djibnet.com: A Djib Sincère - djibnet.com

Aller au contenu

  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

A Djib Sincère Un ami qui te veut du bien Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Kabula Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
45
Inscrit :
14-janvier 05

Posté 17 avril 2006 - 04:46

Djib sincère habite dans "son" djibnet .Car c'est comme ça qu'il le vit. Normal. En dehors du bocal, il n'a pas réussi à en imposer.Il ment, pour échapper à son emprise, tenter d’exister en dehors de son champ d’action, d’attraction ou de sensibilité. Tout en espérant l’attention des djinautes (cf son poème rpp ou sa justification du drame 06/04/06 du fameux boutre ) . Aucune critique , aucun commentaire, pour réclamer par les mots la tête d’un régime despotique et tyrannique. Bien au contraire ,il a développé presque systématiquement une réaction de refus des faits naturels qui sont survennus.À croire qu'il en est vraiment convaincu lui-même. Ce qui est encore pire, c’est que son texte passe sous silence la responsabilité morale du régime génocidaire.
De toutes façons, ça ne change rien : un mensonge proféré à soi-même reste un mensonge. Y-a-t il parmi nous, “ les djibnautes ”, un esprit capable de raisonner et d’ arraisonner tout cet amas textuel à la dérive?
Donc, le risque est grand que tout cela ne veuille rien dire. Mais le risque est tout aussi important que tout cela cherche une nouvelle fois, du coté de l’origine, en s’originant, à tout dire ! “ Se risquer à ne rien-vouloir-dire, c’est entrer dans le jeu, et d’abord dans le jeu de la différance qui fait qu’aucun mot, aucun concept, aucun énoncé majeur ne viennent résumer et commander, depuis la présence théologique d’un centre, le mouvement et l’espacement textuel des différences. ”. Peut-être, y avez-vous songé? , qu’il y va avec “ l’épaulé-jeté ” d’une stratégie du pas d(e)u tout et d’une politique du ne-rien-vouloir-dire !
Cette réaction de refus peut être mêlée de doute, de rejet et/ou de peur.C’est un peu comme si le recours au mensonge n’était fait que pour attirer l’attention sur un mensonge plus essentiel et compromettant pour la vie.
Les menteurs invétérés ( Djib sincère semble faire parti de ceux-là ) existent. Les gens mentent pour mille et une raisons. Mais il y en a qui mentent pour mentir, sans aucun but précis, sans intention consciente. C'est comme une façon bien à eux de se donner de l'importance, une façon de se valoriser, de se rendre intéressant, de dire n'importe quoi, sur n'importe quoi ou n'importe qui, même si ça peut blesser, simplement pour le plaisir d'inventer. Pour attirer l'attention sur leur valeur personnelle. Un vice animiste de l'esprit.
Comme prévu, il n'y manquait ni la part d'admiration obligatoire et conventionnelle, ni la façon qu'il donne (un peu plus discrètement cette fois-ci, étant donné les circonstances) la leçon aux djibnautes qu'il n'aime pas, ni la dose de perfidie et de bassesse qui est jugée nécessaire pour donner une impression d'impartialité et d'objectivité.
Je suis frappé depuis longtemps par ceci : c'est probablement toute notre époque et tout le système dans lequel nous vivons aujourd'hui qui excellent jusqu'à la virtuosité dans l'art de ne pas tirer de conséquences, et en particulier de ne pas en tirer de ce qu'ils ont appris et savent ou croient savoir.
L'être n'existe que par l'énonciation. Or si la réalité subjective n'existe que comme invention d'un sujet parlant, la notion de référentialité finit par s'évanouir.
Djib sincère fait, à sa manière, de la fiction un instrument de vérité, comme pour signifier que notre vérité profonde est ancrée dans l'imaginaire.
Aussi, faut-il signaler l'influence de Freud qui, faisant de l'oubli un " vecteur de vérité ", jette un doute irréfragable sur la possibilité du " gnothi seauton ".
Fustré qui rêve de célébrité, il vient sur djibnet prendre sa revanche. Il roule les mécaniques, joue les connaisseurs. T'es pas d'accord? Va te faire voir ailleurs ! Il affirme, ordonne, pique des colères, désigne les boucs émissaires, envoie sa meute de courtisans déchiqueter la victime. Te sert son arrogance en guise d'argument.
La vérité de Djib sincère est indissociable de son imaginaire. Il suffirait, pour en avoir la certitude, de penser à Balzac qui, sur son lit de mort, appelle Brianchon, le médecin de la Comédie humaine à son secours.
Imposteur, manipulateur, souvent lâche, il t'enjôle pour te prendre au revers. Tantôt voleur, tantôt gendarme, il n'a pas d'idéal fixe. Il joue dans tout les camps, et se rejouit de les trahir tous.Il en jette pour épater la galerie, mais il n'est pas forcément dupe.Mystificateur, il jubile dans son jeu d'agent double. Ou triple. Il ne sait plus.Il a du mal à s'immaginer ailleurs que sur un piédestal. Alors, il se surdimensionne, s'invente des exploits, des aventures.
Loin de véhiculer une réalité objective, son discours est avant tout un espace d'exorcisme de fantasmes et d'obsessions intimes.
Mais cette fictionnalisation de soi, c'est aussi celle de Flaubert avec sa fameuse formule " Madame Bovary, c'est moi ", celle de Malraux : " ni vrai, ni faux, mais vécu " ( La condition humaine, Paris, Gallimard, coll. " Folio ", 1990, p. 247 ) .
Djib sincère entre avec fracas dans le forum de djibnet , déverse en jets ses insultes sur tout ce qui bouge. Fait le malin planqué derrière ses pseudonymes, hurle à la censure, et détale courageusement dans l'enfilade de ses remailers anonymes. A part injurier les autres, il n'a rien à dire. Il vient sur djibnet comme un dépôt d'ordures : pour vider sa benne. Je te passe le détail de ses exp​ressions favorites et de ses actes de bravoure, les menaces, les humiliations qui inflige à ses boucs émissaires - Gabayo et autres -, les ragots salaces qu'il leur colle dans le dos.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 17 avril 2006 - 10:50

Kabula ou Daf, Daf ou Kabula, je te reconnais par tes diatribes, tes fantasmes, ton sens de déformer la réalité, tes phrases obsolètes, ton imagination caricaturale. Je t’attendais cher ami, tu es venue, sois la bienvenue. Je suis plus fort dans le sens où j’exprime une réalité non masquée par tes discours insensés à la sauvette. Je n’ai aucun objectif précis d’être une star ni d’être un futur président. Je suis ce que je suis : Un anonyme.
Je n’ai pas eu ta chance d’être un homme politique ni la malchance d’avoir les remords du passés qui remontent chaque nuit avant de me coucher. Je n’ai pas cette pensée unique de pouvoir qui te travaille à chaque instant. Je n’ai pas les nerfs qui sautillent et qui cherchent…qui cherchent.
Je ne mentirai pas car je n’ai aucun soif de pouvoir, je partage des idées, dis des opinions : La liberté d’exp​ression cher ami. Je suis ce virtuel qui se balade, cet autre qui cherche…cherche uniquement pour dire la vérité : Je suis le sincère, celui qui apporte la lumière, qui fait un flash de chaque côté. Voyez ce qui se passe des deux côtés, regardez …
Je suis cet autre qui n’existe pas, qui a disparu depuis les temps, je suis ce fantôme qui se ballade dans le réseau virtuel, ce corps meurtri par le temps et qui ne bouge plus, je suis cet âme qui s’est connecté au net faute de corps, cet esprit vivant uniquement dans le virtuel. Je suis le fantôme. Je suis cet être invisible qui voit ta souffrance chaque jour, chaque nuit, je suis celui qui a peur pour toi afin que tu ne fasses une rupture cérébrale.
Tu ne crois pas aux histoires de résurrection, tu n’es donc pas croyant, c’est bien cela, et bien penses à cela, penses que tu es observé à chaque instant de ta vie, pense qu’on te regarde : C’est ça ta nouvelle vie ?
Je ne suis plus là pour insulter car cela ne me servira à rien, je suis uniquement là pour donner un nouveau sens, un nouveau souffle à cette réalité que tu déformes à chaque moment. Je suis contre ton négationnisme, contre tes caricatures. Je veux que tu existes, que tu sortes de ton trou à rat, que tu vois le monde, que tu respires le plaisir de la vie, que tu vives !!!
Oui que tu vives, que tu sentes l’air ; que tu marches, que tu fasses du sport, que tu observes, que tu dises enfin la vérité que tu déformes.
Laisses moi vivre cher ami, au moins dans le virtuel car mon corps n’y est plus.

Ce message a été modifié par Djib_sincère - 17 avril 2006 - 11:00 .

0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Kabula Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
45
Inscrit :
14-janvier 05

Posté 18 avril 2006 - 02:52

Salam

Pures bagatelles que des feuilles !
Je ne suis pas DAF mais j'admire son courage et sa determination .
Sans aller jusqu’à cautionner la politique des opposants à l’égard du système djiboutien , il faudrait quand même être un sacré "terroriste dans l’âme" pour faire du rpp un mouvement humain, tolérant et pacifiste.

Citation

j’exprime une réalité non masquée par tes discours insensés à la sauvette
je suis uniquement là pour donner un nouveau sens, un nouveau souffle à cette réalité que tu déformes à chaque moment.

Voilà une nouvelle qui me fait chaud au coeur,moi qui pensais que les sincères opposants et autres racontaient des mensonges ... ouf, me voilà rassuré.Et si je poursuis votre idée, cela signifierait aussi qu’il n’y aurait pas le moindre opposant dans nos prisons. Super ! voilà un vrai scoop.
De quelle réalité parlez-vous ? De celle que vous déformez pour la rendre plus accessible et plus acceptable ? A le lire, il n'y a que lui qui possède la vérité .
Répondez à cela et à mon précédent post, je suis vraiment curieux de vous lire.
Dites-moi donc en quoi les opposants djiboutiens se seraient trompés depuis de si nombreuses années. Je serais curieux de l’apprendre de votre plume.Serait-ce donc là où doit vous mener votre ouverture d’esprit ? Je suis heureux de l’apprendre.
Mais je crains fort que vous fassiez fausse route dans votre quête de dire " la vérité ". En tous les cas, vos propos illustrent à la perfection la propension de votre mensonge à vouloir conquérir le pouvoir et les djibnautes.Peine perdue !
Si vous pensez en cela prolonger mes propos, vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, et je trouve votre comparaison pathétique (kabula ou daf ,daf ou kabula) . Mais votre silence sur les points évoqués sur la nature du régime dictatorial est finalement révélateur...Votre timidité participe à entretenir la méfiance à l’égard de l’opposant djiboutien.
Je comprenais que le ton choisi par djib sincère , le soupçon et la foi générale en leur propre infaillibilité ne contribuent à une discussion tranquille et pondérée de cette polémique .
Nous devons respecter ceux qui ne partagent pas notre opinion, sinon nous n’apprendrons jamais à écouter, discuter, trouver des solutions efficaces.
Il faut rendre justice à DAF , il permet de critiquer le régime despotique et tyrannique.
Je ne le connais pas personnellement , mais j’en appelle à lui et à d’autres, qui ont la possibilité d’influencer la situation, à ne pas créer encore une fois une société de ¨héros et continuateurs¨.
Personne ne peut ignorer les provocations , les humiliations,les disparitions et les exécutions extra-judiciaires de ton régime tant chéri , il faut aussi tenir compte du poids colossal de problèmes, ne pas oublier le grand nombre de victimes du régime génocidaire. Des choses tombent en ruines. Le pouvoir liberticide exerce une pression permanente sur la société djiboutienne afin de le faire plus obéissante et facile à gouverner. Qui est devenu la honte et l’épouvante du monde ! Parce qu’il est devenu un antre de tortures, où sont enfermées des centaines de personnes, séquestrées un peu partout à Djibouti.Qui de nous, qui de vous, qui de nos compatriotes admettrait tout bonnement qu’un citoyen puisse être torturé ?
Le système utilise toutes ses forces, sa violence, son idéologie, ses éducation et culture populaire pour détruire la mentalité traditionnelle et l’indépendance personnelle, et pour effacer les meilleurs traits, comme le respect envers les personnes plus âgées, la perception de toute personne d’égal à égal, l’humilité. Egoïsme, insouciance et impunité aussi bien qu’envie, cupidité, servilisme se sont mis à prendre racine au sein de la société djiboutienne dont djib sincère en est la parfaite illustration.
Djib sincère se transforme en mercenaire médiatique volontaire , en créant une atmosphère de méfiance, de soupçon, de haine sur l'opposant DAF.Djib sincère est outrageusement incorrect : ¨Il n’est pas clair pourquoi il emploie les méthodes des services secrets djiboutiens pratiquées au niveau de personnes qui font courir les bruits à des marchés¨.
Depuis un certain temps,djib sincère s’est de plus en plus clairement teinté de DAFphobie, à travers une intensification du discours « anti daf » convenu, certes, mais aussi par la diffusion croissante d’une représentation anti iog bien connue des djibnautes .
La récurrence de ce type d’accusation mérite d’être prise au sérieux et interrogée. De la « guerre anti-rpp » à « l’agression » : persistance et métamorphose d’un stéréotype accusatoire, à travers lequel s’opèrent la criminalisation et la diabolisation des « Anti IOG » sous les multiples noms dont on les affuble (le « lobby français », le « lobby néocolonialiste », « les gauchistes et leurs alliés », etc.) .
Car cher djib sincère , un mensonge est une chose, un réflexe conditionné en est une autre : le mensonge trouble la connaissance ; le réflexe conditionné trouble la capacité de penser. Dans les deux cas, l’opposition à l'UAD contre une dictature reconnue comme telle prend la forme d’une puissante vague « pacifiste ». Si l’ennemi est « belliciste », et à ce titre monopolise le statut d’agresseur (réel ou potentiel), les anti-bellicistes se définissent eux-mêmes comme partisans de la paix.
Si tout est inconditionnellement préférable à l'UAD, alors la servitude est absolument légitimée.
Toute tentative de modifier l’ordre dictatorial djiboutien existant est récusée au nom de trois types d’arguments : le risque d’engendrer des effets contraires au but recherché (effet pervers) ; l’inutilité de l’action entreprise, supposée impuissante à modifier le statu quo (inanité) ; le risque de bouleverser une organisation fragile, représentant de précieux acquis (mise en péril).
A quoi bon en parler encore une fois ? Car nous n’avons pas tiré nos leçons.
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 18 avril 2006 - 03:54

Ah, je n’avais pas fini, tu as remarqué que Djibnet est un site sobre sans déliquescence nourrie de démagogie, tant mieux. Je te rappelle que mettre le sincère sur la ligne de mire n’est pas une bonne astuce car je suis à mainte fois la cible idéale à dégommer ici, n’est ce pas. Tantôt, l’ardhd sous bounty, tantôt daf sous kabulo, l’un ou l’autre, ça reste pareil quand on se passe des textes haineux, je me trompe ?
Appel sur appel, les conversations téléphoniques fusent entre vous, que doit-on mettre aujourd’hui, que doit t-on écrire sur la une, quelle image, quelle désinformation, quelle insulte, quel nom ?
Pendant ce temps, vous incrustez les forums, les surveillez, les lisez, les manipulez, et vous me traitez de manipulateurs, moi le fantôme, le gardien de la paix et de l’amour n’ayant aucun objectif politique ?
Abattons le rabatteur dites-vous, me traitant d’utiles-idiots, bref de tous les mots. Vous m’analyser, vous vous secouez les neurones, c’est qui ?
Je suis un fantôme, voilà ce que je suis.

Ainsi, vous ne vivez que pour propager la haine, mais aussi pour dégommer l’image d’un seul homme IOG, et il est bien seul le pauvre. Et, vous ne vous arrêtez pas là, car de là, vous visez avec une envie de traîtres et d’instigateurs de complots contre l’Etat, vous fusionnez en formant un et un seul groupe ayant pour seul but la destruction de l’ETAT djiboutien, puis d’un clan, ensuite l’élimination des traîtres (comme daf, le ged etc…) pour finir avec l’extermination ou le génocide d’une tribut :Les issas. Vous voulez diviser pour régner, diviser les issas surtout, et jusque là, votre petit jeu vous réussit. Vous avez une immense rapacité titanesque de soif de pouvoir. Vous êtes une bande d’anthropophages, marqués par le cigle « buti ou orgobeh ou les ogres », à la recherche de viandes fraîches, nourrissantes, abondantes. Vos dents grincent sous l’effet de l’appétit que vous savourez en arrachant des morceaux de chaires .Vous vous nourrissez, et servez les autres des morceaux de viandes assez appétissantes toutes rouges baignés de sangs, ils les mettent entre leurs dents, les mâchent tout en savourant le sang baignant dans leurs bouches, c’est délicieux disent t’ils. Et ça vous motive à en faire plus d’avantages, vous cherchez encore plus de chaires… jusqu’à ce qu’un jour, un sincère découvre votre petit jeu …avant l’heure fatidique…c’est le comble dîtes-vous.

Vous mettez tout le monde contre tout le monde. Vous manipulez les jeunes contre l’Etat, vous dites au peuple que tout ce qui les gouverne ne valent rien, mais où voulez-vous en venir ?
Je remarque une chose, que vous nous prenez tous pour des imbéciles. On réfléchit, on pense, on agit selon nos propres désires, on vous critique si on veut, d’ailleurs, à force de répéter toujours les mêmes discours, vous êtes devenues une sorte de secte dont les investigations sont plus que douteuses et les gens ont en marre, ils veulent des gens comme moi, sincères qui disent ce qu’ils pensent sans avoir des arrières pensées. J’apporte de l’air, une nouvelle pensée, une nouvelle façon de voir l’actualité, des belles idées, tout le monde en profite et j’en suis heureux.

Mon but, est de montrer la chose sous toutes les angles possibles. Je braque ma camera sur la chose, la montrant toute dénudée sans préjugée ni complexe. Mon but est un développement de notre pays. James William avait dit qu’un pays se développe uniquement si le peuple et l’Etat décident ensemble à aller de l’avant. Par contre, quand chacun tire ses ficelles de son côté, rien n’avancera et vous êtes les premiers à mettre le bâton sous les roux à tout le monde. Vous transmettez votre haine à tout le monde et tout le monde développe cette maladie, et je vous avoue, personnes ne s’en sortira vivant, pas même vous.

D’autres parts, l’affaire du naufrage, je l’ai bien souligné ne concerne strictement en rien l’Etat djiboutien, et je le répète. Que voulait tu que l’Etat fasse ?
Le boutre part de l’escale et non du port d’où la marine ne peut le contrôler, d’ailleurs, y a-t-il l' office de la marine à l’escale (lieu de départ), la réponse est non. Pourquoi mettre 300 personnes avec des matériaux lourds sur un boutre ne pouvant transporter plus de 100 individus et encore moins ?
Savez-vous que le port de Djibouti s’est agrandit et que des bateaux de plus en plus lourds font des allers et retours et qu’il faut faire très attention avec les vagues dont ils provoquent ?
Si un gros bateau passe à 100 mètre, il provoque des vagues pas trop grosses mais puissantes pour faire chavirer un petit bateau, sinon pour un boutre transportant plusieurs tonnes, n’en parlant même pas. C’est pourquoi, il faut faire de plus en plus attention, Les boutres doivent être équipés de gilets de sauvetages et ne doivent pas dépassés un nombre limité de passagers. Le nombre de gilets de sauvetages doit être égale aux nombres de voyageurs, le capitaine y compris. Il faudra également que la marine nationale vérifie l’Etat du bateau.Les boutres doivent partir de l'endroit précis où la marine est présente et arrêter de jouer leurs petits jeux dangereux.A bon entendeur, salut.

Ce message a été modifié par Djib_sincère - 18 avril 2006 - 04:28 .

0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Kabula Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
45
Inscrit :
14-janvier 05

Posté 18 avril 2006 - 09:37

Salam ,

Un des dangers de la sacralisation de la victime est qu'elle empêche djib sincère de sortir de son état psychologique de victime.Décidement,il y voit partout DAF,sa victimisation peut- être associée à des troubles psychologiques comme la paranoïa.
Qu'elle est effrayante et dangereuse, cette façon de verser dans l'excès et de passionner le débat avec l'intention, au fond, de l'éviter !
Il va falloir consulter un psychothérapeute cher djib sincère.Mais bon, avançons !
Pas une information, pas une enquête digne de ce nom sur les moyens de prévention mis en oeuvre et leurs éventuelles carences. Avant l’arrivée de la catastrophe du boutre , l’on a vu les longs de l'escale,des plongeurs volontaires sauvant les rescapés d’une catastrophe annoncée. C’est tout, circulez, y’a rien à voir, il ne se passera rien...Quelques centaines de victimes plus tard, que voit-on et qu’apprend-t-on enfin mais un peu tard ? Que des experts relayés par la presse ont démontré et dénoncé depuis longtemps les risques encourus .
Quand je lis vos écrits ,j'ai l'amertume de constater que vous en voulez plus aux opposants qu'au système maffieux.
Il faut indexer le mal, puis proposer des remèdes. La République De Djibouti avancera certainement avec cette stratégie.
Le silence n’est pas un mot que l’on peut utiliser pour décrire le régime détestable djiboutien.Ouf ! Djibouti ou plus exactement la République De Djibouti est une démocratie.
Djibouti ressemble pour nous à un interminable crépuscule, ou au mieux à une aurore immobile.
La soldatesque du dictateur IOG, aura commis les pires exactions contre les citoyens djiboutiens suspectés d'être opposants. Des armes payées par les contribuables djiboutiens pour assurer leur sécurité, non, les forces de l'ordre ont plutôt tourné ses armes contre de paisibles citoyens.
C'est une chose monstrueuse, dans cette cacophonie, les premières victimes de ces atrocités sont les femmes et les enfants.
Certaines images à Djibouti , restent indéfectiblement attachés à tels mots, à tels mystères, à telles vertus. Qui dit rpp , par exemple, dit pauvreté ; qui dit assemblée nationale, dit corruption ; qui dit IOG, dit despote et tyran.
Que de drames nous sont cachés.Et lorsque l’événement a lieu le drame du boutre, notre intérêt diminue avec la distance. Nous sommes blasés, gavés d’informations. Nous acceptons le cynisme, l’égoïsme comme des marques regrettables mais inévitables de notre époque.Je me demande souvent si nous ne devenons pas, comme beaucoup de nos compatriotes, indifférents et découragés !N’est-ce pas le rôle du musulman d’aider autrui ? Et lorsque ce sont des proches, c’est un devoir.
Je le dis et redis aucun commentaire sur la nature du régime tribalocratique .Mais djib sincère peut-il dénoncer les crimes crapuleux, les coups bas, les détournements de fonds, la situation catastrophique du régime du part-État, la frustation des hommes dont le dictateur IOG a abusé de leurs femmes ? Qui peut mieux nous informer que DAF ?
Cet intellectuel qui était destiné au sacerdoce a fait preuve de courage de bonne volonté dans ce pays où la critique sur le régime est sacrilège de sa majesté.
L'histoire est parfois cruelle, un odieux être! IOG qui a toujours ignoré l'apport dans l'économie et la stabilité politique, du débat contradictoire, du brassage des énergies et des intelligences.
Cette dictature a jeté sur le chemin de l'exil plus d'un millier de Djiboutiens, l'exil, la douleur, l'humiliation, la souffrance; la situation est inhumaine, scandaleuse.
C'est votre droit de soutenir cette dictature mais l'exercice d'un métier soit-il par conviction ou par passion ne doit en aucun occulter la souffrance quotidienne de nombreux djiboutiens qui n'ont que trop souffert.
C'est à cela que j'aimerais que vous répondiez de façon claire et sans essayer de déplacer le débat.
Aucun mot de compassion de djib sincère pour les victimes de ce système barbare règnant à Djibouti. Et à qui le mal parut-il jamais plus repoussant, plus détestable ?
Ah ! qu'il s'ouvre donc bien large cet asile à tous nos compatriotes coupables ! Faisons-leur sentir que si nous haïssons leurs forfaits, nous avons pitié de leurs âmes et voulons en guérir les plaies.
J’aimerais que ce mot assez inusité de nos jours enivre votre intelligence, brûle votre cœur, vous donne un élan que rien ne peut arrêter. Où en êtes-vous du pardon ?Ah ! Ce mot de compassion qui rend l’humain beau comme un ange : quel trésor !
Ce dont l'existence ne gêne point, c'est vraiment pour rien qu'on souffre de l'attendre !
Beaucoup de gens pourtant fuient la mort, soit en tant que plus grands des malheurs, soit en tant que point final des choses de la vie.
Si djib sincère est persuadé de ce qu'il dit, que ne quitte-t-elle la vie sur-le-champ ? Il en a l'immédiate possibilité, pour peu qu'il le veuille vraiment. Si il veut seulement jouer les provocateurs, sa désinvolture en la matière est déplacée.
Aucune fausse note ne perturbe ce consensus général. Son discours s’installe dans un populisme bon enfant, au détriment d’un langage responsable à l’écoute des mutations du monde et des nouvelles forces politiques.
C'est à travers la confrontation et l'analyse des avantages et désavantages qu'il convient de se décider à ce propos. A certains moments, nous réagissons au bien selon les cas comme à un mal, ou inversement au mal comme à un bien.
Gabayo reproche à djib sincère de dresser un épouvantail plutôt que de produire une preuve .Bref son exemple du boutre n'est pas une démonstration de la fausseté ou au contraire de la validité d'une thèse ; ce n'est ni une preuve positive ni une réfutation.
Avec la gouaille d’un bonimenteur de foire djib sincère a pu tout dire, et son contraire comme l'a si bien dit notre ami Gabayo.
Il en résulte, en tout cas, une sorte d'effet pervers, dans la mesure où le débat idéologique l'emporte sur le débat rationnel.
D'autre part, et a contrario, djib sincère, renchérit sur le propos du cancre de la liberté : il fait le procès de ces détracteurs et de leur « narcissisme médiatique » qui n'ont trouvé chez le dictateur que des poncifs, parce qu'ils restent dans “l'ignorance volontaire” et sont pressés d'en découdre sans comprendre.
Toutefois, il nous est impossible d’entreprendre la recherche de la vérité en nous appuyant sur notre seule raison ou encore sur notre expérience, car cela nous conduirait inévitablement à l'illusion. Nous ne pouvons connaître qu'imparfaitement. Nous sommes tributaires du progrès technique, de nos sens trompeurs, et nous ne pouvons faire abstraction de notre subjectivité.
Car, quoiqu'on en dise, le temps, une fois de plus y va de son couplet.C'est à se demander si on pourra jamais s'en passer.Et pourtant, il y en aurait des choses à dire ! Mais pas envie.Cette manie qu'on a de toujours vouloir savoir ce qu'on redoute de connaître !
Le pompon revient à la qualification de DAF, par djib sincère qui découvre avec nous, sous nos yeux hagards, la pauvreté djiboutienne.Le choix du terme m'a beaucoup intéressé ( en fait, mis en colère ).Pourquoi ces termes “ haine,élimination” ?Par quel miracle de la sémantique ?Pourtant ,il n'a relevé aucune victime .Pas de quoi par conséquent en faire un drame.
Cela dit , il est toujours possible d'être correctement informés.
Bien sûr que djib sincère est au complet et bien sûr que je ne nourris pas de faux espoirs ( pléonasme ).Mais bon,si l'envie de me rencontrer était né, on peut toujours prendre un café?
Que la justice règne un jour dans ce monde!

Cordialement
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 19 avril 2006 - 06:25

Théâtre
Djib_sincère à Kabula : Bravo, c’est une jolie fille que tu as accouchée, sinon, elle est vraiment trop facile. On peut se la taper en claquant des doigts. Bon revenant à nos moutons ‘vieille moutarde’, pardon monsieur kabula. Tu nous a mis sur la table un gâteau d’anniversaire, mais au lieu d’une fraise, on a le droit à des anadiploses, es tu en période de vaches maigres ?
. Il s’agit d’un véritable récit littéraire où les termes techniques sont quasiment nuls, quel chaos. Mais, la morale dans l’histoire, je suis la star : 1O fois Djib_sincère cités, pas mal, mais je parie que je vaux mieux.
Kabula : Djibouti ressemble pour nous à un interminable crépuscule, ou au mieux à une aurore immobile.
Djib_sincère : Surtout, merci de comparer Djibouti à une aurore, en plus immobile. Qu y a-t-il de plus beau que l’aurore, on pourrait passer toute une vie à l’observer.
Kabula: La soldatesque du dictateur IOG, aura commis les pires exactions contre les citoyens djiboutiens suspectés d'être opposants. Des armes payées par les contribuables djiboutiens pour assurer leur sécurité, non, les forces de l'ordre ont plutôt tourné ses armes contre de paisibles citoyens.
Djib_sincère : Comment veux-tu nous apprendre des choses, à mille lieux de la cible ?
Attends, approche, sinon, tu vas rater la cible !
Merde, tu l’as encore raté !
N’essaies même pas, tu viens encore de blesser une innocente, OUF !
Kabula : C'est une chose monstrueuse, dans cette cacophonie, les premières victimes de ces atrocités sont les femmes et les enfants.
Djib_sincère : La femme djiboutienne vaut mille fois mieux que toi : Elle s’aide entre elles.
Kabula : Qui dit rpp , par exemple, dit pauvreté ; qui dit assemblée nationale, dit corruption ; qui dit IOG, dit despote et tyran.
Djib_sincère : Simplement, « les qui dit » ressemble beaucoup bien à « si ».Regardes : ‘Qui abuse des qui-dit, pourrait bien être victime des « qui-dit »’, ça marche non ?
Kabula : Je le dis et redis aucun commentaire sur la nature du régime tribalocratique .
Djib_sincère : Tribalocratique=faux, le régime est plutôt «Créatif», je me trompe ?
Kabula est t-il très mieux placé pour mettre la caméra sur on pour filmer tout ?
La réponse est non. Ni Kabula, ni djib_sincère ne sont trop bien placés pour le faire.
Mais au moins djib_sincère sait une chose : Un(e) djiboutien(ne) ne meurt jamais de faim au bled, mais ailleurs, ô bien que si !
Kabula : Cette dictature a jeté sur le chemin de l'exil plus d'un millier de Djiboutiens, l'exil, la douleur, l'humiliation, la souffrance; la situation est inhumaine, scandaleuse.
Djib_sincère : Exil ?!
Tu crois que je suis un blanc pour me raconter cela ?
Plutôt réfugiés économiques, ouais, entre nous.
Kabula : C'est votre droit de soutenir cette dictature mais l'exercice d'un métier soit-il par conviction ou par passion ne doit en aucun occulter la souffrance quotidienne de nombreux djiboutiens qui n'ont que trop souffert.
Djib_sincère : Ecoutes, je te remets les pendules à l’heure. IOG est un président choisi par son peuple et aimé par ce peuple, si tu es le seul avec tes comparses à le détester, adigay ku jirtaa, sinon, laisses nous savourer sa présence, on se sent mieux protégé contre les ogres, pardon, contre vous.
Kabula : Aucun mot de compassion de djib sincère pour les victimes de ce système barbare règnant à Djibouti. Et à qui le mal parut-il jamais plus repoussant, plus détestable ?
Djib_sincère : chuuuut, l’heure de la victimisation a sonné !
Qui est plus victime de toutes les balivernes, les insultes, les sarcasmes qui pleuvent depuis que le sois-disant ‘plus gros poltron de djebel’ a découvert que b et a donne ba ?
Kabula : Ah ! qu'il s'ouvre donc bien large cet asile à tous nos compatriotes coupables ! Faisons-leur sentir que si nous haïssons leurs forfaits, nous avons pitié de leurs âmes et voulons en guérir les plaies.
Djib_sincère : Je déteste l’extérieur, l’étranger, c’est la chose la plus horrible à qui je puisse souhaiter à quelqu’un. Il n y a rien de meilleur que d’avoir les poches remplies chez soi. Car à l’étranger, on reste un chien grincheux et maigrichonne, inconnu de tous, marchant à quatre pâtes et observé comme un animal. Dépressif, parfois, haineux sinon. On dépenserait une fortune colossale pour être un jour, ne serait ce qu’un seul jour chez soi. Que des récits et des catastrophes, les gens habitent dans des HLM sinon des squats, entre quatre murs, incapables de s’acheter une maison, impossible de louer sans aide. Il est difficile de construire un avenir radieux dans cette misère. C’est horrible. C’est pourquoi, je souhaite la prospérité chez eux à l’ensemble du peuple djiboutien.
Kabula : Si djib sincère est persuadé de ce qu'il dit, que ne quitte-t-elle la vie sur-le-champ ?
Djib_sincère : Comment puisses-tu souhaiter la mort à quelqu’un, je ne l’ai jamais fais et je ne le ferai même pas à mon pire ennemi. Assassin !
Kabula : Aucune fausse note ne perturbe ce consensus général. Son discours s’installe dans un populisme bon enfant
Djib_sincère : ohhh l’adulte, il me fait pitié là.
Kabula : La situation catastrophique du régime du part-État, la frustation des hommes dont le dictateur IOG a abusé de leurs femmes ? Qui peut mieux nous informer que DAF ?
Djib_sincère : Quoi ?!
IOG rime avec Casanova maintenant ?
Waw, c’est une fois de plus une bonne nouvelle : Notre président est en bonne forme !
Et DAF, il gît seul, es t-il jaloux de la performance virile d’IOG ?
Kabula : Avec la gouaille d’un bonimenteur de foire djib sincère a pu tout dire, et son contraire comme l'a si bien dit notre ami Gabayo.
Djib_sincère : Entre nous, qui est le menteur, toi ou moi ?
Kabula : Bien sûr que djib sincère est au complet et bien sûr que je ne nourris pas de faux espoirs. Mais bon, si l'envie de me rencontrer était née, on peut toujours prendre un café?
Djib_sincère : Et voilà, la phrase qui tue, c’est lui-même!
Compassion: J’ai l’impression que depuis que tu as fais mouche à la politique, tu as fais rikiki au sexe opposé. En tout cas, c’est louche, hareerahayaGAY!

A SUIVRE …
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 19 avril 2006 - 09:54

Kabula, les ogres que vous êtes, vous avez une haine terrible contre les somalis.Toujours dans le mensonge et l'ingratitude, vous dramatisez toujours la chose!!!
A lire: L’Afar en perte de Vitesse. Attention Danger ! du même auteur, c'est à dire Kabula, en bas de page!!!!
http://www.arhotabba...breopinion.html
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Tico Icône

  • Membre Avancé
  • PipPip
Groupe :
Membres
Messages :
2 007
Inscrit :
12-août 05
Location:
Illusia!

Posté 21 avril 2006 - 04:43

Attention Danger... La formule est marrante Sincère! C'est à se demander à qui elle devrait s'adresser...Ne glisse pas dans cette voie qui consiste à "ethniciser" un conflit s'inscrivant dans l'eternel palimpseste de l'assemblée (puisque Djibnet en est une!) et dans lequel aucun de vous deux n'a raison! Ne brandis pas trop tôt le masque de l'activisme politique tant reproché à ces nouveaux "héros" d'une opposition flasque et desormais rigide dans ses positions de freins-à-tout, de "Niet" total... En d'autres mots, n'oubie pas d'être plus classe que ces messieurs: pas de bassesse, la salle (et sn faux débat) est regardée par beaucoup de monde!

Ce message a été modifié par Tico - 21 avril 2006 - 04:44 .

"Raganimada sooceeda, adigoo sagaal buuxshey, hal ku seegay baa yaal" Hadraawi..
"Adiguna miiranay naftan iilka loo sido, sacabada ku soo qaad"
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 22 avril 2006 - 03:45

Voir le messageTico, le Friday 21 April 2006, 8:43, dit :

Attention Danger... La formule est marrante Sincère! C'est à se demander à qui elle devrait s'adresser...Ne glisse pas dans cette voie qui consiste à "ethniciser" un conflit s'inscrivant dans l'eternel palimpseste de l'assemblée (puisque Djibnet en est une!) et dans lequel aucun de vous deux n'a raison! Ne brandis pas trop tôt le masque de l'activisme politique tant reproché à ces nouveaux "héros" d'une opposition flasque et desormais rigide dans ses positions de freins-à-tout, de "Niet" total... En d'autres mots, n'oubie pas d'être plus classe que ces messieurs: pas de bassesse, la salle (et sn faux débat) est regardée par beaucoup de monde!



Tico,merci d'avoir souligné cette remarque.Sinon, tu sais très bien que mon principe de base consiste à ne rien cacher.Mon sort depend de l'exhibitionnisme.La meilleure manière de casser les tensions, c'est de les mettre à nues.Pour dedramatiser le tout, j'ai pensé à Molière.Enfin, je ne suis pas le provocateur, j'accepte le jeu.

Ce message a été modifié par Djib_sincère - 22 avril 2006 - 03:50 .

0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Kabula Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
45
Inscrit :
14-janvier 05

Posté 22 avril 2006 - 07:41

Salut,

De la paranoïa ? Une auto-complaisance victimaire ? Les deux me direz-vous.
Djib sincère se présente comme la victime d’un vaste complot .Pour mieux démontrer à son auditoire qu’il est victime d’un ostracisme, il s’en est ensuite pris à l'auteur de l'article nauséabond : l'Afar en perte de vitesse, que je ne connais pas.Pour conclure, il avance que sa liberté d’exp​ression est en danger en raison d’un certain nombre de pressions de la part Pount et Kabula.Là encore, sa prise de parole ne semble pas vraiment correspondre aux faits.
Il suffit à djib sincère de dire que mes écrits sont " souvent mensongers ", sans dire lesquels ni en quoi. Je le mets au défi de produire ces phrases prétendûment nombreuses où j’affirmerais quelque chose de faux à son égard. Vous dites : " Kabula ou Daf, Daf ou Kabula, je te reconnais par tes diatribes, tes fantasmes, ton sens de déformer la réalité, tes phrases obsolètes, ton imagination caricaturale ".Sauf que là, l'équivalence, a priori incontestable, relève peut-être d'un effet de trompe-l'œil. Là encore, nous sommes dans l’anathème : nous avons affaire à une accusation gratuite, sans que soit apporté le moindre élément à charge. Lorsqu’on accuse quelqu’un de mentir, a fortiori de mentir " souvent ", il est préférable de citer les propos jugés mensongers, et d’apporter les éléments qui prouvent qu’ils sont mensongers. Lorsque , je vous traite de menteur invétéré, ce n'est pas une accusation ,je me base sur des faits réels dont voici un des exemples flagrants : vous faîtes état dans le forum d'une " rumeur " annonçant que Jean Louis Schaal fait la promotion des villas par l'intermédiaire de son agence immobilière , et non Jean Loup Schaal - un affreux méchant néocolonialiste.Votre but était d'induire volontairement le djibnaute en erreur puisqu il s'agissait d'une autre personne.Je vous cite (Djib_sincère @ Wednesday 28 December 2005, 11:020) Jean Louis Schaal, tu fais la promotion du tourisme et notamment la publicté de la location des chalets par l'intermediaire de ton agence immobilière ultra secrète chez toi en france (...).L'argument fait sourire, certes. Au moins essaie-t-il, même maladroitement, de ne pas nier cet aspect incontestable des indices.
Ah ! Ce mépris du djibnaute, à qui on raconte des sornettes qu'on ne prend surtout pas le temps de vérifier !
Par ce rapprochement, quelle idée a-t-il voulu transmettre ? Un dogmatisme aveugle en a décidé autrement. La démonstration de cette fameuse similitude thématique tourne à l’insupportable pêle-mêle quand, elle désinforme délibérément.Notre mythomane en est l'illustration parfaite.
La manipulation est plus subtile, elle tient dans la description d’une réalité volontairement tronquée et parcellaire qui nie singulièrement l'information.
Il use de méthodes inadmissibles à l'encontre de tous ceux qui critiquent un tant soit peu ses thèses.Mais j'ai beau avoir du mal à comprendre ce que kabula peut bien avoir à faire dans l'opposition djiboutienne, l'entreprise de diabolisation dont il fait l'objet me soulève le cœur, car elle surfe sur les fantasmes d'invasion les plus malsains et les plus délirants .Car, pour démontrer sa thèse, tous les moyens sont bons, y compris la mauvaise foi, la calomnie et l'approximation, qu'il est en passe d'élever au rang des beaux-arts.
Mais qu'importe : la cause est entendue. Il faut bien constater que, de plus en plus, pour les agitateurs enragés de l'épouvantail ethnico-tribal, la vérité et les faits n'ont strictement aucune importance.
Son discours pullule des adjectifs " haineux " et des exp​ressions à faire frémir , à faire froid dans le dos, à glacer le sang Djib sincère écrit " vous fusionnez en formant un et un seul groupe ayant pour seul but la destruction de l’ETAT djiboutien, puis d’un clan, ensuite l’élimination des traîtres (comme daf, le ged etc…) pour finir avec l’extermination ou le génocide d’une tribut :Les issas ." Et de conclure : " La meilleure manière de casser les tensions, c'est de les mettre à nues."
Par sa virulence, une telle déclaration choque et consterne. Sont-ce là les mots d’un homme nourri d’une volonté de pacification ? Au lieu de cela, son discours, par ses thèses grossièrement alarmistes, par les préjugés et l'ignorance qu'il traduit, ne fait qu'alimenter activement le ressentiment justifié de ladite communauté - alimenter, donc, ce qu'il prétend combattre. Bref, ces propos inconsidérés sont une claire incitation à la violence.
Ce sensationnalisme digne des pires feuilles de chou populistes ne répugne pas, à l'occasion, à utiliser le vocabulaire caractéristique de toutes les bonnes vieilles théories du complot.Ne cherche-t-il pas à désigner kabula à la vindicte des djibnautes ? En vain!.
Mais il y a plus grave. L’art véhiculant nettement les idéologies racistes est ainsi banalisé dans sa confrontation avec tout le reste.Que décider ? Le spectateur non averti est incapable de trancher.
Tour de passe-passe qui, en mélangeant les situations historiques différentes, aboutit à estomper toute l’action mortifère de la propagande ioguiste !
Ainsi s’ajoute à l’idée nauséabonde à la base de son projet une audace remarquable qui se vautre avec délectation dans la démesure et l’outrance aussi bien par sa forme que son fond. Les jolis cœurs adeptes du langage châtié de Shakespeare deviennent des psychopathes, nymphomanes, zombies, tueurs sanguinaires.
Un tel paradoxe n’émeut guère Djib sincère : « Faîtes ce que je dis, pas ce que je fais », voilà qui résume son attitude.
Se présentant comme un observateur impartial de la scène politique djiboutienne, il est en vérité un militant convaincu et actif de la cause ioguiste. Sa conception de la gestion du pays et des responsabilités obéit à ce même manichéisme : de façon abrupte et condensée, on pourrait la résumer par ces mots : les opposants ont tous les torts.
Pour désigner le despote tyrannique,il ressuscite le mythe de la « seule démocratie de la corne d'Afrique ». IOG est un président choisi par son peuple et aimé par ce peuple écrit djib sincère.Lui qui se présente comme un militant acharné de l’antiracisme se montre peu disert pour dénoncer les dérives d’un pays qui fonde sa citoyenneté sur des critères tribaux, érigeant ainsi le tribalisme en système, légalise la torture et l’assassinat d’opposants politiques .
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   idro Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
304
Inscrit :
09-juillet 03

Posté 22 avril 2006 - 08:22

Voir le messageKabula, le Saturday 22 April 2006, 17:41, dit :

Salut,

De la paranoïa ? Une auto-complaisance victimaire ? Les deux me direz-vous.
Djib sincère se présente comme la victime d’un vaste complot .Pour mieux démontrer à son auditoire qu’il est victime d’un ostracisme, il s’en est ensuite pris à l'auteur de l'article nauséabond : l'Afar en perte de vitesse, que je ne connais pas.Pour conclure, il avance que sa liberté d’exp​ression est en danger en raison d’un certain nombre de pressions de la part Pount et Kabula.Là encore, sa prise de parole ne semble pas vraiment correspondre aux faits.
Il suffit à djib sincère de dire que mes écrits sont " souvent mensongers ", sans dire lesquels ni en quoi. Je le mets au défi de produire ces phrases prétendûment nombreuses où j’affirmerais quelque chose de faux à son égard. Vous dites : " Kabula ou Daf, Daf ou Kabula, je te reconnais par tes diatribes, tes fantasmes, ton sens de déformer la réalité, tes phrases obsolètes, ton imagination caricaturale ".Sauf que là, l'équivalence, a priori incontestable, relève peut-être d'un effet de trompe-l'œil. Là encore, nous sommes dans l’anathème : nous avons affaire à une accusation gratuite, sans que soit apporté le moindre élément à charge. Lorsqu’on accuse quelqu’un de mentir, a fortiori de mentir " souvent ", il est préférable de citer les propos jugés mensongers, et d’apporter les éléments qui prouvent qu’ils sont mensongers. Lorsque , je vous traite de menteur invétéré, ce n'est pas une accusation ,je me base sur des faits réels dont voici un des exemples flagrants : vous faîtes état dans le forum d'une " rumeur " annonçant que Jean Louis Schaal fait la promotion des villas par l'intermédiaire de son agence immobilière , et non Jean Loup Schaal - un affreux méchant néocolonialiste.Votre but était d'induire volontairement le djibnaute en erreur puisqu il s'agissait d'une autre personne.Je vous cite (Djib_sincère @ Wednesday 28 December 2005, 11:020) Jean Louis Schaal, tu fais la promotion du tourisme et notamment la publicté de la location des chalets par l'intermediaire de ton agence immobilière ultra secrète chez toi en france (...).L'argument fait sourire, certes. Au moins essaie-t-il, même maladroitement, de ne pas nier cet aspect incontestable des indices.
Ah ! Ce mépris du djibnaute, à qui on raconte des sornettes qu'on ne prend surtout pas le temps de vérifier !
Par ce rapprochement, quelle idée a-t-il voulu transmettre ? Un dogmatisme aveugle en a décidé autrement. La démonstration de cette fameuse similitude thématique tourne à l’insupportable pêle-mêle quand, elle désinforme délibérément.Notre mythomane en est l'illustration parfaite.
La manipulation est plus subtile, elle tient dans la description d’une réalité volontairement tronquée et parcellaire qui nie singulièrement l'information.
Il use de méthodes inadmissibles à l'encontre de tous ceux qui critiquent un tant soit peu ses thèses.Mais j'ai beau avoir du mal à comprendre ce que kabula peut bien avoir à faire dans l'opposition djiboutienne, l'entreprise de diabolisation dont il fait l'objet me soulève le cœur, car elle surfe sur les fantasmes d'invasion les plus malsains et les plus délirants .Car, pour démontrer sa thèse, tous les moyens sont bons, y compris la mauvaise foi, la calomnie et l'approximation, qu'il est en passe d'élever au rang des beaux-arts.
Mais qu'importe : la cause est entendue. Il faut bien constater que, de plus en plus, pour les agitateurs enragés de l'épouvantail ethnico-tribal, la vérité et les faits n'ont strictement aucune importance.
Son discours pullule des adjectifs " haineux " et des exp​ressions à faire frémir , à faire froid dans le dos, à glacer le sang Djib sincère écrit " vous fusionnez en formant un et un seul groupe ayant pour seul but la destruction de l’ETAT djiboutien, puis d’un clan, ensuite l’élimination des traîtres (comme daf, le ged etc…) pour finir avec l’extermination ou le génocide d’une tribut :Les issas ." Et de conclure : " La meilleure manière de casser les tensions, c'est de les mettre à nues."
Par sa virulence, une telle déclaration choque et consterne. Sont-ce là les mots d’un homme nourri d’une volonté de pacification ? Au lieu de cela, son discours, par ses thèses grossièrement alarmistes, par les préjugés et l'ignorance qu'il traduit, ne fait qu'alimenter activement le ressentiment justifié de ladite communauté - alimenter, donc, ce qu'il prétend combattre. Bref, ces propos inconsidérés sont une claire incitation à la violence.
Ce sensationnalisme digne des pires feuilles de chou populistes ne répugne pas, à l'occasion, à utiliser le vocabulaire caractéristique de toutes les bonnes vieilles théories du complot.Ne cherche-t-il pas à désigner kabula à la vindicte des djibnautes ? En vain!.
Mais il y a plus grave. L’art véhiculant nettement les idéologies racistes est ainsi banalisé dans sa confrontation avec tout le reste.Que décider ? Le spectateur non averti est incapable de trancher.
Tour de passe-passe qui, en mélangeant les situations historiques différentes, aboutit à estomper toute l’action mortifère de la propagande ioguiste !
Ainsi s’ajoute à l’idée nauséabonde à la base de son projet une audace remarquable qui se vautre avec délectation dans la démesure et l’outrance aussi bien par sa forme que son fond. Les jolis cœurs adeptes du langage châtié de Shakespeare deviennent des psychopathes, nymphomanes, zombies, tueurs sanguinaires.
Un tel paradoxe n’émeut guère Djib sincère : « Faîtes ce que je dis, pas ce que je fais », voilà qui résume son attitude.
Se présentant comme un observateur impartial de la scène politique djiboutienne, il est en vérité un militant convaincu et actif de la cause ioguiste. Sa conception de la gestion du pays et des responsabilités obéit à ce même manichéisme : de façon abrupte et condensée, on pourrait la résumer par ces mots : les opposants ont tous les torts.
Pour désigner le despote tyrannique,il ressuscite le mythe de la « seule démocratie de la corne d'Afrique ». IOG est un président choisi par son peuple et aimé par ce peuple écrit djib sincère.Lui qui se présente comme un militant acharné de l’antiracisme se montre peu disert pour dénoncer les dérives d’un pays qui fonde sa citoyenneté sur des critères tribaux, érigeant ainsi le tribalisme en système, légalise la torture et l’assassinat d’opposants politiques .



Vous allez arretez un peu? Envoyez-vous des messages perso et descendez vous dedans. NOUS ON S'EN FOUT DE TOUT CA.
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   gabayo Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
208
Inscrit :
27-août 05

Posté 23 avril 2006 - 11:48

moi je trouve que ça enrichie le ou les debats.
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 23 avril 2006 - 04:18

Kabula, je suis convaincu que vous faîtes partie d'une secte qui appelle à la violence, une secte dangereuse qui sème la haine à travers internet et qui essaie de monter un complot contre l'Etat.Monsieur, je ne sais pas si vous usez trop souvent du virtuel, mais de nos jours, tout est transparent.Alors, c'est pourquoi, je ne veux plus continuer la conversation dont vous avez donné une autre allure.L'article d'arhotabba, a été identifié, il s'agit bien de vous monsieur.Je m'arrête là.
CIAO.
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Chacal Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
40
Inscrit :
18-mai 05

Posté 02 mai 2006 - 04:24

Salam à tous & toutes,


Contrairement à Idro, je trouve les analyses de Mr Kabula très pertinentes et pense que notre ami Djib sincère fuit le débat ,au lieu de répondre aux faits que lui reproche Kabula - le mensonge délibéré sur Jean Louis Schaal oh pardon Jean Loup Schaal et son silence sur le régime maffieux.Quand il dit :[/quote]
Il ne dit pas par qui il a été identifié.Est-ce une accusation sans la moindre preuve?Possible.Est-ce un autre mensonge?Probable.
Les critiques de Kabula aussi légitimes soient elles ne sont ni des invectives ni des insultes car il me semble cher ami Djib sincère on ne donne pas de leçons de morale quand on en manque soi-même.

Dont acte!
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Djib_sincère Icône

  • Membre
  • Pip
Groupe :
Membres
Messages :
334
Inscrit :
07-février 04
Location:
Djibouti
Interests:
DJIBOUTI

Posté 02 mai 2006 - 06:42

Djib_sincère peut être tout sauf un fuyard.Djib_sincère dit la verité.Quant à Jean Louis Shaal, il n'en a rien à foutre car pour ses yeux, Jean Louis Shaal ne le represente en rien en tant que djib pour lui.Quand Djibouti est une fonction racine dj, Jean Louis n'y peut être identifié à dj.Quant aux autres, continuer à monter votre petite secte dangereuse pour les nations entières et pour djib car c'est à ce monde de mettre fin à votre centre d'inertie et non au sincère.Mais, surtout, arrêtez de me prendre pour un imbécile.

Ce message a été modifié par Djib_sincère - 02 mai 2006 - 06:54 .

0

Partager ce sujet :


  • (2 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet