant philosophique (religieux, artistique, politique) ? ou bien (plus banalement) : comment avez-vous pu tomber amoureux (amoureuse) d’une femme si niaise (d’un homme si stupide) ?

Heureusement, Kundera garde une certaine vigilante lucidité : « on ne peut pas se moquer avec le même sourire condescendant d’un amant ridicule et du fascisme.

« Le malheur, avait écrit Cioran, est le fait des jeunes. Ce sont eux qui pro-meuvent les doctrines d’intolérance et les mettent en pratique; ce sont eux qui ont besoin de sang, de cris, de tumulte, et de barbarie. A l’époque où j’étais jeune, toute l’Europe croyait à la jeunesse, toute l’Europe la poussait à la poli-tique, aux affaires d’Etat. »

Akiles: Toute l’Europe était sous l’influence du nihilisme et de la haine : la culture intellectuelle et populaire ont façonné son esprit. Aujourd’hui, elle en est que plus évidente.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   amirouche Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
3 387
Inscrit :
28-mars 05
Location:
face a la mer et face a la terre.
Interests:
DIEU BENISSE LA POP ANGLAISE, THANKS GOD.<br /><br />heureux soit les feles qui ecoutent cette bonne musique.

Posté 19 avril 2006 - 10:09

Voir le messageakiles, le Monday 17 April 2006, 21:08, dit :

« on ne peut pas se moquer avec le même sourire condescendant d’un amant ridicule et du fascisme. »

Le rideau

Bonjour tout le monde,
J’apporte donc ma contribution au sujet du Rideau dont j’ai lu l’extrait dans Lire. Et que j’ai édité ici pour faire court.

En 1937, Cioran, venu de Roumanie, écrit en français et devient l’un des grands écrivains de son temps. Mais dans les années quatre-vingt-dix, le grand règlement de comptes avec le passé arrive et les opinions fascistes du jeune Cioran remonte à la surface. Lorsqu’il meurt 1995, aucun mot dans les journaux sur son œuvre ; « c’est sa jeunesse roumaine qui a -écœuré, fasciné, indigné, inspiré ses scribes funèbres. Ils ont habillé le cadavre du grand écrivain français d’un costume folklorique roumain et l’ont forcé, dans le cercueil, à tenir son bras levé pour un salut fasciste. »

Kundera se rappelle un texte de lui : « … je ne pouvais même pas m’imaginer mon passé; et quand j’y songe maintenant, il me semble me rappeler les années d’un autre. Et c’est cet autre que je renie, tout “moi-même” est ailleurs, à mille lieues de celui qu’il fut. » Et plus loin: « quand je repense à tout le délire de mon moi d’alors, il me semble me pencher sur les obsessions d’un étranger et je suis stupéfait d’apprendre que cet étranger était moi. »

« Mais, dites-vous, continue Kundera, cet étonnement est-il sin-cère ? Bien sûr que oui! Dans sa version ordinaire, tout le monde le connaît: comment avez-vous pu prendre au sérieux ce courant philosophique (religieux, artistique, politique) ? ou bien (plus banalement) : comment avez-vous pu tomber amoureux (amoureuse) d’une femme si niaise (d’un homme si stupide) ?

Heureusement, Kundera garde une certaine vigilante lucidité : « on ne peut pas se moquer avec le même sourire condescendant d’un amant ridicule et du fascisme.

« Le malheur, avait écrit Cioran, est le fait des jeunes. Ce sont eux qui pro-meuvent les doctrines d’intolérance et les mettent en pratique; ce sont eux qui ont besoin de sang, de cris, de tumulte, et de barbarie. A l’époque où j’étais jeune, toute l’Europe croyait à la jeunesse, toute l’Europe la poussait à la poli-tique, aux affaires d’Etat. »

Akiles: Toute l’Europe était sous l’influence du nihilisme et de la haine : la culture intellectuelle et populaire ont façonné son esprit. Aujourd’hui, elle en est que plus évidente.

une chose me semble bizarre, des auteurs comme kundera ne sont mm pas connus dans leur pays
d origine. je reviens de la republique tcheque cette semaine, ni kundera et encore moins kafka ne sont consideres comme des Auteurs, ils sont banals alors qu en france on les venere. et a prague g rencontre des tcheques qui ignoraient completement qu un muse dedie en l honneur de kafka existe alors que c est
l un des muses le plus visites par les touristes et l un des mieux entretenu.
ils sont bien etranges ces tcheques!!!!! <_< -_-
..."le subjonctif est le mode du doute et de l esperance. le subjonctif est le mode de l amour"...Erik Orsena


..." pourquoi t'as pas fait la vaisselle?" ..." des que j'ai fini mon cours de sophisme, non seulement tu seras convaincue que je l'ai faite, mais en plus, tu seras persuadée que c'est à ton tour de la faire." Charb

absolument fane de LIYA KEBEDE<<>>>>
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Tico Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
2 007
Inscrit :
12-août 05
Location:
Illusia!

Posté 19 avril 2006 - 10:48

Lui aussi a plus d'une surprise à offrir, le long des pages aussi disparates que recherchées: de la poèsie (d'amour) aux nouvelles en passant par Didérot et Ionesco, dans ces écrits qui nous donnent parfois du mal à distinguer le roman de l'essai...Laissez donc l'indigeste du penseur (lourd à bon escient) de l'Immortalité pour les variations tout aussi ludiques du Livre du Rire et de l'oubli! Je n'ai pas encorte lu ce Rideau mais si Kafka peut être resumé par son regard amer sur les possibilités de vie aujourd'hui, Kundera n'est accessible au cliché que très rarement...A la lecture par exemple de l'Identité ou, plus loin, des Risibles Amours où le thème de la parole commence à être etudié dans un contexte de stalinisme tardif...Quant à ces tchèques d'amirouche, peut être prefèrent-ils danser au rythme des pas de P Nedved.

Ce message a été modifié par Tico - 19 avril 2006 - 10:50 .

"Raganimada sooceeda, adigoo sagaal buuxshey, hal ku seegay baa yaal" Hadraawi..
"Adiguna miiranay naftan iilka loo sido, sacabada ku soo qaad"
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   amirouche Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
3 387
Inscrit :
28-mars 05
Location:
face a la mer et face a la terre.
Interests:
DIEU BENISSE LA POP ANGLAISE, THANKS GOD.<br /><br />heureux soit les feles qui ecoutent cette bonne musique.

Posté 21 avril 2006 - 12:49

Voir le messageTico, le Wednesday 19 April 2006, 19:48, dit :

Lui aussi a plus d'une surprise à offrir, le long des pages aussi disparates que recherchées: de la poèsie (d'amour) aux nouvelles en passant par Didérot et Ionesco, dans ces écrits qui nous donnent parfois du mal à distinguer le roman de l'essai...Laissez donc l'indigeste du penseur (lourd à bon escient) de l'Immortalité pour les variations tout aussi ludiques du Livre du Rire et de l'oubli! Je n'ai pas encorte lu ce Rideau mais si Kafka peut être resumé par son regard amer sur les possibilités de vie aujourd'hui, Kundera n'est accessible au cliché que très rarement...A la lecture par exemple de l'Identité ou, plus loin, des Risibles Amours où le thème de la parole commence à être etudié dans un contexte de stalinisme tardif...Quant à ces tchèques d'amirouche, peut être prefèrent-ils danser au rythme des pas de P Nedved.

malheureusement tico les tcheques ke g rencontres ne sont pas fans de nedved.
j attends avec impatience le match en la republique tcheque et l italie en juin, ca te dit venir regarder a
l hotel ville???
:P ;)
..."le subjonctif est le mode du doute et de l esperance. le subjonctif est le mode de l amour"...Erik Orsena


..." pourquoi t'as pas fait la vaisselle?" ..." des que j'ai fini mon cours de sophisme, non seulement tu seras convaincue que je l'ai faite, mais en plus, tu seras persuadée que c'est à ton tour de la faire." Charb

absolument fane de LIYA KEBEDE<<>>>>
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Tico Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
2 007
Inscrit :
12-août 05
Location:
Illusia!

Posté 21 avril 2006 - 05:12

Voir le messageamirouche, le Thursday 20 April 2006, 21:49, dit :

Voir le messageTico, le Wednesday 19 April 2006, 19:48, dit :

Lui aussi a plus d'une surprise à offrir, le long des pages aussi disparates que recherchées: de la poèsie (d'amour) aux nouvelles en passant par Didérot et Ionesco, dans ces écrits qui nous donnent parfois du mal à distinguer le roman de l'essai...Laissez donc l'indigeste du penseur (lourd à bon escient) de l'Immortalité pour les variations tout aussi ludiques du Livre du Rire et de l'oubli! Je n'ai pas encorte lu ce Rideau mais si Kafka peut être resumé par son regard amer sur les possibilités de vie aujourd'hui, Kundera n'est accessible au cliché que très rarement...A la lecture par exemple de l'Identité ou, plus loin, des Risibles Amours où le thème de la parole commence à être etudié dans un contexte de stalinisme tardif...Quant à ces tchèques d'amirouche, peut être prefèrent-ils danser au rythme des pas de P Nedved.

malheureusement tico les tcheques ke g rencontres ne sont pas fans de nedved.
j attends avec impatience le match en la republique tcheque et l italie en juin, ca te dit venir regarder a
l hotel ville???

Volontiers...
"Raganimada sooceeda, adigoo sagaal buuxshey, hal ku seegay baa yaal" Hadraawi..
"Adiguna miiranay naftan iilka loo sido, sacabada ku soo qaad"
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   akiles Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
71
Inscrit :
11-avril 06
Location:
Canada

Posté 21 avril 2006 - 06:46

Voir le messageTico, le Wednesday 19 April 2006, 19:48, dit :

Lui aussi a plus d'une surprise à offrir, le long des pages aussi disparates que recherchées:


Bonjour Tico, juste pour te signaler que j'ai aimé ton résumé. --Ak
0

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet